Liens entre les aires urbaines en Bourgogne-Franche-Comté

Les navettes quotidiennes des actifs se rendant à leur travail forment des réseaux d'échanges entre les aires urbaines et participent au développement économique. En Bourgogne-Franche-Comté, les aires urbaines de Dijon et Besançon animent une grande partie de ces déplacements. Elles ont des échanges limités entre elles mais sont au coeur d'un réseau composé de dix aires urbaines faisant système au niveau national parmi lesquelles on compte aussi Chalon-sur-Saône, Dole, Vesoul, Lons-le-Saunier, Montceau-les-Mines, Le Creusot, Beaune et Pontarlier. L'aire industrielle, de Montbéliard est très liée à celle de Belfort, plus tertiaire qui échange également avec Mulhouse. Sens et Auxerre sont davantage tournées vers Paris, Mâcon vers Lyon. Nevers entretient quelques liens avec Paris et Clermont-Ferrand. Pontarlier et Montbéliard ont par ailleurs des relations économiques fortes avec la Suisse.

Insee Dossier Bourgogne-Franche-Comté
Paru le : 30/03/2016
Consulter

Les migrations d'étudiants entre les aires urbaines : Dijon, Besançon, Paris et Lyon attractives

Mélanie Bouriez, David Brion (Insee)

Les étudiants sont à l'origine d'un quart des déménagements entre les aires urbaines de la région. Les deux sites universitaires de Dijon et Besançon attirent de nombreux étudiants. Ils structurent le territoire en deux bassins de recrutement dont les contours correspondent à ceux de leurs académies respectives. Les mobilités d'étudiants entre les deux académies sont de faible volume. Les départs d'étudiants, 15 500 en cinq ans, vers des aires urbaines extérieures à la région sont plus nombreux. Ils sont loin d'être compensés par les 8 000 arrivées de jeunes venant poursuivre leurs études dans l'une des aires urbaines de la région.

Insee Dossier Bourgogne-Franche-Comté
Paru le : 30/03/2016