Economie et Statistique n°346-347 - Le RMI : entre redistribution et incitations

Economie et Statistique
Paru le : 01/01/2002
Consulter

Recherche d'emploi et insertion professionnelle des allocataires du RMI

Laurence Rioux

En janvier 1998, 26 % des allocataires du RMI de décembre 1996 ont un emploi, 17 % sont inactifs et 57 % sont chômeurs. Les trois quarts de ces chômeurs cherchent activement un emploi et les plus actifs dans leur. recherche ont une plus grande probabilité d'en trouver un. L'effort de recherche affecte aussi le type de l'emploi trouvé : la probabilité, pour les anciens chômeurs les plus actifs dans leur recherche, d'occuper un contrat à durée indéterminée (CDI) est plus élevée que celle d'occuper un contrat à durée déterminée (CDD), elle-même plus élevée que celle d'être en emploi aidé. Pour les allocataires qui ont repris un premier emploi, une relative stabilité de l'activité rémunérée est observée, quatre personnes employées sur cinq étant encore en emploi neuf mois après cette reprise et deux sur trois dix-huit mois après. Pour les personnes qui ont repris un emploi temporaire, occuper un emploi aidé plutôt qu'un CDD ne diminue ni n'augmente la probabilité d'être encore en emploi quelques mois après la fin du contrat. En revanche, les personnes en CDD ont une plus forte probabilité d'accéder à un CDI que les personnes en emploi aidé.

Economie et Statistique
No 346-347
Paru le : 01/01/2002