594 000 personnes décédées en France en 2015Plus de décès hivernaux qu’en 2014

Vanessa Bellamy, division Enquêtes et études démographiques, Insee

En 2015, 594 000 personnes sont décédées en France, soit 6,1 % de plus qu’en 2014. Le pic de décès hivernal est plus marqué en 2015 que lors des trois années précédentes. Il reste toutefois nettement moins élevé qu'après-guerre : entre 1946 et 1970, les décès survenaient encore plus souvent durant les trois premiers mois de l’année.

Le nombre de décès au plus haut depuis l’après-guerre

En 2015, 594 000 personnes sont décédées en France ; il s’agit du niveau le plus élevé depuis l’après-guerre. Par rapport à 2014, 34 000 personnes supplémentaires sont décédées, soit une hausse de 6,1 % (figure 1). Deux explications se conjuguent : la première est liée à la structure de la population française, la seconde à des évènements conjoncturels.

À partir de 1985 environ, les classes d’âges dites « creuses », nées entre 1915 et 1919, sont en effet arrivées aux âges où l’on meurt le plus. Il en est résulté une baisse du nombre de décès entre 1985 (la génération née en 1915 a 70 ans) et le début des années 2000 (la génération née en 1919 a 83 ans en 2002). Au début de la décennie 2010, l’effet des classes creuses ne se fait plus sentir et le nombre de décès progresse. Cette hausse est accentuée par l’arrivée des premières générations nombreuses de baby-boomers à des âges où le risque de décéder est plus élevé (en 2011, les personnes nées en 1946 ont 65 ans).

La hausse importante des décès en 2015 s’explique aussi par des raisons conjoncturelles : une épidémie de grippe importante est survenue entre mi-janvier et mi-mars, à laquelle se sont ajoutés plusieurs épisodes de canicule en juillet et août.

Figure 1 – Nombre de décès annuels depuis 1946

Nombre de décès annuels depuis 1946
France métropolitaine France
1946 545 880
1947 538 157
1948 513 210
1949 573 598
1950 534 480
1951 565 829
1952 524 831
1953 556 983
1954 518 892
1955 526 322
1956 545 700
1957 532 107
1958 500 596
1959 509 114
1960 520 960
1961 500 289
1962 541 147
1963 557 852
1964 520 033
1965 543 696
1966 528 782
1967 543 033
1968 553 441
1969 573 335
1970 542 277
1971 554 151
1972 549 900
1973 558 782
1974 552 551
1975 560 353
1976 557 114
1977 536 221
1978 546 916
1979 541 805
1980 547 107
1981 554 823
1982 543 104 550 724
1983 559 655 567 755
1984 542 490 550 259
1985 552 496 560 393
1986 546 926 554 738
1987 527 466 535 389
1988 524 600 532 527
1989 529 283 537 527
1990 526 201 534 386
1991 524 685 532 887
1992 521 530 529 814
1993 532 263 540 533
1994 519 965 528 121
1995 531 618 540 313
1996 535 775 544 604
1997 530 319 539 267
1998 534 005 543 409
1999 537 661 547 266
2000 530 864 540 601
2001 531 073 541 029
2002 535 144 545 241
2003 552 339 562 467
2004 509 429 519 470
2005 527 533 538 081
2006 516 416 526 920
2007 521 016 531 162
2008 532 131 542 575
2009 538 116 548 541
2010 540 469 551 218
2011 534 795 545 057
2012 559 227 569 868
2013 558 408 569 236
2014 547 003 559 293
2015 581 770 593 680
  • Champ : France métropolitaine et France (hors Mayotte jusqu'en 2013, avec Mayotte à partir de 2014).
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 1 – Nombre de décès annuels depuis 1946

Des décès plus hivernaux en 2015 que dans les années récentes

Comme chaque année, la répartition mensuelle des décès prend la forme d’une courbe en « U », car on meurt plus en hiver qu’en été (figure 2). Toutefois, l’année 2015 est singulière.

D’une part, la hausse des décès constatée sur l'ensemble de l'année se retrouve pratiquement à chaque mois, sauf novembre et décembre. Ainsi, de janvier à octobre 2015, chaque mois, plus de personnes sont décédées que pendant les mois correspondants de 2012, 2013 ou 2014. Pour les mois de novembre et décembre, en revanche, les décès sont un peu moins nombreux en 2015 qu’en 2014 ou 2012, mais plus nombreux qu’en 2013.

D’autre part, le pic de décès des mois de janvier à mars a été particulièrement important en 2015 par rapport à d’autres années récentes. En février 2015, en particulier, 380 personnes supplémentaires sont décédées quotidiennement par rapport à février 2014. En janvier et mars, sont survenus respectivement 240 et 180 décès journaliers supplémentaires. Finalement, sur les trois premiers mois de l’année, 24 000 personnes supplémentaires sont décédées par rapport aux mêmes mois de 2014. Cette année-là, en revanche, 15 000 personnes de moins étaient décédées par rapport à 2013 sur la même période.

En juillet 2015, il est par ailleurs décédé 60 personnes de plus par jour qu’en juillet 2014 et, en octobre 2015, 117 de plus par jour qu’en octobre 2014.

Figure 2 – Nombre moyen de décès par jour selon le mois : années 2012 à 2015

Nombre moyen de décès par jour selon le mois : années 2012 à 2015
2012 2013 2014 2015
Janv. 1 686 1 809 1 649 1 885
Févr. 1 878 1 837 1 666 2 049
Mars 1 734 1 746 1 591 1 773
Avril 1 556 1 563 1 516 1 590
Mai 1 479 1 461 1 467 1 491
Juin 1 421 1 438 1 441 1 488
Juil. 1 416 1 457 1 439 1 500
Août 1 391 1 374 1 425 1 477
Sept. 1 406 1 430 1 452 1 489
Oct. 1 519 1 484 1 499 1 616
Nov. 1 555 1 510 1 565 1 553
Déc. 1 655 1 623 1 688 1 636
Janv. N+1* 1 809 1 649 1 885
  • * Mois de janvier de l'année suivante.
  • Lecture : 1 885 personnes sont décédées chaque jour en moyenne au mois de janvier 2015.
  • Champ : France (y compris Mayotte depuis 2014).
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

Figure 2 – Nombre moyen de décès par jour selon le mois : années 2012 à 2015

Les personnes âgées décèdent davantage en hiver

Le poids important des personnes de 65 ans ou plus dans l’ensemble des décès (83 %) donne à la saisonnalité de l’ensemble des décès sa forme de courbe en « U ».

En 2015, 1 610 personnes âgées de 65 ans ou plus sont décédées chaque jour sur les trois premiers mois de l’année (1 755 pour le seul mois de février). Les décès des personnes de 65 ans ou plus sont ensuite relativement moins fréquents au printemps et à l’été (1 217 décès par jour en moyenne entre mai et septembre), avant de remonter à l’automne.

La saisonnalité des décès est moins marquée qu’après-guerre

Sur une plus longue période, le pic de décès de l’hiver 2015 paraît moins exceptionnel (figure 3). En effet, depuis l’après-guerre, les décès tendent à se répartir plus régulièrement tout au long de l’année : la courbe en « U » s’aplatit. La part des décès de l’année enregistrés sur les trois premiers mois n’a cessé de diminuer de 1946 aux années 1970 environ (figure 4). Entre 1946 et 1950, elle était en moyenne de 31 % (33 % en 1946). Depuis les années 1970, elle est de 27 % en moyenne (29 % 2015).

Inversement, la part des décès estivaux, survenus entre juillet et septembre, a progressé depuis l’après-guerre. Elle s'établissait autour de 21 % jusque vers le milieu des années 1960. Elle est depuis de l’ordre de 23 %. Le pic de 26 % en 2003 est dû à la canicule du mois d’août de cette année-là.

Figure 3 – Nombre moyen de décès par jour selon le mois : périodes 1946-1949 et 2010-2015

Nombre moyen de décès par jour selon le mois : périodes 1946-1949 et 2010-2015
1946-1949
Janv. 2 140
Févr. 1 918
Mars 1 762
Avril 1 487
Mai 1 364
Juin 1 265
Juil. 1 251
Août 1 164
Sept. 1 188
Oct. 1 278
Nov. 1 458
Déc. 1 592

    Figure 3 – Nombre moyen de décès par jour selon le mois : périodes 1946-1949 et 2010-2015

    Janv. 1 736
    Févr. 1 790
    Mars 1 658
    Avril 1 530
    Mai 1 461
    Juin 1 436
    Juil. 1 433
    Août 1 403
    Sept. 1 433
    Oct. 1 519
    Nov. 1 531
    Déc. 1 642
    • Champ : France métropolitaine jusqu'en 1993, France hors Mayotte de 1994 à 2013, France y compris Mayotte depuis 2014.
    • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

    Figure 4 – Part des décès de janvier à mars et de juillet à septembre dans les décès de l'année

    en %
    Part des décès de janvier à mars et de juillet à septembre dans les décès de l'année
    Part des décès de janvier à mars Part des décès de juillet à septembre
    1946 33,4 19,7
    1947 32,3 20,6
    1948 28,0 21,4
    1949 34,7 19,8
    1950 28,1 21,5
    1951 31,9 20,4
    1952 29,6 21,5
    1953 35,2 19,6
    1954 30,0 21,1
    1955 29,6 21,3
    1956 31,5 20,5
    1957 27,4 21,2
    1958 28,7 21,3
    1959 28,0 21,4
    1960 31,7 20,7
    1961 27,1 22,0
    1962 29,2 20,7
    1963 32,1 20,8
    1964 27,8 22,5
    1965 30,2 21,5
    1966 27,0 22,4
    1967 27,8 22,6
    1968 29,6 21,8
    1969 25,9 22,0
    1970 28,0 22,8
    1971 27,8 22,9
    1972 27,4 23,1
    1973 28,7 22,6
    1974 25,3 23,0
    1975 26,7 23,6
    1976 27,8 23,1
    1977 26,4 23,4
    1978 27,9 22,7
    1979 26,4 23,4
    1980 26,1 23,3
    1981 28,1 22,7
    1982 26,1 23,8
    1983 27,1 23,8
    1984 26,5 23,1
    1985 28,2 22,5
    1986 28,9 22,7
    1987 26,6 23,4
    1988 26,3 23,4
    1989 25,9 23,4
    1990 27,3 23,4
    1991 26,5 23,3
    1992 27,4 23,6
    1993 26,7 23,0
    1994 26,3 24,4
    1995 25,6 23,9
    1996 27,1 23,0
    1997 28,1 23,4
    1998 27,1 23,0
    1999 28,1 22,9
    2000 28,5 23,1
    2001 26,0 23,9
    2002 27,7 23,1
    2003 25,8 25,6
    2004 27,2 23,3
    2005 28,7 22,4
    2006 26,8 24,0
    2007 26,6 23,4
    2008 27,1 23,1
    2009 28,2 22,8
    2010 26,7 23,4
    2011 27,0 23,4
    2012 28,2 22,7
    2013 28,4 23,0
    2014 26,3 23,7
    2015 28,8 23,1
    • Lecture : en 2015, 28,8% des décès de l'année ont eu lieu de janvier à mars et 23,1% de juillet à septembre.
    • Champ : France métropolitaine jusqu'en 1993, France hors Mayotte de 1994 à 2013, France y compris Mayotte depuis 2014.
    • Source : Insee, statistiques de l'état civil.

    Figure 4 – Part des décès de janvier à mars et de juillet à septembre dans les décès de l'année

    Sources

    Les statistiques d’état civil sur les décès sont issues d’une exploitation des informations transmises par les mairies à l’Insee. Le code civil oblige en effet à déclarer tout événement relatif à l'état civil (naissances, mariages, décès, reconnaissances) à un officier d'état civil dans des délais prescrits. L'Insee s'assure de l'exhaustivité et de la qualité des données avant de produire les fichiers statistiques d'état civil.

    Pour en savoir plus

    Bellamy V. et Beaumel C., « Bilan démographique 2015 - Le nombre de décès au plus haut depuis l’après-guerre », Insee Première n° 1581, janvier 2016.

    Beaumel C. et Bellamy V., « Statistiques d'état civil sur les décès en 2015 », Insee Résultats n° 186 Société, octobre 2016.

    Bellamy V. et Robert-Bobée I., « 559 300 personnes décédées en France en 2014 : moins de décès qu’en 2012 et 2013 », Insee Focus n° 36, octobre 2015.

    Bonmarin I. et al., « Grippe 2014-2015 : une épidémie de forte intensité », Bulletin épidémiologique hebdomadaire n° 32-33, INVS, 13 octobre 2015.

    Institut de veille sanitaire, « Bilan au 15 septembre 2015 des épisodes de canicule survenus à l’été 2015 », Point épidémiologique du 9 octobre 2015.