Bilan économique 2014 du Centre-Val de Loire

Dans un contexte international plus favorable, l'économie française croît faiblement en 2014. Les progressions de l'activité et de l'emploi sont modestes (+ 0,2 et + 0,3 %). Le taux de chômage est quasi stable. Les tendances en matière d'emploi sont légèrement moins favorables en Centre-Val de Loire. L'emploi salarié marchand est en recul de 1,0 % au cours de 2014. Plus qu'en 2013 (- 0,6 %) et qu'en moyenne nationale (- 0,5 %). Cette dégradation touche tous les secteurs d'activité et principalement la construction et l'industrie. En lien avec cette dégradation du marché de l'emploi, le taux de chômage augmente de 0,5 point et atteint 9,7 % fin 2014. Il reste inférieur au taux national. Avec une hausse des créations d'entreprises de près de 3 % en 2014, dans tous les secteurs en dehors de la construction, et un repli de 8,4 % des défaillances, la démographie régionale des entreprises enregistre une embellie. Le dynamisme entrepreneurial est plus marqué en Centre-Val de Loire que nationalement.

Insee Conjoncture Centre-Val de Loire
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Une activité en repli

Anne-Céline Charel, Insee Centre-Val de Loire

En 2014, la fréquentation touristique en Centre-Val de Loire baisse davantage qu’en moyenne métropolitaine. Ce repli, concernant à la fois l’hôtellerie et les campings, est notamment le fait de la clientèle française. Le nombre de nuitées diminue dans les départements ligériens et croît légèrement dans le Cher.

Insee Conjoncture Centre-Val de Loire
No 5
Paru le : 29/05/2015

La fréquentation touristique dans les hôtels et campings du Centre-Val de Loire représente 7,3 millions de nuitées en 2014, soit une diminution de 2,1 % par rapport à 2013 (figure 3), plus prononcée qu’en France métropolitaine (- 0,8 %). Cette baisse est en partie liée au fléchissement de l’activité dans les campings de la région, alors qu’au niveau national la fréquentation s’est maintenue.

Figure 3 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

en indice base 100 en 2010
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings
Nombre de nuitées - Centre-Val de Loire Nombre d'arrivées - Centre-Val de Loire Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2010 100 100 100 100
2011 101,2 102,39 103,07 103,2
2012 99,97 102,68 102,96 103,62
2013 99,76 101,79 103,6 104,39
2014 97,67 99,71 102,73 103,67
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

Bien que la durée de séjour reste plus réduite qu’en moyenne métropolitaine, elle se stabilise. Ceci est le fait de la clientèle étrangère, qui séjourne plus longtemps que les Français, contrairement à l’année précédente (figure 4).

Si les départements ligériens bénéficient toujours de près des trois quarts de la fréquentation touristique régionale, ils sont toutefois moins visités qu’en 2013. Ainsi, le nombre de nuitées décroît fortement dans le Loiret (- 4,3 %) et le Loir-et-Cher (- 3,3 %). La baisse est plus contenue dans l’Indre-et-Loire (- 1,3 %) et l’Indre (- 1,8 %). La fréquentation se maintient dans l’Eure-et-Loir et croît modérément dans le Cher (+ 0,9 %).

Figure 4 – Fréquentation des hôtels et des campings

en milliers
Fréquentation des hôtels et des campings
Centre-Val de Loire France métropolitaine
Hôtels Campings Hôtels Campings
Arrivées 3 877 579 110 244 20 770
- Français 2 962 298 76 003 13 360
- Étrangers 916 281 34 241 7 409
Nuitées 5 530 1 751 198 509 109 743
- Français 4 198 876 125 568 73 131
- Étrangers 1 332 874 72 941 36 612
Durée moyennedu séjour (en jours) 1,4 3,0 1,8 5,3
- Français 1,4 2,9 1,7 5,5
- Étrangers 1,5 3,1 2,1 4,9
  • Note : données 2014 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Baisse de la fréquentation des hôtels

Le Centre-Val de Loire dispose de près de 650 hôtels, pour une capacité de plus de 19 700 chambres, soit 3,1 % de l’offre nationale.

Le recul de la fréquentation hôtelière en 2014 est davantage le fait de la clientèle française qu’étrangère avec respectivement - 1,8 et - 1,4 %.

Cette baisse concerne tous les départements, à l’exception du Cher et de l’Eure-et-Loir (figure 1). Magré ces évolutions contrastées, les hôtels d’Indre-et-Loire et du Loiret restent les plus fréquentés de la région.

La part de la fréquentation étrangère se maintient à 24 %, toujours inférieure à celle de la France métropolitaine.

Elle n’est comparable au niveau métropolitain que dans l’Indre-et-Loire, où elle atteint près d’un tiers des nuitées. Les étrangers ne représentent ainsi qu’une nuitée sur cinq dans le Loiret.

La moitié des nuitées est réalisée dans les hôtels de 3 étoiles et plus, soit huit points de moins qu’en métropole.

Le tourisme d’affaires représente toujours la moitié des nuitées, contre 41 % en France métropolitaine où il est en légère baisse.

En Centre-Val de Loire, les taux d’occupation des hôtels ainsi que les durées moyennes des séjours restent à des niveaux plus faibles qu’en France métropolitaine, en particulier en dehors de la saison estivale.

Figure 1 – Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2014 par une clientèle étrangère
2014 (en milliers) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2010 (1)
Cher 617 2,3 -1,9 18,5
Eure-et-Loir 612 0,0 0,4 22,2
Indre 397 -2,0 -1,6 13,7
Indre-et-Loire 1 707 -0,3 -0,9 32,2
Loir-et-Cher 883 -1,9 0,6 24,2
Loiret 1 314 -5,7 0,6 20,0
Centre-Val de Loire 5 530 -1,7 -0,3 24,1
France métropolitaine 198 509 -1,4 1,0 36,7
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Moins de touristes français dans les campings

Les campings de la région offrent près de 20 000 emplacements, dont un sur dix est loué à l’année.

Plus de la moitié des emplacements sont situés dans un établissement d’au moins 3 étoiles, soit un taux inférieur de plus de douze points à la moyenne métropolitaine.

Le nombre de nuitées en hôtellerie de plein air diminue de 3,3 % (figure 2). Si cette baisse concerne tous les types d’hébergement, de toute catégorie, elle est néanmoins plus prononcée pour les nuitées en location (- 5,6 %).

Figure 2 – Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2014
2014 (en milliers) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2010 (1) par une clientèle étrangère sur emplacements équipés
Cher 113 -6,0 3,8 32,4 21,1
Eure-et-Loir 77 0,1 -6,2 40,0 30,9
Indre 132 -1,3 -1,0 39,1 22,0
Indre-et-Loire 526 -4,4 -1,5 49,8 30,8
Loir-et-Cher 660 -5,2 3,5 56,7 39,9
Loiret 244 4,0 0,0 49,0 20,1
Centre-Val de Loire 1 751 -3,3 0,6 49,9 31,5
France métropolitaine 109 743 0,3 1,6 33,4 47,3
  • Note : données 2014 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Plus notable dans le Cher, le Loir-et-Cher et l’Indre-et-Loire, cette désaffection concerne tous les départements de la région à l’exception du Loiret (+ 4,0 %).

Le recul de l’activité touristique en hôtellerie de plein air est uniquement dû à la clientèle française (- 7,2 %). Les étrangers, européens pour la plupart, sont plus présents (+ 0,9 %) et séjournent un peu plus longtemps qu’en 2013. Ils constituent la moitié de la clientèle, contre un tiers en France métropolitaine, et même davantage dans les établissements de catégorie supérieure. La diminution des nuitées des Britanniques est compensée par la progression de la fréquentation des Néerlandais, qui totalisent toujours près de la moitié des nuitées étrangères.

Le taux d’occupation, des campings ou des hôtels, reste plus faible que celui observé sur l'ensemble de la France métropolitaine. Même si l’écart est particulièrement marqué en été, il se stabilise depuis deux ans.

Pour comprendre

Méthodologie : la nouvelle classification des hôtels et des campings 

Depuis le 23 juillet 2012, les hôtels de tourisme et les campings sont classés à partir de nouvelles normes Atout France. Les campings-caravanings sont classés de 1 à 5 étoiles. Les conditions requises pour ce classement portent sur les équipements communs, les équipements sanitaires, l'accessibilité aux personnes handicapées.

Pour être qualifié d'« hôtel de tourisme », un établissement hôtelier doit comporter au moins 5 chambres et recevoir une clientèle de passage. Les hôtels sont classés en cinq catégories, de 1 à 5 étoiles, en fonction de leur confort, de leur équipement et de leurs services.

Les résultats publiés sont dorénavant exclusivement en nouvelle classification.

En janvier 2015, le parc régional hôtelier est composé de 977 hôtels. Trois ans après la clôture du dispositif de changement de classification, près d’1 hôtel sur 5 n’est pas classé. Ces établissements n’ont soit pas demandé une nouvelle classification ou ont été intégrés au champ en tant qu’hôtels historiquement non classés. Sur 827 hôtels présents dans le parc en 2009 et 2015, 612 établissements ont été reclassés à ce jour : 414 ont confirmé leur précédent classement et 195 ont changé pour un classement dans une catégorie supérieure.

Le parc régional des campings est constitué de 767 hébergements en 2014. Parmi les établissements déjà existants en 2009, 30 % ont été reclassés dans une catégorie supérieure et 50 % ont conservé leur catégorie initiale. Les 20 % restant, non-classés, n’ont pas fait de demande pour un nouveau classement.

Sources

Avertissement 

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Source : extension du champ des enquêtes de fréquentation touristique 

L’enquête de fréquentation dans l'hôtellerie concerne les hôtels homologués (1 à 5 étoiles), et depuis janvier 2014 tous les hôtels de cinq chambres ou plus, qu’ils soient classés ou non.

L’enquête de fréquentation dans l'hôtellerie de plein air est une enquête mensuelle réalisée de mai à septembre auprès des campings classés (de 1 à 5 étoiles) et étendue aux campings non classés depuis avril 2014 possédant au moins un emplacement de passage. Les Parcs Résidentiels de Loisirs (PRL) et les aires naturelles sont désormais inclus dans le champ de l’enquête. Les campings possédant uniquement des emplacements loués à l’année ne sont pas enquêtés.

Définitions

DGE

Les hébergements collectifs touristiques autres que les hôtels et campings comprennent les villages vacances, les résidences de tourisme, les auberges de jeunesse, les centres internationaux de séjour, les centres sportifs, Résidences Hôtelières, et les maisons familiales.

Pour en savoir plus

Anne-Céline Charel « Une saison touristique 2014 en demi-teinte », Insee Flash Centre-Val de Loire n° 7, février 2015

Site www.tourisme-pro-centre.fr (rubrique « études et enquêtes »)