Insee Conjoncture Centre-Val de LoireBilan économique 2018 - Centre-Val de Loire

En 2018, une année contrastée

Après une accélération vive de la croissance en 2017, le PIB français ralentit en 2018 :+ 1,7 % après + 2,3 %. Dans ce contexte de décélération, l’économie régionale est partiellement impactée. Les effectifs salariés sont de nouveau en retrait en 2018 (- 4 000 emplois) après trois années de progression. La baisse globale n’est pas endiguée par les sursauts dans le transport, le commerce ou l’hébergement-restauration. Le taux de chômage stagne, retrouvant son niveau de fin 2017 (8,3 %).
Le commerce extérieur enregistre une nouvelle progression permettant à la région de dégager un excédent commercial plus élevé qu’en 2017. Les créations d’entreprises plus nombreuses et les défaillances en repli témoignent d’une solide vitalité de la démographie des entreprises.
Les conditions météorologiques – printemps ensoleillé, arrière-saison chaude et sans pluie – ont contribué à la venue des touristes dans les hôtels et les campings de la région. L’agriculture a partiellement profité du temps clément, certaines activités ayant toutefois souffert du manque d’eau.
La qualité de l’air en Centre-Val de Loire s’améliore. Les immatriculations des véhicules particuliers diesel reculent quand celles des véhicules électriques et hybrides rechargeables progressent à un rythme soutenu.

Insee Conjoncture Centre-Val de Loire
No 25
Paru le : Paru le 06/06/2019
Auteurs : Fabio Dos Santos Pereira (DREAL Centre-Val de Loire), Issiaka Bagaté (CERC Centre-Val de Loire)
Insee Conjoncture Centre-Val de Loire  No 25 - Juin 2019

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2018 publiés par l'Insee.
Retrouvez les bilans des autres régions ici.

Consulter

Construction - Baisse d’activité dans le bâtiment, reprise pour les Travaux PublicsBilan économique 2018

Auteurs : Fabio Dos Santos Pereira (DREAL Centre-Val de Loire), Issiaka Bagaté (CERC Centre-Val de Loire)

En 2018, la construction neuve de logements et de locaux non résidentiels connaît un coup d’arrêt, aussi bien pour les autorisations que pour les mises en chantier. La promotion immobilière privée enregistre une baisse d’activité qui impacte les mises en vente ainsi que les réservations à la vente. De manière générale, le repli est plus marqué dans la région qu’au niveau national. Le secteur des Travaux Publics affiche un léger regain de son activité.

Insee Conjoncture Centre-Val de Loire

No 25

Paru le : 06/06/2019

Construction neuve : un coup d’arrêt général

Au cours de l’année 2018, 10 600 logements ont été autorisés en Centre-Val de Loire, soit 15,4 % de moins qu’en 2017. Ce recul, plus fort qu’au niveau national (- 6,9 %), met fin à trois années consécutives de hausse. Le nombre d’autorisations reste toutefois au-dessus du point bas de 2014 (figures 1 et 3).

Les logements collectifs ou en résidence sont les plus touchés par cette tendance : - 20,8 % (- 3 900 logements) contre - 12,0 % pour les logements individuels (- 6 700 logements).

Au sein de la région, tous les départements sont concernés par la baisse et plus particulièrement l’Indre (- 35,8 %).

En 2018, 10 200 constructions de logements ont débuté. La forte croissance des mises en chantier observée en 2017 ne se confirme pas, puisque 1 700 logements de moins ont été commencés au cours de l’année (- 14,9 %). Il s’agit d’un déclin bien plus marqué qu’au niveau national (- 4,0 %). Le secteur collectif est davantage touché par la baisse que le secteur individuel : - 22,9 % (- 3 800 logements) contre - 9,3 % (- 6 300 logements). L’ensemble des départements est concerné par cette chute : de - 4,0 % en Eure-et-Loir à - 29,1 % dans le Cher.

La construction de 1,20 million de mètres carrés de locaux non résidentiels a été autorisée en 2018, en baisse de 14,0 % par rapport à l’année précédente (figures 2 et 4). Parmi eux, les locaux liés aux exploitations agricoles ou forestières et aux entrepôts représentent près de la moitié de la surface totale. La surface autorisée se réduit pour les locaux dédiés aux activités de commerce, d’entrepôt, d’exploitation agricole et d’hébergement hôtelier. On observe en revanche une progression pour les locaux liés à l’artisanat, aux bureaux, à l’industrie et au service public.

Les prochaines élections municipales (mars 2020) pourraient accentuer ce coup de frein, les maires pouvant être moins enclins à lancer des constructions à l’approche du scrutin.

Promotion immobilière privée : activité en repli

En Centre-Val de Loire, la promotion immobilière privée est en recul en 2018. Cette baisse d’activité concerne les mises en vente ainsi que les réservations à la vente (figure 5).

Moins de 2 500 logements ont été mis en vente au niveau régional, soit un volume en retrait de 7,5 % par rapport à 2017. Au niveau national, la diminution est plus modérée sur la même période (- 3,9 %).

Avec moins de 2 500 logements réservés à la vente, le Centre-Val de Loire enregistre une baisse de 8,4 % sur un an, après trois années consécutives de hausse. Cette tendance est plus marquée que celle mesurée au niveau national (- 1,9 %). Les logements individuels représentent moins de 10 % des logements vendus.

Entre 2017 et 2018, quel que soit le type de logement vendu, les prix moyens ont augmenté. Ainsi, il faut compter 3 300 euros par mètre carré pour un appartement en Centre-Val de Loire (+ 3,6 %) et 226 000 euros en moyenne pour une maison individuelle (+ 13 %) (figure 6). Cette dernière hausse est particulièrement élevée, notamment par rapport au niveau national (+ 0,6 %).

L’encours de logements proposés à la vente diminue de 5,7 % sur un an et s’établit à près de 2 100 unités à la fin de l’année 2018.

Travaux Publics : une reprise d’activité à consolider

En Centre-Val de Loire, après une hausse amorcée en 2017, le niveau d’activité des Travaux Publics poursuit sa progression en 2018, plus modérément.

Au vu de la période pré-électorale, 2019 devrait représenter une année propice à la réalisation de travaux liés à l’achèvement des opérations programmées. En effet, 60 % à 70 % de l’activité des Travaux Publics est liée au secteur public et la profession dépend fortement des orientations de l’État et des collectivités territoriales.

Au niveau de l’emploi, la perte de salariés est continue depuis 10 ans. De plus, de très fortes tensions sur les métiers de l’encadrement sont observées ainsi qu’une aspiration importante de la main d’œuvre régionale par le Grand Paris. Les difficultés de trésorerie demeurent avec une augmentation des prix et des marges de plus en plus réduites.

Afin de mettre l’accent sur l’attractivité de leurs métiers, les Travaux publics ont lancé en 2019 une vaste campagne de communication et d’actions à destination des jeunes afin d’accroître le nombre de stagiaires et d’apprentis.

Figure 1aLogements autorisés par département

en %
Logements autorisés par département (en %)
Logements en 2018 (nombre) Évolution 2018/2017 Évolution annuelle moyenne 2017/2012 ¹
Cher 700 -13,2 -11,5
Eure-et-Loir 1 700 -17,0 -0,6
Indre 300 -35,8 -10,2
Indre-et-Loire 3 500 -15,8 -2,5
Loir-et-Cher 1 000 -21,5 -5,7
Loiret 3 500 -10,4 -0,2
Centre-Val de Loire 10 600 -15,4 -3,0
France hors Mayotte 455 600 -6,9 0,3
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Notes : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies. En raison des arrondis, des totaux peuvent légèrement différer de la somme des éléments qui les composent.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 27 mars 2019.

Figure 1bLogements commencés par département

en %
Logements commencés par département (en %)
Logements en 2018 (nombre) Évolution 2018/2017 Évolution annuelle moyenne 2017/2012 ¹
Cher 600 -29,1 -8,4
Eure-et-Loir 1 600 -4,0 -0,8
Indre 400 -12,2 -8,7
Indre-et-Loire 3 500 -14,9 3,9
Loir-et-Cher 1 000 -17,6 -3,5
Loiret 3 000 -15,9 -1,4
Centre-Val de Loire 10 200 -14,9 -0,9
France hors Mayotte 419 000 -4,0 2,6
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Notes : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies. En raison des arrondis, des totaux peuvent légèrement différer de la somme des éléments qui les composent.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 27 mars 2019.

Figure 2Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type

en %
Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type (en %)
Centre-Val de Loire France entière
Surfaces autorisées en 2018 (en milliers de m²) Évolution 2018/2017 Évolution annuelle moyenne 2017/2012 ¹ Évolution 2018/2017 Évolution annuelle moyenne 2017/2012 ¹
Artisanat 61 29,9 -6,9 11,6 -0,4
Bureaux 99 10,0 -4,5 11,6 -0,3
Commerce 129 -19,3 -5,3 -23,6 -0,1
Entrepôt 231 -37,9 22,4 1,5 1,8
Exploitation agricole ou forestière 341 -16,2 -1,8 -11,8 -2,5
Hébergement hôtelier 21 -40,8 4,1 -11,8 4,9
Industrie 150 15,0 -9,4 4,7 -2,2
Service public ou d'intérêt collectif 169 8,7 -13,3 0,2 -3,0
Ensemble 1 201 -14,0 -1,8 -3,8 -1,0
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de locaux, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SDES, Sit@del2, résultats au 27 mars 2019.

Figure 3Évolution de la construction de logements

indice base 100 en décembre 2010
Évolution de la construction de logements (indice base 100 en décembre 2010)
Logements autorisés - Centre-Val de Loire Logements commencés - Centre-Val de Loire Logements autorisés - France hors Mayotte Logements commencés - France hors Mayotte
2005 115,6 110,9 115,7 112,4
2006 133,8 117,4 126,3 119,4
2007 130,5 114,5 119,9 118,3
2008 111 104,3 99,9 96,5
2009 90,3 92 79,8 83,7
2010 100 100 100 100
2011 108,4 100 108,7 104,1
2012 94,8 90,6 101 92,6
2013 83,1 84,1 88,6 86,6
2014 64,3 74,6 79,8 81,6
2015 72,1 65,2 85 83,8
2016 78,6 69,6 97,1 92,6
2017 81,8 86,2 102,7 105,6
2018 68,8 73,9 95,6 101,3
  • Note : données estimées provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels, collectifs et en résidence.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 27 mars 2019.

Figure 3Évolution de la construction de logements

  • Note : données estimées provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels, collectifs et en résidence.
  • Source : SDES, Sit@del2, estimations au 27 mars 2019.

Figure 4Évolution de la construction de locaux non résidentiels

indice base 100 en 2010
Évolution de la construction de locaux non résidentiels (indice base 100 en 2010)
Locaux autorisés - Centre-Val de Loire Locaux commencés - Centre-Val de Loire Locaux autorisés - France entière Locaux commencés - France entière
2005 98,9 120,2 104,9 127,2
2006 112,4 153,8 115,5 138,2
2007 104,5 121,4 114,8 144,7
2008 101,9 106,5 111,5 131,7
2009 95,8 117,2 98,7 110,5
2010 100 100 100 100
2011 89,2 90,2 105,6 104,2
2012 85,5 80,4 100,7 95,7
2013 82,2 85,5 91,5 94
2014 65,1 67,5 79 84,5
2015 78,7 64,8 87,3 79,4
2016 91,2 80,8 94,2 83
2017 78 71,2 95,8 88,3
2018 67 92,1
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SDES, Sit@del2, résultats au 27 mars 2019.

Figure 4Évolution de la construction de locaux non résidentiels

  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SDES, Sit@del2, résultats au 27 mars 2019.

Figure 5Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Centre-Val de Loire

indice base 100 en 2010
Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Centre-Val de Loire (indice base 100 en 2010)
Logements neufs disponibles en fin d'année Logements neufs mis en vente Logements neufs vendus (réservés)
2005 92 134,9 110,6
2006 131,1 161,8 142,7
2007 148,6 152,7 140,4
2008 160,7 85,1 67,2
2009 112,1 77,7 105
2010 100 100 100
2011 103,1 104,8 93,4
2012 112,7 98,9 79,3
2013 110,5 73,5 66,4
2014 105,5 62,8 55
2015 113,8 83,4 68,7
2016 109,2 84,4 86,2
2017 108,6 98,4 103,9
2018 102,4 91 95,1
  • Note : données 2018 redressées pour les logements neufs disponibles et mis en vente.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SDES, enquête ECLN.

Figure 5Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Centre-Val de Loire

  • Note : données 2018 redressées pour les logements neufs disponibles et mis en vente.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SDES, enquête ECLN.

Figure 6Prix régional moyen des maisons neuves en 2018France métropolitaine : 264 334 € / lot

Prix moyen des maisons (en € / lot)
Prix régional moyen des maisons neuves en 2018 (Prix moyen des maisons (en € / lot) )
Zonage Valeur
Île-de-France 332 738,0
Centre - Val de Loire 226 267,0
Bourgogne-Franche-Comté 205 004,0
Normandie 200 362,0
Hauts-de-France 222 462,0
Grand Est 212 775,0
Pays-de-la-Loire 204 455,0
Bretagne 233 689,0
Nouvelle Aquitaine 252 030,0
Occitanie 239 524,0
Auvergne-Rhône-Alpes 302 054,0
Provence-Alpes-Côte d'Azur 282 820,0
Corse 357 182,0
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SDES, enquête ECLN.

Figure 6Prix régional moyen des maisons neuves en 2018France métropolitaine : 264 334 € / lot

  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SDES, enquête ECLN.

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour comprendre

La base de données Sit@del2 rassemble les informations relatives aux autorisations de construire (permis accordés) et aux mises en chantier transmises par les services instructeurs (État, collectivités territoriales) au service statistique du Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES). Les mouvements relatifs à la vie du permis (autorisations, annulations, modificatifs, déclarations d'ouverture de chantier) sont exploités à des fins statistiques.

Les séries de la construction utilisées pour la conjoncture et le bilan économique sont élaborées à partir de cette base.

En matière de logement, les séries d'estimations en date réelle sont produites mensuellement pour évaluer le nombre d'autorisations et de mises en chantier. Elles visent à retracer dès le mois suivant, l'ensemble des évènements à leur date réelle. Sur la base des données collectées, les séries intègrent une estimation de l'information non encore remontée. Ces séries sont actualisées chaque mois pour prendre en compte les informations les plus récentes. Les estimations en date réelle corrigent des éventuels défauts de collecte des déclarations d'ouverture de chantier.

Pour les locaux non résidentiels, les séries de surface de plancher en date de prise en compte permettent le suivi conjoncturel de ce secteur. Elles agrègent les informations issues des permis (autorisés, commencés, etc.) selon la date d'enregistrement de la donnée dans l'application Sit@del2.
Les séries de surface de plancher en date réelle sont utilisées pour les études structurelles. L'information est restituée selon la date effective de l'autorisation ou de la mise en chantier. Ces séries sont présentées nettes des annulations et ne comportent pas d'estimations : elles minorent donc la réalité, spécialement pour les mois de collecte les plus récents.

Définitions

Un logement autorisé est un logement, non encore réalisé, dont la construction a été autorisée par un permis de construire ou une non-opposition à une déclaration préalable.


Un logement est considéré comme commencé (ou mis en chantier) après réception de la déclaration d’ouverture de chantier (DOC) envoyée par le pétitionnaire (ou maître d’ouvrage).

Un chantier est considéré ouvert lorsque les fouilles en rigole ou les fondations sont entreprises pour une partie ou la totalité des constructions autorisées.

Remarque :

Une « fouille en rigole » est un creusement du sol pour permettre la construction à l'emplacement des « semelles » (ces dernières sont les parties basses).

Un logement collectif (appartement) fait partie d’un bâtiment dans lequel sont superposés plus de deux logements distincts et dont certains ne disposent pas d’un accès privatif.

Un logement individuel est un logement dans une maison individuelle. Une maison individuelle peut comporter deux logements individuels s'ils ont été construits par le même maître d'ouvrage d'après le code de la construction et de l'habitation.

Définitions

Un logement autorisé est un logement, non encore réalisé, dont la construction a été autorisée par un permis de construire ou une non-opposition à une déclaration préalable.


Un logement est considéré comme commencé (ou mis en chantier) après réception de la déclaration d’ouverture de chantier (DOC) envoyée par le pétitionnaire (ou maître d’ouvrage).

Un chantier est considéré ouvert lorsque les fouilles en rigole ou les fondations sont entreprises pour une partie ou la totalité des constructions autorisées.

Remarque :

Une « fouille en rigole » est un creusement du sol pour permettre la construction à l'emplacement des « semelles » (ces dernières sont les parties basses).

Un logement collectif (appartement) fait partie d’un bâtiment dans lequel sont superposés plus de deux logements distincts et dont certains ne disposent pas d’un accès privatif.

Un logement individuel est un logement dans une maison individuelle. Une maison individuelle peut comporter deux logements individuels s'ils ont été construits par le même maître d'ouvrage d'après le code de la construction et de l'habitation.