Bilan économique 2016 - Nouvelle-Aquitaine

Dans un contexte national de reprise continue et progressive de l’activité économique, avec un PIB qui augmente de + 1,2 % en 2016 après + 1,1 % en 2015, la Nouvelle-Aquitaine présente encore en 2016 des indicateurs économiques régionaux dans le vert. Néanmoins, cette accélération de la croissance est légère et les entreprises du secteur marchand ne créent pas encore suffisamment d’emplois pour faire baisser fortement le chômage.

Insee Conjoncture Nouvelle-Aquitaine
No 8
Paru le : 23/05/2017
Consulter

Agriculture - Une année 2016 de crises mais quelques signes encourageantsBilan économique 2016

Jean-Jacques Samzun, Draaf Nouvelle-Aquitaine

En Nouvelle-Aquitaine, en filières animales, la grippe aviaire est l'événement marquant de l'année 2016, entraînant vides sanitaires et abattages de canards. La crise du lait de vache alimente le marché de la viande bovine, ce qui pénalise également les éleveurs de bovins viande. La conjoncture est plus favorable pour les autres productions animales : poulets, porcs, lait de chèvre et de brebis. Ceci d'autant plus que les prix des aliments pour bétail et de l'énergie diminuent par rapport à 2015.

Insee Conjoncture Nouvelle-Aquitaine
No 8
Paru le : 23/05/2017

Marché difficile en viande bovine

Sur le marché de la viande bovine en Nouvelle-Aquitaine, la conjoncture 2016 est alourdie par une offre abondante en lien avec une décapitalisation importante du cheptel laitier. Sur l'année, le cheptel de vaches laitières diminue de 5 % dans la région. L'afflux de vaches nourrices et de jeunes bovins de boucherie dans les abattoirs est également important, sans cependant hypothéquer le potentiel de production pour 2017 : le cheptel de souche (animaux reproducteurs) est resté quasi stable sur un an.

L'abondance de l'offre, conjuguée à une demande nationale peu dynamique pèse sur les cours. Après une année déjà difficile, les cotations des bovins de boucherie sont encore toute l'année sensiblement inférieures à celles de 2015 : de – 3 % à – 5 %, en moyenne annuelle, selon les catégories d'animaux et jusqu’à – 8 % pour les vaches laitières (figure 1). En veaux de boucherie, la contraction de l'offre permet de mieux tenir les cours.

Figure 1 – Cotations de la vache limousine (<10ans >350kg, U-)

€/kg de carcasse
Cotations de la vache limousine (<10ans >350kg, U-)
Semaines 2016 2015 Moyenne 2013-2014-2015
1 4,43 4,71 4,71
2 4,44 4,67 4,72
3 4,41 4,59 4,67
4 4,43 4,60 4,69
5 4,45 4,55 4,67
6 4,34 4,59 4,68
7 4,51 4,62 4,70
8 4,47 4,63 4,69
9 4,40 4,68 4,71
10 4,52 4,67 4,70
11 4,57 4,65 4,73
12 4,42 4,62 4,71
13 4,40 4,67 4,76
14 4,39 4,57 4,69
15 4,41 4,70 4,76
16 4,34 4,56 4,71
17 4,35 4,66 4,76
18 4,40 4,66 4,82
19 4,40 4,62 4,73
20 4,35 4,65 4,77
21 4,37 4,64 4,77
22 4,38 4,65 4,82
23 4,32 4,59 4,80
24 4,33 4,63 4,79
25 4,30 4,57 4,76
26 4,34 4,62 4,74
27 4,32 4,67 4,73
28 4,28 4,61 4,77
29 4,33 4,61 4,78
30 4,34 4,67 4,79
31 4,25 4,64 4,77
32 4,30 4,67 4,79
33 4,31 4,63 4,78
34 4,30 4,63 4,80
35 4,31 4,64 4,81
36 4,30 4,65 4,80
37 4,25 4,66 4,79
38 4,30 4,67 4,80
39 4,26 4,65 4,79
40 4,35 4,62 4,78
41 4,33 4,59 4,69
42 4,32 4,58 4,71
43 4,39 4,64 4,73
44 4,34 4,63 4,77
45 4,35 4,55 4,70
46 4,30 4,55 4,70
47 4,33 4,57 4,70
48 4,33 4,53 4,68
49 4,37 4,50 4,65
50 4,40 4,57 4,68
51 4,37 4,47 4,63
52 4,27 4,36 4,64
  • Source : FranceAgriMer, Commission hebdomadaire de cotation de Toulouse

Figure 1 – Cotations de la vache limousine (<10ans >350kg, U-)

Les exports de broutards progressent de 8 % par rapport à 2015, année affectée par un embargo consécutif à la détection de foyers de fièvre catarrhale ovine. Les campagnes de vaccination ont permis un maintien de la demande vers l'Italie et l'Espagne et la réouverture du négoce vers l'Algérie et la Turquie à l'automne 2016. Les cours des broutards fléchissent en race limousine (– 4 % en moyenne annuelle) (figure 2) mais sont plus favorables en race blonde d'Aquitaine (+ 4 %).

Figure 2 – Cotations du broutard limousin (mâle U 300kg)

€/kg vif
Cotations du broutard limousin (mâle U 300kg)
Semaines 2016 2015 Moyenne 2013-2014-2015
1 2,72 2,62 2,67
2 2,72 2,62 2,69
3 2,72 2,65 2,70
4 2,72 2,65 2,70
5 2,74 2,68 2,71
6 2,74 2,68 2,72
7 2,74 2,68 2,72
8 2,74 2,71 2,73
9 2,74 2,71 2,74
10 2,77 2,76 2,76
11 2,8 2,81 2,79
12 2,8 2,84 2,80
13 2,8 2,86 2,80
14 2,8 2,86 2,81
15 2,8 2,88 2,84
16 2,77 2,88 2,84
17 2,77 2,88 2,84
18 2,77 2,88 2,84
19 2,77 2,88 2,84
20 2,74 2,91 2,85
21 2,74 2,91 2,85
22 2,74 2,91 2,85
23 2,74 2,93 2,87
24 2,74 2,93 2,85
25 2,74 2,93 2,84
26 2,74 2,91 2,82
27 2,74 2,91 2,82
28 2,71 2,91 2,82
29 2,68 2,91 2,81
30 2,68 2,91 2,81
31 2,68 2,88 2,79
32 2,68 2,88 2,80
33 2,68 2,88 2,80
34 2,68 2,88 2,80
35 2,68 2,88 2,80
36 2,68 2,88 2,80
37 2,63 2,88 2,79
38 2,63 2,74
39 2,63 2,73
40 2,63 2,72
41 2,63 2,71
42 2,63 2,71
43 2,63 2,69
44 2,63 2,68
45 2,63 2,75 2,70
46 2,63 2,75 2,68
47 2,63 2,72 2,67
48 2,63 2,72 2,67
49 2,65 2,72 2,67
50 2,65 2,72 2,68
51 2,67 2,72 2,68
52 2,67 2,72 2,68
  • Source : FranceAgriMer, Commission hebdomadaire de cotation de Limoges

Figure 2 – Cotations du broutard limousin (mâle U 300kg)

La filière canards gras durement touchée

La conjoncture avicole est lourdement affectée en 2016 en Nouvelle-Aquitaine par l'épizootie de grippe aviaire, entraînant des mesures drastiques de biosécurité avec abattages préventifs de canards et vides sanitaires. On estime que la production régionale de canards est amputée d'un tiers (figure 3). En poulets de chair, la production est plutôt orientée à la hausse. Indexés sur ceux des aliments, les prix se sont contractés durant l'été avant de revenir en fin d'année à des niveaux proches de ceux de 2015.

Figure 3 – Abattages de volailles grasses en Nouvelle-Aquitaine

Tonne de carcasses
Abattages de volailles grasses en Nouvelle-Aquitaine
Mois 2016 2015
Janv. 3 125 4 342
Fév. 4 397 4 684
Mars 4 761 4 835
Avril 3 504 4 806
Mai 78 3 973
Juin 24 4 974
Juillet 37 4 258
Août 3 047 3 361
Sept. 4 627 4 973
Oct. 4 452 5 218
Nov. 4 818 5 155
Déc. 4 275 5 105
  • Source : Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt - Enquête mensuelle abattoirs

Figure 3 – Abattages de volailles grasses en Nouvelle-Aquitaine

Le marché du porc se redresse

Avec une forte demande chinoise, le marché du porc se redresse au printemps 2016. Ceci se traduit par une hausse de 19 % de la cotation moyenne du porc charcutier du grand Sud-Ouest au second semestre 2016. L'année finit ainsi largement au-dessus des trois précédentes (figure 4).

Figure 4 – Cotations du porc charcutier classe E

€ HT/Kg de carcasse
Cotations du porc charcutier classe E
Semaines 2016 2015 Moyenne 2013-2014-2015
1 1,12 1,20 1,41
2 1,20 1,19 1,41
3 1,21 1,17 1,41
4 1,16 1,17 1,40
5 1,17 1,17 1,40
6 1,17 1,18 1,40
7 1,18 1,23 1,41
8 1,18 1,27 1,43
9 1,18 1,30 1,44
10 1,18 1,31 1,46
11 1,19 1,31 1,48
12 1,19 1,31 1,50
13 1,19 1,32 1,51
14 1,19 1,31 1,52
15 1,19 1,33 1,54
16 1,19 1,34 1,54
17 1,21 1,34 1,53
18 1,24 1,32 1,50
19 1,26 1,33 1,50
20 1,29 1,31 1,48
21 1,31 1,32 1,48
22 1,35 1,33 1,49
23 1,38 1,36 1,50
24 1,41 1,38 1,53
25 1,45 1,42 1,56
26 1,49 1,43 1,57
27 1,52 1,43 1,57
28 1,53 1,45 1,58
29 1,53 1,45 1,59
30 1,53 1,49 1,60
31 1,53 1,65
32 1,53 1,67
33 1,54 1,48 1,59
34 1,54 1,47 1,61
35 1,55 1,47 1,62
36 1,56 1,47 1,61
37 1,59 1,45 1,57
38 1,61 1,44 1,54
39 1,59 1,41 1,49
40 1,55 1,41 1,46
41 1,49 1,46
42 1,43 1,44
43 1,38 1,43
44 1,37 1,41
45 1,37 1,40
46 1,37 1,40
47 1,37 1,54
48 1,37 1,17 1,31
49 1,37 1,15 1,30
50 1,37 1,15 1,29
51 1,37 1,16 1,29
52 1,37 1,15 1,27
  • Source : FranceAgriMer, Commission hebdomadaire de cotation de Toulouse

Figure 4 – Cotations du porc charcutier classe E

En ovins viande, si le cours de l'agneau reste en deçà de 2015 sur les premiers mois, il passe au-dessus au second semestre. Le recul des importations permet de maintenir le marché, dans un contexte de consommation nationale peu dynamique.

Les éleveurs de bovins lait au creux de la crise

La filière bovin lait démarre l'année 2016 dans une situation particulièrement difficile : saturation du marché et prix au plus bas. L'ampleur de la crise, accentuée par un manque de disponibilités fourragères, donne un coup de frein à la production. La baisse sur le deuxième trimestre en Nouvelle-Aquitaine s'accélère en été (– 6 % sur le troisième trimestre) et encore plus en fin d'année avec la mise en place du plan européen de réduction volontaire de la production (– 11 % sur le quatrième trimestre). Le rééquilibrage du marché favorise la remontée des prix dès septembre. Fin 2016, le prix au producteur est légèrement supérieur à celui de fin 2015, mais toujours en dessous de ceux des années précédentes (figure 5).

Figure 5 – Livraisons à l'industrie et prix du lait de vache en Nouvelle-Aquitaine

Livraisons à l'industrie et prix du lait de vache en Nouvelle-Aquitaine
Livraisons 2015 (Milliers de litres) Prix 2015 (€/1000 l) Livraisons 2016 (Milliers de litres) Prix 2016 (€/1000 l)
Janv. 112 997 330,49 112 562 300,39
Fév. 103 834 323,23 107 454 296,48
Mars 117 673 313,03 114 997 296,81
Avril 116 192 310,01 112 396 291,42
Mai 117 873 304,51 113 020 286,12
Juin 108 499 309,02 102 490 281,83
Juil. 103 974 310,29 100 845 275,79
Août 100 627 327,63 94 973 276,30
Sept. 96 717 327,96 88 703 286,35
Oct. 101 686 323,75 91 641 303,11
Nov. 100 457 317,26 89 581 311,78
Déc. 109 007 312,77 96 335 319,23
  • Source : Agreste, Enquête mensuelle laitière, SSP-FranceAgriMer

Figure 5 – Livraisons à l'industrie et prix du lait de vache en Nouvelle-Aquitaine

L'année 2016 est plus favorable pour les éleveurs caprins. La collecte de lait s’accroît de 1 % dans la région, sans que cette progression pénalise les prix : ceux-ci restent constamment supérieurs à la moyenne triennale 2013-14-15. Le marché du lait de chèvre est dynamique avec une forte progression des volumes transformés en France.

La collecte de lait de brebis connaît un essor important en 2016 : + 6 % dans la région. Les prix sont nettement supérieurs à ceux des années précédentes, portés par une demande en progression.

Baisse des coûts des intrants

Les prix des principaux postes de dépenses courantes des exploitations agricoles diminuent en 2016. En lien avec le recul du prix des céréales, celui des aliments fléchit de 4 % en moyenne annuelle 2016/2015. Le poste énergie et lubrifiants, indexé sur le cours du pétrole, est également plus favorable qu'un an auparavant, même s'il se renchérit en cours d'année. Le prix des engrais recule, celui des semences et des produits phytosanitaires reste stable (figure 6).

Figure 6 – Indice de prix des intrants en Nouvelle-Aquitaine

Base 100 en 2010
Indice de prix des intrants en Nouvelle-Aquitaine
Ensemble des intrants Semences et plants Énergie et lubrifiants Engrais et amendements Produits de protection des cultures Aliments des animaux
janv. 2010 97,1 99,8 95,0 92,8 99,2 95,5
fev. 2010 97,3 99,7 94,7 95,1 99,0 95,5
mars 2010 97,9 99,6 97,5 97,0 99,3 95,2
avril 2010 98,5 100,0 100,0 97,5 99,9 95,1
mai 2010 98,5 100,1 99,9 97,4 100,3 94,8
juin 2010 98,6 99,9 100,2 96,7 100,7 95,1
juil. 2010 98,7 100,0 97,9 97,0 100,4 96,7
août 2010 99,7 100,0 98,4 98,1 100,6 100,3
sept. 2010 101,6 100,4 100,0 103,5 100,3 104,5
oct. 2010 103 100,5 102,7 106,1 100,7 107,2
nov. 2010 103,9 100,3 104,4 108,6 100,0 109,0
dec. 2010 105,1 99,7 109,3 110,3 99,5 110,9
janv. 2011 106,8 99,2 112,3 115,0 98,5 114,3
fev. 2011 108,4 99,4 115,1 118,4 98,4 117,3
mars 2011 109,7 99,7 120,3 120,0 99,1 118,5
avril 2011 110,1 99,8 121,0 119,1 99,6 118,8
mai 2011 109,4 99,8 115,5 119,4 99,8 118,5
juin 2011 109,7 99,9 115,4 120,8 99,9 119,3
juil. 2011 110,3 100,4 117,7 122,5 99,9 119,1
août 2011 110,2 100,7 116,3 123,3 100,1 118,6
sept. 2011 110,7 100,6 118,9 125,8 100,4 117,6
oct. 2011 110,5 101,0 119,7 127,2 100,6 115,1
nov. 2011 110,6 101,1 122,4 128,1 100,2 113,5
dec. 2011 110,3 101,3 123,2 126,8 99,2 112,6
janv. 2012 110 102,1 120,8 126,2 98,5 112,8
fev. 2012 110,8 102,4 122,9 127,5 98,3 114,1
mars 2012 111,8 103,0 125,2 129,1 99,0 115,6
avril 2012 112,4 103,2 123,4 130,0 99,4 117,5
mai 2012 112,4 103,3 118,3 130,5 99,8 120,1
juin 2012 111,7 103,4 111,7 129,3 99,5 121,3
juil. 2012 113,5 103,6 118,1 128,8 99,6 125,7
août 2012 115,9 103,4 125,2 129,5 99,7 131,5
sept. 2012 116,7 103,9 125,3 129,9 99,5 134,6
oct. 2012 117 105,0 124,5 129,9 99,9 135,6
nov. 2012 116,8 104,9 122,4 129,4 99,5 136,5
dec. 2012 116,4 105,5 118,8 129,2 98,9 136,9
janv. 2013 116,4 106,6 119,9 129 98 136,3
fev. 2013 116,8 107,4 122,8 129,5 98 135,6
mars 2013 116,3 107,7 119,8 129,4 98,4 134,6
avril 2013 115,4 107,7 115,2 128,6 99 133,9
mai 2013 115,1 108,6 114,5 127,5 99,3 133,1
juin 2013 114,8 107,8 116,5 123,3 99,4 132,5
juil. 2013 114,2 107,8 118 119,8 99,4 131,6
août 2013 114 108 119,8 119,1 99,6 129,4
sept. 2013 113,4 108,1 120,8 116,5 99,5 127,7
oct. 2013 112,2 108,3 117,8 114 99,5 125,5
nov. 2013 111,9 108,4 118,1 112,8 99,8 124,2
dec. 2013 111,9 108,2 119,7 111,9 98,9 124,1
janv. 2014 112,1 108,5 118,2 113,3 98,7 124,3
fev. 2014 112,5 108,5 118 116,1 98,5 124,3
mars 2014 112,6 109,1 116,3 117,7 98,6 124,9
avril 2014 112,9 109,4 116,3 118,5 99,4 125
mai 2014 112,9 109,5 116,1 118,8 99,7 124,7
juin 2014 112,6 109,1 117,4 116,1 99,6 124
juil. 2014 111,8 108,9 116,7 113,8 99,6 122,3
août 2014 111,3 109 115,6 113,5 99,7 120,6
sept. 2014 110,9 109 115,7 114,5 99,9 118,5
oct. 2014 110 108,9 111,7 115,5 99,8 116,1
nov. 2014 109,4 108,7 108,8 116,1 99,8 115
dec. 2014 108,2 108,3 100,2 116,8 98,9 115,1
janv. 2015 107,6 108,2 93,8 119,2 98,5 115,6
fev. 2015 109,3 108,3 102,4 120,9 98,8 116,3
mars 2015 109,7 108,5 103,6 121,8 99,3 116,7
avril 2015 109,9 108,5 104,7 121,8 99,7 116,7
mai 2015 109,9 108,8 106 121,1 100 115,9
juin 2015 109,2 108,7 103,7 118,4 99,8 115,6
juil. 2015 108,8 108,7 99,9 117,1 99,8 116,3
août 2015 108,1 108,8 94,5 117 99,6 116,6
sept. 2015 107,9 108,8 94,9 116,5 99,7 115,9
oct. 2015 108 108,9 94,2 116,2 99,9 115,1
nov. 2015 107,7 108,7 93,9 115,4 99,8 114,4
dec. 2015 106,5 108 86,8 114,8 99,6 113,9
janv. 2016 105,8 107,4 84,1 113,4 98,7 113,3
fev. 2016 105,2 107,2 84 111,9 98,5 112,1
mars 2016 105,3 107,2 87,6 110,8 98,4 110,8
avril 2016 105,2 107,4 88,3 109,6 98,9 110,2
mai 2016 105,9 107,6 93,7 107,2 99,5 110,7
juin 2016 105,8 107,6 95,3 102,8 99,2 111,8
juil. 2016 105 107,3 92,9 99 99,3 112,2
août 2016 104,5 107,2 91,4 97,4 99,2 112,1
sept. 2016 104,5 107,1 92,6 96,8 99,2 111,6
oct. 2016 105 106,8 96,8 96,7 99,3 111,1
nov. 2016 104,7 106,4 95,2 97,3 99 111,4
dec. 2016 106,1 105,4 102,6 100,4 98,4 111,7
106,6 105,4 103 103,4 97,6 112,4
  • Sources : Insee, Ipampa (Indice des prix d'achat des moyens de production agricole) ; Agreste

Figure 6 – Indice de prix des intrants en Nouvelle-Aquitaine

Pour en savoir plus

Site de l’Agriculture

Site de la Draaf Nouvelle-Aquitaine