Insee
Insee Conjoncture Martinique · Juillet 2021 · n° 14
Insee Conjoncture MartiniqueBilan économique 2020 - Martinique

En 2020, l’économie de la Martinique est marquée comme les autres régions françaises par les impacts de la pandémie mondiale : son PIB devrait subir une chute de -3 % sur l’année, suite  au confinement du printemps. Ce ralentissement arrive sur une économie déjà marquée par une croissance faible depuis 2015. Pour autant, l’impact des restrictions mises en place pour freiner la circulation de la Covid 19 est amorti, d’abord par le poids important du secteur non marchand et celui des administrations publiques dans l’île et ensuite par l’utilisation des différents dispositifs d’aides mis en place par le gouvernement. Ainsi, le recul de l’emploi est relativement faible tandis que la création d’entreprises reste à un niveau élevé tout comme l’activité de construction. En revanche, le tourisme, secteur en croissance et prometteur pour les acteurs économiques martiniquais, subit de plein fouet les effets de la pandémie : il est en recul, d’une manière générale, de moitié. Seul signe encourageant durant cette année particulière, l’épargne des ménages comme celle des entreprises est en hausse, sans pour autant soutenir la consommation.

Insee Conjoncture Martinique
No 14
Paru le : Paru le 08/07/2021

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2020 publiés par l'Insee.
Retrouvez les bilans des autres régions ici.

Consulter

Construction - Forte régression des ouvertures de chantiersBilan économique 2020

Laurent BELTRAN (Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement)

En 2020, la chute du nombre d’ouvertures de chantier est estimée à 34 %, pour un volume d'autorisations en progrès malgré la crise sanitaire mondiale. La construction de logements collectifs continue à progresser et concerne six autorisations de construire sur dix. Le développement de l'habitat se poursuit majoritairement dans les intercommunalités du Centre et du Sud de l’île.

Insee Conjoncture Martinique

No 14

Paru le : 08/07/2021

En 2020, la construction de logements ralentit fortement en Martinique avec près de 1 600 déclarations d'ouvertures de chantier contre 2 400 l'année précédente, soit une baisse de 34 %. Un niveau aussi bas ne trouve d'équivalent depuis le début du millénaire qu'au passage de l’année 2008 à 2009, marquée par un recul de 28 %. En effet, en janvier et février 2009, un mouvement de grève d'ampleur avait entraîné un blocage généralisé à la Martinique. En 2020, la diminution brutale du rythme de construction découle d'un contexte qui n'est pas propre à l'île mais une conséquence de la pandémie mondiale.

La crise sanitaire n'a pas épargné la construction de logements

La chute de production de logements est générale au niveau national. La Martinique et la Guadeloupe subissent le phénomène d'une manière similaire.

Les effets du confinement mis en place en mars tout autant que la baisse saisonnière d'activité au mois d'août s'observent clairement avec des chiffres-plancher mensuels d'ouverture de chantier, respectivement de 45 et 59 par rapport à une moyenne mensuelle sur les cinq dernières années de 206.

Les logements collectifs structurent l'économie de la construction

En 2020, la part des logements collectifs parmi les logements autorisés est de 60 %. Les nouveaux logements émergent pour six cas sur dix dans un habitat collectif. Le développement de l'habitat individuel se restreint progressivement depuis plus d'une décennie sur un rythme régulier. Chaque année, le nombre de logements individuels autorisés diminue d'une cinquantaine en moyenne. La politique publique en matière d'aménagement du territoire et de planification urbaine œuvre depuis longtemps à cette tendance. L'introduction du principe zéro artificialisation nette depuis 2019 renforce encore cette orientation générale.

Le parc de logements sociaux augmente en moyenne de 700 logements par an depuis 6 ans et compte pour 45 % dans le total des logements identifiés comme collectifs. Avec un parc de 33 971 logements sociaux en 2020, le nombre de logements du parc locatif social progresse de 2,3 % par rapport à 2019.

Le Sud et le Centre restent les lieux d'urbanisation de la Martinique

Sur le territoire de la Communauté d’Agglomération du Centre de la Martinique (CACEM), les centres instructeurs ont délivré 1 059 autorisations de construire en 2020, elles sont en régression (- 18 %) par rapport à l'année précédente. Pour la zone de la Communauté d’Agglomération de l’Espace Sud de la Martinique (CAESM), 1 080 autorisations de construire (soit + 19 %) ont été délivrées et 644 (soit + 52 %) pour la Communauté d’Agglomération du Pays Nord Martinique (CAP Nord).

En matière de délivrance d’autorisation, la crise n'a paradoxalement pas entraîné de régression marquée. Les Martiniquais continuent de déposer des permis de construire, le nombre global d'autorisations augmente même en 2020 de 6 % par rapport à 2019.

Figure 1Construction autorisée de logements

en %
Construction autorisée de logements (en %)
Logements en 2020 (nombre) Évolution 2020/2019 Évolution annuelle moyenne 2019/2014 ¹
Martinique 2 800 2,3 -3,1
France hors Mayotte 386 800 -13,9 3,3
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements de la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Notes : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies. En raison des arrondis, des totaux peuvent légèrement différer de la somme des éléments qui les composent.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 30 avril 2021.

Figure 2Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type

en %
Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type (en %)
Martinique France entière
Surfaces autorisées en 2020 (milliers de m²) Évolution 2020/2019 Évolution annuelle moyenne 2019/2014 ¹ Évolution 2020/2019 Évolution annuelle moyenne 2019/2014 ¹
Artisanat 2 -61,4 11,8 -8,0 5,7
Bureaux 18 -21,8 2,5 -25,2 10,3
Commerce 15 -44,8 3,6 -21,2 0,3
Entrepôt 11 -21,4 -10,3 -32,9 14,0
Exploitation agricole ou forestière 14 1,6 11,9 -19,1 -0,2
Hébergement hôtelier 4 28,8 -2,9 -21,1 11,4
Industrie 2 61,2 -40,8 -20,7 5,9
Service public ou d'intérêt collectif 10 43,1 -29,8 -22,1 1,8
Ensemble 74 -20,1 -7,3 -23,3 5,1
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de locaux, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 30 avril 2021.

Figure 3Évolution de la construction de logements

indice base 100 en décembre 2010
Évolution de la construction de logements (indice base 100 en décembre 2010)
Logements autorisés - Martinique Logements commencés - Martinique Logements autorisés - France hors Mayotte Logements commencés - France hors Mayotte
2005 84,8 124 115,5 112,6
2006 84,8 132 126,2 119,6
2007 76,1 132 119,7 118,4
2008 93,5 124 99,8 96,5
2009 76,1 88 79,8 83,7
2010 100 100 100 100
2011 71,7 128 108,6 104,2
2012 63 120 101,1 92,6
2013 76,1 100 88,7 86,6
2014 69,6 88 79,8 81,6
2015 78,3 104 84,9 83
2016 56,5 116 97,2 90,2
2017 56,5 88 103,3 106
2018 69,6 92 96,6 96,8
2019 58,7 100 94,1 93,8
2020 60,9 64 81 86,2
  • Note : données estimées provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels, collectifs et en résidence.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 30 avril 2021.

Figure 3Évolution de la construction de logements

  • Note : données estimées provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels, collectifs et en résidence.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 30 avril 2021.

Figure 4Évolution de la construction de locaux non résidentiels

indice base 100 en 2010
Évolution de la construction de locaux non résidentiels (indice base 100 en 2010)
Locaux autorisés - Martinique Locaux commencés - Martinique Locaux autorisés - France entière Locaux commencés - France entière
2005 116,6 156,6 105 127,1
2006 139 219,3 115,5 138,2
2007 102,6 145,3 114,8 144,6
2008 150,6 120,2 111,4 131,6
2009 144,6 180,8 98,6 110,4
2010 100 100 100 100
2011 113,3 80,1 105,6 104,2
2012 179 115,4 100,2 95,7
2013 153,8 204 91 93,4
2014 194,8 241,6 78,7 84,8
2015 160,9 153,1 87 80,5
2016 82,2 115,8 92,8 85,1
2017 165,3 154,5 95,2 90,4
2018 140,2 169,1 95,6 89,9
2019 133,4 126,6 101 93,4
2020 106,6 77,5
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 30 avril 2021.

Figure 4Évolution de la construction de locaux non résidentiels

  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 30 avril 2021.

Figure 5Logements commencés

en %
Logements commencés (en %)
Logements en 2020 (nombre) Évolution 2020/2019 Évolution annuelle moyenne 2019/2014 ¹
Martinique 1 600 -35,2 2,8
France hors Mayotte 356 100 -8,1 2,8
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements de la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Notes : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies. En raison des arrondis, des totaux peuvent légèrement différer de la somme des éléments qui les composent.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 30 avril 2021.

Encadré – L’économie de la construction : une mesure complexe

La construction de logements est un domaine qui participe à la vitalité économique, mais sa mesure s'annonce délicate à l'avenir. Le système d'information repose sur un comptage de l'apparition de nouveaux logements. Ce dénombrement s'appuie sur le suivi des dossiers d'instruction administrative au titre de l'autorisation d'urbanisme. Cet indicateur est simple et efficace dans un contexte d'expansion urbaine. Mais, les atteintes des limites de disponibilités foncières, la diminution des besoins dans un contexte de baisse démographique, changent la corrélation. De plus, les flux économiques relatifs aux opérations de réhabilitation, de rénovation voire simplement d'entretien, ne sont pas mesurés par les indicateurs présentés, pourtant ils participent à l'économie de la construction.

Publication rédigée par : Laurent BELTRAN (Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement)

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour comprendre

La base de données Sit@del2 rassemble les informations relatives aux autorisations de construire (permis accordés) et aux mises en chantier transmises par les services instructeurs (État, collectivités territoriales) au service statistique du Ministère de la Transition écologique (MTE). Les mouvements relatifs à la vie du permis (autorisations, annulations, modificatifs, déclarations d'ouverture de chantier) sont exploités à des fins statistiques.

Les séries de la construction utilisées pour la conjoncture et le bilan économique sont élaborées à partir de cette base.

En matière de logement, les séries d'estimations en date réelle sont produites mensuellement pour évaluer le nombre d'autorisations et de mises en chantier. Elles visent à retracer dès le mois suivant, l'ensemble des évènements à leur date réelle. Sur la base des données collectées, les séries intègrent une estimation de l'information non encore remontée. Ces séries sont actualisées chaque mois pour prendre en compte les informations les plus récentes. Les estimations en date réelle corrigent des éventuels défauts de collecte des déclarations d'ouverture de chantier.

Pour les locaux non résidentiels, les séries de surface de plancher en date de prise en compte permettent le suivi conjoncturel de ce secteur. Elles agrègent les informations issues des permis (autorisés, commencés, etc.) selon la date d'enregistrement de la donnée dans l'application Sit@del2.
Les séries de surface de plancher en date réelle sont utilisées pour les études structurelles. L'information est restituée selon la date effective de l'autorisation ou de la mise en chantier. Ces séries sont présentées nettes des annulations et ne comportent pas d'estimations : elles minorent donc la réalité, spécialement pour les mois de collecte les plus récents.

Définitions

Artificialisation des sols :

transformation d'un sol à caractère agricole, naturel ou forestier par des actions d'aménagement, pouvant entraîner son imperméabilisation totale ou partielle.

Un logement autorisé est un logement, non encore réalisé, dont la construction a été autorisée par un permis de construire ou une non-opposition à une déclaration préalable.


Un logement est considéré comme commencé (ou mis en chantier) après réception de la déclaration d’ouverture de chantier (DOC) envoyée par le pétitionnaire (ou maître d’ouvrage).


Un logement collectif (appartement) fait partie d’un bâtiment dans lequel sont superposés plus de deux logements distincts et dont certains ne disposent pas d’un accès privatif.

Un logement individuel est un logement dans une maison individuelle. Une maison individuelle peut comporter deux logements individuels s'ils ont été construits par le même maître d'ouvrage d'après le code de la construction et de l'habitation.

Définitions

Artificialisation des sols :

transformation d'un sol à caractère agricole, naturel ou forestier par des actions d'aménagement, pouvant entraîner son imperméabilisation totale ou partielle.

Un logement autorisé est un logement, non encore réalisé, dont la construction a été autorisée par un permis de construire ou une non-opposition à une déclaration préalable.


Un logement est considéré comme commencé (ou mis en chantier) après réception de la déclaration d’ouverture de chantier (DOC) envoyée par le pétitionnaire (ou maître d’ouvrage).


Un logement collectif (appartement) fait partie d’un bâtiment dans lequel sont superposés plus de deux logements distincts et dont certains ne disposent pas d’un accès privatif.

Un logement individuel est un logement dans une maison individuelle. Une maison individuelle peut comporter deux logements individuels s'ils ont été construits par le même maître d'ouvrage d'après le code de la construction et de l'habitation.