Bilan économique 2016 - Bourgogne-Franche-Comté

L’économie régionale en amélioration

L'économie de la Bourgogne-Franche-Comté présente un bilan qui incite à l'optimisme. Le marché de l'emploi, le chômage, les créations d'entreprises et la construction sont en amélioration par rapport à l'année précédente. En revanche, l'activité touristique est stable, le bilan est mitigé dans le transport et l'année est difficile dans l'agriculture mais cela est dû en grande partie à la météo.

Insee Conjoncture Bourgogne-Franche-Comté
No 8
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Construction - Le secteur amorce une sortie de criseBilan économique 2016

Amandine Ulrich, Insee

En 2016, le secteur de la construction montre de nombreux signes d’embellie. Après quatre années consécutives de baisse, le nombre de permis de construire est en hausse en Bourgogne-Franche-Comté. La reprise est cependant plus timide concernant la construction effective de logements. La construction autorisée de surfaces de locaux non résidentiels montre également des signes encourageants. Enfin, les ventes de logements neufs progressent légèrement en 2016, portées par l’augmentation des ventes d’appartements.

Insee Conjoncture Bourgogne-Franche-Comté
No 8
Paru le : 23/05/2017

Première hausse du nombre de permis de construire depuis 2011

Fin 2016, 10 900 permis de construire ont été délivrés en Bourgogne-Franche-Comté. Après quatre années consécutives de baisse, les autorisations de construction amorcent une hausse dans la région. Cette reprise intervient avec un décalage d’un an par rapport à la France métropolitaine. Le nombre de permis de construire augmente de 15,0 % en un an, suivant la tendance constatée au niveau national (+ 14,8 %) (figure 1 et figure 3).

Les huit départements de la région profitent de cette embellie mais dans le Doubs et la Nièvre le nombre de permis de construire accordés bondit respectivement de 30 % et 35 % (figure 1).

Forte augmentation de la surface autorisée pour la construction de locaux non résidentiels

En 2016, 1 646 000 m² de locaux à usage autre que d’habitation ont été autorisés, soit une hausse de 23,2 % par rapport à l’année précédente. Cette progression, plus forte qu’au niveau national (+ 2,9 %), permet à la Bourgogne-Franche-Comté de rattraper en partie le retard pris l’année précédente (figure 2 et figure 4).

Les locaux agricoles ou forestiers représentent toujours plus du tiers de la surface autorisée. Pour ce type de locaux non résidentiels, le nombre de m2 autorisés augmente trois fois plus qu’en 2015.

La construction de locaux commerciaux, d’entrepôts ou de locaux relevant de services publics progresse fortement en 2016. En revanche, les surfaces de locaux industriels ou de bureaux sont en diminution.

Timide progression des mises en chantier de logements

La forte augmentation du nombre de permis de construire accordés au cours de l’année 2016 ne se transforme que progressivement en construction de logements. Ainsi, avec 9 300 logements mis en chantier dans la région, la hausse est encore modeste (+ 3,1 % par rapport à 2015). Cette faible progression contraste avec celle constatée au niveau national (+ 12,3 %) (figure 3).

Toutefois, cinq départements enregistrent une progression du nombre de mises en chantier. Dans le Jura, la Saône-et-Loire et la Haute-Saône, l’augmentation atteint plus de 20 % sur un an. En Côte-d’Or et dans le Territoire de Belfort, la progression est plus modeste, avec une hausse inférieure à 10 %. En revanche, sur la même période, moins de logements ont été construits dans la Nièvre, le Doubs et l’Yonne.

Les ventes d’appartement neufs toujours en hausse

Après le rebond constaté en 2015, les ventes de logements neufs progressent plus faiblement dans la région en 2016. Près de 2 000 logements neufs ont trouvé acquéreur, soit une hausse de 6,4 % par rapport à 2015. L’augmentation est plus marquée en France métropolitaine (+ 20,6 %).

La progression des ventes de logements neufs est portée par les 1 800 ventes d’appartements (+ 7 % par rapport à 2015). Le prix moyen1 des appartements neufs vendus en 2016 dans la région est relativement stable par rapport à 2015. Il s’établit à 2 940 € / m², soit 1 050 € de moins qu’en moyenne en France métropolitaine.

Comme l’année précédente, 158 maisons neuves ont été vendues en 2016. Le prix moyen1 par lot dans la région s’établit à 195 700 €, en hausse de 5 % par rapport à 2015.

Conséquence de la progression des ventes de logements neufs, le stock de logements invendus diminue (– 14,2 % par rapport à 2015). Fin 2015, 2 020 logements neufs n’ont toujours pas trouvé d’acquéreur en Bourgogne-Franche-Comté (figure 5).

1Tous les prix sont ici des prix moyens. La comparaison des prix peut s’avérer délicate compte tenu des effets de structure dans la composition des biens d’une année sur l’autre.

Logements autorisés par département

Figure 1 – Logements autorisés par département

en %
Logements autorisés par département
Logements en 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Côte-d'Or 2 800 7,8 -3,9
Doubs 3 100 30,0 -7,8
Jura 900 10,4 -8,2
Nièvre 500 35,3 -11,2
Haute-Saône 800 16,4 -8,5
Saône-et-Loire 1 800 7,2 -7,4
Yonne 600 10,3 -19,0
Territoire de Belfort 400 1,7 -11,0
Bourgogne-Franche-Comté 10 900 15,0 -8,1
France métropolitaine 437 800 14,8 -3,4
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations au 30 mars 2017.

Figure 2 – Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type

en %
Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type
Bourgogne-Franche-Comté France métropolitaine
Surfaces autorisées en 2016 (en milliers de m²) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Artisanat 67 -2,4 -0,1 0,5 -3,8
Bureaux 82 -11,7 -6,2 8,6 0,2
Commerce 230 59,6 -8,8 8,5 -2,5
Entrepôt 232 63,4 -3,6 17,8 4,3
Exploitation agricole ou forestière 599 16,7 -14,6 -10,7 -3,7
Hébergement hôtelier 14 -33,6 -3,0 -6,6 2,2
Industrie 151 -23,4 8,7 8,3 -3,2
Service public ou d'intérêt collectif 271 73,1 -11,8 8,1 -8,7
Ensemble 1 646 23,2 -9,3 2,9 -2,9
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de locaux, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SOeS, Sit@del2, résultats au 30 mars 2017.

Figure 3 – Évolution de la construction de logements

en indice base 100 en 2005
Évolution de la construction de logements
Logements autorisés - Bourgogne-Franche-Comté Logements commencés - Bourgogne-Franche-Comté Logements autorisés - France métropolitaine Logements commencés - France métropolitaine
2005 100 100 100 100
2006 105,26 108,62 109,29 105,8
2007 96,65 105,17 103,75 104,93
2008 76,08 82,18 85,65 85,5
2009 62,68 68,97 68,34 74,41
2010 69,38 79,31 85,63 88,85
2011 77,51 77,59 94,29 92,35
2012 69,86 70,11 86,97 82,29
2013 53,59 64,94 76,49 78,76
2014 48,8 51,72 68,21 72,43
2015 45,45 51,72 71,87 72,41
2016 52,15 53,45 82,54 81,33
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels, collectifs et en résidence.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations au 30 mars 2017.

Figure 3 – Évolution de la construction de logements

Figure 4 – Évolution de la surface de construction en locaux non résidentiels

en indice base 100 en 2005
Évolution de la surface de construction en locaux non résidentiels
Locaux autorisés - Bourgogne-Franche-Comté Locaux commencés - Bourgogne-Franche-Comté Locaux autorisés - France métropolitaine Locaux commencés - France métropolitaine
2005 100 100 100 100
2006 88,88 96,08 109,99 108,66
2007 94,55 91,22 109,64 114,17
2008 95,94 95,09 106,06 103,65
2009 83,01 78,02 94,16 86,54
2010 84,97 64,4 95,47 78,81
2011 86,24 71,74 100,64 81,61
2012 80,45 63,21 96,01 74,81
2013 63,94 53,85 88,44 73,29
2014 59,17 48,81 75,83 65,43
2015 52,14 41,61 82,33 59,67
2016 64,23 84,72
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SOeS, Sit@del2, résultats au 30 mars 2017.

Figure 4 – Évolution de la surface de construction en locaux non résidentiels

Figure 5 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Bourgogne-Franche-Comté

en indice base 100 en 2005
Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Bourgogne-Franche-Comté
Logements neufs disponibles en fin d'année Logements neufs mis en vente Logements neufs vendus (réservés)
2005 100 100 100
2006 175,6 157,49 124,07
2007 215,74 182,98 173,16
2008 232,81 79,49 67,83
2009 193,45 112,98 121,61
2010 153,86 96,7 111,94
2011 164,3 121,44 114,85
2012 202,96 101,81 68,57
2013 212,94 80,84 68,97
2014 201,79 82,23 72,77
2015 183,71 87,95 91,27
2016 157,68 83,67 97,14
  • Note : données brutes.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SOeS, enquête ECLN.

Figure 5 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Bourgogne-Franche-Comté

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour comprendre

La base de données Sit@del2 rassemble les informations relatives aux autorisations de construire (permis accordés) et aux mises en chantier transmises par les services instructeurs (État, collectivités territoriales) au service statistique du Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer (MEEM). Les mouvements relatifs à la vie du permis (dépôts, autorisations, annulations, modificatifs, déclarations d'ouverture de chantier, déclarations d'achèvement des travaux) sont exploités à des fins statistiques.

Les séries de la construction utilisées pour la conjoncture et le bilan économique sont élaborées à partir de cette base.

En matière de logement, les séries d'estimations en date réelle sont produites mensuellement pour évaluer le nombre d'autorisations et de mises en chantier. Elles visent à retracer dès le mois suivant, l'ensemble des évènements à leur date réelle. Sur la base des données collectées, les séries intègrent une estimation de l'information non encore remontée. Ces séries sont actualisées chaque mois pour prendre en compte les informations les plus récentes. Les estimations en date réelle corrigent des éventuels défauts de collecte des déclarations d'ouverture de chantier.

Pour les locaux non résidentiels, les séries de surface de plancher en date de prise en compte permettent le suivi conjoncturel de ce secteur. Elles agrègent les informations issues des permis (autorisés, commencés, etc.) selon la date d'enregistrement de la donnée dans l'application Sit@del2. Les séries de surface de plancher en date réelle sont utilisées pour les études structurelles. L'information est restituée selon la date effective de l'autorisation ou de la date de la mise en chantier. Ces séries sont présentées nettes des annulations et ne comportent pas d'estimations : elles minorent donc la réalité, spécialement pour les mois de collecte les plus récents.

Pour en savoir plus

Ribault A., « Construction - Un secteur toujours en crise dans la région », Insee Conjoncture Bourgogne n°3, mai 2016