L'essentiel sur… l'Occitanie

L’essentiel sur … l’Occitanie dresse un portrait de la région via des indicateurs et des figures sur l’économie, le marché du travail (emploi et chômage), la démographie et les conditions de vie de la population (éducation, niveau de vie et pauvreté). Ces informations sont complétées par un jeu de questions-réponses pour éclairer plus spécifiquement certains sujets et donner accès à des analyses plus approfondies. En Occitanie, un accent particulier est donné à la question : « L’innovation : un moteur de la filière aérospatiale du Grand Sud-Ouest ? ».

Chiffres-clés
Paru le :Paru le20/10/2023
 No 01- Octobre 2023

Démographie

Au 1er janvier 2020, 5 974 000 personnes habitent en Occitanie. Avec une croissance de 0,7 % par an entre 2014 et 2020, l’Occitanie est, avec les Pays de la Loire, la région de France métropolitaine où la population augmente le plus vite sur cette période après la Corse. Ce dynamisme démographique est exclusivement porté par les migrations. La fécondité est relativement faible en Occitanie, tandis que le vieillissement de la population y est marqué (102 personnes âgées de 65 ans ou plus pour 100 jeunes de moins de 20 ans).

L’Occitanie est l’une des régions françaises où la population augmente le plus Évolution annuelle moyenne de population entre 2014 et 2020

L’Occitanie est l’une des régions françaises où la population augmente le plus
Population 2020 Évolution annuelle moyenne de la population entre 2014 et 2020 (en %)
France* 67 162 154 0,3
Martinique 361 225 -1,0
Guadeloupe 383 559 -0,7
Bourgogne-Franche-Comté 2 801 695 -0,1
Normandie 3 325 522 -0,1
Centre-Val de Loire 2 574 863 0,0
Hauts-de-France 5 997 734 0,0
Grand Est 5 562 651 0,0
Île-de-France 12 271 794 0,3
La Réunion 863 083 0,4
Nouvelle-Aquitaine 6 033 952 0,4
Provence-Alpes-Côte d'Azur 5 098 666 0,4
Bretagne 3 373 835 0,5
Auvergne-Rhône-Alpes 8 078 652 0,5
Pays de la Loire 3 832 120 0,6
Occitanie 5 973 969 0,7
Corse 343 701 1,0
Guyane 285 133 2,1
Mayotte** 256 518 3,8
  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • ** Mayotte : données 2017 et évolution 2012-2017
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Ouvrir dans un nouvel ongletCarte
  • Source : Insee, recensements de la population.

L’Occitanie est l’une des régions françaises où la population augmente le plus Évolution annuelle moyenne de population entre 2014 et 2020

  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • ** Mayotte : données 2017 et évolution 2012-2017
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Ouvrir dans un nouvel ongletCarte
  • Source : Insee, recensements de la population.

Niveau de vie médian et pauvreté

Le niveau de vie médian des habitants de la région s’élève à 22 030 euros annuels en 2020, soit 290 euros de moins que le niveau de vie médian national. L’Occitanie se place au quatrième rang des régions de France métropolitaine où les revenus sont les plus faibles, derrière les Hauts‑de‑France, la Corse et la Normandie. Le niveau de vie médian atteint 23 730 euros en Haute‑Garonne, soit près de 4 000 euros de plus que dans l’Aude. La pauvreté est très présente en Occitanie avec de fortes disparités départementales. Le taux de pauvreté de 16,8 % en 2020 place l’Occitanie en quatrième position des régions de France métropolitaine les plus pauvres après la Corse, les Hauts‑de‑France et Provence‑Alpes‑Côte d’Azur. Le taux de pauvreté varie de 13,3 % en Haute‑Garonne à 20,7 % dans les Pyrénées‑Orientales.

Un niveau de vie dans la région légèrement inférieur à celui de la FranceNiveau de vie annuel médian en 2020

(en euros)
Un niveau de vie dans la région légèrement inférieur à celui de la France ((en euros))
Revenu médian
France* 22 320
Île-de-France 24 490
Auvergne-Rhône-Alpes 23 110
Bretagne 22 400
Pays de la Loire 22 350
Grand Est 22 300
Centre-Val de Loire 22 160
Bourgogne-Franche-Comté 22 110
Provence-Alpes-Côte d'Azur 22 070
Nouvelle-Aquitaine 22 030
Occitanie 22 030
Normandie 21 820
Corse 21 500
Hauts-de-France 20 820
Martinique 19 200
La Réunion 16 520
Guadeloupe** 15 770
Guyane** 10 990
Mayotte** 3 140
  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France métropolitaine plus la Martinique et La Réunion
  • ** Données issues de l'enquête Budget de famille 2017
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Ouvrir dans un nouvel ongletCarte
  • Définition :
  • Sources : Insee, Fichier localisé social et fiscal (Filosofi), enquête Budget de famille 2017.

Un niveau de vie dans la région légèrement inférieur à celui de la FranceNiveau de vie annuel médian en 2020

  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France métropolitaine plus la Martinique et La Réunion
  • ** Données issues de l'enquête Budget de famille 2017
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Ouvrir dans un nouvel ongletCarte
  • Définition :
  • Sources : Insee, Fichier localisé social et fiscal (Filosofi), enquête Budget de famille 2017.

Produit intérieur brut

Avec un produit intérieur brut (PIB) de 181,3 milliards d’euros en 2021, l’Occitanie est la quatrième région de France métropolitaine qui crée le plus de richesse. Elle est devancée par l’Île‑de‑France, Auvergne‑Rhône‑Alpes et la Nouvelle‑Aquitaine. Les PIB par habitant et par emploi sont en Occitanie légèrement inférieurs à la moyenne de la France de province.

L’Occitanie, 4ᵉ région de France qui crée le plus de richesseProduit intérieur brut en 2021

(en millions d’euros)
L’Occitanie, 4ᵉ région de France qui crée le plus de richesse ((en millions d’euros))
PIB
Île-de-France 764 800
Auvergne-Rhône-Alpes 290 900
Nouvelle-Aquitaine 189 300
Occitanie 181 300
Provence-Alpes-Côte d'Azur 181 100
Hauts-de-France 174 300
Grand Est 166 900
Pays de la Loire 127 200
Bretagne 108 300
Normandie 99 300
Bourgogne-Franche-Comté 81 700
Centre-Val de Loire 78 300
La Réunion 20 300
Corse 10 100
Martinique 9 100
Guadeloupe 8 900
Guyane 4 600
Mayotte 2 900
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Ouvrir dans un nouvel ongletCarte
  • Définition :
  • Source : Insee, comptes régionaux (données semi-définitives).

L’Occitanie, 4ᵉ région de France qui crée le plus de richesseProduit intérieur brut en 2021

  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Ouvrir dans un nouvel ongletCarte
  • Définition :
  • Source : Insee, comptes régionaux (données semi-définitives).

Niveau d'éducation

Un habitant sur deux, âgé de 15 ans ou plus et non scolarisé, possède au minimum un diplôme de niveau bac en Occitanie en 2020. Si la part des diplômés de l’enseignement supérieur est importante en Occitanie, les écarts sont forts entre départements : de 44 % en Haute-Garonne à 25 % dans le Tarn-et-Garonne, l'Aude et l'Ariège.

Une proportion importante de diplômés du supérieur en OccitanieDiplôme le plus élevé des 15 ans ou plus non scolarisés en 2020

(en %)
Une proportion importante de diplômés du supérieur en Occitanie ((en %))
Enseignement supérieur Bac CAP ou BEP Pas ou peu diplômés*
Île-de-France 44,3 16,3 16,2 23,1
Auvergne-Rhône-Alpes 33,0 17,4 24,9 24,8
Provence-Alpes-Côte d'Azur 32,0 18,3 22,9 26,8
Occitanie 31,9 18,4 23,9 25,8
Bretagne 31,2 18,8 26,8 23,1
Pays de la Loire 29,0 17,5 28,3 25,2
Nouvelle-Aquitaine 28,6 18,0 27,5 25,8
Grand Est 27,2 16,9 28,9 27,2
Corse 26,8 22,6 20,9 29,7
Centre-Val de Loire 26,1 16,9 28,4 28,5
Hauts-de-France 26,0 17,3 26,0 30,8
Bourgogne-Franche-Comté 25,5 17,1 29,0 28,5
Normandie 24,9 16,8 28,5 29,8
Martinique 23,9 17,8 20,6 37,6
Guadeloupe 22,5 17,7 20,7 39,1
La Réunion 21,0 16,7 20,3 42,0
Guyane 18,9 14,4 16,5 50,2
Mayotte*** 12,3 10,2 8,4 68,5
France** 31,5 17,4 24,4 26,5
  • * sans diplôme ou détenant au plus le brevet des collèges
  • ** Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • *** Pour Mayotte, données du Recensement de la Population de 2017
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Ouvrir dans un nouvel ongletCarte
  • Définition :
  • Champ : personnes de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, recensement de la population.

Une proportion importante de diplômés du supérieur en OccitanieDiplôme le plus élevé des 15 ans ou plus non scolarisés en 2020

  • * sans diplôme ou détenant au plus le brevet des collèges
  • ** Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • *** Pour Mayotte, données du Recensement de la Population de 2017
  • Pour cartographier ces données, cliquer ici : Ouvrir dans un nouvel ongletCarte
  • Définition :
  • Champ : personnes de 15 ans ou plus.
  • Source : Insee, recensement de la population.

Marché du travail

Emploi total

Avec 2,5 millions d’emplois en 2021, l'emploi augmente fortement en Occitanie (+4,5 %), plus vite qu’en France (+3,9 %) en 2021. En Occitanie, 80 % des emplois relèvent du secteur tertiaire. Cette proportion atteint même 85 % dans l’Hérault. Le Lot, l’Aveyron, l’Ariège et le Tarn sont les départements les plus industrialisés de la région, l’industrie représentant plus de 13 % des emplois dans ces départements, tandis que la Lozère, le Gers et l’Aveyron sont les départements les plus agricoles (plus de 8 % des emplois).

2,5 millions d’emplois en Occitanie en 2021Emploi total en 2021 et évolution entre 2020 et 2021

2,5 millions d’emplois en Occitanie en 2021
Emploi total en 2021 (en milliers) Évolution entre 2020 et 2021 (en %)
France* 29 865,6 3,9
Île-de-France 6 752,8 3,6
Auvergne-Rhône-Alpes 3 649,3 4,6
Nouvelle-Aquitaine 2 599,5 4,3
Occitanie 2 497,3 4,5
Hauts-de-France 2 345,1 3,5
Provence-Alpes-Côte d'Azur 2 275,0 4,9
Grand Est 2 215,0 3,2
Pays de la Loire 1 725,3 4,1
Bretagne 1 457,6 4,0
Normandie 1 362,3 3,1
Bourgogne-Franche-Comté 1 115,5 2,1
Centre-Val de Loire 1 042,5 2,8
La Réunion 325,2 5,5
Martinique 144,3 2,8
Guadeloupe 142,8 2,4
Corse 142,0 4,0
Guyane 74,0 3,5
  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • L'emploi non salarié agricole des DOM est sous-estimé. Il ne tient pas compte des affiliés à la Mutualité sociale agricole (MSA).
  • Champ : personnes de 15 ans ou plus, emploi salarié ou non salarié.
  • Source : Insee, estimations d’emploi.

2,5 millions d’emplois en Occitanie en 2021Emploi total en 2021 et évolution entre 2020 et 2021

  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • L'emploi non salarié agricole des DOM est sous-estimé. Il ne tient pas compte des affiliés à la Mutualité sociale agricole (MSA).
  • Champ : personnes de 15 ans ou plus, emploi salarié ou non salarié.
  • Source : Insee, estimations d’emploi.

Activité et chômage

L’Occitanie est la deuxième région de France métropolitaine où le taux de chômage est le plus élevé, après les Hauts-de-France. En 2022, le taux de chômage s’établit à 8,7 % de la population active régionale, soit 1,4 point de plus qu’en moyenne en France. Mais de grandes inégalités existent sur le territoire : le département des Pyrénées-Orientales a le taux de chômage le plus élevé de France métropolitaine (11,7 %), alors que la Lozère a l'un des plus faibles (4,7 %), juste après le Cantal (4,1 %).

73 % d’actifs (en emploi ou non) et 27 % d’inactifs en OccitaniePopulation de 15 à 64 ans par statut d'activité et chômeurs au sens du recensement de la population en 2020

(en %)
73 % d’actifs (en emploi ou non) et 27 % d’inactifs en Occitanie ((en %))
Personnes en emploi Chômeurs au sens du recensement Retraités Élèves, étudiants et stagiaires non rémunérés Autres inactifs
Occitanie 63,1 10,2 6,4 10,8 9,5
France* 65,0 9,5 6,2 10,6 8,8
  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • Définition :
  • Champ : personnes de 15 à 64 ans.
  • Source : Insee, recensement de la population exploitation principale.

73 % d’actifs (en emploi ou non) et 27 % d’inactifs en OccitaniePopulation de 15 à 64 ans par statut d'activité et chômeurs au sens du recensement de la population en 2020

  • * Pour la comparaison nationale, la France correspond à la France hors Mayotte
  • Définition :
  • Champ : personnes de 15 à 64 ans.
  • Source : Insee, recensement de la population exploitation principale.

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Définitions

Le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une période.

On parle d'accroissement naturel ou d'excédent naturel lorsque le nombre de naissances est supérieur à celui des décès.

Le solde apparent des entrées sorties approche la différence entre le nombre de personnes entrées sur un territoire donné et le nombre de personnes qui en sont sorties, au cours de la période considérée. Il est obtenu par différence entre la variation totale de la population au cours de la période considérée et le solde naturel.

L'indicateur conjoncturel de fécondité, ou somme des naissances réduites, mesure le nombre d'enfants qu'aurait une femme tout au long de sa vie, si les taux de fécondité observés l'année considérée à chaque âge demeuraient inchangés.

Remarque :

Il ne faut pas perdre de vue que les taux utilisés dans le calcul sont ceux observés au cours d'une année donnée dans l'ensemble de la population féminine (composée de plusieurs générations) et ne représentent donc pas les taux d'une génération réelle de femmes. Il est probable qu'aucune génération réelle n'aura à chaque âge les taux observés. L'indicateur conjoncturel de fécondité sert donc uniquement à caractériser d'une façon synthétique la situation démographique au cours d'une année donnée, sans qu'on puisse en tirer des conclusions certaines sur l'avenir de la population.

L'indice de vieillissement de la population est le nombre de personnes âgées de 65 ans ou plus pour 100 personnes âgées de moins de 20 ans. Il permet de mesurer le degré de vieillissement de la population. Plus l'indice est élevé, plus le vieillissement est important.

Le niveau de vie est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d'unités de consommation (UC). Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d'un même ménage.

Le niveau de vie correspond à ce qu’Eurostat nomme « revenu disponible équivalent ».

Les unités de consommation sont généralement calculées selon l'échelle d'équivalence dite de l'OCDE modifiée qui attribue 1 UC au premier adulte du ménage, 0,5 UC aux autres personnes de 14 ans ou plus et 0,3 UC aux enfants de moins de 14 ans.

Si on ordonne une distribution, la médiane partage cette distribution en deux parties d’effectifs égaux.

Ainsi, pour une distribution de salaires, 50 % des salaires se situent sous la médiane et 50 % au-dessus.

Remarque :

De nombreuses grandeurs économiques sont limitées vers le bas et non vers le haut. Par exemple, le salaire horaire est limité vers le bas par le SMIC alors que certains salaires peuvent être très élevés. La moyenne est tirée vers le haut par les salaires élevés, même s'ils sont peu nombreux, et elle est pour cette raison généralement supérieure à la médiane.

Par ailleurs, l'incertitude qui affecte les valeurs extrêmes, en particulier les valeurs élevées, se reporte sur la moyenne mais n'affecte pas la médiane. Celle-ci est de ce point de vue un indicateur plus fiable.

Un individu (ou un ménage) est considéré comme pauvre lorsqu'il vit dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté. En France et en Europe, le seuil est le plus souvent fixé à 60 % du niveau de vie médian.

L'Insee, comme Eurostat et les autres pays européens, mesure en effet la pauvreté monétaire de manière relative alors que d'autres pays (comme les États-Unis ou le Canada) ont une approche absolue.

Dans l'approche en termes relatifs, le seuil de pauvreté est déterminé par rapport à la distribution des niveaux de vie de l'ensemble de la population. Eurostat et les pays européens utilisent en général un seuil à 60 % de la médiane des niveaux de vie. La France privilégie également ce seuil, mais publie des taux de pauvreté selon d'autres seuils (40 %, 50 % ou 70 %), conformément aux recommandations du rapport du Cnis sur la mesure des inégalités.

Le produit intérieur brut aux prix du marché vise à mesurer la richesse créée par tous les agents, privés et publics, sur un territoire national pendant une période donnée. Agrégat clé de la comptabilité nationale, il repré­sente le résultat final de l’activité de production des unités productrices résidentes.

Le PIB aux prix du marché peut être mesuré de trois façons :

  • selon l’optique de la production, en faisant la somme des valeurs ajoutées de toutes les acti­vités de production de biens et de services et en y ajoutant les impôts moins les subventions sur les produits ;
  • selon l’optique des dépenses, en faisant la somme de toutes les dépenses finales (consacrées à la consommation ou à l’accroissement de la richesse) en y ajoutant les exportations moins les importations de biens et services ;
  • selon l’optique du revenu, en faisant la somme de tous les revenus obtenus dans le processus de production de biens et de services (revenus salariaux, excédent brut d’exploitation et revenu mixte) et en y ajou­tant les impôts sur la production et les importa­tions moins les subventions.

Le PIB par habitant est calculé en rapportant le PIB de la région à la population résidant dans la région. Les différences régionales de PIB par habitant peuvent s’éclairer en prenant en compte deux indicateurs, le PIB par emploi et le taux d’emploi. En effet : PIB/habitant = PIB/emploi * Taux d’emploi

Le taux d’emploi est défini comme le rapport du nombre d’emplois de la région rapporté à la population. Ce taux d’emploi dépend de plusieurs paramètres : le poids des jeunes et des retraités, le chômage et le taux d’activité féminin, le poids relatif des personnes résidentes allant travailler dans une autre région et des personnes venant travailler d’une autre région.

Le PIB par emploi est calculé en rapportant le PIB de la région à l’emploi régional défini par l’ensemble des actifs travaillant dans la région qu’ils y résident ou non. Cet indicateur est aussi appelé productivité apparente du travail.

Le niveau de diplôme fait référence au diplôme le plus élevé déclaré par l'individu. Les catégories de diplôme utilisées sont les suivantes :

  • aucun diplôme dont :
    • pas de scolarité ou scolarité achevée avant la fin de l'école primaire ;
    • scolarité suivie jusqu'à la fin de l'école primaire ou achevée avant la fin du collège ;
    • scolarité jusqu'à la fin du collège ou au-delà ;
  • certificat d'études primaires (CEP) ;
  • BEPC, brevet élémentaire, brevet des collèges, DNB ;
  • CAP, BEP ou diplôme de niveau équivalent ;
  • baccalauréat, brevet professionnel dont :
    • baccalauréat général ou technologique, brevet supérieur, capacité en droit, DAEU, ESEU ;
    • baccalauréat professionnel, brevet professionnel, de technicien ou d'enseignement, diplôme équivalent ;
  • BTS, DUT, Deug, Deust, diplôme de la santé ou du social de niveau bac+2, diplôme équivalent ;
  • licence, licence professionnelle, maîtrise, diplôme équivalent de niveau bac+3 ou bac+4 ;
  • Master, DEA, DESS, diplôme de grande école de niveau bac+5, doctorat de santé ;
  • Doctorat de recherche (hors santé).

La population active regroupe les personnes en emploi et les personnes au chômage.

Remarque :

La mesure de la population active diffère selon l'observation statistique qui en est faite. On peut actuellement distinguer trois approches principales : au sens du BIT, au sens du recensement de la population, au sens de la Comptabilité nationale.

Le taux de chômage est le pourcentage de chômeurs dans la population active (actifs occupés + chômeurs).

On peut calculer un taux de chômage par âge en mettant en rapport les chômeurs d'une classe d'âge avec les actifs de cette classe d'âge. De la même manière se calculent des taux de chômage par sexe, par PCS, par région, par nationalité, par niveau de diplôme...

Remarque :

Le taux de chômage diffère de la part du chômage qui, elle, mesure la proportion de chômeurs dans l'ensemble de la population.

Comment est répartie la population de la région ?
Comment est répartie la population de la région ?

Les intercommunalités, considérées comme espaces de vie, sont une échelle intéressante pour observer la répartition démographique. Entre 2014 et 2020, la population augmente très rapidement dans les métropoles de Toulouse et de Montpellier, qui sont les deux métropoles où la démographie est la plus dynamique parmi les 22 métropoles françaises. Elles entraînent dans leur sillage des communautés de communes urbaines ou rurales périurbaines. La dynamique est plus modérée dans les communautés d’agglomération et la population baisse dans les communautés de communes situées dans le rural hors de l’influence d’un pôle. Les jeunes et les cadres sont très présents dans les métropoles alors que les communautés de communes hébergent principalement des familles et des personnes âgées.

Pour en savoir plus : Intercommunalités en Occitanie : une croissance démographique sous l’influence des deux métropoles les plus dynamiques de France.

Répartition des EPCI selon leur nature

Répartition des EPCI selon leur nature - Lecture : Au 1er janvier 2021, l’Occitanie compte 138 communautés de communes situés principalement sur son territoire, dont 23 sont à dominante urbaine, 44 à dominante rurale périurbaine et 71 à dominante rurale autonome. Leur population au 1er janvier 2020 est de 2,4 millions d’habitants, soit 41,2 % de la population d’Occitanie.
Nature d’EPCI Dominante Nombre Population 2020 (en effectif) Population 2020 (en %) Taux annuel moyen d’évolution de la population entre 2014 et 2020 (en %)
Métropoles Urbain 2 1 306 264 22,0 1,5
Communautés urbaines Urbain 1 270 610 4,6 0,4
Communautés d’agglomération Ensemble 20 1 907 834 32,2 0,5
Urbain 18 1 719 298 29,0 0,5
Rural périurbain 2 188 536 3,2 0,5
Communautés de communes Ensemble 138 2 446 374 41,2 0,5
Urbain 23 629 779 10,6 0,8
Rural périurbain 44 890 007 15,0 0,7
Rural autonome 71 926 588 15,6 0,0
Ensemble des EPCI 161 5 931 215 100,0 0,8
  • Lecture : Au 1er janvier 2021, l’Occitanie compte 138 communautés de communes situés principalement sur son territoire, dont 23 sont à dominante urbaine, 44 à dominante rurale périurbaine et 71 à dominante rurale autonome. Leur population au 1er janvier 2020 est de 2,4 millions d’habitants, soit 41,2 % de la population d’Occitanie.
  • Source : Insee, recensement de la population 2020 ; géographie au 1er janvier 2021.
Qui sont les habitants de la région et comment vivent-ils ?
Qui sont les habitants de la région et comment vivent-ils ?

En Occitanie, la population augmente rapidement dans les départements les plus urbanisés mais stagne dans les plus ruraux où le vieillissement est accentué. La région se distingue par un grand nombre de personnes âgées de 85 ans ou plus (3,9 % de la population régionale sont âgés de 85 ans ou plus contre 3,3 % au niveau national en 2019), âges où les situations de perte d’autonomie s’intensifient. La plupart des personnes âgées de 85 ans ou plus vivent à domicile (81 %). Plus de la moitié d’entre elles vivent seules. Bicéphale avec Toulouse et Montpellier, l’Occitanie est particulièrement concernée par les phénomènes de métropolisation et de périurbanisation autour de ces deux métropoles. En Occitanie, un habitant sur deux vit dans un territoire où les fortes chaleurs deviendront très fréquentes d’ici 2035. Face aux enjeux de limitation du bilan carbone, l’adaptation des modes de déplacement et de l’habitat constitue un défi majeur. Les inégalités sociales sont marquées. En 2020, les 10 % les plus riches disposent de plus de 3 100 € par mois quand les 10 % les plus pauvres vivent avec moins de 940 € par mois. Pauvreté et chômage sont notamment très présents dans les départements du littoral méditerranéen.

Pour en savoir plus : L’Occitanie : une région attractive face au vieillissement de sa population, aux enjeux environnementaux et aux inégalités.

Part et volume des personnes âgées de 65 ans ou plus en 2019 et 2040

Part et volume des personnes âgées de 65 ans ou plus en 2019 et 2040
Code du département Département Part 65 ans ou + (en %) - 2019 Part 65 ans ou + (en %) - 2040 Nombre 65 ans ou + - 2019 Nombre 65 ans ou + - 2040
1 Ain 17,7 25,3 115 450 184 555
2 Aisne 20,2 28,3 107 544 138 874
3 Allier 27,4 34,5 92 106 109 269
4 Alpes-de-Haute-Provence 26,1 35,2 42 948 58 153
5 Hautes-Alpes 24,4 37,4 34 502 51 291
6 Alpes-Maritimes 24,4 29,9 266 541 327 941
7 Ardèche 24,8 34,5 81 367 116 511
8 Ardennes 21,3 30,3 57 528 70 679
9 Ariège 26,0 36,0 39 922 55 739
10 Aube 21,4 27,4 66 541 84 158
11 Aude 25,9 34,8 97 000 136 374
12 Aveyron 27,2 36,4 76 066 103 036
13 Bouches-du-Rhône 20,4 25,4 417 122 534 045
14 Calvados 21,4 29,5 148 568 203 508
15 Cantal 27,8 37,4 40 225 51 931
16 Charente 25,0 34,2 88 037 115 278
17 Charente-Maritime 27,4 37,5 178 409 266 158
18 Cher 25,6 33,2 77 319 91 577
19 Corrèze 27,4 35,7 65 690 84 106
21 Côte-d'Or 20,9 27,3 111 526 145 419
22 Côtes-d'Armor 25,8 35,4 154 907 214 876
23 Creuse 30,1 40,5 35 110 42 075
24 Dordogne 28,7 41,1 118 595 163 779
25 Doubs 19,5 25,3 106 013 136 415
26 Drôme 21,7 28,8 112 148 160 824
27 Eure 19,1 29,8 114 630 162 304
28 Eure-et-Loir 20,3 28,6 87 412 116 454
29 Finistère 23,0 31,4 210 260 293 667
2A Corse-du-Sud 23,9 33,3 37 961 55 331
2B Haute-Corse 22,9 30,9 41 649 62 275
30 Gard 22,9 31,5 171 659 242 221
31 Haute-Garonne 16,6 21,2 231 941 348 306
32 Gers 27,5 38,1 52 594 74 219
33 Gironde 19,2 24,1 311 369 459 444
34 Hérault 21,5 26,6 252 707 366 408
35 Ille-et-Vilaine 17,9 23,4 193 521 288 679
36 Indre 27,8 35,5 60 975 71 421
37 Indre-et-Loire 21,5 27,8 131 308 177 246
38 Isère 18,3 24,8 232 425 336 134
39 Jura 23,4 32,5 60 712 81 012
40 Landes 25,1 34,7 103 874 155 244
41 Loir-et-Cher 24,8 32,2 81 639 99 386
42 Loire 22,3 27,1 170 784 212 267
43 Haute-Loire 24,0 32,9 54 694 75 087
44 Loire-Atlantique 18,1 22,9 259 221 385 283
45 Loiret 20,0 25,9 135 865 182 862
46 Lot 29,6 40,3 51 507 71 418
47 Lot-et-Garonne 26,2 36,2 86 754 114 482
48 Lozère 25,3 34,1 19 359 26 340
49 Maine-et-Loire 19,7 26,4 161 292 225 831
50 Manche 24,6 35,6 121 972 166 254
51 Marne 19,4 25,7 109 704 139 779
52 Haute-Marne 24,7 33,4 42 547 49 630
53 Mayenne 22,0 30,3 67 474 91 263
54 Meurthe-et-Moselle 19,2 25,4 141 078 179 460
55 Meuse 22,5 32,3 41 437 51 443
56 Morbihan 24,2 35,4 183 883 289 299
57 Moselle 19,5 28,2 204 225 277 088
58 Nièvre 29,1 37,9 59 591 68 153
59 Nord 16,9 22,4 439 878 577 897
60 Oise 16,8 23,8 139 479 197 568
61 Orne 25,8 35,2 72 177 87 907
62 Pas-de-Calais 18,6 26,1 273 124 362 124
63 Puy-de-Dôme 21,5 26,0 142 423 184 739
64 Pyrénées-Atlantiques 24,0 31,5 163 770 231 270
65 Hautes-Pyrénées 26,7 35,4 61 243 79 819
66 Pyrénées-Orientales 26,0 35,0 124 773 178 412
67 Bas-Rhin 18,2 25,4 207 308 303 504
68 Haut-Rhin 19,6 30,0 150 185 223 197
69 Rhône 17,0 19,9 318 166 408 461
70 Haute-Saône 22,7 33,6 53 468 70 266
71 Saône-et-Loire 25,6 34,4 141 239 178 779
72 Sarthe 21,8 29,5 123 562 160 985
73 Savoie 20,5 29,7 89 666 133 243
74 Haute-Savoie 16,8 23,6 139 155 213 577
75 Paris 17,0 21,6 367 180 440 330
76 Seine-Maritime 19,8 26,1 248 627 319 993
77 Seine-et-Marne 14,5 20,8 205 946 311 937
78 Yvelines 16,4 21,4 237 197 316 811
79 Deux-Sèvres 23,3 30,9 87 191 118 113
80 Somme 19,8 27,0 112 849 148 672
81 Tarn 25,1 31,7 98 004 131 067
82 Tarn-et-Garonne 22,1 30,5 57 517 84 487
83 Var 26,0 33,2 279 956 378 861
84 Vaucluse 22,1 29,2 124 311 168 390
85 Vendée 24,3 35,0 166 332 262 180
86 Vienne 21,9 27,7 95 867 127 695
87 Haute-Vienne 24,6 32,0 91 735 112 618
88 Vosges 23,8 35,4 86 825 112 444
89 Yonne 24,2 32,4 81 206 101 450
90 Territoire de Belfort 19,7 28,0 27 802 33 345
91 Essonne 15,1 20,0 196 156 268 028
92 Hauts-de-Seine 15,2 19,2 246 113 320 848
93 Seine-Saint-Denis 11,9 16,7 195 768 287 249
94 Val-de-Marne 14,8 19,9 208 417 293 475
95 Val-d'Oise 13,5 18,7 168 435 246 875
971 Guadeloupe 19,1 39,2 73 510 118 490
972 Martinique 20,8 42,9 75 639 120 811
973 Guyane 5,5 11,1 15 546 42 299
974 La Réunion 11,8 21,5 101 993 196 026
976 Mayotte N/A - résultat non disponible N/A - résultat non disponible N/A - résultat non disponible NA
  • Sources : Recensement de la population 2019, modèle Omphale 2022 – scénario central.

Part et volume des personnes âgées de 65 ans ou plus en 2019

  • Sources : Recensement de la population 2019, modèle Omphale 2022 – scénario central.
Comment évolue la population de la région ?
Comment évolue la population de la région ?

Si les tendances démographiques récentes se prolongeaient, l’Occitanie compterait 6,7 millions d’habitants en 2070. Sa population augmenterait de 824 000 habitants en 50 ans. Ce serait la progression la plus forte des régions de France métropolitaine. Malgré des décès supérieurs aux naissances, la région gagnerait des habitants grâce aux flux migratoires, les arrivées étant plus nombreuses que les départs sur l’ensemble de la période. La croissance s’essoufflerait cependant au fil du temps, avec le creusement du déficit naturel. La population vieillirait. Le nombre de seniors de 65 ans ou plus augmenterait de 835 000 personnes et celui des jeunes de moins de 20 ans baisserait de 96 000. La Haute-Garonne et l’Hérault se distingueraient par de fortes croissances de population alors que les Hautes-Pyrénées, l’Aveyron, le Lot et la Lozère perdraient des habitants.

Pour en savoir plus : D’ici 2070, l’Occitanie gagnerait 824 000 habitants.

Contributions des soldes naturel et migratoire à la croissance annuelle de la population en Occitanie

(en %)
Contributions des soldes naturel et migratoire à la croissance annuelle de la population en Occitanie ((en %)) - Lecture : sur la période 2018-2030, le taux de croissance annuel moyen en Occitanie serait de + 0,52 %. Une partie de ce taux s’expliquerait par le solde naturel (- 0,12 %) et une autre par le solde migratoire (+ 0,64 %).
Période Taux de croissance annuel moyen Contribution du solde naturel Contribution du solde migratoire
2018 – 2070 + 0,25 - 0,29 + 0,54
2018 – 2030 + 0,52 - 0,12 + 0,64
2030 – 2040 + 0,36 - 0,20 + 0,56
2040 – 2050 + 0,20 - 0,31 + 0,51
2050 – 2060 + 0,09 - 0,41 + 0,50
2060 – 2070 + 0,04 - 0,43 + 0,47
  • Lecture : sur la période 2018-2030, le taux de croissance annuel moyen en Occitanie serait de + 0,52 %. Une partie de ce taux s’expliquerait par le solde naturel (- 0,12 %) et une autre par le solde migratoire (+ 0,64 %).
  • Source : Insee, modèle Omphale 2022 – scénario central.

Contributions des soldes naturel et migratoire à la croissance annuelle de la population en Occitanie

  • Lecture : sur la période 2018-2030, le taux de croissance annuel moyen en Occitanie serait de + 0,52 %. Une partie de ce taux s’expliquerait par le solde naturel (- 0,12 %) et une autre par le solde migratoire (+ 0,64 %).
  • Source : Insee, modèle Omphale 2022 – scénario central.
Quelles disparités économiques et sociales existent dans la région ?
Quelles disparités économiques et sociales existent dans la région ?

En 2019, l’Occitanie figure parmi les régions les plus pauvres de France métropolitaine, derrière la Corse, les Hauts-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur : 960 000 personnes, soit 16,8 % de la population, vivent avec moins de 1 097 euros mensuels, seuil de pauvreté monétaire fixé à 60 % du niveau de vie médian métropolitain. Près de 490 000 personnes vivent juste au-dessus du seuil de pauvreté, avec plus de 1097 euros mensuels, mais moins de 1280 euros. Ainsi, en Occitanie en 2019, une personne sur quatre est soit en situation de pauvreté monétaire, soit à la limite de la pauvreté. Les chômeurs, les familles monoparentales et les familles nombreuses sont particulièrement exposés. La majorité des personnes à la limite de la pauvreté vivent dans une commune urbaine, notamment des salariés. Les retraités sont plus souvent en situation de précarité dans les communes rurales les plus isolées. En l’absence de prestations sociales, 290 000 personnes à la limite de la pauvreté passeraient sous le seuil de pauvreté.

Pour en savoir plus : En Occitanie, 490 000 personnes vivent juste au-dessus du seuil de pauvreté.

Part de la population selon le niveau de vie en 2019 en Occitanie

Part de la population selon le niveau de vie en 2019 en Occitanie
Type de population Fourchette du niveau de vie mensuel (en euros) Part de la population (en %)
Population aisée 2193 euros ou plus 29,5
Population vivant autour du niveau de vie médian De 1645 à 2193 euros 26,2
Population modeste De 1097 à 1645 euros 27,5
dont population modeste hors halo de la pauvreté De 1280 à 1645 euros 18,9
dont population vivant dans le halo de la pauvreté De 1097 à 1280 euros 8,6
Population pauvre Moins de 1097 euros 16,8
  • Source : Insee-DGFIP-Cnaf-Cnav-CCMSA-Fichier localisé social et fiscal 2019.

Part de la population selon le niveau de vie en 2019 en Occitanie

  • Lecture : en 2019, le halo de la pauvreté monétaire concerne les personnes ayant un niveau de vie compris entre 1 097 et 1 280 euros mensuels soit 8,6 % de la population d’Occitanie.
  • Source : Insee-DGFIP-Cnaf-Cnav-CCMSA-Fichier localisé social et fiscal 2019.
Quelles sont les spécificités économiques de la région ?
Quelles sont les spécificités économiques de la région ?

L’Occitanie conjugue une forte spécialisation dans l’aéronautique et le spatial, un poids important du tourisme sur le littoral et dans les Pyrénées et une agriculture très présente dans le Gers, l’Aveyron, la Lozère et le Lot. En marge de ces moteurs de l’économie de la région, la filière forêt-bois est implantée dans tous les départements. Elle emploie 18 700 personnes, dont 15 800 salariés, au sein de 6 400 établissements. Les activités de cette filière sont importantes pour les territoires ruraux qui accueillent la moitié des emplois de la filière. L’Occitanie est spécialisée dans les activités de construction bois, un segment qui est appelé à se développer et rassemble un tiers des emplois de la filière. Dans les secteurs du sciage et du travail du bois, les entreprises ont une faible productivité et un besoin de modernisation. Ces secteurs ainsi que ceux de la sylviculture et de l’exploitation forestière sont confrontés à un enjeu de renouvellement de leur main d’œuvre, plutôt âgée. Dans la filière, deux salariés sur trois sont des ouvriers.

Pour en savoir plus : Filière forêt-bois : une ressource à mieux valoriser, un atout pour l’emploi en zone rurale.

Schéma de la filière : répartition par segment des établissements et emplois (salariés et non salariés) en 2019 (périmètre étendu)

(en volume)
Schéma de la filière : répartition par segment des établissements et emplois (salariés et non salariés) en 2019 (périmètre étendu) ((en volume)) - Lecture : le segment « Fabrication de meubles et d’objets divers en bois » utilise une partie du bois du segment « Sciage et du travail du bois » (cf. flèche). Ce segment comprend 60 établissements et 1 050 emplois, salariés et non-salariés.
Segment de la filière forêt-bois Établissements Emplois
Amont et première transformation Sylviculture et exploitation forestière 3 300 2 700
Amont et première transformation Sciage et travail du bois 1 490 5 480
Amont et première transformation Industrie du papier et du carton 210 2 660
Seconde transformation Fabrication de meubles et d'objet divers en bois 160 1 050
Seconde transformation Bois construction(travaux de charpente et de menuiserie) 1 830 5 500
Accompagnement de la filière bois Accompagnement Architectes, BET spécialisé bois 120 650
Activité transversale d’appui Commerce et transport intra-filière 50 680
  • Lecture : le segment « Fabrication de meubles et d’objets divers en bois » utilise une partie du bois du segment « Sciage et du travail du bois » (cf. flèche). Ce segment comprend 60 établissements et 1 050 emplois, salariés et non-salariés.
  • Champ : périmètre étendu.
  • Sources : Insee, Flores, Base non-salariés 2019.

Schéma de la filière : répartition par segment des établissements et emplois (salariés et non salariés) en 2019 (périmètre étendu)

  • Lecture : le segment « Fabrication de meubles et d’objets divers en bois » utilise une partie du bois du segment « Sciage et du travail du bois » (cf. flèche). Ce segment comprend 60 établissements et 1 050 emplois, salariés et non-salariés.
  • Champ : périmètre étendu.
  • Sources : Insee, Flores, Base non-salariés 2019.
L’innovation : un moteur de la filière aérospatiale du Grand Sud-Ouest ?
L’innovation : un moteur de la filière aérospatiale du Grand Sud-Ouest ?

La filière aérospatiale est particulièrement importante dans la zone d’emploi de Toulouse où elle emploie 16 % des salariés des secteurs marchands non agricoles. Pour les entreprises de la filière aéronautique et spatiale implantées en Occitanie ou en Nouvelle-Aquitaine (Grand Sud-Ouest), innover permet de rebondir suite à la crise sanitaire en préparant l’avenir. En 2021, un tiers d’entre elles investissent dans la recherche et le développement et la moitié travaillent sur des projets en lien avec la performance environnementale, la modernisation industrielle ou la transformation numérique. De nouveaux défis émergent tels que celui de la cybersécurité. La plupart des grandes entreprises sont sensibilisées au risque de cyberattaque, mais les PME sont beaucoup moins protégées. La maîtrise du processus de production reste très hétérogène. En particulier, une PME sur deux s’appuie entièrement sur les plans et spécifications fournis par leurs clients. Les relations clients-fournisseurs résistent au choc de la crise. Ces liens étroits vont de pair avec une dépendance à la filière et au principal client pour une entreprise sur cinq. Pour s’en affranchir, certaines s’orientent vers d’autres marchés. Cependant, diversifier son activité n’est pas si simple puisqu’en 2021, 12 % des entreprises ont cherché à le faire mais sans succès.

Pour en savoir plus : L’innovation reste un moteur de la filière aérospatiale du Grand Sud-Ouest.

Atouts et risques des entreprises de la filière aéronautique et spatiale en 2021

Atouts et risques des entreprises de la filière aéronautique et spatiale en 2021
Atouts Risques et difficultés
R&D : 31 % des entreprises réalisent des travaux de R&D Peu de maîtrise du processus de production : 45 % des fabricants ou fournisseurs de composants ou d’outils suivent entièrement les spécifications du client
Innovation : 1 entreprise sur 2 travaille sur au moins un projet porteur pour la filière Cybersécurité : les PME sont des cibles potentielles, seules 43 % ont une PSSI
Cybersécurité : les grandes entreprises (GE) sont sensibilisées, 89 % ont une PSSI Fragilité financière : 1 entreprise sur 2 confrontée à un impact négatif majeur sur sa situation financière
Relations client : environ 90 % d’entreprises satisfaites du climat général Approvisionnement : 37 % des entreprises signalent des difficultés d’approvisionnement, contre 21 % en 2020
Diversification : 1 entreprise sur 2 a réussi à diversifier son activité cette année Dépendance au marché et au client : 18 % des entreprises dépendent à la fois de la filière à plus de 80 % et d’un client principal à plus de 50 %
Reprise de l’activité : CA aérospatial en hausse pour 59 % d’entreprises et des chefs d’entreprise qui anticipent une accélération de la reprise Difficultés de recrutement : 78 % des entreprises qui cherchent à recruter rencontrent des difficultés
Emplois : les trois quarts des entreprises recrutent ou envisagent de le faire
  • Source : Insee, enquête filière aéronautique et spatiale 2021 dans le Grand Sud-Ouest.

Atouts et risques des entreprises de la filière aéronautique et spatiale en 2021

  • Source : Insee, enquête filière aéronautique et spatiale 2021 dans le Grand Sud-Ouest.

Les principales sources pour analyser les territoires

(*) En raison du report de l’enquête annuelle 2021 lié à la situation sanitaire de la Covid-19, les résultats du millésime 2019 du recensement doivent exceptionnellement être comparés avec ceux de millésimes antérieurs distants d’au moins 6 ans (au lieu de 5 ans habituellement).

Les zonages pour les études territoriales

Les zonages d’études s’appuient sur des méthodologies harmonisées au niveau européen, facilitant ainsi les comparaisons.

L'Insee présent dans les territoires

Les directions régionales de l’Insee réalisent des études pour éclairer les enjeux et spécificités locales. Souvent menées en partenariat avec les acteurs publics locaux, ces études sont diffusées sur insee.fr. Par ailleurs, l’Insee accompagne les acteurs locaux pour qu’ils puissent utiliser et interpréter les données.