Bilan économique 2016 - Bourgogne-Franche-Comté

L’économie régionale en amélioration

L'économie de la Bourgogne-Franche-Comté présente un bilan qui incite à l'optimisme. Le marché de l'emploi, le chômage, les créations d'entreprises et la construction sont en amélioration par rapport à l'année précédente. En revanche, l'activité touristique est stable, le bilan est mitigé dans le transport et l'année est difficile dans l'agriculture mais cela est dû en grande partie à la météo.

Insee Conjoncture Bourgogne-Franche-Comté
No 8
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Frontaliers - Fort ralentissement de la croissance de l’emploi frontalierBilan économique 2016

Amandine Ulrich, Insee

En 2016, la croissance du nombre de travailleurs frontaliers se poursuit mais à un rythme de plus en plus faible : 34 300 personnes résident en Bourgogne-Franche-Comté et travaillent en Suisse, soit 0,3 % de plus que fin 2015. En particulier, le nombre de frontaliers n’augmente pratiquement plus dans le canton de Vaud, qui reste cependant le lieu de travail privilégié des navetteurs de Bourgogne-Franche-Comté. Le canton de Neuchâtel, deuxième destination des frontaliers de la région, enregistre même une diminution. Les effectifs de frontaliers augmentent cependant toujours dans le canton du Jura suisse.

Insee Conjoncture Bourgogne-Franche-Comté
No 8
Paru le : 23/05/2017

Fin 2016, 34 300 personnes résident en Bourgogne-Franche-Comté tout en exerçant une activité en Suisse (source). Près de 73 % d’entre elles habitent dans le Doubs. Ce département partage en effet 170 km de frontière avec la Suisse. Les autres frontaliers de la région résident majoritairement dans le département du Jura (17 %) et dans le Territoire de Belfort (9 %) (figure 1).

Le nombre de frontaliers a plus que doublé dans la région depuis la signature des Accords de Libre Circulation des Personnes (ALCP) conclus en juin 2002.

Arrêt de la hausse du nombre de frontaliers dans le Doubs et le Jura

Fin 2016, la région compte 110 frontaliers supplémentaires par rapport à fin 2015, soit une faible augmentation de 0,3 % contre + 2,5 % l’année précédente (figure 2). Cette évolution confirme le ralentissement observé depuis 2014.

En 2016, le Territoire de Belfort enregistre une augmentation du nombre de personnes travaillant en Suisse de 3,6 % par rapport à fin 2015. Leur nombre reste stable dans les départements du Doubs et du Jura (figure 3). Les frontaliers résidant dans les autres départements de la région sont peu nombreux. Leur nombre progresse mais moins qu’en 2015.

Diminution du nombre de travailleurs frontaliers dans le canton de Neuchâtel

Les trois cantons suisses limitrophes, de Vaud, de Neuchâtel et du Jura, accueillent 90 % des frontaliers. Le canton de Vaud reste la destination de travail privilégiée des frontaliers résidant en Bourgogne-Franche-Comté : ils sont 13 300 fin 2016, soit un peu plus que fin 2015. Le canton de Neuchâtel, dans lequel travaillent 11 500 habitants de la région, enregistre une diminution du nombre de travailleurs frontaliers de 1,1 %. À l’inverse, le nombre de navetteurs vers le canton suisse du Jura augmente de 2,2 % pour atteindre le nombre de 6 200 au 4e trimestre 2016.

Les flux sont moins importants dans les autres cantons : 1 600 résidents de Bourgogne-Franche-Comté travaillent dans celui de Berne (– 2,1 % par rapport à fin 2015). Enfin, ils sont près de 1 000 à la fin de l’année 2016 à travailler dans le canton de Genève qui enregistre la plus forte augmentation annuelle du nombre de frontaliers (+ 5,9 %) (figure 4).

Un ralentissement de l’emploi frontalier dans la région en décalage par rapport à la tendance française

Si la croissance du nombre de frontaliers résidant en Bourgogne-Franche-Comté s’est ralentie, il n‘en va pas de même dans les autres départements français ; ainsi, le nombre total d’actifs résidant en France et travaillant en Suisse continue d’augmenter à un rythme élevé : + 4,1 % entre fin 2015 et fin 2016.

Le canton de Vaud accueille ainsi chaque jour des travailleurs en provenance principalement de quatre départements : par ordre d’importance, la Haute-Savoie, le Doubs, l’Ain et le Jura. En 2016, dans ce canton, le nombre de frontaliers résidant dans l’Ain et en Haute-Savoie augmente respectivement de 9,1 % et de 6,2 % par rapport à 2015. La progression du nombre de navetteurs originaires du Doubs est beaucoup moins importante (+ 0,9 %) et les effectifs de frontaliers résidant dans le département du Jura baissent de 0,7 %.

La situation est comparable dans le canton suisse du Jura, qui accueille des travailleurs frontaliers provenant principalement de trois départements : le Doubs, le Territoire de Belfort et le Haut-Rhin. Dans ce canton, le nombre de frontaliers originaires du département du Haut-Rhin augmente de 5 % entre fin 2015 et fin 2016. Dans le même temps, celui des travailleurs frontaliers résidant dans le Territoire de Belfort et le Doubs augmente moins fortement (respectivement de 2,9 % et 1,4 %) (figure 5).

Figure 1 – Répartition des frontaliers résidant en Franche-Comté par canton suisse de lieu de travail au 4e trimestre 2016

Répartition des frontaliers résidant en Franche-Comté par canton suisse de lieu de travail au 4e trimestre 2016
Lieu de travail Lieu de résidence
Doubs Jura Territoire de Belfort Autres départements Bourgogne-Franche-Comté
Ensemble de la Suisse dont : 24 958 5 714 2 955 680 34 306
Vaud 8 276 4 885 ns 144 13 338
Neuchâtel 11 226 120 68 93 11 508
Jura 3 652 ns 2 324 179 6 168
Bern / Berne 1 256 ns 277 ns 1 583
Genève 194 623 ns 142 978
Autres cantons 354 56 233 89 732
  • ns : non significatif, effectif inférieur à 50
  • Source : Office Fédéral de la Statistique (Statistique des frontaliers)

Figure 2 – Évolution du nombre de frontaliers résidant en Bourgogne-Franche-Comté occupant un emploi en Suisse par département de résidence

Évolution du nombre de frontaliers résidant en Bourgogne-Franche-Comté occupant un emploi en Suisse par département de résidence
4e trimestre 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) Évolution 2015/2014 (en %)
Bourgogne-Franche-Comté dont : 34 306 + 0,3 + 2,5
Doubs 24 958 – 0,0 + 2,3
Jura 5 714 – 0,1 + 3,4
Territoire de Belfort 2 955 + 3,6 + 2,4
Autres départements 680 + 2,7 + 3,5
  • Source : Office Fédéral de la Statistique (Statistique des frontaliers)

Figure 3 – Évolution du nombre de frontaliers résidant en Bourgogne-Franche-Comté et occupant un emploi en Suisse

indice base 100 au 4T2002
Évolution du nombre de frontaliers résidant en Bourgogne-Franche-Comté et occupant un emploi en Suisse
Doubs Jura Territoire de Belfort Bourgogne-Franche-Comté
4T 2002 100,0 100,0 100,0 100,0
1T2003 100,3 101,7 101,0 100,6
2T2003 101,7 103,7 100,4 101,9
3T2003 102,7 104,5 100,5 102,8
4T 2003 102,5 105,1 97,2 102,5
1T2004 103,4 105,4 97,0 103,1
2T2004 107,0 109,8 100,5 106,9
3T2004 107,0 110,1 94,6 106,5
4T 2004 108,9 111,4 94,6 108,0
1T2005 111,0 111,1 97,3 109,9
2T2005 113,4 112,8 95,9 111,8
3T2005 114,8 113,9 95,0 112,9
4T2005 118,9 117,7 97,8 116,9
1T2006 121,5 118,9 98,8 119,1
2T2006 126,9 123,0 103,1 124,2
3T2006 132,0 127,8 110,7 129,6
4T2006 137,9 132,4 114,5 135,1
1T2007 142,6 133,9 120,9 139,5
2T2007 148,3 139,1 127,5 145,3
3T2007 153,6 144,7 131,4 150,6
4T2007 158,5 150,9 136,3 156,0
1T2008 161,3 154,9 141,1 159,3
2T2008 162,6 160,1 148,6 162,1
3T2008 165,9 166,4 149,6 165,9
4T2008 163,9 169,6 150,1 164,9
1T2009 162,6 168,1 146,4 163,5
2T2009 162,3 167,1 144,3 163,0
3T2009 158,4 165,7 139,9 159,4
4T2009 158,4 166,9 136,9 159,4
1T2010 158,8 166,6 137,3 159,8
2T2010 162,7 169,8 142,4 163,8
3T2010 164,1 172,1 141,1 165,2
4T2010 166,7 174,9 141,4 167,8
1T2011 170,6 177,9 143,6 171,5
2T2011 178,5 182,9 153,4 179,3
3T2011 184,0 189,1 157,6 184,9
4T2011 187,6 194,9 161,4 189,1
1T2012 191,8 196,5 164,0 192,9
2T2012 197,9 202,4 167,7 198,9
3T2012 201,8 207,2 172,6 203,2
4T2012 202,4 209,4 173,3 204,3
1T2013 203,0 209,3 177,0 205,1
2T2013 209,9 216,5 182,7 212,2
3T2013 214,4 221,2 187,4 216,9
4T2013 214,6 222,3 190,6 217,5
1T2014 215,3 220,4 195,0 218,0
2T2014 218,6 223,3 199,3 221,4
3T2014 220,7 227,2 200,6 223,7
4T2014 224,1 232,7 205,4 227,7
1T2015 224,4 231,3 208,3 228,0
2T2015 226,1 233,7 209,3 229,9
3T2015 227,3 236,7 209,0 231,2
4T2015 229,4 240,6 210,3 233,5
1T2016 227,8 241,3 209,5 232,4
2T2016 228,3 241,5 210,8 233,0
3T2016 228,6 241,8 215,0 233,7
4T2016 229,3 240,3 217,9 234,3
  • Source : Office Fédéral de la Statistique (Statistique des frontaliers)

Figure 3 – Évolution du nombre de frontaliers résidant en Bourgogne-Franche-Comté et occupant un emploi en Suisse

Figure 4 – Évolution du nombre de frontaliers résidant en Bourgogne-Franche-Comté occupant un emploi en Suisse par canton

Évolution du nombre de frontaliers résidant en Bourgogne-Franche-Comté occupant un emploi en Suisse par canton
Canton de travail 4e trimestre 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) Évolution 2015/2014 (en %)
Ensemble de la Suisse dont : 34 306 + 0,3 + 2,5
Vaud 13 338 + 0,2 + 3,8
Neuchâtel 11 508 – 1,1 + 1,2
Jura 6 168 + 2,2 + 2,6
Bern / Berne 1 583 – 2,1 – 3,1
Genève 978 + 5,9 + 10,1
Autres cantons 732 + 8,6 + 6,6
  • Source : Office Fédéral de la Statistique (Statistique des frontaliers)

Figure 5 – Nombre de frontaliers résidant en France par canton suisse de lieu de travail au 4e trimestre 2016

Nombre de frontaliers résidant en France par canton suisse de lieu de travail au 4e trimestre 2016
Résidant dans la région (nombre) Résidant en France (nombre) Part des frontaliers résidant dans la région (en %) Évolution des frontaliers résidant dans la région 4T16/4T15 (en %) Évolution des frontaliers résidant en France 4T16/4T15 (en %)
Ensemble de la Suisse dont : 34 306 174 846 19,6 + 0,3 + 4,1
Vaud 13 338 29 281 45,6 + 0,2 + 3,7
Neuchâtel 11 508 11 984 96,0 – 1,1 – 1,0
Jura 6 168 7 664 80,5 + 2,2 + 2,8
Bern / Berne 1 583 2 113 74,9 – 2,1 – 1,6
Genève 978 85 701 1,1 + 5,9 + 6,1
Autres cantons 732 38 105 1,9 + 8,6 + 2,6
  • Source : Office Fédéral de la Statistique (Statistique des frontaliers)

Sources

Au travers de la source Statistique des frontaliers (STAF), l'Office fédéral de la statistique suisse fournit trimestriellement des informations relatives à l'effectif de travailleurs frontaliers étrangers en activité et leurs principales caractéristiques. Ces données sont collectées à partir du registre des autorisations frontalières délivrées et celui des assurances sociales. L'Insee produit également des statistiques de frontaliers à partir des lieux de résidence et de travail déclarés au recensement de la population. Contrairement à l'OFS, ces données concernent l'ensemble des résidents quelle que soit leur nationalité.

Pour autant, les deux sources sont concordantes : en 2013, 30 700 frontaliers travaillent en Suisse au recensement de la population (dont 800 ressortissants suisses) tandis que l'OFS comptabilise 29 900 frontaliers étrangers en provenance de la Bourgogne-Franche-Comté.

Définitions

Les travailleurs frontaliers comptabilisés par l'Office Fédéral de la Statistique sont des ressortissants étrangers détenteurs d'une autorisation de travail en Suisse (permis G) et domiciliés dans une zone frontalière étrangère.

Pour en savoir plus

Hmamda N., Bouriez M., Charton C., Rene Y. « Le marché du travail dans l’Arc jurassien en 2015 », Observatoire Statistique Transfrontalier de l’Arc jurassien (OSTAJ), septembre 2016