Bilan économique 2015 - Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine

L'emploi salarié des secteurs principalement marchands se dégrade à nouveau en 2015 en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Malgré un rythme moins soutenu que l'année précédente (- 0,3 % après - 1,1 %) et en dépit d'une évolution positive au quatrième trimestre, la région est la plus affectée de métropole, où l'emploi progresse de 0,5 %. L'emploi industriel reste en difficulté (- 2,0 %), comme dans la construction (- 3,2 %). L'emploi tertiaire, deux tiers du total, est dynamisé par le regain de l'intérim, surtout en fin d'année.

Insee Conjoncture Grand Est
Paru le : 31/05/2016
Consulter

L’intérim, moteur de la création d’emplois

Nicolas Deboudt, Insee

En Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, l’emploi salarié des secteurs principalement marchands se dégrade de nouveau en 2015. Malgré un rythme moins soutenu qu’en 2014 (- 0,3 % après - 1,1 %), ACAL est la région la plus affectée de France métropolitaine. L’emploi intérimaire augmente fortement (+ 11,2 %), particulièrement au cours du quatrième trimestre (+ 7,8 %). Il dynamise l’emploi régional dans le secteur tertiaire, dans lequel il est comptabilisé. La baisse des effectifs se poursuit dans la construction (- 3,2 %) et s’intensifie un peu plus dans l’industrie (- 2,0 %). Parmi les départements du Grand Est, le Bas-Rhin est le seul à créer des emplois en 2015.

Insee Conjoncture Grand Est
Paru le : 31/05/2016

En 2015, le bilan de l’emploi salarié des secteurs principalement marchands reste mal orienté en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. La région compte 1 192 000 salariés, soit 3 700 de moins qu’en 2014. La situation se dégrade, mais à un rythme moins soutenu (- 0,3 % après - 1,1 %), alors qu’en France métropolitaine elle s’améliore (+ 0,5 %). Au cours du premier semestre de l’année, plus de 4 400 emplois ont été supprimés en ACAL (- 0,4 %). L'emploi recule ensuite plus modérément au cours du troisième trimestre (- 0,1 %) pour passer en positif au quatrième trimestre (+ 0,1 % soit + 1 400 emplois). L’emploi intérimaire contribue fortement à cette embellie du dernier trimestre avec des effectifs en hausse de 7,8 %. En effet, hors intérim, l’emploi salarié recule de 0,8 % en un an, à l’inverse du niveau national, qui lui progresse de 0,2 %.

Parmi les départements du Grand Est, seuls ceux de la plaine alsacienne ne voient pas diminuer l’emploi salarié total. Le Bas-Rhin, qui rassemble un quart des effectifs salariés régionaux, gagne 0,4 % des emplois marchands, soit 1 150 emplois de plus. Dans le reste de la région, le repli est généralisé mais plus sensiblement dans l’Aube (- 1,3 %), dans les Vosges (- 0,9 %) et en Meurthe-et-Moselle (- 0,8 %). Ce dernier comptabilise le plus grand nombre d’emplois perdus (- 1 140).

Forte hausse de l’emploi intérimaire au quatrième trimestre

Fin 2015, les entreprises régionales emploient 54 500 intérimaires, soit un taux de recours à l’intérim, part des emplois intérimaires dans l’emploi salarié marchand, de 4,6 %, plus élevé qu’au niveau national (3,7 %). En un an, l’intérim totalise 5 500 emplois supplémentaires (+ 11,2 %). Le quatrième trimestre a été dynamique avec une augmentation de 7,8 %, la plus forte progression trimestrielle enregistrée depuis 2010. Grâce à cet élan, l’intérim préserve partiellement l’emploi salarié de la région : il gagne 1 400 emplois au quatrième trimestre alors qu’il en perd 2 560 hors intérim.

Dans tous les départements de la région, le nombre d’intérimaires s’est accru, particulièrement dans le Haut-Rhin (+ 21,4 %), en Moselle (+ 10,8 %) et dans le Bas-Rhin (+ 9,8 %). La hausse est moindre dans l’Aube (+ 3,8 %) et en Meurthe-et-Moselle (+ 2,5 %).

Figure 3 – Évolution trimestrielle de l'emploi intérimaire

en indice base 100 au 2005 T1
Évolution trimestrielle de l'emploi intérimaire
Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine France métropolitaine
1er trim. 2005 100 100
2e trim. 2005 99,66 99,86
3e trim. 2005 100,2 101,93
4e trim. 2005 99,89 102,6
1er trim. 2006 99,7 101,7
2e trim. 2006 104,77 107,36
3e trim. 2006 106,49 107,31
4e trim. 2006 103,35 105,31
1er trim. 2007 114,75 114,93
2e trim. 2007 112,46 112,47
3e trim. 2007 107,42 110,87
4e trim. 2007 106,94 109,72
1er trim. 2008 111,76 114,33
2e trim. 2008 105,21 106,28
3e trim. 2008 94,98 99,93
4e trim. 2008 77,82 86,9
1er trim. 2009 62,59 73,86
2e trim. 2009 62,48 75,59
3e trim. 2009 69,95 79,59
4e trim. 2009 77,35 84,27
1er trim. 2010 83,27 88,79
2e trim. 2010 85,06 93,33
3e trim. 2010 92,29 97,12
4e trim. 2010 98,9 100,8
1er trim. 2011 101,44 101,29
2e trim. 2011 101,81 101,53
3e trim. 2011 99,04 100,53
4e trim. 2011 94,99 96,39
1er trim. 2012 92,97 95,18
2e trim. 2012 88,14 91,84
3e trim. 2012 82,6 88,16
4e trim. 2012 80,03 85,68
1er trim. 2013 81,92 88,46
2e trim. 2013 82,9 87,24
3e trim. 2013 85,98 89,11
4e trim. 2013 86,45 91,04
1er trim. 2014 86,66 89,19
2e trim. 2014 88,97 91,42
3e trim. 2014 84,82 87,85
4e trim. 2014 88,57 90,86
1er trim. 2015 87,08 89,89
2e trim. 2015 89,08 93,28
3e trim. 2015 91,36 96,23
4e trim. 2015 98,51 99,44
  • Notes : données CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi intérimaire en fin de trimestre.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 3 – Évolution trimestrielle de l'emploi intérimaire

L’emploi industriel toujours en difficulté

Le secteur industriel emploie 322 700 personnes dans la région, soit 27,1 % de l’emploi salarié des secteurs principalement marchands, contre 19,6 % en France métropolitaine. En un an, le niveau d’emploi de l’industrie régionale se dégrade un peu plus et perd 6 700 emplois (- 2,0 %) après en avoir perdu 5 600 (- 1,7 %) en 2014.

Tous les départements reproduisent ce scénario, mais trois d’entre eux regroupent plus de la moitié des pertes : la Moselle avec 1 270 emplois (- 2,3 %), le Haut-Rhin avec 1 120 (- 2,2 %) et les Vosges, dont un tiers de l’emploi salarié est industriel, avec une baisse de 4,6 %, soit 1 200 emplois. Seul le Bas-Rhin enregistre une diminution modérée de ses emplois industriels (- 0,5 %). L’agroalimentaire (- 0,3 %) et le secteur de l’énergie, de l’eau, des déchets, de la cokéfaction et du raffinage (- 0,1 %), ont des niveaux d’emploi proches de ceux de l’année précédente. Dans la fabrication des matériels de transport, l’emploi se replie sensiblement, à un rythme identique à 2014, avec la suppression de 970 emplois (- 3,2 % après - 3,1 %). L’orientation de l’emploi dans le secteur des biens d’équipement est semblable : - 2,5 %, soit 1 250 emplois de moins. Les pertes les plus importantes touchent les autres branches de l’industrie. Elles regroupent 48,2 % de l’emploi industriel régional et comptent 4 280 emplois de moins (- 2,7 %).

Au niveau national, la dégradation de l’emploi industriel se poursuit également (- 1,2 % après - 1,3 %), représentant 37 800 emplois de moins. Un seul grand secteur crée de l’emploi : l’industrie agroalimentaire avec une hausse modeste des effectifs de 0,3 %.

Pas d’amélioration dans la construction

En 2015, dans le secteur de la construction, l’emploi poursuit son repli (- 3,2 % après - 4,4 %) en supprimant 3 520 emplois. Au niveau national, la baisse de l’emploi est aussi sensible cette année (- 2,6 % après - 3,4 %).

En ACAL, les suppressions d’emplois ont diminué au cours de l’année 2015, en passant de - 1,0 % au premier trimestre à - 0,6 % au quatrième.

Les effectifs se réduisent dans tous les départements, notamment dans l’Aube (- 6,2 %), en Haute-Marne (- 5,2 %), en Meurthe-et-Moselle (- 5,0 %) et dans la Meuse (- 5,0 %). Dans le Bas-Rhin, le volume des pertes est le plus important avec 740 emplois de moins (- 3,0 %).

Figure 1 – Emploi salarié des secteurs principalement marchands

en %
Emploi salarié des secteurs principalement marchands
Secteur d'activité - NAF rév. 2, 2008 2015 T4 (en milliers) Glissement annuel Glissement annuel moyen 2014/2009 (1)
Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine France métropolitaine Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine France métropolitaine
Industrie 322,7 -2,0 -1,2 -2,0 -1,2
Industrie agro-alimentaire 55,0 -0,3 0,3 -0,8 -0,2
Energie, eau, déchets, cokéfaction et raffinage 33,5 -0,1 -0,2 -0,1 0,3
Biens d'équipement 49,1 -2,5 -1,9 -1,2 -1,6
Matériels de transport 29,4 -3,2 -1,6 -4,0 -1,3
Autres branches industrielles 155,7 -2,7 -1,7 -2,6 -1,8
Construction 106,6 -3,2 -2,6 -2,2 -1,6
Tertiaire marchand 762,7 0,9 1,4 0,0 0,4
Commerce 245,3 -0,0 0,8 -0,5 -0,0
Transports 98,7 -1,3 0,2 -0,8 -0,0
Hébergement - restauration 69,5 1,4 2,0 0,9 1,1
Information - communication 24,5 1,4 0,7 -0,7 0,6
Services financiers 50,4 -0,0 1,1 0,0 0,6
Services immobiliers 13,8 -0,7 0,9 -0,9 -0,1
Services aux entreprises 148,8 0,6 3,0 0,6 1,3
Services aux ménages 57,1 0,5 0,3 -0,5 -0,6
Intérim 54,5 11,2 9,4 2,7 1,5
Total 1 192,0 -0,3 0,5 -0,8 -0,1
  • Notes : données CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • (1) : glissement annuel qu'aurait connu l'emploi salarié du secteur, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 2 – Emploi salarié par département et par secteur

en %
Emploi salarié par département et par secteur
2015T4 (en milliers) Glissement annuel
Industrie Construction Tertiaire marchand dont Commerce dont Intérim Total
Ardennes 48,7 -2,1 -3,2 1,4 0,2 11,9 -0,4
Aube 62,9 -2,8 -6,2 0,2 1,7 3,8 -1,3
Marne 127,7 -1,8 -2,0 -0,0 0,3 12,1 -0,6
Haute-Marne 37,4 -2,3 -5,2 1,2 -1,1 7,6 -0,6
Meurthe-et-Moselle 137,2 -2,4 -5,0 0,2 0,1 2,5 -0,8
Meuse 29,1 -2,9 -5,0 1,3 0,5 11,7 -0,8
Moselle 208,5 -2,3 -2,1 0,6 -1,3 10,8 -0,4
Bas-Rhin 297,2 -0,5 -3,0 1,2 -0,4 9,8 0,4
Haut-Rhin 169,5 -2,2 -1,7 1,4 0,9 21,4 0,0
Vosges 73,8 -4,6 -4,4 2,2 0,2 15,9 -0,9
Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine 1 192,0 -2,0 -3,2 0,9 -0,0 11,2 -0,3
  • Notes : données CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

L’emploi tertiaire dynamisé par l’intérim

Le secteur tertiaire d’ACAL concentre 64 % de l’emploi salarié régional des secteurs principalement marchands. Entre 2009 et 2014, l’évolution des effectifs du secteur a marqué le pas. Fin 2015, 763 000 personnes sont salariées dans ce secteur, soit une augmentation de 0,9 % en un an. Ces chiffres s’expliquent par la nette hausse de l’emploi intérimaire au cours du quatrième trimestre. Hors intérim, les effectifs augmentent également mais dans une moindre mesure (+ 0,1 %).

Les départements alsaciens rassemblent 57 % des créations d’emplois régionales dans le tertiaire, essentiellement soutenues par l’intérim (sept emplois créés sur dix) : le Bas-Rhin avec + 1,2 %, soit + 2 300 emplois et le Haut-Rhin avec + 1,4 %, soit + 1 420 emplois. Les Vosges enregistrent la plus forte progression (+ 2,2 %), et la Marne une relative stabilité avec la perte d’une quarantaine d’emplois.

Dans le commerce, les effectifs conservent les niveaux atteints en 2014, mais depuis 2009 l’orientation du secteur est à la baisse (- 0,5 % en glissement annuel moyen). Des emplois se créent notamment dans l’Aube (+ 1,7 %) et dans le Haut-Rhin (+ 0,9 %). Ils se contractent particulièrement en Moselle (- 1,3 %) et en Haute-Marne (- 1,1 %).

Fin 2015, le secteur des transports emploie toujours moins de personnes (- 1,3 % après - 2,1 %). Après une pause en début d’année, les pertes se sont concentrées sur le second semestre (- 1,4 % après + 0,1 % au premier semestre).

Le secteur des services aux entreprises est la deuxième composante du tertiaire marchand en ACAL après le commerce. Le nombre de salariés progresse de 0,6 %, soit un gain de 940 emplois. Dans le même temps, les effectifs des services aux ménages évoluent favorablement avec la création d’un peu plus de 300 emplois (+ 0,5 %). Néanmoins, dans ces deux secteurs, les pertes d'emplois ont été plus marquées au quatrième trimestre, notamment pour les services aux ménages (320 emplois de moins).

L’hébergement et la restauration gagnent des emplois à un rythme identique à celui de 2014 (+ 1,4 %).

En France métropolitaine, l’emploi tertiaire marchand progresse de 1,4 % par rapport à l’année précédente. D’une manière générale, la tendance est mieux orientée qu’en région notamment dans les services aux entreprises (+ 3,0 %), les services financiers (+ 1,1 %) et le commerce (+ 0,8 %).

Figure 4 – Évolution trimestrielle de l'emploi salarié des secteurs principalement marchands dans la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine

en indice base 100 au 2005 T1
Évolution trimestrielle de l'emploi salarié des secteurs principalement marchands dans la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine
Industrie Construction Tertiaire principalement marchand hors intérim dont Commerce Emploi hors intérim Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine Emploi hors intérim France métropolitaine
1er trim. 2005 100 100 100 100 100 100
2e trim. 2005 99,3 100,67 100,15 100,16 99,91 100,1
3e trim. 2005 98,68 101,34 100,02 99,98 99,68 100,17
4e trim. 2005 97,97 102,02 100,1 99,95 99,55 100,33
1er trim. 2006 97,36 102,49 100,27 99,79 99,48 100,51
2e trim. 2006 96,8 103,82 100,67 99,77 99,64 100,9
3e trim. 2006 96,15 104,8 101,09 100,1 99,75 101,31
4e trim. 2006 95,32 105,88 100,9 99,99 99,46 101,5
1er trim. 2007 94,99 106,57 101,37 100,56 99,67 101,98
2e trim. 2007 94,39 106,94 101,76 100,99 99,72 102,34
3e trim. 2007 93,94 107,79 102,55 101,78 100,09 102,82
4e trim. 2007 93,54 108,72 102,59 101,72 100,06 103,09
1er trim. 2008 92,94 109,7 103,02 102,09 100,19 103,19
2e trim. 2008 92,5 110,02 103,06 102,06 100,09 103,06
3e trim. 2008 91,58 110,27 103 101,88 99,76 102,98
4e trim. 2008 90,68 109,28 103,13 101,8 99,43 102,76
1er trim. 2009 89,18 107,64 102,41 101,12 98,37 102,2
2e trim. 2009 87,68 106,68 102,12 100,63 97,59 101,65
3e trim. 2009 86,49 105,69 102,02 100,02 97,04 101,24
4e trim. 2009 85,41 104,99 102,16 100,01 96,68 101,15
1er trim. 2010 84,36 104,62 102,14 99,7 96,27 100,9
2e trim. 2010 83,61 104,15 101,99 99,47 95,88 100,78
3e trim. 2010 82,88 103,72 102,4 99,38 95,82 100,83
4e trim. 2010 82,52 103,7 102,59 99,49 95,8 100,89
1er trim. 2011 82,31 103,64 102,88 99,65 95,89 101,15
2e trim. 2011 82,28 103,09 103,22 99,76 96,02 101,39
3e trim. 2011 81,94 102,43 103,06 99,7 95,75 101,33
4e trim. 2011 81,7 102,1 103,25 99,8 95,74 101,44
1er trim. 2012 81,27 102,52 103,17 99,8 95,59 101,5
2e trim. 2012 81,08 102,17 102,8 99,82 95,28 101,46
3e trim. 2012 80,92 101,63 102,79 99,89 95,18 101,35
4e trim. 2012 80,58 100,71 102,45 99,32 94,78 101,14
1er trim. 2013 79,96 99,64 102,44 99,2 94,46 100,9
2e trim. 2013 79,39 99,17 102,08 98,67 94,01 100,62
3e trim. 2013 78,9 99,14 101,88 98,26 93,74 100,75
4e trim. 2013 78,6 98,44 101,89 98,11 93,57 100,78
1er trim. 2014 78,4 97,56 101,83 97,8 93,38 100,73
2e trim. 2014 78,07 96,62 101,66 97,65 93,08 100,63
3e trim. 2014 77,58 94,93 101,5 97,41 92,67 100,43
4e trim. 2014 77,28 94,08 101,27 97,3 92,36 100,37
1er trim. 2015 76,93 93,18 101,33 97,25 92,19 100,41
2e trim. 2015 76,49 92,28 101,38 97,18 91,98 100,53
3e trim. 2015 76,09 91,65 101,46 97,24 91,82 100,5
4e trim. 2015 75,71 91,07 101,42 97,25 91,62 100,58
  • Notes : données CVS. Les données du dernier trimestre affiché sont provisoires.
  • Champ : emploi salarié en fin de trimestre hors agriculture, secteurs principalement non marchands et salariés des particuliers employeurs.
  • Source : Insee, estimations d'emploi.

Figure 4 – Évolution trimestrielle de l'emploi salarié des secteurs principalement marchands dans la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine

Sources

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.