Bilan économique 2015 - Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine

L'emploi salarié des secteurs principalement marchands se dégrade à nouveau en 2015 en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Malgré un rythme moins soutenu que l'année précédente (- 0,3 % après - 1,1 %) et en dépit d'une évolution positive au quatrième trimestre, la région est la plus affectée de métropole, où l'emploi progresse de 0,5 %. L'emploi industriel reste en difficulté (- 2,0 %), comme dans la construction (- 3,2 %). L'emploi tertiaire, deux tiers du total, est dynamisé par le regain de l'intérim, surtout en fin d'année.

Insee Conjoncture Grand Est
Paru le : 31/05/2016
Consulter

De bons résultats pour l’hôtellerie de plein air

Corinne Challand, Insee

En Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (ACAL), la fréquentation des établissements d’hébergement touristique s’établit à 19,4 millions de nuitées en 2015, dont 13,4 millions dans les hôtels, 2,5 millions dans les campings et 3,5 millions dans les autres hébergements collectifs touristiques. Par rapport à l’année précédente, seuls les campings ont progressé sensiblement (+ 6,6 %) grâce notamment aux bons résultats du département des Vosges. Les nuitées dans les hôtels se maintiennent avec une hausse de 0,3 %, tandis que celles effectuées dans les autres hébergements collectifs sont en recul de 0,5 %.

Insee Conjoncture Grand Est
Paru le : 31/05/2016

En 2015, les 1 300 hôtels de l’ACAL ont enregistré 8,4 millions d’arrivées générant 13,4 millions de nuitées. Leur nombre est équivalent à celui de 2014 (+ 0,3 %), alors qu’il progresse de 2,0 % en France métropolitaine. La durée moyenne de séjour est de 1,6 jour, légèrement en deçà du niveau national (1,8 jour). La hausse est particulièrement marquée pour les hôtels haut de gamme (4 et 5 étoiles) avec une progression des nuitées de 12,5 %. Ils représentent une nuitée sur six dans la région contre une nuitée sur quatre dans l’hexagone.

Le nombre de nuitées fluctue au fil des mois, augmentant régulièrement jusqu’en mai, puis se stabilisant en juin avant de repartir à la hausse jusqu’en août. Il diminue ensuite progressivement jusqu’en novembre puis remonte ensuite en décembre au niveau des nuitées d’octobre grâce aux marchés de Noël alsaciens et au début de la saison des sports d’hiver dans le département des Vosges. Suite aux attentats du 13 novembre, la fréquentation a diminué en décembre (- 2,7 %) par rapport à 2014, comme au niveau national (- 4,9 %), mais nettement moins qu’en Île-de-France (- 14,4 %).

Stabilité de la fréquentation des hôtels

La clientèle étrangère représente 32,9 % de l’ensemble des nuitées, avec une progression régulière au printemps et un maximum atteint en été (42,6 % en juillet et 42,0 % en août). C’est en décembre que le nombre de nuitées françaises est à son maximum, la fréquentation étant répartie le reste de l’année de façon relativement homogène entre mai et octobre.

La fréquentation étrangère est restée stable en 2015 (+ 0,3  %), la progression des clientèles les plus lointaines compensant le recul des touristes européens, les plus nombreux (- 2,1 %). Les 931 000 nuitées allemandes et les 810 000 belges qui représentent 40 % des nuitées étrangères sont en baisse (- 1,2 % et - 3,9 %). Suivent le Royaume-Uni (- 6,7 %), la Suisse (+ 0,5 %), les Pays-Bas (- 1,6 %) et l’Italie (- 0,5 %). Le nombre de nuitées des touristes provenant du continent américain a en revanche progressé de 8,2 % (241 000 nuitées en 2015), tout comme celui des visiteurs originaires d’Asie et d’Océanie (+ 26,3 %, 358 000 nuitées), en particulier pour les Chinois (+ 72,5 %). Les Japonais et les Russes sont moins nombreux (- 19,4 % et - 25,3 %), au contraire des ressortissants du Proche et du Moyen-Orient (+ 13,7 %).

Les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin totalisent la moitié des nuitées hôtelières de la région (3,9 millions, + 0,1 % et 2,9 millions, + 1,7 %). Viennent ensuite la Moselle (1,7 million, + 5,7 %) et la Marne (1,6 million, - 3,4 %).

Après la Moselle, les Vosges connaissent une des plus belles progressions de l’année (+ 5,4 %, 877 000 nuitées). Les plus fortes baisses et les moindres volumes de nuitées sont concentrés dans les départements de la Meuse (- 16,2 %, 205 000 nuitées), de la Haute-Marne (- 8,0 %, 334 000 nuitées) et des Ardennes (- 6,5 %, 303 000 nuitées).

La commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale avait induit une hausse significative de la fréquentation, notamment étrangère, en 2014. En 2015 la fréquentation étrangère diminue dans la Meuse (- 18,0 %) et les Ardennes (- 6,5 %). La Haute-Marne suit la même tendance en 2015 (- 10,8 %) après une année 2014 déjà en recul (- 8,6 %). Les nuitées étrangères augmentent en revanche fortement en Moselle (+ 13,4 %) confirmant l’évolution de l’année précédente.

Les nuitées françaises progressent le plus dans les départements des Vosges (+ 6,6 %), du Haut-Rhin (+ 3,6 %) et de la Moselle (+ 3,5 %). Les départements de la Meuse et de la Haute-Marne, que les touristes français ont le moins fréquenté (- 15,8 % et - 15,1 %), étaient également en baisse en 2014.

Figure 1 – Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2015 par une clientèle étrangère
2015 (en milliers) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2010 (1)
Ardennes 303 -6,5 4,8 21,3
Aube 710 1,3 1,8 25,1
Marne 1 562 -3,4 2,8 32,3
Haute-Marne 334 -8,0 0,6 25,2
Meurthe-et-Moselle 1 004 -1,8 0,0 21,6
Meuse 205 -16,2 3,0 17,2
Moselle 1 664 5,7 0,5 23,6
Bas-Rhin 3 871 0,1 3,1 41,1
Haut-Rhin 2 864 1,7 2,3 40,7
Vosges 877 5,4 -4,1 20,2
Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine 13 394 0,3 1,7 32,9
France métropolitaine 202 087 1,8 0,4 36,5
  • Note : données 2015 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2 – Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2015 (milliers) Évolution 2015/2014 (%)
Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine France métropolitaine Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine France métropolitaine
1-2 étoiles 4 210 58 002 4,4 7,7
3 étoiles 5 243 75 770 4,2 5,3
4-5 étoiles 2 249 48 224 12,5 8,9
Non classés 1 691 20 091 -26,4 -29,3
Total 13 394 202 087 0,3 1,8
  • Note : données 2015 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Campings : deux tiers des nuitées de la région dans les Vosges, le Haut-Rhin ou le Bas-Rhin

De mai à septembre 2015, les 320 campings de l’ACAL ont comptabilisé 2,5 millions de nuitées pour 868 000 arrivées. Le nombre de nuitées est en hausse de 6,6 % par rapport à la saison précédente (+ 2,9 % en France métropolitaine). Cette progression est uniquement le fait des campings de 3 à 5 étoiles (+ 11,8 %), qui représentent 65 % des nuitées de la région pour 80 % des nuitées dans l’hexagone.

Le département qui compte le plus de campings est celui des Vosges, suivi du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. À eux trois, ces départements totalisent les deux tiers des nuitées et la moitié des arrivées. La progression du nombre de nuitées est inférieure à la moyenne régionale pour les départements alsaciens (+ 3,7 % pour le Bas-Rhin et + 4,9 % pour le Haut-Rhin) mais est la plus forte pour les Vosges (+ 22,2 %). La Marne connaît aussi une progression importante du nombre de nuitées (+ 12,6 %), aussi bien pour la clientèle française qu’étrangère. En revanche, la Meuse est en recul (- 14,4 %) en particulier pour les étrangers (- 21,1 %). Les emplacements équipés rencontrent un certain succès. Leur part dans les nuitées s'élève à 22,8 % en 2015, en hausse de 1,7 point en un an et de 5,6 points depuis 2010. Les durées moyennes de séjour sur ces emplacements sont plus élevées : 5,3 jours contre 2,6 pour les emplacements nus. En volume de nuitées, l’augmentation sur un an est de 15,2 % pour les emplacements équipés (+ 4,3 % sur les emplacements nus).

La météo a été favorable sur l’ensemble de la saison, mis à part quelques épisodes pluvieux en août qui n’ont pas découragé les vacanciers (+ 9,3 % pour ce mois). Le mois de mai a ainsi connu une belle progression (+ 19,6 %), en particulier dans le Haut-Rhin (+ 35,6 %) et les Vosges (+ 32,1 %). Les nuitées du mois de juin baissent de 12,1 %. Cela concerne tous les départements, sauf les Ardennes et la Marne. Juillet et août ont été de très bons mois pour les Vosges (+ 31,1 % et + 26,7 %). En septembre, les nuitées baissent de 3,0 %, en raison de températures plus basses que d’habitude et d’une pluviométrie plus élevée. C’est particulièrement vrai dans l’Aube (- 30,1 %), la Meurthe-et-Moselle (- 20,2 %) et la Meuse (- 19,3 %), alors que les Ardennes ont connu une hausse de 10,8 %.

Figure 3 – Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2015
2015 (en milliers) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2010 (1) par une clientèle étrangère sur emplacements équipés
Ardennes 148 3,2 -3,3 43,9 24,4
Aube 156 -6,0 7,1 57,0 11,7
Marne 138 12,6 -2,7 54,8 14,0
Haute-Marne 185 0,4 -1,6 66,9 26,2
Meurthe-et-Moselle 80 -1,8 1,4 77,2 8,0
Meuse 66 -14,4 -3,0 49,9 16,9
Moselle 181 3,4 -4,1 61,9 21,0
Bas-Rhin 388 3,7 1,2 47,2 31,8
Haut-Rhin 574 4,9 -2,2 59,3 19,5
Vosges 611 22,2 -0,7 52,0 26,6
Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine 2 527 6,6 -0,9 55,4 22,8
France métropolitaine 112 876 2,9 1,3 31,9 48,5
  • Note : données 2015 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4 – Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2015 (milliers) Évolution 2015/2014 (%)
Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine France métropolitaine Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine France métropolitaine
1-2 étoiles 594 16 120 -0,9 0,0
3-4-5 étoiles 1 642 90 199 11,8 4,2
Non classés 290 6 556 -3,9 -6,7
Total 2 527 112 876 6,6 2,9
  • Note : données 2015 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Les Français sont moins nombreux que les étrangers dans les campings, mais ils restent plus longtemps

La clientèle française effectue moins de la moitié des nuitées (en augmentation de 5,7 %), mais seulement un tiers des arrivées. Sa durée moyenne de séjour est supérieure à celle de la clientèle étrangère : 3,6 jours contre 2,5. Cette durée de séjour des Français est plus importante dans les départements les plus fréquentés : dans le Bas-Rhin, le Haut-Rhin et les Vosges, elle se situe entre 3,7 et 4,1 jours. La durée moyenne de séjour est également plus élevée dans ces départements pour certaines nationalités, comme les Néerlandais ou lesDanois : jusqu’à deux fois plus longue (de 3,6 à 4,5 jours) que pour les départements du nord-ouest de la région.

Les touristes étrangers représentent 55,4 % des nuitées totales (en augmentation de 7,3 %). Il s’agit, pour la quasi-totalité, d’Européens, surtout de Néerlandais (43,8 % des nuitées étrangères) et d’Allemands (25,6 %), en augmentation respective de 4,5 % et de 10,8 %. Les Néerlandais sont particulièrement présents dans les Vosges, dans la Haute-Marne et dans les Ardennes avec six nuitées étrangères sur dix, alors que les Allemands sont majoritaires en Moselle (52,1 % des nuitées étrangères) et dans le Bas-Rhin (45,2 %). Les ressortissants du Royaume-Uni sont surreprésentés dans l’Aube et dans la Marne, avec une nuitée étrangère sur quatre, contre une sur douze pour la région (en baisse de 4,7 %).

Dans les campings de certains départements, la majorité des nuitées sont des nuitées étrangères, comme pour la Meurthe-et-Moselle (77,2 %), la Haute-Marne (66,9 %) ou la Moselle (61,9 %). En revanche, les durées moyennes de séjour des étrangers y sont parmi les plus basses (entre 1,5 et 2 jours).

Davantage d’arrivées mais autant de nuitées qu’en 2014 dans les autres hébergements collectifs

En 2015, 3,5 millions de nuitées sont effectuées pour 1,2 million d’arrivées dans la centaine d’auberges de jeunesse, centres internationaux de séjour, centres sportifs, résidences de tourisme, résidences hôtelières de chaîne, villages vacances ou maisons familiales que compte la région ACAL. Les séjours sont plus courts, de 2,8 jours contre 4,2 pour la France métropolitaine. Le nombre de nuitées a baissé de 0,5 % entre 2014 et 2015, alors que celui des arrivées a cru de 4,9 %. Les nuitées étrangères, qui représentent 29,1 % du total, ont vu leur nombre augmenter de 2,1 %. Cette croissance a particulièrement concerné les mois de juillet, août et septembre, qui sont les mois les plus fréquentés : le taux d’occupation dépasse alors 60 % dans les hébergements. Les nuitées françaises ont baissé de 1,5 %, surtout en mars et en avril.

Figure 5 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

en indice base 100 en 2010
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings
Nombre de nuitées - Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine Nombre d'arrivées - Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2010 100 100 100 100
2011 103,48 102,91 103,07 103,2
2012 103,33 104,63 102,96 103,62
2013 105,76 107,77 103,6 104,39
2014 105,32 107,21 102,73 103,67
2015 106,6 107,95 104,97 106,33
  • Note : données 2015 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

Sources

Avertissement 

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.