Bilan économique 2014 en Franche-Comté

Dans un contexte d'accélération de l'activité mondiale et de reprise timide de l'activité dans la zone euro, l'économie française progresse faiblement en 2014 après le rythme plus soutenu de 2013. L'activité française présente quelques signes de reprise à la faveur d'un rebond du pouvoir d'achat et d'une légère croissance de l'emploi total. En Franche-Comté, ces signes se font attendre dans la mesure où la plupart des indicateurs de l'économie franc-comtoise restent orientés à la baisse en 2014.

Insee Conjoncture Franche-Comté
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Frontaliers - Une croissance de l’emploi frontalier comtois relativement modeste en 2014

Pierre Quillery, Insee Franche-Comté

Avec une croissance de 2,8 % en 2014, le nombre de frontaliers comtois atteint 30 800 personnes en fin d’année. Le rythme de progression diminue une nouvelle fois et confirme l’inflexion constatée depuis 2012. Ce phénomène s’observe dans les principaux cantons suisses à l’exception de celui de Berne. Les cantons de Vaud et de Neuchâtel demeurent les destinations principales des frontaliers résidant en Franche-Comté.

Insee Conjoncture Franche-Comté
No 5
Paru le : 29/05/2015

Fin 2014, 30 800 Francs-Comtois exercent une activité en Suisse. Le nombre de frontaliers francs-comtois a plus que doublé depuis la signature des Accords de Libre Circulation des Personnes (ALCP) conclus en juin 2002. En outre, depuis la suppression des zones frontalières pour les ressortissants de l’UE en juin 2007, les frontaliers peuvent exercer une activité sur l’ensemble du territoire suisse, ce qui a favorisé la diffusion du travail frontalier franc-comtois notamment dans les cantons de Genève et de Berne.

Les 170 km de frontière entre la Suisse et le Doubs expliquent que 73 % d’entre eux résident dans ce département, notamment dans les deux zones d’emploi de Morteau et de Pontarlier. Les autres frontaliers demeurent en quasi totalité dans le département du Jura (17 %) et dans le Territoire de Belfort (9 %) (figure 1).

Un rythme de croissance en inflexion depuis trois ans

Fin 2014, la région compte 800 frontaliers supplémentaires par rapport à l’année précédente. Après une année 2011 particulièrement dynamique (+ 12,7 %, soit 3 000 frontaliers supplémentaires par rapport à 2010), le rythme de progression s’est infléchi progressivement pour atteindre + 2,8 % en 2014 (figure 2). Le nombre de frontaliers résidant en Franche-Comté progresse dorénavant quasiment au même rythme que l’ensemble des frontaliers résidant en France (+ 3,0 %).

Ce ralentissement s’est produit dans les quatre départements comtois. Entre fin 2013 et fin 2014, seul le Territoire de Belfort conserve un rythme comparable à celui de l’année précédente (+ 5,9 %) (figure 3).

Un ralentissement dans les principales destinations des frontaliers comtois

Dans les cantons de Vaud et du Jura, où travaillent respectivement 11 900 et 5 800 Francs-Comtois, le rythme de croissance des frontaliers est deux fois moins élevé qu’un an auparavant. Dans le canton de Neuchâtel (10 400 travailleurs francs-comtois), le ralentissement est moins marqué (+ 2,0 % après une hausse de 2,8 % entre fin 2012 et fin 2013).

Alors qu’il comptait une vingtaine de frontaliers en 2002, le canton de Genève continue d’accueillir de plus en plus de travailleurs francs-comtois (700 à la fin de l’année 2014). Cependant, en 2014, le rythme de croissance est beaucoup moins élevé que celui constaté depuis dix ans. Le canton de Berne inverse sa tendance de l’année dernière : après avoir diminué de 1,5 % entre fin 2012 et fin 2013, le nombre de frontaliers comtois travaillant dans ce canton (1 400) progresse de 3,7 % en 2014 (figure 4).

Dans l’Arc jurassien suisse, le nombre de frontaliers rhônalpins et alsaciens progresse moins fortement

En 2014, dans le canton du Jura, la progression du nombre de frontaliers a été autant portée par les Francs-Comtois que par les Alsaciens (+ 3,1 % chacun). Cette augmentation du nombre de frontaliers alsaciens est moins forte que celle observée l’année dernière (+ 5,8 %). Dans le canton de Vaud, le nombre de frontaliers rhônalpins s’accroît légèrement plus (+ 3,2 %) que celui des Francs-Comtois, avec également, un fort ralentissement par rapport à la croissance constatée entre fin 2012 et fin 2013 (+ 7,9 %). Enfin, le nombre de frontaliers alsaciens travaillant dans le canton de Berne, certes modeste (300), diminue cette année de 6,8 %, après avoir augmenté de 25,0 % au cours de l’année 2013 (figure 5).

Figure 1 – Répartition des frontaliers résidant en Franche-Comté par cantons suisses de lieu de travail au 4e trimestre 2014

en nombre
Répartition des frontaliers résidant en Franche-Comté par cantons suisses de lieu de travail au 4e trimestre 2014
Lieu de travail Lieu de résidence
Doubs Jura Haute-Saône Territoire de Belfort Franche-Comté
Ensemble de la Suisse dont : 22 524 5 159 425 2 732 30 840
Canton de Berne 1 214 NS NS 219 1 483
Canton de Genève 151 502 NS NS 684
Canton du Jura 3 448 NS 188 2 184 5 833
Canton de Neuchâtel 10 086 123 82 65 10 356
Canton de Vaud 7 342 4 451 61 NS 11 895
Autres cantons 283 NS NS 209 588
  • Compte tenu de cette opération de pondération, les effectifs mentionnés sont significatifs à partir de 50. En dessous de ce seuil, ils sont indicatifs d’un lien de travail frontalier entre un département de résidence et un canton suisse de travail sans certitude sur le nombre réel de travailleurs frontaliers. La mention NS (non significatif) remplace les données correspondantes.
  • ns : non significatif, effectif inférieur à 50
  • Note de lecture du tableau : Les données de l'échantillon de la statistique de l'emploi (STATEM) servent à l'estimation du total des frontaliers au niveau national. Ce total est ensuite ventilé (par canton, branche, ...) au moyen des proportions calculées sur la base du système d'information central sur la migration (SYMIC).
  • Source : Office Fédéral de la Statistique (Statistique des frontaliers)

Figure 2 – Évolution du nombre de frontaliers comtois occupant un emploi en Suisse par départements de résidence

Évolution du nombre de frontaliers comtois occupant un emploi en Suisse par départements de résidence
4e trimestre 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) Évolution 2013/2012 (en %)
Franche-Comté dont : 30 840 2,8 5,1
Doubs 22 524 2,4 4,6
Jura 5 159 2,7 5,9
Haute-Saône 425 6,3 18,0
Territoire de Belfort 2 732 5,7 5,9
  • Source : Office Fédéral de la Statistique (Statistique des frontaliers)

Figure 3 – Nombre de frontaliers par cantons suisses de lieu de travail au 4e trimestre 2014

Nombre de frontaliers par cantons suisses de lieu de travail au 4e trimestre 2014
Résidant en Franche-Comté (nombre) Résidant en France (nombre) Part des frontaliers comtois (en %) Évolution des frontaliers résidant en France 4T14/4T13 (en %) Évolution des frontaliers résidant en Franche-Comté 4T14/4T13 (en %)
Ensemble de la Suisse dont : 30 840 150 410 20,5 3,0 2,8
Canton de Berne 1 483 1 948 76,1 0,9 3,7
Canton de Genève 684 70 991 1,0 3,1 6,4
Canton du Jura 5 833 7 185 81,2 3,1 3,1
Canton de Neuchâtel 10 356 10 809 95,8 2,5 2,0
Canton de Vaud 11 895 25 432 46,8 3,2 2,9
Autres cantons 588 34 045 1,7 3,0 6,9
  • Source : Office fédéral de la statistique (statistique suisse)

Figure 4 – Évolution du nombre de frontaliers comtois occupant un emploi en Suisse par canton

Évolution du nombre de frontaliers comtois occupant un emploi en Suisse par canton
Canton de travail 4e trimestre 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) Évolution 2013/2012 (en %)
Ensemble de la Suisse dont : 30 840 2,8 5,1
Canton de Berne 1 483 3,7 -1,5
Canton de Genève 684 6,4 11,8
Canton du Jura 5 833 3,1 7,7
Canton de Neuchâtel 10 356 2,0 2,8
Canton de Vaud 11 895 2,9 6,0
Autres cantons 588 6,9 14,8
  • Source : Office Fédéral de la Statistique (Statistique des frontaliers)

Figure 5 – Évolution du nombre de frontaliers comtois par département de résidence

Indice 100 au 3e trimestre 2002
Évolution du nombre de frontaliers comtois par département de résidence
Jura Franche-Comté Doubs Territoire de Belfort
1T02
2T02
3T02 100,0 100,0 100,0 100,0
4T02 101,2 100,6 100,5 100,5
1T03 102,9 101,2 100,8 101,5
2T03 104,9 102,5 102,2 101,0
3T03 105,7 103,4 103,3 101,0
4T03 106,4 103,1 103,0 97,7
1T04 106,6 103,8 103,9 97,6
2T04 111,3 107,7 107,8 100,5
3T04 110,8 106,6 106,9 96,5
4T04 111,9 108,0 108,4 97,2
1T05 111,4 109,7 110,4 100,4
2T05 112,6 111,3 112,3 100,1
3T05 113,1 111,8 112,8 100,9
4T05 116,8 115,8 116,9 104,0
1T06 117,8 117,8 119,2 105,5
2T06 122,0 122,9 124,6 109,8
3T06 127,0 128,4 129,9 117,4
4T06 131,7 134,0 135,8 121,2
1T07 133,2 138,4 140,5 127,9
2T07 138,4 144,2 146,2 134,5
3T07 143,9 149,5 151,4 138,3
4T07 149,9 154,6 156,1 143,8
1T08 154,2 158,1 159,2 147,8
2T08 159,6 160,9 160,6 155,1
3T08 165,3 164,2 163,4 157,1
4T08 168,2 163,0 160,9 158,5
1T09 166,6 161,4 159,6 154,6
2T09 165,7 160,9 159,4 151,9
3T09 163,9 156,9 155,0 147,9
4T09 165,3 157,0 155,3 144,3
1T10 165,3 157,5 156,0 144,0
2T10 168,7 161,5 160,0 148,7
3T10 170,4 162,5 160,9 148,0
4T10 171,0 163,0 161,4 147,9
1T11 178,1 171,0 169,5 154,9
2T11 181,0 176,4 175,1 161,8
3T11 184,8 179,3 178,1 162,4
4T11 191,2 184,6 183,1 166,8
1T12 193,4 188,0 187,0 167,7
2T12 200,8 195,5 194,4 174,8
3T12 204,8 198,8 197,5 178,4
4T12 204,3 198,1 196,8 176,2
1T13 205,8 199,1 197,3 179,7
2T13 211,6 205,1 203,2 184,6
3T13 214,4 206,7 204,8 183,7
4T13 216,4 208,1 205,8 186,5
1T14 215,3 209,5 207,1 191,4
2T14 219,1 213,7 211,2 196,6
3T14 220,9 214,0 211,3 196,0
4T14 222,2 214,0 210,8 197,1
  • Source : Office Fédéral de la Statistique (Statistique des frontaliers)

Figure 5 – Évolution du nombre de frontaliers comtois par département de résidence

Pour en savoir plus

Hmamda N., Quillery P., « Comparaison des salaires entre la Franche-Comté et l'Arc jurassien suisse », Observatoire Statistique Transfrontalier de l’Arc jurassien (OSTAJ), février 2015·

Hmamda N., Quillery P., « La main-d'œuvre frontalière dans l’Arc jurassien », Observatoire Statistique Transfrontalier de l’Arc jurassien (OSTAJ), décembre 2014

Hmamda N., Quillery P., « Une forte mobilité des actifs dans l’Arc jurassien », Observatoire Statistique Transfrontalier de l’Arc jurassien (OSTAJ), décembre 2014