Economie et Statistique n°393-394 - Histoires de vie

Economie et Statistique
Paru le : 01/11/2006
Consulter

Les expériences de santé comme vecteur de l'identité

Daniel Ruffin et Isabelle Ville

Pour mesurer l'impact des problèmes de santé sur la construction des identités, trois questions ont servi à délimiter une population concernée par de tels problèmes : 4,5 % déclarent uniquement des limitations d'activité, 23 % uniquement un traitement ou un suivi régulier pour raison médicale, 16 % déclarent à la fois des limitations et un suivi, et 9,5 % des séquelles de problèmes passés. Au total, 53 % de la population est concernée. Concernant les identifications, parmi les personnes limitées ou suivies, 17 % se considèrent comme des personnes malades, 11% comme des personnes handicapées, et 15 % citent leur problème de santé ou un handicap parmi les thèmes contribuant le mieux à les définir. L'expression des identités a, en outre, permis d'identifier une catégorie supplémentaire de personnes qui ont un problème de santé, mais ne se considèrent ni comme handicapées, ni comme malades. Les différentes façons de se définir par la santé que proposait l'enquête isolent ainsi des populations plutôt distinctes. Si la sévérité de l'état de santé, mesurée par le cumul d'un suivi médical et de limitations d'activité, reste le principal déterminant de ces expressions, les positions sociales jouent également un rôle important. L'arrêt de l'activité professionnelle et la restriction des loisirs au domicile, deux traductions sociales directes des atteintes de santé, contribuent à se considérer comme handicapé ou malade. Les hommes et les personnes n'ayant pas eu d'enfant tendent plus souvent à se dire handicapés. Se dire malade est plutôt associé à des caractéristiques dénotant différents registres de vulnérabilité sociale, notamment sur le plan du revenu. Enfin, citer son problème de santé comme un thème important pour se définir, sans pour autant se considérer comme malade ou handicapé, est davantage le fait de personnes âgées et de personnes conservant des traces d'un problème passé.

Economie et Statistique
No 393-394
Paru le : 01/11/2006