Liens entre les aires urbaines en Bourgogne-Franche-Comté

Les navettes quotidiennes des actifs se rendant à leur travail forment des réseaux d'échanges entre les aires urbaines et participent au développement économique. En Bourgogne-Franche-Comté, les aires urbaines de Dijon et Besançon animent une grande partie de ces déplacements. Elles ont des échanges limités entre elles mais sont au coeur d'un réseau composé de dix aires urbaines faisant système au niveau national parmi lesquelles on compte aussi Chalon-sur-Saône, Dole, Vesoul, Lons-le-Saunier, Montceau-les-Mines, Le Creusot, Beaune et Pontarlier. L'aire industrielle, de Montbéliard est très liée à celle de Belfort, plus tertiaire qui échange également avec Mulhouse. Sens et Auxerre sont davantage tournées vers Paris, Mâcon vers Lyon. Nevers entretient quelques liens avec Paris et Clermont-Ferrand. Pontarlier et Montbéliard ont par ailleurs des relations économiques fortes avec la Suisse.

Insee Dossier Bourgogne-Franche-Comté
Paru le : 30/03/2016
Consulter

Aire urbaine de Mâcon : surtout tournée vers Lyon et Bourg-en-Bresse

Mélanie Bouriez, David Brion (Insee)

L'aire urbaine de Mâcon, avec 99 870 habitants, bénéficie de dynamiques favorables : sa population augmente sous l'effet des excédents naturel et migratoire, son emploi progresse grâce au secteur tertiaire. À cheval sur la Bourgogne et Rhône-Alpes, l'aire de Mâcon est très tournée vers l'extérieur. Les déplacements domicile-travail quotidiens des actifs sont nombreux avec les aires de Lyon et de Bourg-en-Bresse. Avec Lyon, ils concernent davantage les actifs des fonctions métropolitaines et les trajets sont davantage effectués en train. Les échanges migratoires sont importants avec Lyon, plus modérés avec Paris, Bourg-en-Bresse, Dijon et Chalon-sur-Saône. Mâcon accueille surtout des actifs des aires voisines. En sens inverse, partent de Mâcon des actifs vers Paris et Chalon-sur-Saône, et des étudiants vers Lyon davantage que vers Dijon.

Insee Dossier Bourgogne-Franche-Comté
Paru le : 30/03/2016