236 300 mariages célébrés en France en 2015, dont 33 800 mariages mixtes

Vanessa Bellamy, division Enquêtes et études démographiques, Insee

En 2015, 236 300 mariages ont été célébrés en France, dont 33 800 entre une personne de nationalité française et une personne de nationalité étrangère : 14 % des mariages célébrés en France en 2015 sont donc des mariages mixtes. Dans un cas sur deux, ils ont uni un homme de nationalité étrangère et une femme de nationalité française. Un mariage mixte sur dix est un remariage pour les deux époux.

En 2015, 46 300 mariages célébrés à l’étranger ont été transcrits à l’état civil français. La plupart (91 %) ont uni une personne de nationalité française et une personne étrangère. Ainsi, quel que soit le lieu de célébration, 27 % des mariages ayant concerné au moins une personne de nationalité française en 2015 sont des mariages mixtes.

14 % des mariages célébrés en France en 2015 sont des mariages mixtes

Parmi les 236 300 mariages conclus en France en 2015, 33 800 ont uni une personne de nationalité étrangère et une personne de nationalité française (figure 1). Ces mariages mixtes (encadrés 1 et 2) représentent 14 % des mariages de l’année célébrés en France. Toujours en 2015, 9 100 couples de deux étrangers se sont mariés en France, soit 4 % de l’ensemble des célébrations. Ainsi, les mariages mixtes célébrés en France sont près de quatre fois plus nombreux que les mariages unissant deux personnes de nationalité étrangère.

Le nombre total de mariages célébrés en France a augmenté du milieu des années 1950 au début des années 1970. Il a ensuite reculé de manière quasi continue. Le nombre de mariages mixtes n’a pas suivi la même évolution : il a augmenté tendanciellement depuis le milieu des années 1950. Ainsi, les mariages mixtes prennent un poids croissant au sein de l’ensemble des mariages : leur part est passée de 6 % en 1950 à 14 % en 2015.

Figure 1 - Évolution du nombre de mariages selon la nationalité des époux depuis 1950

Figure 1 - Évolution du nombre de mariages selon la nationalité des époux depuis 1950
Deux époux(ses) français(es) Deux époux(ses) étrangers(ères) Couples mixtes
1950 305 738 5 859 19 494
1951 296 537 4 987 18 127
1952 292 837 4 374 16 681
1953 288 608 3 877 15 941
1954 295 349 3 530 15 574
1955 294 265 3 316 15 122
1956 275 681 3 226 14 543
1957 292 070 3 527 14 912
1958 292 820 3 862 15 451
1959 300 658 4 125 16 038
1960 299 869 4 266 15 809
1961 295 230 4 221 15 390
1962 297 290 4 249 15 334
1963 318 860 4 504 16 099
1964 325 776 4 927 16 822
1965 324 516 5 063 16 729
1966 317 899 5 360 16 487
1967 323 669 5 436 16 473
1968 334 784 5 534 16 297
1969 357 553 5 759 17 517
1970 369 175 6 696 17 815
1971 380 198 7 318 18 900
1972 388 653 7 740 20 128
1973 373 278 7 407 20 055
1974 367 753 7 162 19 840
1975 359 612 7 157 20 610
1976 347 207 6 648 20 148
1977 340 846 6 541 20 779
1978 327 959 6 104 20 565
1979 314 229 5 906 20 270
1980 308 066 5 696 20 615
1981 289 091 5 708 20 318
1982 284 386 7 124 20 895
1983 272 043 7 390 21 080
1984 252 993 6 944 21 465
1985 241 497 6 505 21 417
1986 235 872 6 554 23 252
1987 237 642 6 215 21 320
1988 242 214 6 696 22 214
1989 245 732 7 959 26 209
1990 247 853 8 703 30 543
1991 238 284 8 947 32 944
1992 231 991 8 469 30 967
1993 220 928 6 997 27 265
1994 224 562 5 848 23 336
1995 225 612 5 214 23 825
1996 257 501 5 042 24 601
1997 260 362 5 465 25 336
1998 246 053 5 866 26 606
1999 256 811 6 057 30 676
2000 263 365 6 659 35 210
2001 247 666 7 424 40 630
2002 233 012 8 039 45 118
2003 226 548 8 709 47 499
2004 226 590 8 494 43 355
2005 231 282 8 561 43 193
2006 226 369 8 487 39 058
2007 228 798 8 293 36 578
2008 223 982 7 788 33 634
2009 211 070 8 012 32 396
2010 213 511 7 378 30 765
2011 198 493 7 296 31 037
2012 205 144 8 055 32 731
2013 198 118 7 954 32 520
2014 198 476 8 756 34 060
2015 193 390 9 143 33 783
  • Champ : France métropolitaine jusqu'en 1995, France hors Mayotte à partir de 1996, y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 1 - Évolution du nombre de mariages selon la nationalité des époux depuis 1950

De fortes fluctuations

Au-delà de cette tendance de long terme, le nombre de mariages mixtes célébrés en France a connu de fortes fluctuations au cours des années 1990 et 2000. Il a connu un premier pic en 1991. En trois ans, il a augmenté de moitié, passant de 22 200 en 1988 à 32 900 en 1991. Cette année-là, les couples mixtes représentaient 12 % des mariages célébrés en France. En 1994, le nombre de mariages mixtes retrouvait un niveau sensiblement équivalent à celui de la fin des années 1980, soit 23 300 mariages (9 % des célébrations de l’année).

Par la suite, les mariages mixtes deviennent à nouveau plus nombreux. Ils doublent entre 1994 et 2003, année record avec 47 500 célébrations (soit 17 % des mariages de l’année). Dès 2004, leur nombre décroît fortement et en 2010, 30 800 mariages mixtes sont célébrés en France (12 % des mariages de l’année), soit 16 700 de moins qu’en 2003.

La nationalité des conjoints à l’image des flux migratoires

En 2015, 12 500 mariages mixtes célébrés en France ont uni une personne de nationalité française à un conjoint d’une nationalité du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie), soit 37 % des mariages mixtes de l’année (figures 2a à 2c). Suivent les unions entre Français et Européens avec 7 300 mariages mixtes (soit 22 %), puis celles entre Français et personnes de nationalité d’un pays d’Afrique sub-saharienne avec 4 900 mariages mixtes (soit 14 %).

Figure 2a - Mariages mixtes célébrés en France selon la nationalité du conjoint étrangerEurope

Figure 2a - Mariages mixtes célébrés en France selon la nationalité du conjoint étranger
Portugal Autre Europe Espagne et Italie Pologne et Roumanie
1977 3 088 3 753 6 352 455
1978 3 139 3 594 5 983 410
1979 3 086 3 456 5 483 401
1980 3 373 3 597 5 222 401
1981 3 324 3 372 4 769 415
1982 3 392 3 553 4 554 397
1983 3 466 3 436 4 194 390
1984 3 359 3 492 3 829 436
1985 3 388 3 386 3 302 430
1986 3 376 3 392 3 054 387
1987 3 354 3 384 2 885 370
1988 3 486 3 300 2 661 359
1989 3 750 3 588 2 421 362
1990 3 875 3 904 2 503 501
1991 3 732 4 118 2 307 710
1992 3 382 4 035 2 025 744
1993 3 101 4 079 1 898 857
1994 2 936 4 102 1 731 803
1995 2 936 3 934 1 709 788
1996 2 959 4 258 1 847 777
1997 2 914 4 350 1 678 747
1998 2 819 4 215 1 692 778
1999 2 692 4 538 1 737 937
2000 2 723 4 552 1 691 1 016
2001 2 448 4 545 1 638 1 133
2002 2 260 4 747 1 477 1 244
2003 1 932 4 693 1 410 1 224
2004 1 875 4 529 1 403 1 245
2005 1 854 4 585 1 336 1 247
2006 1 682 4 600 1 380 1 105
2007 1 725 4 317 1 433 872
2008 1 649 4 138 1 406 800
2009 1 507 3 856 1 235 656
2010 1 464 3 774 1 243 784
2011 1 350 3 932 1 173 788
2012 1 341 3 923 1 266 788
2013 1 265 4 001 1 339 740
2014 1 271 4 123 1 358 641
2015 1 301 4 014 1 354 664

Figure 2a - Mariages mixtes célébrés en France selon la nationalité du conjoint étranger Europe

Figure 2b - Mariages mixtes célébrés en France selon la nationalité du conjoint étrangerAfrique

Figure 2b - Mariages mixtes célébrés en France selon la nationalité du conjoint étranger
Algérie Maroc Tunisie Autre Afrique
1977 2 016 907 842 956
1978 2 176 888 768 1 043
1979 2 485 1 005 784 1 047
1980 2 496 1 032 735 1 143
1981 2 568 1 101 747 1 253
1982 2 518 1 237 781 1 356
1983 2 580 1 477 783 1 508
1984 2 485 1 686 815 1 842
1985 2 406 1 939 844 2 022
1986 2 671 2 655 1 012 2 441
1987 2 679 2 239 775 2 045
1988 3 265 2 500 886 2 047
1989 4 544 3 571 1 103 2 629
1990 4 946 4 924 1 305 3 302
1991 5 466 6 026 1 390 3 643
1992 5 726 5 015 1 309 3 437
1993 5 047 3 488 977 3 063
1994 3 672 2 472 778 2 637
1995 3 907 2 473 799 2 835
1996 3 602 2 516 856 2 830
1997 3 832 2 829 926 2 972
1998 3 628 3 412 1 061 3 748
1999 4 700 4 218 1 267 4 463
2000 5 978 5 219 1 702 5 318
2001 7 989 6 383 2 410 6 265
2002 8 806 7 542 2 999 7 143
2003 9 468 7 917 3 557 7 643
2004 8 157 7 234 2 379 7 120
2005 7 942 6 958 2 323 7 396
2006 6 639 5 908 2 101 6 304
2007 5 911 5 478 2 117 5 712
2008 5 109 4 821 1 846 5 047
2009 4 670 4 677 2 079 4 785
2010 4 490 4 340 1 979 4 556
2011 4 372 4 147 2 192 4 628
2012 4 843 4 226 2 689 4 661
2013 4 853 3 970 2 694 4 493
2014 5 346 4 077 2 797 5 040
2015 5 813 3 860 2 826 4 879

Figure 2b - Mariages mixtes célébrés en France selon la nationalité du conjoint étranger Afrique

Figure 2c - Mariages mixtes célébrés en France selon la nationalité du conjoint étrangerAsie, et autres nationalités hors Europe et Afrique

Figure 2c - Mariages mixtes célébrés en France selon la nationalité du conjoint étranger
Turquie Chine Autre Asie Autres nationalités
1977 126 39 1 308 937
1978 126 45 1 438 955
1979 147 30 1 425 921
1980 173 31 1 478 934
1981 155 25 1 586 1 003
1982 152 35 1 672 1 248
1983 165 52 1 684 1 345
1984 190 57 1 856 1 418
1985 219 57 1 942 1 482
1986 233 77 2 287 1 667
1987 223 86 1 869 1 411
1988 226 111 1 854 1 519
1989 363 171 1 916 1 791
1990 788 217 2 081 2 197
1991 868 184 2 113 2 387
1992 554 192 2 208 2 340
1993 348 216 1 949 2 242
1994 253 178 1 722 2 052
1995 319 162 1 746 2 217
1996 343 218 1 632 2 208
1997 407 231 1 662 2 179
1998 557 240 1 793 2 663
1999 631 269 2 094 3 130
2000 693 389 2 221 3 708
2001 907 469 2 305 4 138
2002 1 207 534 2 433 4 726
2003 1 342 705 2 496 5 112
2004 1 223 780 2 493 4 917
2005 1 158 791 2 437 5 166
2006 944 898 2 445 5 052
2007 954 882 2 373 4 804
2008 831 882 2 277 4 828
2009 830 881 2 290 4 930
2010 774 797 2 025 4 539
2011 681 840 2 123 4 811
2012 709 895 2 202 5 188
2013 650 886 2 193 5 429
2014 689 806 2 323 5 589
2015 689 829 2 132 5 422
  • Note : les nationalités de l'ex-URSS sont regroupées dans les « autres nationalités » (avec l'Océanie et les Amériques) car les données antérieures à 1998 ne permettent pas de distinguer les nationalités selon qu'elles relèvent actuellement de l'Europe (Ukraine par exemple) ou de l'Asie (Kazakhstan par exemple).
  • À la suite des évolutions de la méthode de traitement des données pour 2010, puis pour 2011, les séries présentent de légères ruptures ces années-là.
  • Champ : mariages célébrés en France métropolitaine jusqu'en 1997, en France hors Mayotte de 1998 en 2013, en France y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 2c - Mariages mixtes célébrés en France selon la nationalité du conjoint étrangerAsie, et autres nationalités hors Europe et Afrique

La répartition des mariages mixtes célébrés en France par nationalité du conjoint étranger a fortement évolué depuis les années 1970. Les mariages entre Français et Italiens ou Espagnols étaient encore parmi les plus nombreux à la fin des années 1970 : en 1977, ils représentaient près du tiers (31 %) des mariages mixtes. Leur importance a fortement baissé dans les années 1980 et depuis 2002, moins de 1 500 mariages mixtes impliquant une personne de nationalité espagnole ou italienne sont célébrés chaque année. En 2015, ces mariages ne représentent plus que 4 % des mariages mixtes.

Les mariages mixtes impliquant une nationalité du Maghreb (Algérie, Maroc ou Tunisie) ont connu deux pics importants. Ils ont tout d’abord augmenté rapidement à partir de la fin des années 1980. En 1987, 5 700 mariages mixtes concernaient une personne de nationalité algérienne, tunisienne ou marocaine, soit 27 % des mariages mixtes célébrés cette année-là ; quatre ans après, en 1991, leur nombre avait plus que doublé, pour atteindre 12 900 mariages, soit 39 % des mariages mixtes de l’année. Il s’est réduit par la suite avant de connaître une nouvelle hausse pour atteindre 20 900 mariages en 2003, soit 44 % des mariages mixtes de l’année célébrés en France. Le nombre de mariages impliquant une personne de nationalité autre que maghrébine a connu à peu près les mêmes fluctuations.

Ces évolutions traduisent en partie celles des flux migratoires. Après la deuxième guerre mondiale, l’immigration provenait essentiellement des pays européens : Italie et Espagne notamment. Les migrants portugais sont arrivés un peu plus tardivement, dans les années 1960 et 1970. L’immigration algérienne a progressé après-guerre, alors que celle provenant du Maroc a débuté un peu plus tard, dans les années 1970. Dans les années 1980, l’éventail des origines s’est ouvert aux autres pays d’Afrique, d’Asie et d’Europe. Ainsi, l’immigration en provenance d’Espagne et d’Italie est devenue trop ancienne pour figurer encore dans les mariages mixtes alors qu’elle y occupait dans les années 1970 une place prépondérante.

Au-delà de l’importance des flux migratoires et de leur ancienneté, la répartition des mariages mixtes par nationalité dépend également de l’état matrimonial légal (marié ou célibataire) et de l’âge à l’arrivée sur le territoire (les plus jeunes sont plus souvent célibataires en arrivant en France), autant de facteurs qui interviennent dans la formation d’un couple mixte.

Autant de femmes que d’hommes de nationalité étrangère dans les mariages mixtes célébrés en France en 2015

En 2015, 49 % des mariages mixtes (hors mariages entre personnes de même sexe) célébrés en France unissent une femme étrangère et un homme français (figure 3). Entre 1950 et 1980, 60 % à 64 % des mariages mixtes étaient célébrés entre un homme étranger et une femme française. À partir des années 1980, cette part diminue progressivement et en 2011, la moitié des mariages mixtes unissent un homme étranger et une femme française et l’autre moitié une femme étrangère et un homme français. De 2011 à 2013, l’égalité demeure. En 2014 et 2015, la part des mariages mixtes concernant un homme étranger remonte très légèrement.

Cette évolution de long terme est probablement à mettre en regard avec la féminisation croissante de la population étrangère depuis les années 1960. En 1962, les femmes représentaient 38 % des étrangers résidant en France, contre 50 % en 2013. Cette féminisation est la résultante de multiples facteurs : développement du regroupement familial, augmentation du nombre de femmes arrivant seules mais aussi répartition sexuée des retours au pays, de la mortalité et des acquisitions de la nationalité française.

Figure 3 - Mariages mixtes selon le sexe et la nationalité des époux

en %
Figure 3 - Mariages mixtes selon le sexe et la nationalité des époux
Homme étranger et femme française Femme étrangère et homme français
1950 60,1 39,9
1951 60,2 39,8
1952 59,7 40,3
1953 59,1 40,9
1954 60,7 39,3
1955 60,5 39,5
1956 61,6 38,4
1957 61,2 38,8
1958 62,4 37,6
1959 62,9 37,1
1960 63,6 36,4
1961 62,9 37,1
1962 62,8 37,2
1963 62,7 37,3
1964 61,9 38,1
1965 61,4 38,6
1966 61,9 38,1
1967 61,4 38,6
1968 62,3 37,7
1969 62,0 38,0
1970 62,1 37,9
1971 62,4 37,6
1972 62,5 37,5
1973 62,3 37,7
1974 61,6 38,4
1975 61,6 38,4
1976 61,9 38,1
1977 61,8 38,2
1978 61,3 38,7
1979 60,8 39,2
1980 59,6 40,4
1981 59,4 40,6
1982 58,2 41,8
1983 59,0 41,0
1984 58,7 41,3
1985 59,0 41,0
1986 60,2 39,8
1987 59,1 40,9
1988 57,4 42,6
1989 58,8 41,2
1990 58,7 41,3
1991 58,3 41,7
1992 57,0 43,0
1993 55,9 44,1
1994 55,0 45,0
1995 55,7 44,3
1996 54,7 45,3
1997 55,4 44,6
1998 55,0 45,0
1999 54,2 45,8
2000 55,1 44,9
2001 55,9 44,1
2002 57,2 42,8
2003 57,9 42,1
2004 56,2 43,8
2005 55,6 44,4
2006 54,6 45,4
2007 54,0 46,0
2008 51,5 48,5
2009 51,9 48,1
2010 50,9 49,1
2011 50,3 49,7
2012 50,4 49,6
2013 49,9 50,1
2014 50,6 49,4
2015 51,3 48,7
  • Champ : mariages célébrés en France métropolitaine jusqu'en 1995, en France hors Mayotte à partir de 1996, y compris Mayotte à partir de 2014, hors mariages de personnes de même sexe.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 3 - Mariages mixtes selon le sexe et la nationalité des époux

Un mariage mixte sur dix est un remariage pour les deux époux

La part des mariages qui unissent deux conjoints qui se remarient (après un divorce ou un veuvage) est de 10 % pour les couples mixtes, ce qui est proche de celle observée chez les couples de deux personnes de nationalité française (11 % - hors mariages entre personnes de même sexe). Cependant, au sein des unions mixtes, 13 % des mariages entre un homme français et une femme étrangère sont des remariages pour les deux conjoints, contre 7 % lorsque l’homme est étranger et la femme française.

La proportion de mariages entre personnes ne s’étant jamais mariées précédemment est moindre dans les couples mixtes (65 %) que dans ceux où les deux époux sont de nationalité française (73 %). Là encore, au sein des unions mixtes, cette répartition diffère selon le sexe de la personne étrangère : 61 % des mariages entre un homme français et une femme étrangère sont des premiers mariages pour les deux conjoints, contre 68 % lorsque l’homme est étranger et la femme française.

Les couples mixtes qui se sont mariés en 2015 en France sont par ailleurs légèrement plus jeunes que les couples de deux époux français. Là encore, il existe des écarts importants selon la nationalité des époux. Lorsque l’homme est étranger et la femme française, le premier a 34,0 ans en moyenne et la seconde 32,8, mais quand l’homme est de nationalité française et la femme étrangère, le premier a 39,4 ans et la seconde 34,1 (figure 4). L’écart d’âge entre conjoints est plus important lorsque au moins un des époux est de nationalité étrangère. Les couples mixtes et ceux dans lesquels les deux époux sont étrangers ont un écart d’âge de deux ans plus élevé que les couples où les deux époux sont de nationalité française.

Figure 4 - Âges et écart d'âge moyens des nouveaux époux en 2015

Figure 4 - Âges et écart d'âge moyens des nouveaux époux en 2015
Âge moyen des hommes Âge moyen des femmes Écart d'âge moyen (valeur absolue en années)
Deux époux français 38,0 35,5 4,0
Mariages mixtes 36,6 33,4 6,1
Homme étranger, femme française 34,0 32,8 5,5
Homme français, femme étrangère 39,4 34,1 6,8
Deux époux étrangers 36,8 32,8 5,8
Ensemble des mariages 37,6 35,1 4,3
  • Note : l’écart d’âge moyen est distinct de la différence entre les âges moyens. L’écart d’âge moyen est la moyenne des valeurs asbolues des écarts d’âges au sein d’un couple.
  • Autrement dit, on calcule pour chaque couple la différence entre le plus âgé et le moins âgé, puis l’on fait la moyenne des ces écarts.
  • Champ : France y compris Mayotte, hors mariages entre personnes de même sexe.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

46 300 mariages célébrés à l’étranger transcrits dans les registres de l’état civil en 2015

En 2015, 46 300 mariages célébrés à l’étranger ont été transcrits (encadré 2 ; sources) dans les registres de l’état civil français (figure 5). Parmi ces mariages, environ 91 % (soit 42 000) concernent des couples mixtes, et 9 % deux personnes de nationalité française. Ainsi, le nombre de mariages mixtes s’élève en 2015 à 75 800, quel que soit le lieu de célébration. Sur la totalité des 282 600 mariages célébrés en France ou transcrits dans les registres de l’état civil, 27 % étaient donc des unions mixtes.

Depuis 2004, les mariages transcrits sont devenus plus nombreux que les mariages mixtes conclus en France. Entre 2005 et 2014, le nombre de transcriptions se situait dans une fourchette comprise entre 47 000 et 51 000 mariages par an environ. Ce nombre a baissé en 2015, pour repasser sous la barre des 45 000 transcriptions et retrouver son niveau de 2004.

Figure 5 - Mariages mixtes et transcriptions de mariages

Figure 5 - Mariages mixtes et transcriptions de mariages
Mariages mixtes célébrés en France Transcriptions de mariages
2000 35 210 34 911
2001 40 630 39 409
2002 45 118 39 239
2003 47 499 42 407
2004 43 355 44 704
2005 43 193 48 874
2006 39 058 50 483
2007 36 578 47 687
2008 33 634 48 463
2009 32 396 48 301
2010 30 765 46 661
2011 31 037 50 876
2012 32 731 51 391
2013 32 520 48 831
2014 34 060 49 150
2015 33 783 46 310
  • Champ : France hors Mayotte à partir de 1996, y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil, ministère des affaires étrangères et du développement international.

Figure 5 - Mariages mixtes et transcriptions de mariages

Encadrés

Encadré 1 - Comment définir les mariages mixtes ?

Les « mariages mixtes » peuvent regrouper des situations très diverses (Filhon et Varo, 2005). Parler de « mixité » peut faire référence à des différences d’origine sociale ou géographique entre les conjoints, de nationalité voire de religion, de langue, de culture, etc. Les variables disponibles ici pour décrire les caractéristiques sociodémographiques des époux sont celles issues des bulletins de mariages de l’état civil. Ces variables décrivent la nationalité des conjoints au moment du mariage et leur pays de naissance, mais ne donnent pas d’information sur leur nationalité à la naissance. Il n’est donc pas possible de connaître par cette source le nombre de mariages impliquant un immigré (défini comme une personne née étrangère à l’étranger).

Retenir le critère de nationalité plutôt que celui du pays de naissance permet de comparer le nombre de mariages célébrés en France avec les transcriptions de mariages célébrés à l’étranger impliquant au moins une personne de nationalité française.

En prenant comme critère le pays de naissance, on définirait un mariage mixte comme le mariage d’une personne née en France et d’une personne née à l’étranger. 39 600 mariages célébrés en France en 2015 seraient alors des mariages mixtes, soit 5 800 de plus qu’avec le critère de nationalité française (figure). En revanche, les fluctuations observées depuis les années 1990 sont les mêmes quelle que soit la définition retenue.

Figure encadré 1 - Nombre de mariages mixtes selon la définition retenue

Figure encadré 1 - Nombre de mariages mixtes selon la définition retenue
Mariages mixtes (critère pays de naissance) Mariages mixtes (critère nationalité)
1977 50 243 20 779
1978 49 589 20 565
1979 47 651 20 270
1980 46 761 20 615
1981 44 759 20 318
1982 44 352 20 895
1983 42 522 21 080
1984 40 448 21 465
1985 39 270 21 417
1986 39 603 23 252
1987 37 927 21 320
1988 38 447 22 214
1989 42 336 26 209
1990 45 301 30 543
1991 46 148 32 944
1992 43 423 30 967
1993 39 232 27 265
1994 35 839 23 336
1995 35 459 23 825
1996 37 674 24 046
1997 38 030 24 727
1998 37 025 26 606
1999 40 680 30 676
2000 45 000 35 210
2001 48 413 40 630
2002 51 161 45 118
2003 53 365 47 499
2004 49 412 43 355
2005 49 897 43 193
2006 46 226 39 058
2007 44 478 36 578
2008 41 665 33 634
2009 40 361 32 396
2010 38 012 30 765
2011 36 408 31 037
2012 37 635 32 731
2013 39 394 32 520
2014 40 280 34 060
2015 39 566 33 783
  • Champ : France métropolitaine jusqu'en 1997, France hors Mayotte à partir de 1998, y compris Mayotte à partir de 2014.
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure encadré 1 - Nombre de mariages mixtes selon la définition retenue

Encadré 2 - Législation et mariage mixte

Toute personne, résidant habituellement en France, qu’elle soit française ou étrangère, titulaire ou non d’un droit au séjour, peut célébrer son mariage devant l’officier d’état civil français. Si elle est étrangère, elle doit fournir, en plus des documents demandés à chacun des époux, des documents spécifiques à sa nationalité.

Pour les mariages célébrés à l’étranger, on distingue les conditions légales de célébration des mariages mixtes d’une part et les droits conférés à l’époux étranger d’autre part, notamment en matière d’accès à la nationalité française. Les conditions de célébration sont déterminées par deux législations : la loi du lieu de la célébration, principalement pour les conditions de forme (mariage devant l’autorité française ou l’autorité locale) et la loi nationale des intéressés, qui régit notamment les conditions d’âge, le consentement des parents et les bans.

Au terme de la publication des bans et si le mariage remplit les conditions de fond prévues par le code civil, l’ambassade ou le consulat de France délivre alors au conjoint français un « certificat de capacité à mariage ». Le mariage peut alors être célébré. Le mariage entre personnes de même sexe auprès d’une autorité étrangère n’est possible que dans un nombre réduit de pays.

Si le mariage a été célébré et enregistré par un officier de l’état civil local, les époux peuvent le faire transcrire dans les registres de l’état civil consulaire par l’ambassadeur ou le consul de France territorialement compétent, si les conditions de validité sont remplies. Lorsque le mariage a été célébré et enregistré par une autorité diplomatique française, il est automatiquement reconnu en France.

Le mariage mixte (célébré en France ou à l’étranger et reconnu en France) peut entraîner des modifications dans le statut du conjoint étranger, modifications soumises à un certain nombre de conditions. En 2015, pour pouvoir demander l’acquisition de la nationalité française, il faut un délai d’au moins quatre ans à compter du mariage (cinq ans sous certaines conditions) sous réserve que la « communauté de vie » n’ait pas cessé et que le conjoint étranger justifie d’une connaissance suffisante de la langue, de la culture et de l’histoire françaises (voir les dernières lois de novembre 2003, juillet 2006 et juin 2011).

En 2015, 25 044 personnes ont acquis la nationalité française par le mariage, ce qui représente 22 % des 113 608 acquisitions de l’année (figure). L’essentiel des acquisitions se fait en effet par naturalisation (décret).

Figure encadré 2 - Les acquisitions de la nationalité française

Figure encadré 2 - Les acquisitions de la nationalité française
Ensemble des acquisitions dont par mariage
1977 48 135 9 885
1978 50 977 10 849
1979 46 810 10 044
1980 52 129 13 767
1981 54 030 13 209
1982 48 835 14 227
1983 39 714 13 213
1984 35 575 10 279
1985 60 688 12 634
1986 55 975 15 190
1987 41 758 9 788
1988 54 313 16 592
1989 59 528 15 489
1990 64 991 15 627
1991 72 242 16 333
1992 71 601 15 601
1993 73 170 15 246
1994 126 341 19 493
1995 92 410 18 121
1996 109 823 19 381
1997 116 194 20 969
1998 123 761 22 145
1999 147 522 24 091
2000 150 025 26 056
2001 127 548 23 994
2002 128 092 26 350
2003 144 640 30 921
2004 168 826 34 439
2005 154 827 21 526
2006 147 868 29 276
2007 131 738 30 989
2008 137 452 16 213
2009 135 852 16 355
2010 143 261 21 923
2011 114 569 21 664
2012 96 051 22 382
2013 97 276 17 513
2014 105 613 19 725
2015 113 608 25 044
  • Champ : France.
  • Sources : ministère de l’Intérieur - DGEF - DSED et ministère de la Justice.

Figure encadré 2 - Les acquisitions de la nationalité française

Sources

Les statistiques d’état civil sur les mariages sont issues d’une exploitation des informations transmises par les mairies à l’Insee.

Les statistiques ainsi rassemblées concernent uniquement les mariages célébrés sur le territoire français. Le Service central d’état civil (SCEC) du ministère des Affaires étrangères est compétent pour tous les événements d’état civil survenus à l’étranger ou dans les territoires anciennement sous administration française, et qui concernent des ressortissants français (naissance, reconnaissance, mariage, divorce, adoption...). Il est dépositaire des registres d’état civil relatifs à ces événements ; la mise à jour des registres se fait par apposition de mentions lorsque l’état civil de la personne évolue au cours de sa vie. Il transcrit dans ces registres certaines décisions judiciaires.

Définitions

Un mariage mixte est un mariage entre une personne de nationalité française et un ressortissant étranger. La nationalité est celle au moment du mariage. Des personnes peuvent être nées étrangères mais devenues françaises avant leur mariage. Elles sont alors comptabilisées comme personnes de nationalité française.

Pour en savoir plus

Bellamy V. et Beaumel C., « Bilan démographique 2016 - À nouveau en baisse, la fécondité atteint 1,93 enfant par femme en 2016 », Insee Première n° 1630, janvier 2017.

Beaumel C. et Bellamy V., « Statistiques d’état civil sur les mariages en 2015 », Insee Résultats, 2017.

Bouvier G. et Coirier E., « Les acquisitions de la nationalité française de 1945 à nos jours », Infos Migrations n° 84, mai 2016.

Brutel C., « Les immigrés récemment arrivés en France - Une immigration de plus en plus européenne », Insee Première n° 1524, novembre 2014.

Filhon A., Varro G., « Les couples mixtes une catégorie hétérogène » in Lefèvre C. et Filhon A. (dir.), Histoires de familles. Histoires familiales. Les résultats de l’enquête Famille de 1999, Cahiers de l’INED, n° 156, p. 483–501, 2005.