Bilan économique 2014 en Franche-Comté

Dans un contexte d'accélération de l'activité mondiale et de reprise timide de l'activité dans la zone euro, l'économie française progresse faiblement en 2014 après le rythme plus soutenu de 2013. L'activité française présente quelques signes de reprise à la faveur d'un rebond du pouvoir d'achat et d'une légère croissance de l'emploi total. En Franche-Comté, ces signes se font attendre dans la mesure où la plupart des indicateurs de l'économie franc-comtoise restent orientés à la baisse en 2014.

Insee Conjoncture Franche-Comté
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Emploi - Recul des effectifs salariés dans tous les secteurs sauf l’intérim

Julie Pariente, Insee Franche-Comté

En 2014, la baisse des effectifs salariés francs-comtois des secteurs marchands non agricoles est plus forte qu’en 2013. Tous les grands secteurs d’activité sont touchés par cette dégradation de l’emploi, en particulier l’industrie et la construction. Dans l’industrie, la fabrication de matériels de transport est le secteur qui perd le plus d’emplois. L’intérim, quant à lui, se stabilise.

Insee Conjoncture Franche-Comté
No 5
Paru le : 29/05/2015

Une mauvaise année pour l’emploi

Entre fin 2013 et fin 2014, les effectifs d'emplois salariés diminuent plus fortement en Franche-Comté qu'en moyenne métropolitaine (– 1,9 % contre – 0,5 %). Avec 4 600 emplois salariés perdus contre 1 800 en 2013, la baisse de l'emploi régional est deux fois et demie plus importante qu'un an auparavant. Elle reste toutefois moindre qu’en 2012 (– 7 000 emplois salariés). Par rapport à la tendance 2008-2013, marquée par une diminution de 1,2 % en moyenne par an, 2014 apparaît comme une mauvaise année en matière d’emploi en Franche-Comté (figure 1).

Aucun département n’échappe à cette tendance. Sur un an, la Haute-Saône enregistre la plus forte baisse (– 3,0 %). Dans le Doubs, le Territoire de Belfort et le Jura, les effectifs salariés se contractent respectivement de 1,9 %, de 1,4 % et de 1,2 % (figure 2).

Évolution en dents de scie de l'emploi intérimaire

En un an, aucun secteur d’activité n’est épargné par la baisse des effectifs salariés (figure 3). L’emploi hors intérim recule de 2,0 % contre – 1,4 % au cours de l’année 2013. Seuls les effectifs intérimaires sont stables. Sur l’ensemble de l’année 2014, les effectifs intérimaires évoluent en dents de scie d’un trimestre à l’autre. Le recours à l’intérim, notamment dans l’industrie et la construction, s’impose comme un mode privilégié de gestion de la main d’œuvre, permettant aux entreprises de s’adapter aux variations de court terme de l’activité économique (figure 4).

L’évolution des effectifs intérimaires est contrastée selon les départements. En un an, ils baissent légèrement dans le Jura (– 0,9 %) et fortement en Haute-Saône (– 4,5 %). À l’inverse, ils progressent faiblement dans le Doubs (+ 0,9 %) et de manière plus significative dans le Territoire de Belfort (+ 3,6 %).

Forte baisse de l'emploi industriel, notamment dans la fabrication de matériels de transport

En 2014, 2 400 emplois disparaissent dans l’industrie. Cette dégradation de l’emploi industriel (– 2,8 %) succède au recul enregistré en 2013, déjà très marqué (– 3,2 %). 62 % des emplois industriels supprimés en 2014 relèvent de la fabrication de matériels de transport, intégrant notamment l’industrie automobile. Au total, les effectifs de cette branche baissent de 7,3 % en un an (figure 1).

Le recul de l’emploi industriel est le plus important dans le Doubs (– 3,2 %). Il est moins marqué dans le Jura et la Haute-Saône (– 2,4 % dans chacun) et encore moins dans le Territoire de Belfort (– 1,8 %). Dans tous les départements de la région, la contraction de l’emploi industriel est plus importante que celle observée en moyenne en France métropolitaine (– 1,2 %).

En 2014, l’emploi dans la construction suit la même tendance baissière (– 3,9 %) que celle observée en moyenne en France métropolitaine (– 3,5 %). Dans ce secteur, la dégradation est moindre dans le Jura (– 1,5 %) que dans les autres départements (– 4,4 % dans le Doubs et le Territoire de Belfort et – 5,4 % en Haute-Saône).

Dans le tertiaire marchand, la baisse est moins forte que dans l’industrie mais atteint tout de même 1 400 emplois, soit une diminution de 1,0 % sur un an. Avec 520 emplois salariés en moins, le commerce est le secteur le plus touché devant celui des transports (– 480 emplois). Hors intérim, la Haute-Saône enregistre la plus importante baisse de l’emploi tertiaire marchand de la région (– 2,8 %). Dans les autres départements, le recul est plus modéré : – 1,2 % dans le Territoire de Belfort, – 0,9 % dans le Doubs et – 0,3 % dans le Jura (figure 2).

Figure 1 – Emploi salarié des secteurs principalement marchands

en %
Emploi salarié des secteurs principalement marchands
Secteur d'activité - NAF rév. 2, 2008 2014 T4 (en milliers) Glissement annuel Glissement annuel moyen 2013/2008 (1)
Franche-Comté Franche-Comté France métropolitaine Franche-Comté France métropolitaine
Industrie 84,5 -2,8 -1,2 -2,6 -2,0
Industrie agro-alimentaire 10,6 -1,1 0,1 0,5 -0,4
Energie, eau, déchets, cokéfaction et raffinage 4,5 0,6 1,0 0,1 0,2
Biens d'équipement 10,3 -1,9 -1,4 -3,7 -2,8
Matériels de transport 19,1 -7,3 -2,7 -2,9 -2,0
Autres branches industrielles 40,0 -1,5 -1,7 -3,3 -2,9
Construction 20,8 -3,9 -3,5 -2,6 -1,5
Tertiaire marchand 136,4 -1,0 0,1 0,1 0,3
Commerce 45,2 -1,1 -0,5 -0,2 -0,2
Transports 16,9 -2,8 -0,5 -1,5 -0,3
Hébergement - restauration 10,6 -0,1 0,8 0,4 0,9
Information - communication 3,1 -1,3 0,8 -2,6 0,3
Services financiers 9,7 -0,3 0,5 0,1 0,2
Services immobiliers 2,8 -1,4 -0,1 -0,5 -0,5
Services aux entreprises 23,2 -1,3 0,8 -0,4 0,9
Services aux ménages 12,6 0,4 0,8 1,1 0,7
Intérim 12,2 -0,1 0,1 4,9 1,1
Total 241,7 -1,9 -0,5 -1,2 -0,4
  • Note : données CVS.
  • (1) : glissement annuel qu'aurait connu l'emploi salarié du secteur, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 2 – Emploi salarié par département et par secteur

en %
Emploi salarié par département et par secteur
2014T4 (en milliers) Glissement annuel
Industrie Construction Tertiaire marchand dont Commerce dont Intérim Total
Doubs 120,2 -3,2 -4,4 -0,8 -1,5 0,9 -1,9
Jura 53,1 -2,4 -1,5 -0,3 -0,3 -0,9 -1,2
Haute-Saône 38,9 -2,4 -5,4 -3,0 -2,1 -4,5 -3,0
Territoirede Belfort 29,5 -1,8 -4,4 -0,9 0,4 3,6 -1,4
Franche-Comté 241,7 -2,8 -3,9 -1,0 -1,1 -0,1 -1,9
  • Note : données CVS.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 3 – Évolution trimestrielle de l'emploi salarié des secteurs principalement marchands dans la région Franche-Comté

en indice base 100 au 2005 T1
Évolution trimestrielle de l'emploi salarié des secteurs principalement marchands dans la région Franche-Comté
Industrie Construction Tertiaire principalement marchand hors intérim dont Commerce Emploi hors intérim Franche-Comté Emploi hors intérim France métropolitaine
1er trim. 2005 100 100 100 100 100 100
2e trim. 2005 99,07 101,13 100,19 99,96 99,79 100,07
3e trim. 2005 98,04 102,39 100,18 100,14 99,45 100,12
4e trim. 2005 96,95 103,32 100,79 100,52 99,35 100,24
1er trim. 2006 96,21 104,51 100,32 100,13 98,91 100,38
2e trim. 2006 95,47 105,56 100,66 100,47 98,85 100,75
3e trim. 2006 95 106,76 101,4 101,42 99,1 101,15
4e trim. 2006 94,43 107,77 101,19 100,61 98,84 101,29
1er trim. 2007 93,96 108,3 101,66 101,47 98,91 101,74
2e trim. 2007 93,29 108,49 102,09 101,43 98,84 102,09
3e trim. 2007 92,8 109,76 102,52 101,52 98,95 102,54
4e trim. 2007 92,04 110,87 102,4 101,47 98,65 102,8
1er trim. 2008 91,69 112,06 103,49 102,16 99,13 102,87
2e trim. 2008 90,89 112,24 104,01 102,25 99,05 102,75
3e trim. 2008 90,83 112,31 103,99 101,84 99,02 102,67
4e trim. 2008 90,2 110,89 104,57 101,37 98,9 102,44
1er trim. 2009 88,74 109,92 103,98 100,77 97,9 101,83
2e trim. 2009 87,07 109,49 103,96 100,69 97,13 101,27
3e trim. 2009 85,73 108,35 103,87 100,63 96,41 100,82
4e trim. 2009 84,49 107,05 104,05 100,49 95,84 100,73
1er trim. 2010 83,49 106,39 103,27 100,58 94,98 100,47
2e trim. 2010 83,1 105,73 103,38 100,77 94,8 100,36
3e trim. 2010 82,76 105,46 103,32 101,08 94,6 100,42
4e trim. 2010 82,81 105,41 103,38 101,03 94,65 100,49
1er trim. 2011 83,23 105,04 103,68 101,36 94,94 100,76
2e trim. 2011 83,34 103,84 103,87 101,32 94,98 101,03
3e trim. 2011 83,03 103,68 104,14 101,08 94,96 100,95
4e trim. 2011 83,03 103,18 104,51 101,55 95,09 101,09
1er trim. 2012 82,8 102,59 104,85 101,71 95,1 101,19
2e trim. 2012 82,46 101,6 104,65 101,91 94,77 101,19
3e trim. 2012 81,92 100,74 104,13 101,34 94,21 101,07
4e trim. 2012 81,46 99,79 103,57 101,14 93,66 100,88
1er trim. 2013 80,52 98,9 103,33 100,73 93,06 100,74
2e trim. 2013 79,65 98,92 103,29 100,32 92,67 100,42
3e trim. 2013 79,15 98,31 103,3 100,6 92,4 100,37
4e trim. 2013 78,88 97,01 102,97 100,34 92,02 100,36
1er trim. 2014 78,34 96,65 102,48 99,83 91,51 100,32
2e trim. 2014 77,92 95 102,38 99,56 91,14 100,28
3e trim. 2014 77,41 93,76 102,06 99,42 90,66 100,03
4e trim. 2014 76,71 93,23 101,83 99,21 90,2 99,99
  • Note : données CVS.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 3 – Évolution trimestrielle de l'emploi salarié des secteurs principalement marchands dans la région Franche-Comté

Figure 4 – Évolution trimestrielle de l'emploi intérimaire

en indice base 100 au 2005 T1
Évolution trimestrielle de l'emploi intérimaire
Franche-Comté France métropolitaine
1er trim. 2005 100 100
2e trim. 2005 99,86 99,88
3e trim. 2005 101,99 101,92
4e trim. 2005 100,79 102,65
1er trim. 2006 97,72 101,71
2e trim. 2006 102,41 107,4
3e trim. 2006 104,54 107,33
4e trim. 2006 104,05 105,39
1er trim. 2007 118,61 114,96
2e trim. 2007 113,85 112,52
3e trim. 2007 110,42 110,89
4e trim. 2007 114,77 109,84
1er trim. 2008 116,18 114,39
2e trim. 2008 103,44 106,36
3e trim. 2008 94,86 99,98
4e trim. 2008 68,27 87,02
1er trim. 2009 55,47 74,44
2e trim. 2009 60,77 75,74
3e trim. 2009 70,06 79,46
4e trim. 2009 79,57 84,02
1er trim. 2010 85,1 88,96
2e trim. 2010 90,12 92,99
3e trim. 2010 96,17 97,12
4e trim. 2010 107,49 100,59
1er trim. 2011 108,7 101,19
2e trim. 2011 107,29 101,78
3e trim. 2011 103,91 100,93
4e trim. 2011 97,8 96,96
1er trim. 2012 97,08 95,66
2e trim. 2012 87,17 92,32
3e trim. 2012 83,25 88,41
4e trim. 2012 75,45 86,38
1er trim. 2013 82,7 88,5
2e trim. 2013 84,73 87,55
3e trim. 2013 85,51 88,99
4e trim. 2013 86,58 91,91
1er trim. 2014 83,63 89,65
2e trim. 2014 87,4 91,62
3e trim. 2014 80,79 87,87
4e trim. 2014 86,49 91,96
  • Note : données CVS.
  • Champ : emploi intérimaire en fin de trimestre.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 4 – Évolution trimestrielle de l'emploi intérimaire

Sources

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour en savoir plus

Pariente J., « Peu de signes d’amélioration », Insee Conjoncture Franche-Comté n° 4, avril 2015

Passeron V., Clavel L., Fortin A. et Marc B., « Un peu de carburant pour la consommation et pour les marges», Note de conjoncture, mars 2015