Bilan économique 2014 en Franche-Comté

Dans un contexte d'accélération de l'activité mondiale et de reprise timide de l'activité dans la zone euro, l'économie française progresse faiblement en 2014 après le rythme plus soutenu de 2013. L'activité française présente quelques signes de reprise à la faveur d'un rebond du pouvoir d'achat et d'une légère croissance de l'emploi total. En Franche-Comté, ces signes se font attendre dans la mesure où la plupart des indicateurs de l'économie franc-comtoise restent orientés à la baisse en 2014.

Insee Conjoncture Franche-Comté
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Agriculture - Une bonne année laitière ternie par des prix des céréales en baisse

Geoffrey Heydorff, DRAAF

En 2014, les conditions climatiques ont été capricieuses : manque d’ensoleillement, pluies et températures douces ont rythmé cette année. La météo a ainsi perturbé les moissons et a conduit à la production d’un blé de faible qualité. Ces conditions météorologiques difficiles ont affecté la pousse de l’herbe. Malgré tout, la production laitière a progressé. Quant à la filière viande, la quantité d’animaux abattus a permis de compenser la baisse des prix.

Insee Conjoncture Franche-Comté
No 5
Paru le : 29/05/2015

Un blé de faible qualité

L’année 2014 a été mouvementée pour les céréales franc-comtoises (figure 1). Aux deuxième et troisième trimestres, les blés français subissent une chute des prix à l’export du fait de la crise ukrainienne puis de l’embargo russe qui déstabilisent les marchés. La baisse de l’euro en fin d’année permet tout de même au blé français de trouver preneur à l’export. Par ailleurs, la météo a perturbé les moissons (figure 2). Les pluies record de juillet ont entrainé une germination des grains sur pied rendant impropres une partie de la récolte à la panification. Les bons rendements régionaux (69 quintaux/hectare contre 65 quintaux/hectare en moyenne quinquennale) ont ainsi pâti d’une mauvaise valorisation.

De plus, le blé français a dû faire face à la concurrence des blés étrangers mais également du maïs pour sa valorisation en fourrage, la récolte mondiale de maïs ayant été importante en 2014. Avec des rendements de 103 quintaux/hectare, supérieurs de plus de 10 quintaux/hectare à leur moyenne quinquennale, le maïs grain franc-comtois ne fait pas exception. Mais comme pour le blé, la production mondiale élevée a pesé sur les cours.

L’humidité et le manque d’ensoleillement estival ont également pénalisé la production viticole. Malgré des conditions optimales au moment de la récolte, les rendements sont décevants. La qualité devrait être cependant au rendez-vous.

La production laitière progresse encore

La pousse de l’herbe a elle aussi été affectée par cette météo capricieuse. Si le printemps doux a d’abord favorisé la pousse de l’herbe, le manque de pluie a ensuite été pénalisant dans certains secteurs de la région, notamment dans le sud-ouest de la Haute-Saône. Les fortes pluies estivales ont permis des regains en quantité, mais de faible qualité. Ces conditions difficiles n’ont pas ralenti la production laitière (figure 3). Au contraire, permises par une augmentation du cheptel de vaches et tirées par un prix de vente du lait en hausse, les livraisons de lait franc-comtois ont progressé de 3,3 % en un an. Le lait standard a augmenté de 2,8 €/hectolitre entre 2013 et 2014. En août et septembre, il se rapproche des 42 €/hectolitre (+ 5 % en un an).

La production de Comté pour l’année 2014 s’élève à près de 63 000 tonnes, soit une progression de 9 % en un an. Après quatre années de déclin, la production d’Emmental se redresse d’environ 9 % en 2014, pour atteindre plus de 12 000 tonnes. Les volumes de fromage à raclette et de Morbier sont également en hausse de près de 4 % chacun sur l’année.

Abattages : la quantité compense le prix

Avec un total de 37 500 tonnes en 2014, les abattages d’animaux progressent. Si avec moins de 2 000 tonnes annuelles, les abattages de veaux sont 10 % en dessous de leur moyenne quinquennale, ils sont largement compensés par les abattages de gros bovins, dont les volumes augmentent de 5 % en un an (12 400 tonnes). Avec 21 000 tonnes sur l’année, les abattages porcins sont également en hausse et dépassent de 1 000 tonnes leur moyenne quinquennale. Les abattages d’ovins restent stables. Cette hausse de l’activité d’abattages s’accompagne d’une baisse des prix de la viande au cours de l’année. Les agneaux sont peu touchés (– 1 % en un an) et leur cotation reste ainsi supérieure à sa moyenne des années précédentes. En revanche, le cours du porc subit une baisse de 12 % et termine l’année à moins de 1,40 €/kilo (figure 4). Si l’ensemble de la viande bovine perd également en valeur, les femelles sont plus particulièrement touchées. Les cotations des vaches mixtes perdent ainsi 10 % en un an (figure 5).

Figure 1 – Cotations des grandes cultures en 2014

Cotations des grandes cultures en 2014
Blé tendre Maïs Colza Tournesol
janv 180 162 361 385
févr 189 165 395 345
mars 193 170 407 405
avr 197 170 391 415
mai 174 161 335 415
juin 178 162 331 411
juil 175 148 325 405
août 170 144 311 395
sept 156 125 308 395
oct 176 127 323 410
nov 183 145 331 345
déc 190 140 360 352
  • Source : La France Agricole

Figure 1 – Cotations des grandes cultures en 2014

Figure 2 – Température et précipitations en Franche-Comté en 2014

Température et précipitations en Franche-Comté en 2014
Précipitations 2014 Normales 1991-2010 Températures 2014 Normales 1991-2010
janv 82 78 5 2
févr 132 77 6 3
mars 33 84 9 7
avr 26 80 12 10
mai 112 100 14 15
juin 46 86 19 18
juil 200 89 19 20
août 121 95 18 20
sept 28 100 17 15
oct 110 110 14 11
nov 96 108 9 6
déc 81 102 4 3
  • Source : Météo France

Figure 2 – Température et précipitations en Franche-Comté en 2014

Figure 3 – Prix et livraisons de lait en Franche-Comté

Prix et livraisons de lait en Franche-Comté
Livraisons Livraisons moyenne quinquennale Prix lait AOP Prix lait hors AOP
déc | 2013 973 911 47 41
janv | 2014 1069 986 46 41
févr | 2014 991 916 46 41
mars | 2014 1130 1034 45 38
avr | 2014 1166 1058 45 37
mai | 2014 1185 1116 47 38
juin | 2014 1048 988 47 39
juil |2014 1000 926 47 42
août | 2014 961 869 47 43
sept| 2014 912 838 42
oct | 2014 962 887 42
nov | 2014 903 853 41
  • Source : Agreste, enquêtes mensuelles laitières

Figure 3 – Prix et livraisons de lait en Franche-Comté

Figure 4 – Cotations porcs et agneaux en 2014

Cotations porcs et agneaux en 2014
Porc E Moyenne quinquennale Agneau R Moyenne quinquennale
janv 1,558 1,394 5,8 5,22
févr 1,525 1,506 5,8 5,09
mars 1,5325 1,49 5,8 5,096
avr 1,722 1,506 6,04 5,31
mai 1,67 1,502 6,05 5,238
juin 1,645 1,584 5,88 4,998
juil 1,678 1,578 5,8 4,914
août 1,6275 1,636 5,8 4,97
sept 1,5725 1,596 5,6 5,068
oct 1,438 1,514 5,5 5,155
nov 1,3975 1,494 5,7 5,276
déc 1,38 1,456 5,72 5,392
  • Source : FranceAgrimer, Franche-Comté Élevage

Figure 4 – Cotations porcs et agneaux en 2014

Figure 5 – Cotations bovins en 2014

Cotations bovins en 2014
Vache mixte O= Jeune bovin viande R+ Veau de boucherie
janv 3,47 4,03 6,46
févr 3,53 4,03 6,51
mars 3,59 3,98 6,48
avr 3,60 3,93 6,39
mai 3,62 3,87 6,25
juin 3,58 3,78 6,11
juil 3,55 3,78 5,90
août 3,58 3,85 5,87
sept 3,42 3,80 5,92
oct 3,23 3,73 5,99
nov 3,11 3,77 6,06
déc 3,09 3,89 6,07
  • Source : FranceAgrimer

Figure 5 – Cotations bovins en 2014

Pour en savoir plus

Geoffrey Heydorff, « Bilan de l’année agricole 2014 en Franche-Comté », Franche-Comté Conjoncture n° 163, Agreste, janvier 2015