Liens entre les aires urbaines en Bourgogne-Franche-Comté

Les navettes quotidiennes des actifs se rendant à leur travail forment des réseaux d'échanges entre les aires urbaines et participent au développement économique. En Bourgogne-Franche-Comté, les aires urbaines de Dijon et Besançon animent une grande partie de ces déplacements. Elles ont des échanges limités entre elles mais sont au coeur d'un réseau composé de dix aires urbaines faisant système au niveau national parmi lesquelles on compte aussi Chalon-sur-Saône, Dole, Vesoul, Lons-le-Saunier, Montceau-les-Mines, Le Creusot, Beaune et Pontarlier. L'aire industrielle, de Montbéliard est très liée à celle de Belfort, plus tertiaire qui échange également avec Mulhouse. Sens et Auxerre sont davantage tournées vers Paris, Mâcon vers Lyon. Nevers entretient quelques liens avec Paris et Clermont-Ferrand. Pontarlier et Montbéliard ont par ailleurs des relations économiques fortes avec la Suisse.

Insee Dossier Bourgogne-Franche-Comté
Paru le : 30/03/2016
Consulter

Influence économique des aires urbaines extérieures

Mélanie Bouriez, David Brion (Insee)

Les seize aires urbaines de Bourgogne-Franche-Comté entretiennent des relations avec des aires urbaines extérieures à la région. Les déplacements domicile-travail participent à ces échanges. L'aire urbaine de Paris constitue la première destination de ces 19 200 actifs qui travaillent hors de Bourgogne-Franche-Comté et résident dans la région. L'influence de Paris s'exerce essentiellement sur les aires urbaines de Sens, Dijon, Auxerre et Besançon. Celle de Lyon se manifeste surtout sur l'aire urbaine de Mâcon. Déjà très connectées entre elles, Belfort et Montbéliard entretiennent des liens forts avec Mulhouse. Près des trois quarts de ces actifs mobiles occupent un emploi tertiaire. Leurs emplois souvent à haut niveau de qualification et à forte valeur ajoutée contribuent à renforcer l'attractivité des territoires.

Insee Dossier Bourgogne-Franche-Comté
Paru le : 30/03/2016