Bilan économique 2017 - Pays de Loire

En 2017, la croissance française est solide : le PIB progresse en volume de 2,2 %, après + 1,2 % en 2016. L’activité progresse dans tous les secteurs dans les Pays de la Loire, comme en France métropolitaine. Les effectifs salariés augmentent nettement dans la région (+ 2,8 %), davantage qu’au niveau national (+ 1,6 %), confirmant la reprise amorcée en 2015. En 2017, la région crée 26 000 emplois salariés dans les secteurs principalement marchands. Le tertiaire marchand tire encore l'emploi régional, la reprise de 2016 se confirme dans l'industrie. L'emploi repart dans la construction après de nombreuses pertes depuis la crise de 2008. Les créations d'entreprises sont au plus haut depuis 2010.
Le repli du taux de chômage dans les Pays de la Loire s'amplifie en 2017. Il s’établit à 7,3 % de la population active au 4e trimestre.

Insee Conjoncture Pays de la Loire
No 20
Paru le : 31/05/2018
Consulter

Commerce extérieur - Augmentation des échanges commerciaux, tirés par les importationsBilan économique 2017

Françoise Lincy, Pierre Séjourné, Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi des Pays de la Loire

En 2017, le commerce extérieur des Pays de la Loire est dynamique (+ 9,0 %), plaçant les Pays de la Loire au 9rang des régions métropolitaines. La balance commerciale enregistre un déficit structurel de 6,3 milliards d’euros. Malgré le dynamisme économique de la région, ses filières d’excellence et la présence du 5port de commerce français, la progression des exportations est inférieure à la moyenne nationale. En Maine-et-Loire, les exportations ralentissent après trois années d’augmentation, tandis qu’elles progressent nettement en Loire-Atlantique. Les importations augmentent fortement du fait de la montée en charge des activités du terminal de Donges. Les pays d’Europe sont les partenaires privilégiés de la région.

Insee Conjoncture Pays de la Loire

No 20

Paru le : 31/05/2018

En 2017, dans les Pays de la Loire, les échanges commerciaux avec l’international augmentent fortement (+ 9,0 % contre + 5,8 % au niveau national) pour atteindre 44,1 milliards d’euros. La région se classe au 9e rang de France métropolitaine. Les échanges ligériens représentent 4,4 % des échanges nationaux, légèrement en deçà de la part du PIB de la région (5,1 %).

Après plusieurs années de réduction, le déficit de la balance commerciale augmente en 2017 pour s’établir à 6,3 milliards d’euros (figure 1), soit 8,3 % du déficit national. La Loire-Atlantique et le Maine-et-Loire sont les principaux départements exportateurs et importateurs de la région (figure 2). En 2017, ils participent respectivement à 47 % et 22 % des échanges de la région.

Augmentation des exportations

Avec 18,9 milliards d’euros en 2017, la région participe à 4,1 % des exportations françaises, une part similaire à celles de Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire. La croissance des exportations se poursuit à l’image de 2016 (+ 3,9 % en 2017). Elle est inférieure à la moyenne nationale (+ 4,5 %) malgré le dynamisme économique de la région, ses filières d’excellence et la présence du 5port de commerce français. Les exportations progressent nettement en Loire-Atlantique, tandis qu’elles ralentissent en Maine-et-Loire, après trois années d’augmentation.

Les exportations des équipements destinés à la construction automobile baissent (– 20,8 % pour atteindre 843 millions d’euros) (figure 3). Toutefois, après deux années de repli, les ventes de machines industrielles et agricoles repartent à la hausse (+ 13,5 %), tirées par la demande internationale. Les équipementiers automobiles et les fabricants de machines industrielles évoquent un regain d’activité en fin d’exercice avec une demande davantage soutenue à l’international, mais aussi en France. Plusieurs acteurs de l’international sont présents dans la région dont Manitou, Nov-Blm, Claas, Kuhn, Bucher Vaslin, Serap, etc.

Dans les Pays de la Loire, les exportations dépendent beaucoup de la filière des matériels de transport dont les montants des contrats oscillent fortement d’une année sur l’autre (22 % des exportations en 2017). En 2017, les exportations des matériels de transport s’élèvent à 4,2 milliards d’euros, contre 4,6 milliards en 2016. La construction navale (STX, Ocea, Beneteau, etc.) dispose de carnets de commandes garnis, permettant d’envisager au moins un milliard d’euros d’exportations par an sur les quatre prochaines années.

L’agroalimentaire enregistre une seconde année difficile. Les exportations des industries agroalimentaires diminuent en 2017 (– 1,2 %). Le secteur agricole est le 3e poste d’exportation (2,8 milliards d’euros, soit 4,7 % des exportations de la région), essentiellement depuis la Loire-Atlantique et le Maine-et-Loire. Outre des conditions climatiques peu propices en 2017 (gel et sécheresse), les effets de compétitivité jouent défavorablement : volatilité des prix, crise du beurre et dépréciation du dollar américain. Le secteur du vin souffre d’une série de récoltes faibles en volume, quoique d’excellente qualité, mais compensée par des prix en hausse et une demande stable aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Forte hausse des importations de gaz et de pétrole

En 2017, les importations atteignent 25,2 milliards d’euros. Ce bond (+ 13,1 %) s’explique essentiellement par la hausse de 48,6 % des importations de gaz et de pétrole du terminal de Donges, 3e terminal pétrolier de France. Suite aux arrêts techniques du terminal en 2015 et poussées par la hausse du marché gazier, les activités de la plateforme de Donges sont montées en charge. Les importations de biens d’équipements (+ 9,9 %) et de matériels de transport (+ 14,1 %) sont également dynamiques et traduisent un regain général d’activité dont les effets devraient encore se faire sentir en 2018.

Les importations du secteur du textile, de l’habillement et des chaussures, et du secteur des autres produits industriels (bois, papier, produits pharmaceutiques et manufactures diverses) restent stables.

Des échanges fortement centrés sur l’Europe

En 2017, 76 % des exportations ligériennes sont à destination de l’Europe (y compris hors Union européenne) (figure 4), contre 66 % au niveau national. Les principaux partenaires sont l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Espagne, la Belgique et l’Italie. En revanche, les Pays de la Loire profitent moins du dynamisme des économies émergentes. L’Asie (dont l’Inde et la Chine) est le 2e partenaire pour les exportations (8,2 % contre 13,8 % pour la France). L’Afrique représente 6,4 % des exportations de la région (5,5 % au niveau national). En 2017, les États-Unis sont à la 7e place, un rang en-dessous de 2015 ; l’année passée, la livraison du paquebot « Harmony of the seas » les avait placés à la 2e place des pays clients.

Les importations des Pays de la Loire proviennent principalement de l’Union européenne (14,2 milliards d’euros, soit 56,2 % des importations régionales). La part des importations en provenance de l’Asie reste stable. La Chine est le 3e pays fournisseur de la région (7,7 % des importations). Les importations de Russie repartent à la hausse, après plusieurs années de baisse, plaçant le pays en 7e position (11en 2016).

Figure 1Balance commerciale des Pays de la Loire entre 2013 et 2017 (en milliards d'euros)

Balance commerciale des Pays de la Loire entre 2013 et 2017 (en milliards d'euros)
Exportations Importations Solde
2013 18,1 23 -4,9
2014 17,6 22,9 -5,3
2015 17,5 21,9 -4,4
2016 18,2 22,1 -3,9
2017 18,9 25,2 -6,3
  • Champ : données brutes CAF/FAB hors matériels militaires.
  • Source : Douane.

Figure 1Balance commerciale des Pays de la Loire entre 2013 et 2017 (en milliards d'euros)

  • Champ : données brutes CAF/FAB hors matériels militaires.
  • Source : Douane.

Figure 2Échanges commerciaux des Pays de la Loire par département en 2017 (en milliards d'euros)

Échanges commerciaux des Pays de la Loire par département en 2017 (en milliards d'euros)
Exportations Importations
Loire-Atlantique 7,763 12,812
Maine-et-Loire 4,502 5,217
Sarthe 2,867 3,02
Vendée 2,155 2,489
Mayenne 1,608 1,662
  • Champ : données brutes CAF/FAB hors matériels militaires.
  • Source : Douane.

Figure 2Échanges commerciaux des Pays de la Loire par département en 2017 (en milliards d'euros)

  • Champ : données brutes CAF/FAB hors matériels militaires.
  • Source : Douane.

Figure 3Échanges commerciaux des Pays de la Loire en 2017 par secteur (en milliards d'euros)

Échanges commerciaux des Pays de la Loire en 2017 par secteur (en milliards d'euros)
Exportations Importations
Matériels de transport 4,160 4,484
Équipements mécaniques, électriques et électroniques 4,897 4,267
Hydrocarbures naturels 0,525 4,151
Industries agroalimentaires 2,779 2,730
Autres produits indus. (bois, papier, pharma., manufact. divers) 0,853 2,217
Produits métallurgiques et métalliques 1,042 1,916
Textiles, habillement, chaussures 0,707 1,521
Produits caoutchouc et plastique 1,052 1,504
Produits chimiques, parfums et cosmétiques 0,581 1,363
Produits agricoles 0,893 0,646
Pétrole raffiné 1,357 0,354
  • Champ : données brutes CAF/FAB hors matériels militaires.
  • Source : Douane.

Figure 3Échanges commerciaux des Pays de la Loire en 2017 par secteur (en milliards d'euros)

  • Champ : données brutes CAF/FAB hors matériels militaires.
  • Source : Douane.

Figure 4Échanges commerciaux des Pays de la Loire en 2017 par zone partenaire (en %)

Échanges commerciaux des Pays de la Loire en 2017 par zone partenaire (en %)
Exportations Importations
Union européenne 65,3 56,2
Europe hors UE 10,5 10,7
Afrique 6,4 9,4
Amérique 6,5 7,6
Proche et Moyen Orient 2,5 1,7
Asie 8,2 13
Autres 0,6 1,4
  • Champ : données brutes CAF/FAB hors matériels militaires.
  • Source : Douane.

Figure 4Échanges commerciaux des Pays de la Loire en 2017 par zone partenaire (en %)

  • Champ : données brutes CAF/FAB hors matériels militaires.
  • Source : Douane.

Définitions

CAF/FAB : Les importations sont recensées d’après leur valeur en douane sur la base des factures CAF (coût, assurance, fret) ; au prix du produit lui-même, sont ajoutés les frais de transport et d’assurance nécessaires à son acheminement sur le territoire. Les exportations sont recensées d’après leur valeur en douane sur la base des factures FAB (franco à bord), c'est-à-dire, frais de transport jusqu’au passage en douane inclus.