Economie et Statistique n°346-347 - Le RMI : entre redistribution et incitations

Economie et Statistique
Paru le : 01/01/2002
Consulter

Aide au logement et emploi

Cédric Afsa

Parmi les allocataires du RMI sans conjoint ni enfant, ceux qui bénéficient d'une aide au logement reprennent plus souvent que les autres une activité. Ce résultat peut surprendre. En effet, les bénéficiaires d'une aide disposent d'un revenu global supérieur. De plus, l'aide au logement est fortement redistributive, et les gains retirés de la reprise d'un emploi se trouvent réduits par la diminution concomitante de l'aide. Ceci pourrait dissuader les chômeurs à reprendre un emploi, surtout à temps partiel. En fait, l'explication de ce résultat est double. Tout d'abord, il tient au mécanisme d'intéressement permettant de cumuler à court terme RMI et revenu d'activité, et au fait que l'aide au logement ne couvre pas l'intégralité du loyer : une partie ­- le reste à charge ­ demeure à la charge du bénéficiaire. La théorie économique standard prédit que cette personne cherchera à travailler davantage pour faire face au reste à charge. C'est celui-ci, et non pas le montant de l'aide au logement, qui s'avère la variable économique déterminante. Ensuite, la réduction de l'aide consécutive à la reprise d'un emploi n'intervient pas tout de suite, mais avec un délai pouvant atteindre dix-huit mois. Seuls les effets sur les tout premiers mois de la reprise d'activité sont ici analysés. Il n'est pas possible, faute de données, d'apporter une réponse à la question de l'effet de l'aide à plus long terme sur l'activité. Il reste que cette explication purement économique du phénomène ignore le premier objectif d'une aide au logement : aider son bénéficiaire à accéder à­ ou à conserver ­ son autonomie résidentielle, facteur d'intégration économique et sociale. De fait, on constate sur cet échantillon une très forte mobilité résidentielle, que les données ne permettent pas de cerner avec suffisamment de précision. L'analyse conjointe des trajectoires résidentielles et d'activité apporterait un éclairage supplémentaire sur le lien entre aide au logement et activité.

Economie et Statistique
No 346-347
Paru le : 01/01/2002