La situation démographique en 2015État civil et estimations de population - Insee Résultats

Chiffres détaillés
Insee Résultats
Paru le : Paru le 22/06/2017
Vanessa Bellamy, division Enquêtes et études démographiques, Insee
Insee Résultats - juin 2017

La situation démographique en 2015 permet de cerner en détail la situation actuelle et les évolutions de la population. Cette édition contient des données au niveau de la France métropolitaine mais également au niveau de la France entière (métropole et départements d'outre-mer). De nombreux tableaux au niveau départemental sont également disponibles.

Sommaire

Un vieillissement plus marqué en Allemagne qu’en France ou au Royaume-Uni

Vanessa Bellamy, division Enquêtes et études démographiques, Insee

Au 1er janvier 2016, l’Allemagne est le pays le plus peuplé de l’Union européenne, suivi par la France puis le Royaume-Uni. Entre 1991 et 2016, les écarts de population entre ces trois pays se sont réduits. En effet, le nombre d’habitants a moins augmenté en Allemagne (+ 3 %) qu’en France et au Royaume-Uni (+ 14 % pour chacun des deux pays).

Depuis l’an 2000, la part des personnes de 65 ans ou plus a crû davantage en Allemagne qu’en France et au Royaume-Uni.

Insee Focus

No 88

Paru le : 22/06/2017

Les écarts de population se réduisent entre les trois pays

Au 1er janvier 2016, l’Allemagne (82,2 millions d’habitants), la France (66,7 millions) et le Royaume-Uni (65,4 millions) sont les trois pays les plus peuplés de l’Union européenne à 28 (UE). Ils représentent à eux trois 42,0 % de la population totale de l’UE : 16,1 % pour l’Allemagne, 13,1 % pour la France et 12,8 % pour le Royaume-Uni. Ils étaient déjà les pays les plus peuplés, et dans cet ordre, un quart de siècle plus tôt, en 1991, première année après la réunification allemande.

En 25 ans, la population de l’Allemagne est passée de 79,8 millions d’habitants en 1991 à 82,2 en 2016, soit une progression de 2,4 millions d’habitants (+ 3 % ; figure 1). Dans le même temps, les populations française et britannique augmentent de 14 % : la France gagne 8,2 millions d’habitants et le Royaume-Uni 8,0 millions.

En conséquence, l’écart de population entre l’Allemagne d’un côté et la France et le Royaume-Uni de l’autre se réduit. En 1991, l’Allemagne comptait 21,5 millions d’habitants de plus que la France ; cette différence est de 15,7 millions au 1er janvier 2016 (hors Mayotte pour la France). Le nombre d’habitants en France est proche de celui du Royaume-Uni et les écarts entre ces deux pays sont identiques en 1991 et 2016 : 1,0 million d’habitants en 1991 contre 1,1 million en 2016 (hors Mayotte).

Figure 1 - Population des trois pays aux 1ers janvier 1991 et 2016

en millions d'habitants
Figure 1 - Population des trois pays aux 1ers janvier 1991 et 2016 (en millions d'habitants)
Allemagne Royaume-Uni France (hors Mayotte)
1991 79,8 57,3 58,3
2016 82,2 65,4 66,5
  • Champ : hors Mayotte pour la France.
  • Sources : Insee, Eurostat (extraction des données le 10 avril 2017).

Figure 1 - Population des trois pays aux 1ers janvier 1991 et 2016

  • Champ : hors Mayotte pour la France.
  • Sources : Insee, Eurostat (extraction des données le 10 avril 2017).

Une pyramide des âges allemande singulière

La répartition de la population par âge, qui s’observe à travers la pyramide des âges, est le fruit des histoires démographiques de chaque pays (figure 2, figure 3 et figure 4). Si les trois pays étudiés ont traversé les mêmes épisodes historiques au 20e siècle (les deux guerres mondiales en particulier), il n’en reste pas moins des différences notables dans la structure de leur population.

De 1934 à 1942, la fécondité en Allemagne est plus élevée qu’en France ou au Royaume-Uni, avec un indicateur conjoncturel de fécondité atteignant 2,6 enfants par femme en 1939 et 1940. Ces deux années, le nombre de naissances dépasse 1 400 000. Après la Seconde Guerre mondiale, alors qu’en France et au Royaume-Uni débute le baby-boom, l’Allemagne connaît une forte baisse du nombre des naissances, qui se poursuivra jusqu’au début des années 1950. Le baby-boom allemand débute ainsi vers 1952 et se termine plus vite que dans les deux autres pays : le nombre de naissances commence à diminuer dès 1965. S’ensuit une forte baisse de la natalité (1965-1970) puis une stagnation à des niveaux bas (1970-1980) qui induit aujourd’hui des classes creuses chez les 35-45 ans.

Une seconde baisse de la natalité allemande, entre 1990 et 1995, est liée à l’intégration de l'ancienne Allemagne de l'Est dont la fécondité s’est effondrée à cette période. Enfin, à partir de la fin des années 1990, une nouvelle chute des naissances est due au faible nombre de femmes susceptibles de procréer, ainsi qu’à des taux de fécondité faibles. En effet, les femmes de 20 à 35 ans d’alors sont nées dans la phase de faible natalité des années 1965 à 1980 et sont donc beaucoup moins nombreuses. La faible natalité allemande depuis les années 2000 donne un aspect « creusé » au bas de la pyramide des âges de l’Allemagne.

 

Figure 2 - Pyramide des âges au 1er janvier 2016 en Allemagne

Figure 2 - Pyramide des âges au 1er janvier 2016 en Allemagne
Âge Hommes Femmes
0 382 551 362 170
1 380 101 359 977
2 367 786 347 822
3 366 762 346 995
4 359 093 340 289
5 367 898 348 965
6 362 274 342 442
7 371 378 351 988
8 370 501 349 951
9 363 739 342 778
10 368 339 348 360
11 377 066 356 632
12 377 366 356 615
13 384 238 362 053
14 394 959 370 038
15 414 430 387 785
16 423 269 388 025
17 433 447 397 595
18 459 532 413 639
19 458 792 413 450
20 454 777 410 082
21 462 645 420 269
22 479 967 438 088
23 490 304 450 279
24 510 875 470 592
25 564 094 517 414
26 555 439 514 168
27 571 878 527 199
28 559 651 517 800
29 547 653 512 385
30 530 264 498 019
31 526 211 497 203
32 525 713 500 561
33 536 345 512 875
34 528 536 512 133
35 530 571 515 394
36 503 981 491 704
37 497 251 484 559
38 493 218 480 310
39 482 259 472 497
40 470 864 459 589
41 475 238 467 556
42 478 608 472 076
43 520 434 510 837
44 573 664 561 222
45 594 848 582 482
46 640 979 624 114
47 671 085 653 581
48 688 363 671 607
49 707 270 689 375
50 710 458 690 454
51 721 941 704 276
52 714 227 699 283
53 688 648 678 752
54 675 553 671 173
55 650 555 648 841
56 631 174 630 592
57 594 323 595 821
58 577 953 582 959
59 558 486 567 936
60 536 080 552 816
61 519 384 545 713
62 498 035 529 608
63 494 051 528 204
64 481 708 516 457
65 478 436 515 108
66 460 601 495 342
67 418 628 449 827
68 388 193 423 014
69 334 464 368 271
70 287 518 325 616
71 381 396 431 418
72 382 470 435 355
73 364 626 419 698
74 431 361 509 735
75 441 132 533 183
76 420 883 520 075
77 379 043 476 392
78 338 294 436 966
79 310 317 413 613
80 281 699 387 957
81 243 568 347 107
82 180 373 268 040
83 163 714 255 410
84 150 123 246 421
85 139 960 243 846
86 119 675 219 512
87 102 853 197 552
88 79 586 169 661
89 62 456 151 599
90 48 340 132 431
91 33 585 106 525
92 25 062 86 000
93 19 574 70 114
94 14 452 56 848
95 10 102 41 676
96 5 420 23 850
97 2 225 10 673
98 1 439 7 049
99 981 5 246
100 ou plus 2 492 14 007
  • Source : Eurostat, extraction des données le 11 avril 2017.

Figure 2 - Pyramide des âges au 1er janvier 2016 en Allemagne

  • Source : Eurostat, extraction des données le 11 avril 2017.

En France, à l’inverse, la pyramide par âge se caractérise par une moitié inférieure relativement verticale et un renflement entre 40 et 70 ans, dû au baby-boom. Cette forme traduit un maintien de la natalité à un niveau relativement stable depuis la fin du baby-boom (les générations sont de taille presque constante).

 

Figure 3 - Pyramide des âges au 1er janvier 2016 en France

Figure 3 - Pyramide des âges au 1er janvier 2016 en France
Âge Hommes Femmes
0 388 968 371 759
1 401 111 384 014
2 402 423 383 863
3 411 719 392 970
4 416 513 400 489
5 428 386 410 224
6 428 294 407 453
7 430 167 412 025
8 427 922 408 851
9 435 862 415 659
10 426 309 406 642
11 424 177 405 667
12 422 260 403 903
13 425 239 404 894
14 432 376 412 383
15 441 187 420 418
16 422 471 400 317
17 415 825 397 808
18 404 196 384 107
19 402 981 383 831
20 392 173 378 101
21 377 360 367 187
22 371 970 363 765
23 387 217 379 916
24 386 445 386 305
25 391 711 394 085
26 388 134 396 732
27 390 299 402 557
28 390 322 402 420
29 395 037 412 622
30 395 618 411 083
31 391 798 411 696
32 389 163 406 636
33 414 438 432 193
34 419 252 436 919
35 426 990 441 796
36 404 370 418 461
37 398 854 410 835
38 405 403 412 760
39 393 832 403 866
40 406 248 414 049
41 431 200 435 369
42 452 868 461 778
43 464 875 469 993
44 462 199 468 111
45 454 081 459 584
46 444 881 454 284
47 439 863 453 641
48 438 644 450 176
49 448 431 461 745
50 449 025 462 128
51 451 436 469 049
52 447 106 463 655
53 429 826 447 841
54 429 759 449 151
55 427 686 447 667
56 421 649 446 139
57 411 659 436 434
58 407 750 436 204
59 402 063 432 769
60 394 844 428 689
61 395 361 427 332
62 384 132 419 009
63 388 068 425 466
64 377 593 415 138
65 390 416 429 966
66 380 295 422 785
67 379 133 418 973
68 369 320 411 215
69 346 921 389 921
70 259 756 294 695
71 250 691 288 000
72 241 001 279 012
73 221 381 257 759
74 194 590 231 419
75 197 982 242 102
76 201 949 253 245
77 193 722 249 853
78 183 615 245 499
79 178 249 245 139
80 166 830 238 429
81 161 306 237 675
82 145 616 223 976
83 141 086 226 103
84 127 579 212 293
85 115 891 203 776
86 97 677 180 937
87 85 874 166 633
88 72 539 149 857
89 61 056 135 607
90 51 251 120 125
91 40 675 101 286
92 32 152 86 188
93 25 154 72 823
94 19 071 58 981
95 14 175 46 918
96 6 222 21 430
97 3 623 13 828
98 2 042 9 345
99 1 293 6 178
100 1 049 4 842
101 989 5 178
102 491 3 070
103 339 1 936
104 266 1 338
105 ou plus 287 1 479
  • Source : Insee, estimations de population (estimations provisoires arrêtées à mi-avril 2017).

Figure 3 - Pyramide des âges au 1er janvier 2016 en France

  • Source : Insee, estimations de population (estimations provisoires arrêtées à mi-avril 2017).

Les baby-booms britannique et français ont connu la même durée mais pas la même intensité. En particulier, la natalité a connu un premier pic au Royaume-Uni en 1947, avant de décroître assez fortement puis de connaître un nouveau pic au milieu des années 1960. Après un autre creux, la natalité britannique est fortement repartie à la hausse à partir de 2001.

 

Figure 4 - Pyramide des âges au 1er janvier 2016 au Royaume-Uni

Figure 4 - Pyramide des âges au 1er janvier 2016 au Royaume-Uni
Âge Hommes Femmes
0 400 036 380 372
1 401 246 381 731
2 408 938 388 602
3 421 466 400 742
4 425 412 405 152
5 418 352 398 893
6 411 862 393 206
7 411 453 392 579
8 406 458 386 964
9 395 141 376 522
10 383 158 365 563
11 372 419 355 146
12 364 106 346 874
13 356 180 339 275
14 357 832 341 710
15 368 194 350 624
16 380 167 360 483
17 389 552 369 526
18 399 337 378 819
19 410 530 387 348
20 416 345 392 953
21 427 229 405 529
22 438 449 419 104
23 446 736 433 754
24 461 303 448 171
25 465 095 447 415
26 455 695 443 323
27 451 678 446 764
28 445 116 447 164
29 442 335 444 048
30 445 708 444 254
31 439 252 440 357
32 433 610 438 506
33 433 844 441 368
34 435 323 443 021
35 437 596 443 826
36 429 196 433 898
37 406 487 409 775
38 390 009 392 110
39 390 010 393 365
40 396 362 402 109
41 402 495 409 841
42 414 997 422 922
43 433 418 441 470
44 448 283 460 026
45 449 251 463 178
46 450 049 463 630
47 455 785 469 758
48 459 918 472 101
49 462 636 475 530
50 463 205 478 539
51 462 762 478 130
52 456 019 470 168
53 447 417 459 138
54 435 727 445 741
55 419 566 429 356
56 406 239 416 286
57 397 086 407 279
58 384 804 395 417
59 370 408 381 385
60 356 199 367 922
61 348 616 362 204
62 346 082 360 433
63 338 094 353 427
64 333 258 350 300
65 336 479 355 417
66 343 052 362 840
67 355 571 376 599
68 378 533 401 727
69 346 735 369 739
70 295 528 318 265
71 288 625 312 725
72 275 794 302 141
73 248 761 277 666
74 220 217 250 428
75 210 103 241 679
76 210 113 243 721
77 203 217 238 243
78 191 481 228 387
79 177 468 216 973
80 164 457 205 405
81 149 766 191 884
82 135 435 179 256
83 124 739 170 926
84 113 927 162 449
85 100 736 151 257
86 86 824 136 587
87 73 283 120 618
88 62 079 106 598
89 52 172 94 328
90 42 833 82 310
91 34 353 70 452
92 26 992 60 221
93 21 170 50 940
94 15 913 41 882
95 10 616 30 783
96 6 006 19 016
97 3 594 12 545
98 2 464 9 442
99 1 653 6 985
100 ou plus 2 309 12 467
  • Source : Eurostat, extraction des données le 11 avril 2017.

Figure 4 - Pyramide des âges au 1er janvier 2016 au Royaume-Uni

  • Source : Eurostat, extraction des données le 11 avril 2017.

Un vieillissement plus marqué en Allemagne

Au 1er janvier 2016, 21 % des habitants de l’Allemagne ont 65 ans ou plus. En France, cette tranche d’âge représente 19 % de la population et au Royaume-Uni, 18 % (figure 5).

Dans les trois pays, la population vieillit, mais à des rythmes différents. En 25 ans, la part des habitants de 65 ans ou plus a augmenté de six points en Allemagne, passant de 15 % en 1991 à 21 % en 2016. À partir de 2000, les générations nées en 1935 et après commencent à atteindre 65 ans. Or, ces générations sont nombreuses, puisque l’Allemagne a connu un regain de natalité entre 1934 et 1942.

La part des habitants de 65 ans ou plus a aussi progressé en France entre 1991 et 2016, passant de 14 % à 19 %, soit une hausse de cinq points. La hausse s’est accélérée à partir de 2011, date à laquelle la première génération du baby-boom, née en 1946, a eu 65 ans. Au Royaume-Uni, cette proportion n’a pratiquement pas évolué au cours des années 1990 et 2000, oscillant entre 15 % et 16 % ; en revanche, à partir de 2010, la part des habitants de 65 ans ou plus progresse quasiment au même rythme qu’en France. Entre 1991 et 2016, elle a augmenté de deux points seulement.

Figure 5 - Part de la population de 65 ans ou plus

en %
Figure 5 - Part de la population de 65 ans ou plus (en %)
Au 1er janvier ... Allemagne Royaume-Uni France
1991 14,9 15,8 14,0
1992 15,0 15,8 14,2
1993 15,0 15,8 14,4
1994 15,2 15,8 14,6
1995 15,4 15,8 14,9
1996 15,6 15,9 15,1
1997 15,7 15,9 15,3
1998 15,8 15,9 15,5
1999 15,9 15,8 15,7
2000 16,2 15,8 15,8
2001 16,6 15,8 15,9
2002 17,1 15,9 16,0
2003 17,5 15,9 16,1
2004 18,0 15,9 16,2
2005 18,6 15,9 16,3
2006 19,3 15,9 16,4
2007 19,8 15,9 16,3
2008 20,1 15,9 16,4
2009 20,4 16,1 16,5
2010 20,7 16,3 16,6
2011 20,7 16,4 16,7
2012 20,7 16,8 17,1
2013 20,7 17,2 17,6
2014 20,9 17,5 18,0
2015 21,0 17,7 18,4
2016 21,1 17,9 18,9
  • Champ : France hors Mayotte jusqu’en 2013, y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Sources : Insee, Eurostat (extraction des données le 10 avril 2017).

Figure 5 - Part de la population de 65 ans ou plus

  • Champ : France hors Mayotte jusqu’en 2013, y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Sources : Insee, Eurostat (extraction des données le 10 avril 2017).

La part des moins de 25 ans ne cesse de baisser

Parallèlement à l’augmentation de la part des habitants de 65 ans ou plus, celle des moins de 25 ans diminue dans les trois pays depuis un quart de siècle. Mais l’ampleur de cette baisse n’est pas la même partout.

En 1991, la part des moins de 25 ans était de 35 % en France, 34 % au Royaume-Uni et de 30 % en Allemagne. Elle a particulièrement diminué en Allemagne pour atteindre un peu moins d’un quart de la population en 2016 (24 %). Dans le même temps, la part des jeunes a diminué un peu plus vite en France qu’au Royaume-Uni pour converger à 30 % de la population dans les deux pays au 1er janvier 2016.

Sources

Le recensement de la population sert de base aux estimations annuelles de population. Depuis le 1er janvier 2006, il fournit des résultats chaque année. Jusqu’en 2014, les estimations sont définitives. Pour les années 2015 et suivantes, elles sont provisoires. Le recensement reste toutefois quinquennal à Mayotte. Les données des autres pays proviennent d’Eurostat, l’institut européen de statistiques.

Définitions


Indicateur conjoncturel de fécondité / Somme des naissances réduites :

l'indicateur conjoncturel de fécondité, ou somme des naissances réduites, mesure le nombre d'enfants qu'aurait une femme tout au long de sa vie, si les taux de fécondité observés l'année considérée à chaque âge demeuraient inchangés.

Remarque :

Il ne faut pas perdre de vue que les taux utilisés dans le calcul sont ceux observés au cours d'une année donnée dans l'ensemble de la population féminine (composée de plusieurs générations) et ne représentent donc pas les taux d'une génération réelle de femmes. Il est probable qu'aucune génération réelle n'aura à chaque âge les taux observés. L'indicateur conjoncturel de fécondité sert donc uniquement à caractériser d'une façon synthétique la situation démographique au cours d'une année donnée, sans qu'on puisse en tirer des conclusions certaines sur l'avenir de la population.

Pour en savoir plus

« La situation démographique en 2015 », Insee Résultats, juin 2017.

Bellamy V. et Beaumel C., « Bilan démographique 2016 - À nouveau en baisse, la fécondité atteint 1,93 enfant par femme en 2016 », Insee Première n° 1630, janvier 2017.

Pison G., « France/Royaume-Uni : stabilité démographique sur le continent, stop and go outre-Manche », Population & Sociétés n° 520 Ined, mars 2015.

Pison G., « France-Allemagne : histoire d’un chassé-croisé démographique », Population & Sociétés n° 487 Ined, mars 2012.

Avertissement

Méthodes de calcul des populations antérieures à 1990

La répartition par sexe, âge et état matrimonial de la population métropolitaine, au premier janvier de chaque année de 1901 à 1993, a été publiée dans l'ouvrage « Un siècle de démographie française : structure et évolution de la population de 1901 à 1993 », Fabienne Daguet, collection Insee Résultats n° 434-435, décembre 1995. On reprend ici ces estimations pour les années 1901 à 1990. Pour réaliser celles-ci, on a rassemblé les données dispersées dans divers volumes, corrigé certaines évaluations manifestement incorrectes (celles des années de recensements 1901 à 1931, les personnes âgées de 1937 à 1945) et procédé à des estimations pour les années manquantes.

Des évaluations par sexe, âge et état matrimonial au premier janvier ont déjà été établies pour un grand nombre d'années :

  • les années de recensements ;
  • chaque année intercensitaire depuis 1932.

Nous avons repris les évaluations publiées dans les ouvrages suivants :

  • 1931 à 1967 : évaluations par sexe, âge et état matrimonial établies par Alain Léry, dans (Données de démographique générale - Population totale - Mortalité 1931-1971), les collections de l'Insee, n° D31, avril 1974. Les séries 1947 vers 1961 qui s'arrêtaient à 90 ans environ, ont été complétées par Gérard Calot. Les effectifs des personnes âgées des générations antérieures à 1866 ont été rectifiés pour les années 1937 à 1946 (cf. IV.2).
  • 1968 à 1982 : Mouvement de la population de chacune de ces années.
  • 1983 à 1990 : La situation démographique en 1990, Insee Résultats, série démographie-société.

Un document méthodologique est téléchargeable sur cette page.

Le contrôle de l'exhaustivité

L'état civil permet de disposer de statistiques a priori exhaustives puisque chaque naissance (d'enfant vivant ou sans vie), mariage, et décès en France fait l'objet d'un acte d'état civil. Le bulletin statistique rempli par l'officier d'état civil de la commune est transmis à l'Insee, soit sous forme dématérialisée (télétransmission), soit sous forme papier. L'ensemble des données est centralisé et contrôlé par l'Insee avant la diffusion de la base complète.

Le numéro d'acte inscrit sur chaque bulletin permet de contrôler cette exhaustivité pour les naissances et les décès. Pour les mariages, depuis 2012, les communes de 10 000 habitants ou plus pour lesquelles l'Insee observe une baisse significative du nombre de mariages par rapport à l'année précédente, sont contactées afin de vérifier que tous les actes ont bien été transmis. En complément, pour juger de l'exhaustivité des données, l'Insee réalise depuis 2001 des enquêtes spécifiques auprès des communes : les enquêtes « Exhaustivité ».

Selon ces enquêtes, la qualité des remontées sur les naissances et les décès semble s'être nettement améliorée. En revanche, celle sur les mariages reste insuffisante, notamment dans les communes rurales. Les données de l'état civil sur les mariages sont donc complétées depuis 1999.

Entre 2002 et 2010, un cinquième des communes françaises ont été enquêtées chaque année, à l'exception des communes disposant d'un système de transmission dématérialisé des données de l'état civil vers l'Insee, et de celles déjà dans le champ de l'enquête « Villes » (enquête réalisée jusqu'en 2010 par l'Insee auprès d'un échantillon de mairies sur le nombre mensuel d'événements d'état civil enregistrés dans la commune). On a cherché à avoir une bonne représentativité de l'ensemble de la métropole en équilibrant chaque année les communes sélectionnées entre les départements et leur nombre moyen d'événements enregistrés.

L'échantillon sélectionné était donc « tournant » : les communes enquêtées une fois ne l'étaient plus les années suivantes. Il y a une exception cependant : étant donné leur petit nombre de communes, les départements d'outre-mer étaient couverts exhaustivement chaque année.

En 2011, l'enquête « Exhaustivité » n'ayant pas été réalisée, les résultats de l'enquête « Exhaustivité 2010 » (portant sur les mariages 2009) et de l'enquête « Villes » 2009 (portant sur les mariages 2009) ont été utilisés pour redresser les mariages enregistrés en 2010.

L'enquête mensuelle « Villes » auprès des mairies a été supprimée en 2010 du fait de l'amélioration de la rapidité des remontées des mairies vers l'état civil. Le redressement du nombre de mariages ne s'appuie donc plus que sur l'enquête « Exhaustivité ». La dernière a été réalisée en mai/juin 2016 pour redresser les données 2015 : elle s'est déroulée par téléphone et seules les communes qui ne transmettaient par leurs données sous forme dématérialisée ont été enquêtées car la dématérialisation des échanges avec l'Insee permet a priori un meilleur contrôle de l'exhaustivité. L'échantillon (3 002 communes en 2016) n'est plus tournant depuis 2012 et les Dom sont toujours enquêtés de manière exhaustive pour les communes appartenant au champ de l'enquête.

Estimation des mariages à partir de 1999

Les résultats des enquêtes « Exhaustivité » et « Villes » réalisées jusqu'en 2010 puis de la seule enquête « Exhaustivité » permettent d'estimer le nombre de mariages manquants dans les données d'état civil. Ces derniers sont « créés » et ajoutés aux mariages enregistrés initialement dans le fichier détaillé des mariages de l'année. Un fichier détaillé redressé est ainsi constitué par imputation. Un nombre de mariages à imputer par commune est d'abord estimé. Ensuite, pour les communes déclarant déjà des mariages avant redressement, on tire le nombre de mariages supplémentaires à imputer parmi les mariages existants, triés aléatoirement. Pour les communes sans mariage avant redressement, on prend aléatoirement des mariages célébrés dans le même département et la même tranche d'unité urbaine. Cette technique d'imputation assure que les mariages imputés ont les mêmes caractéristiques que les mariages de l'année. Comme toutes les techniques d'imputation, elle peut introduire un biais si les mariages dont les bulletins n'ont pas été récupérés sont significativement différents des mariages dont les bulletins ont été récupérés. Les résultats présentés pour les mariages de 1999 à 2015 sont produits à partir des données redressées.

Les réponses aux différentes enquêtes aboutissent à des réévaluations détaillées dans le tableau ci-dessous.

Les départements d'outre-mer n'ont pas fait l'objet d'une évaluation en 1999 et 2000, faute d'information à leur sujet.

Réévaluation du nombre de mariages après redressement

Réévaluation du nombre de mariages après redressement ()
Année Mariages supplémentaires Taux de redressement
2001 12 800 4,5 %
2002 12 600 4,6 %
2003 12 400 4,6 %
2004 13 000 4,9 %
2005 17 400 6,5 %
2006 12 800 4,5 %
2007 14 000 5,4 %
2008 9 703 3,8 %
2009 10 550 4,4 %
2010 10 614 4,4 %
2011 13 586 6,1 %
2012 11 680 5,0 %
2013 11 064 4,9 %
2014 11 004 4,8 %
2015 8 092 3,5 %
  • Champ : France hors Mayotte jusqu'en 2013, avec Mayotte à partir de 2014.

Sources

Les sources statistiques de l'état civil

Une présentation générale de la source état civil est accessible dans la rubrique « Définitions, Méthodes et qualité » du site insee.fr.

Estimations de population

Une présentation générale de la source estimations de population est accessible dans la rubrique « Définitions, Méthodes et qualité » du site insee.fr.

Les autres sources

Le solde migratoire

Le solde migratoire est estimé de manière différente selon l'année. Jusqu'en 2005, il était évalué à partir d'une combinaison entre données administratives de l'année et report des tendances passées, appréciées à partir des recensements. Depuis que le recensement est annuel (2006), il est estimé indirectement par différence entre l'évolution de la population mesurée à deux recensements successifs et le solde naturel de l'année déduit de l'état civil : on parle alors de solde migratoire apparent. Les évolutions de ce solde migratoire apparent peuvent refléter des fluctuations des entrées et des sorties du territoire, mais également l'aléa de sondage du recensement. Le dernier recensement disponible étant celui du 1er janvier 2014, les soldes migratoires de 2014, 2015 et 2016 doivent être estimés autrement. Le solde 2014 est estimé par la moyenne des trois derniers soldes apparents définitifs (2011, 2012 et 2013). Ce solde est reporté pour 2015 et 2016 de façon provisoire.

Les divorces

Jusqu'en 1969, les statistiques sur les divorces provenaient essentiellement de l'exploitation des bulletins statistiques de l'état civil. Il existait également un comptage des divorces prononcés par tribunal et par année civile publié dans le "compte général de la justice". Le jugement de divorce était, antérieurement à l'ordonnance du 23 août 1958, transcrit sur le registre des actes de mariages. Depuis lors, le jugement de divorce ne donne lieu qu'à une mention en marge de l'acte de mariage. De 1946 à 1975, la transcription (jusqu'en 1958) ou la mention en marge de l'acte de mariage d'un jugement de divorce donnait lieu à l'établissement d'un bulletin statistique de divorce. Depuis 1976, il est établi un bulletin statistique de mention en marge.

De 1970 à 1978, une "enquête statistique spéciale sur le divorce" a été réalisée, à l'initiative du ministère de la justice et de l'Insee. A chaque étape de la procédure de divorce, les secrétariats des greffes des tribunaux de grande instance, des cours d'appel et de la Cour de Cassation ont établi des bulletins contenant des informations sur les caractéristiques sociodémographiques des époux et sur les aspects judiciaires de leur affaire.

Depuis 1980, la statistique des divorces est obtenue en "sous-produit" de la gestion des procédures : il n'y a donc plus établissement de bulletins spécialement conçus, mais transmission au centre d'exploitation statistique du ministère de la justice du double des imprimés de gestion. Les séries des demandes de divorce, de même que celles des divorces prononcés selon certaines caractéristiques des ex-époux, sont publiées dans l'annuaire statistique de la justice du ministère de la justice.

Le pacte civil de solidarité (pacs)

Le pacte civil de solidarité (pacs), établi par la loi du 15 novembre 1999, est un contrat entre deux personnes majeures, de sexe différent ou de même sexe, pour organiser leur vie commune. Il établit des droits et des obligations entre les deux contractants, en terme de soutien matériel, de logement, de patrimoine, d'impôts et de droits sociaux. Par contre, il est sans effet sur les règles de filiation et de l'autorité parentale si l'un des contractants est déjà parent. Contrairement au mariage, le pacs n'est pas enregistré à la mairie par un officier d'état civil. La déclaration est faite au greffe du tribunal d'instance ou, à partir de 2011, auprès des notaires. Le pacs peut être dissous par la volonté de l'un ou des deux contractants, qui adresse(nt) une déclaration au tribunal d'instance. Il est automatiquement rompu par le mariage ou par le décès de l'un ou des deux contractants.

Les interruptions volontaires de grossesse (IVG)

Aux termes de la loi du 17 janvier 1975, reconduite le 23 novembre 1979, toute femme résidant en France depuis six mois au moins peut, sur sa demande et en suivant une procédure précise, faire interrompre une grossesse dont la durée est inférieure à dix semaines (durée portée à douze semaines depuis 2001). L'interruption de grossesse doit faire l'objet d'une déclaration établie par le médecin et adressée par l'établissement où elle est pratiquée au médecin inspecteur régional de la santé. Ces déclarations, prévues par la loi, sont faites sur un "bulletin statistique d'interruption volontaire de la grossesse". Ces bulletins donnent lieu à une exploitation statistique réalisée par le ministère de la santé et l'Institut national d'études démographiques (INED). Les données publiées dans les précédentes éditions de La Situation démographique s'appuient sur cette statistique. Les données postérieures à 1997 n'étant à ce jour pas disponibles, les tableaux publiés dans cette édition s'appuient principalement sur la statistique annuelle des établissements de santé (SAE) établie par le ministère de la santé. La structure par âge a été calculée à partir des bulletins statistiques d'IVG jusqu'en 1997 et à partir des données du PMSI (Programme de Médicalisation des Systèmes d'Information hospitaliers) pour la période plus récente.

Les données internationales

Les données proviennent de l'office statistique des communautés européennes (Eurostat). Celui-ci réalise en collaboration avec le Conseil de l'Europe une collecte biannuelle d'informations démographiques auprès des pays européens (membres de l'Union européenne ou non). Les données sont de qualité inégale selon les pays. Elles peuvent avoir un caractère définitif ou provisoire. Pour plus de détails, les lecteurs sont invités à consulter les publications d'Eurostat sur le sujet.

À propos de la situation démographique en 2015

La situation démographique en 2015 permet de cerner en détail la situation actuelle et les évolutions de la population. Cette édition contient des données au niveau de la France métropolitaine mais également au niveau de la France entière (métropole et départements d'outre-mer). De nombreux tableaux au niveau départemental sont également disponibles.

L'Insee Résultats sur « la situation démographique en 2015 » propose un ensemble de séries démographiques définitives ou quasi définitives (arrêtées à mi-avril 2017). Les indicateurs démographiques relatifs à 2016 n'y figurent pas car ils ne reposent pas encore sur des données d'état civil définitives (les principaux indicateurs provisoires pour cette année-là sont publiés dans le bilan démographique 2016 arrêté à fin 2016). En contrepartie, « la situation démographique » contient des séries beaucoup plus détaillées que celles qui sont produites chaque année en janvier à l'occasion du bilan démographique.

  • Les informations détaillées relatives aux événements d'état civil 2015 (naissances, décès, mariages) sont définitives. Elles ont déjà été publiées dans des Insee Résultats indépendants : respectivement en septembre et octobre 2016 pour les naissances et les décès et en mars 2017 pour les mariages.
  • Les comptages des naissances et des décès présentés dans la collection Insee Résultats incluent à partir de l'année 2011 les jugements déclaratifs respectivement de naissance et de décès.
  • Les estimations de population présentées ici sont presque identiques à celles déjà publiées lors du bilan démographique 2016 début 2017 et sont définitives jusqu'au 1er janvier 2014. Le un niveau de la population au 1er janvier 2014 est donné par la population légale municipale authentifiée par le décret n° 2017-531 du 12 avril 2017 modifiant le décret n° 2016-1986 du 30 décembre 2016. Les estimations de population restent provisoires aux 1ers janvier 2015 et décembre 2016 en l'attente de la publication des populations légales correspondantes.
  • Les principaux indicateurs démographiques rapportent les statistiques d'événements à des statistiques de population en milieu d'année ; ces indicateurs sont donc définitifs jusqu'en 2013 et provisoires pour les années 2014 et 2015. Les principaux indicateurs démographiques 2013 à 2015 présentés ici sont presque identiques aux indicateurs arrêtés à fin décembre 2016 publiés lors du bilan démographique 2016 : ils n'en diffèrent éventuellement que par la prise en compte de la très faible révision de la population légale 2014 liée au décret rectificatif d’avril 2017.

Définitions



Solde naturel / Accroissement naturel / Excédent naturel de population :

le solde naturel est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une période.

On parle d'accroissement naturel ou d'excédent naturel lorsque le nombre de naissances est supérieur à celui des décès.


Accroissement total de population / Variation totale de population :

l'accroissement total (ou variation totale) de population est la variation de l'effectif d'une population au cours de l'année, qu'il s'agisse d'une augmentation ou d'une diminution. C'est la somme de l'accroissement naturel, du solde migratoire, et parfois d'un ajustement destiné à rétablir la cohérence entre les différences sources statistiques.


Avortement / IVG (Interruption volontaire de grossesse) :

aux termes de la loi du 17 janvier 1975, reconduite le 23 novembre 1979, toute femme résidant en France depuis six mois au moins peut, sur sa demande et en suivant une procédure précise, faire interrompre une grossesse dont la durée est inférieure à douze semaines (cette durée légale était de dix semaines avant 2001). L'interruption de grossesse doit faire l'objet d'une déclaration établie par le médecin et adressée par l'établissement où elle est pratiquée au médecin inspecteur régional de la santé.

Remarque :

Ces déclarations, prévues par la loi, sont faites sur un « bulletin statistique d'interruption volontaire de la grossesse ».


Descendance finale / Descendance :

la descendance finale est le nombre moyen d'enfants mis au monde par une génération de femmes donnée tout au long de leur vie féconde, en ne tenant pas compte de leur mortalité. C'est la somme des taux de fécondité par âge d'une génération.


Divorce :

il existe plusieurs formes de divorce (loi du 26 mai 2004, entrée en vigueur le 1er janvier 2005) :

  • par consentement mutuel (sur requête conjointe ou demande acceptée),
  • par acceptation du principe de la rupture du mariage, pour altération définitive du lien conjugal (après 2 ans de séparation),
  • pour faute.

Trois types de jugements entérinant la séparation d'un couple marié peuvent être prononcés :

  • un jugement de séparation de corps. Ce jugement doit être mentionné en marge de l'acte de mariage, mais ne rompt pas le mariage. Il est révocable sur simple accord des époux en cas de reprise de la vie commune ;
  • une conversion de séparation de corps. Elle transforme une séparation de corps en divorce et permet le remariage ;
  • un divorce sur demande directe accueillie. Ce jugement doit être mentionné en marge de l'acte de mariage. Il est irrévocable et permet le remariage.

Espérance de vie / Espérance de vie à la naissance / Espérance de vie à 60 ans :

l'espérance de vie à la naissance (ou à l'âge 0) représente la durée de vie moyenne- autrement dit l'âge moyen au décès- d'une génération fictive soumise aux conditions de mortalité de l'année. Elle caractérise la mortalité indépendamment de la structure par âge.

C'est un cas particulier de l'espérance de vie à l'âge x. Cette espérance représente le nombre moyen d'années restant à vivre pour une génération fictive d'âge x qui aurait, à chaque âge, la probabilité de décéder observée cette année-là.

Autrement dit, c'est le nombre moyen d'années restant à vivre au-delà de cet âge x (ou durée de survie moyenne à l'âge x), dans les conditions de mortalité par âge de l'année considérée.


Génération :

la génération désigne l'ensemble des personnes nées la même année civile. Exemple : « la génération 1946 ».


Indicateur conjoncturel de divortialité / Somme des divorces réduits :

l'indicateur conjoncturel de divortialité ou somme des divorces réduits indique le nombre de divorces dans une promotion fictive de 1 000 mariages dont les taux de divorces seraient à chaque durée de mariage égaux à ceux observés l'année considérée.


Indicateur conjoncturel de fécondité / Somme des naissances réduites :

l'indicateur conjoncturel de fécondité, ou somme des naissances réduites, mesure le nombre d'enfants qu'aurait une femme tout au long de sa vie, si les taux de fécondité observés l'année considérée à chaque âge demeuraient inchangés.

Remarque :

Il ne faut pas perdre de vue que les taux utilisés dans le calcul sont ceux observés au cours d'une année donnée dans l'ensemble de la population féminine (composée de plusieurs générations) et ne représentent donc pas les taux d'une génération réelle de femmes. Il est probable qu'aucune génération réelle n'aura à chaque âge les taux observés. L'indicateur conjoncturel de fécondité sert donc uniquement à caractériser d'une façon synthétique la situation démographique au cours d'une année donnée, sans qu'on puisse en tirer des conclusions certaines sur l'avenir de la population.


Indicateur conjoncturel de primo-nuptialité / Somme des premiers mariages réduits :

l'indice de primo-nuptialité, ou somme des premiers mariages réduits, mesure la proportion d'hommes ou de femmes non célibataires à 50 ans dans une génération fictive dont les mariages réduits seraient à chaque âge égaux à ceux observés l'année considérée.


Évènement (d'état civil) enregistré / Lieu d'enregistrement :

le lieu d'enregistrement est le lieu où s'est produit l'évènement : lieu du mariage, de la naissance ou du décès.


Évènement (d'état civil) domicilié / Lieu de domicile :

le lieu du domicile est celui du domicile conjugal pour les mariages, du domicile de la mère pour les naissances et du domicile du défunt pour les décès.


Solde migratoire / Migrations / Mouvements migratoires :

le solde migratoire est la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de l'année. Ce concept est indépendant de la nationalité.


Mortalité foeto-infantile ou Taux de mortalité foeto-infantile :

La mortalité foeto-infantile désigne les enfants sans vie et les décès d'enfants de moins d'un an.

Le taux de mortalité foeto-infantile est le rapport du nombre d'enfants nés sans vie et d'enfants décédés à moins d'un an à l'ensemble des enfants nés vivants et des enfants sans vie.


Mortalité infantile :

la mortalité infantile désigne les décès d'enfants âgés de moins d'un an.


Mortalité néonatale ou Mortalité néonatale précoce :

La mortalité néonatale désigne les décès d'enfants nés vivants et décédés à moins de 28 jours.

La mortalité néonatale précoce désigne les décès d'enfants nés vivants et décédés à moins de 7 jours.

Le taux de mortalité néonatale est le rapport du nombre d'enfants décédés à moins de 28 jours à l'ensemble des enfants nés vivants.

Le taux de mortalité néonatale précoce est le rapport du nombre d'enfants décédés à moins de 7 jours à l'ensemble des enfants nés vivants.


Mortalité post-néonatale ou Taux de mortalité post-néonatale :

La mortalité post-néonatale désigne les décès d'enfants nés vivants et décédés entre plus de 28 jours et moins d'un an.

Le taux de mortalité post-néonatale est le rapport du nombre d'enfants décédés entre plus de 28 jours et moins d'un an à l'ensemble des nés vivants.


Mortalité périnatale ou Taux de mortalité périnatale :

La mortalité périnatale désigne les enfants nés sans vie et les décès d'enfants de moins de 7 jours.

Le taux de mortalité périnatale est le rapport du nombre d'enfants sans vie et d'enfants décédés à moins de 7 jours à l'ensemble des enfants nés vivants et des enfants sans vie.


Mortinatalité ou Taux de mortinatalité :

La mortinatalité désigne les enfants sans vie.

Le taux de mortinatalité est le rapport du nombre d'enfants nés sans vie à l'ensemble des nés vivants et des enfants sans vie.


Naissance légitime et naissance hors mariage / Enfant légitime et enfant hors mariage / Enfant naturel et enfant illégitime / Naissance naturelle et naissance illégitime :

la qualité juridique d'un enfant à la naissance désigne le statut matrimonial de sa mère. Les enfants « légitimes » sont ceux dont les parents sont mariés. La naissance est qualifiée de « hors mariage » (anciennement qualifiée de « naturelle » ou encore « illégitime ») dans le cas contraire. Un enfant né hors mariage dont la mère se marie est dit légitimé par le mariage.

Mais, la distinction entre enfants « légitimes » et enfants « naturels » n'existe plus en France. L'ordonnance du 5 juillet 2005, entrée en vigueur en juillet 2006, a en effet fait disparaître du code civil ces deux notions devenues caduques dans la mesure où les droits des enfants nés hors mariage sont les mêmes que ceux des enfants nés de couples mariés.


Pacte civil de solidarité / PACS :

le pacte civil de solidarité (Pacs) est un contrat entre deux personnes majeures, de sexe différent ou de même sexe, pour organiser leur vie commune. Il a été promulgué par la loi du 15 novembre 1999. Il établit des droits et des obligations entre les deux contractants, en termes de soutien matériel, de logement, de patrimoine, d'impôts et de droits sociaux. Par contre, il est sans effet sur les règles de filiation et de l'autorité parentale si l'un des contractants est déjà parent. Il était à l’origine conclu au tribunal d'instance puis, à compter du 28 mars 2011, devant un notaire ou au tribunal d'instance. L'enregistrement des Pacs a été transféré des tribunaux vers les mairies à compter du 1er novembre 2017. Depuis cette date, l'enregistrement d'un Pacs se fait donc en mairie ou devant un notaire.

Le Pacs peut être dissous par la volonté de l'un ou des deux contractants, qui adresse(nt) une déclaration au service d'état civil de la commune ayant enregistré le Pacs (ou de la commune du lieu du greffe du tribunal d'instance ayant enregistré le Pacs pour les pacs enregistrés avant le 1er novembre 2017), ou au notaire ayant contractualisé le Pacs. Il est automatiquement rompu par le mariage ou par le décès de l'un ou des deux contractants.


Population municipale :

la population municipale comprend les personnes :

  • ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune, dans un logement ou une communauté;
  • détenues dans les établissements pénitentiaires de la commune;
  • les sans-abri recensées sur le territoire de la commune ;
  • résidant habituellement dans une habitation mobile recensée sur le territoire de la commune.

La population municipale d'un ensemble de communes est égale à la somme des populations municipales des communes qui le composent.

Le concept de population municipale correspond désormais à la notion de population utilisée usuellement en statistique. En effet, elle ne comporte pas de doubles comptes : chaque personne vivant en France est comptée une fois et une seule. En 1999, c'était le concept de population sans doubles comptes qui correspondait à la notion de population statistique.

Remarque :

Le concept de population municipale est défini par le décret n°2003-485 publié au Journal officiel du 8 juin 2003, relatif au recensement de la population.


Quotient de mortalité :

le quotient de mortalité à un âge mesure la probabilité, pour les personnes survivantes à cet âge, de décéder avant l'âge suivant.


Quotient de nuptialité :

le quotient de nuptialité à un âge mesure la probabilité, pour les personnes célibataires à cet âge, de se marier avant l'âge suivant.


Rang de naissance :

on distingue le rang biologique (ou rang total) et le rang dans le mariage. Le rang biologique ou total est l'ordre de naissance des enfants pour une femme au cours de sa vie, quelle que soit sa situation matrimoniale. L'aîné est donc l'enfant de rang un.

Le rang dans le mariage ne concerne quant à lui que les enfants de femmes mariés : il s'agit de l'ordre de naissance des enfants nés pendant le mariage actuel de la femme. Il est toujours inférieur ou égal au rang total.

Par exemple, une femme a eu trois enfants. Barnabé est né alors qu'elle était célibataire. Elle s'est ensuite mariée. Émile est né. Elle a ensuite divorcé et s'est remariée. Jeanne est née au cours du second mariage. Barnabé est de rang total un, Émile est de rang total deux et Jeanne de rang total trois. Barnabé n'a pas de rang dans le mariage, Émile est de rang un dans le mariage (le premier) et Jeanne est également de rang un dans le mariage (le second).

Remarque :

A partir de 1998, les fichiers de l'état civil fournissent pour tous les enfants leur rang de naissance parmi les enfants nés vivants de la mère.


Remplacement des générations :

Une génération assure son remplacement à la naissance si le nombre de filles dans la génération des enfants est égal au nombre de femmes dans la génération des parents. En l'absence de mortalité, 2,05 enfants par femme serait suffisant pour assurer le remplacement d'une génération. 2,05 et non 2 car il naît 105 garçons pour 100 filles.


Table de mortalité :

une table de mortalité annuelle suit le cheminement d'une génération fictive de 100 000 nouveau-nés à qui l'on fait subir aux divers âges les conditions de mortalité observées sur les diverses générations réelles, durant l'année étudiée. Pour éviter les aléas des tables annuelles et pour disposer d'une table détaillée par âge aussi précise que possible, on calcule également une table de mortalité couvrant une période de trois années.


Taux de divorce :

le taux de divorce est le rapport du nombre de divorces prononcés dans l'année à la population totale moyenne de l'année.


Taux de fécondité / Quotient de fécondité :

le taux de fécondité à un âge donné (ou pour une tranche d'âges) est le nombre d'enfants nés vivants des femmes de cet âge au cours de l'année, rapporté à la population moyenne de l'année des femmes de même âge.

Par extension, le taux de fécondité est le rapport du nombre de naissances vivantes de l'année à l'ensemble de la population féminine en âge de procréer (nombre moyen des femmes de 15 à 50 ans sur l'année). A la différence de l'indicateur conjoncturel de fécondité, son évolution dépend en partie de l'évolution de la structure par âge des femmes âgées de 15 à 50 ans.


Taux de mortalité (brut, prématurée) :

le taux (brut) de mortalité est le rapport du nombre de décès de l'année à la population totale moyenne de l'année.

Le taux de mortalité prématurée est le nombre de décès, au cours de l'année, d'individus âgés de moins de 65 ans, rapporté à la population totale des moins de 65 ans, de la même année.


Taux de mortalité infantile :

le taux de mortalité infantile est le rapport entre le nombre d'enfants décédés à moins d'un an et l'ensemble des enfants nés vivants.


Taux de natalité :

le taux de natalité est le rapport du nombre de naissances vivantes de l'année à la population totale moyenne de l'année.


Taux de nuptialité :

le taux de nuptialité est le rapport du nombre de mariages de l'année à la population totale moyenne de l'année.


Taux de reproduction :

le taux de reproduction mesure dans quelles conditions se fait le remplacement des générations.

Ce calcul peut être effectué en tenant compte de la mortalité (taux net de reproduction) ou en l'absence de mortalité (taux brut de reproduction).


Traitement des jugements déclaratifs de décès :

Un jugement déclaratif de décès est établi lorsque le décès est assuré mais que le corps n’a pu être retrouvé (accident d’avion, disparition en mer…).

Jusqu’en juin 2010, avant la refonte de l’état civil, les jugements déclaratifs de décès n’étaient pas pris en compte en tant que tels dans les chaînes statistiques. Depuis la refonte, ils sont traités de manière spécifique, séparément des déclarations de décès. Les jugements déclaratifs de décès traités de juin à décembre 2010 n’ont pas été pris en compte dans les tableaux de cet Insee Résultats. De ce fait, les comptages publiés ici sont légèrement différents de ceux proposés dans la rubrique des données détaillées localisées. Entre ces deux dates, il y a eu 33 jugements déclaratifs de décès enregistrés en France métropolitaine et 1 dans les DOM. À partir de 2011, les jugements déclaratifs de décès sont comptabilisés dans les statistiques de décès de l'Insee Résultats et les données des deux sources sont cohérentes.


Traitement des jugements déclaratifs de naissance :

Toute naissance survenue sur le territoire français doit faire l'objet dans les trois jours suivant l'accouchement d'une déclaration à l'état civil donnant lieu à un acte. Si cette déclaration n'a pas été faite dans ce délai légal, elle fait l'objet d'un jugement déclaratif de naissance donnant lieu à une transcription sur les registres de l'état civil.

Jusqu'en juin 2010, avant la refonte de l'état civil, les jugements déclaratifs de naissance n'étaient pas pris en compte en tant que tels dans les chaînes statistiques. Depuis la refonte, ils sont traités de manière spécifique, séparément des déclarations de naissance.

Les jugements déclaratifs de naissance traités de juin à décembre 2010 n'ont pas été pris en compte dans les tableaux de cet Insee Résultats. De ce fait, les comptages publiés ici sont légèrement différents de ceux proposés dans la rubrique des données détaillées localisées. Entre ces deux dates, il y a eu 390 jugements déclaratifs de naissance enregistrés en France métropolitaine et 2 dans les DOM.

À partir de 2011, les jugements déclaratifs de naissance sont comptabilisés dans les statistiques de naissances vivantes de l'Insee Résultats et les données des deux sources sont cohérentes.


Âge :

l'âge est la durée écoulée depuis la naissance. Il peut être calculé selon deux définitions :

  • l'âge par génération ou âge atteint dans l'année,
  • l'âge en années révolues.

L'âge généralement utilisé est l'âge atteint dans l'année. Il correspond à la différence entre l'année de l'événement et l'année de naissance de l'individu.

L'âge en années révolues est l'âge au dernier anniversaire. Aussi, à la date de l'événement, dans une même génération, l'âge en années révolues n'est pas le même pour toutes les personnes.

Par exemple, un individu né le 10 octobre 1925 décède le 18 avril 1999. Il a 74 ans en âge atteint dans l'année : 1999 moins 1925 égale 74. Mais il a 73 ans en années révolues : 18 avril 1999 moins 10 octobre 1925 égale 73 ans 6 mois et 8 jours.

Ainsi, pour un individu ayant x ans en âge atteint dans l'année, si l'événement a eu lieu à la date d :

  • l'individu ayant son anniversaire après la date d aura comme âge en années révolues (x-1) ;
  • l'individu ayant son anniversaire à la date d ou avant aura comme âge en années révolues (x).

Seule exception : l'événement a lieu le 31 décembre. A cette date, le classement par âge atteint dans l'année et par âge en années révolues sont identiques. Et au 1er janvier, l'âge atteint dans l'année est égal à l'âge en années révolues plus un.

Pour en savoir plus

« Bilan démographique 2016 », Insee Première, n° 1630 - janvier 2017.

« Les mariages en 2015 », Insee Résultats, - mars 2017.

« 236 300 mariages célébrés en France en 2015, dont 33 800 mariages mixtes », Insee Première, n° 1638 - mars 2017.

« Les décès en 2015 », Insee Résultats, n° 186 - octobre 2016.

« 594 000 personnes décédées en France en 2015 », Insee Focus, n° 65 - octobre 2016.

« Les naissances en 2015 », Insee Résultats, n° 185 - septembre 2016.

« En 2015, un nouveau-né sur vingt a une mère de 40 ans ou plus, comme en 1948 », Insee Focus, n° 64 - septembre 2016.

« Un premier enfant à 28,5 ans en 2015 : 4,5 ans plus tard qu’en 1974 », Insee Première, n° 1642 -mars 2017.