Bilan économique 2015 - Ile de France

En 2015, dans le mouvement européen, l'économie française continue d'accélérer. La croissance du produit intérieur brut (PIB) en volume est estimée à + 1,3 % contre + 0,6 % en 2014. La consommation et le pouvoir d'achat des ménages sont en augmentation, l'emploi progresse et le taux de chômage baisse de 0,1 point en 2015 en France métropolitaine. En Ile-de-France, l'activité économique s'améliore en 2015. En un an l'emploi a crû de 0,8 % et le taux de chômage a diminué au quatrième trimestre de 0,2 point pour s'établir à 8,8 % de la population active. Les créations d'entreprises ont augmenté de 1,3 % par rapport à l'année précédente. Les autorisations de construction de logements sont en hausse de 12,4 % et le nombre de logements dont la construction a commencé a augmenté de 20,5 % par rapport à 2014. En termes de nuitées, l'activité hôtelière en Ile-de-France a légèrement diminué en 2015 (- 0,6 %) en raison des attentats de novembre.

Insee Conjoncture Ile-de-France
Paru le : 31/05/2016

Bilan social - Une hausse plus modérée du nombre de bénéficiaires du RSA et de la CMU-C en Ile-de-France

Danie Chemineau et Delphine Guérin, CTRAD pour les Caf d’Ile-de-France Stéphane Runfola, Fonds CMU

Fin 2015, 7,5 % de la population francilienne bénéficie du RSA. Le nombre de bénéficiaires de cette prestation progresse de 4,3 % en un an, à un rythme plus lent qu’en 2014. L’augmentation des effectifs est notamment ralentie pour la composante RSA socle. Le nombre de bénéficiaires de la CMU-C décélère également et concerne 7,4 % de la population francilienne en 2015.

Insee Conjoncture Ile-de-France
No 10
Paru le : 31/05/2016

À la fin de l’année 2015, environ 564 800 foyers allocataires franciliens bénéficient de minima sociaux versés par les Caisses d’allocations familiales (Caf), soit une hausse de 4,0 % par rapport à 2014. Le Revenu de solidarité active (RSA) est versé à 429 800 foyers allocataires (figure 1) et couvre 890 400 personnes en tenant compte des conjoints et enfants à charge de moins de 25 ans, soit 7,5 % de la population francilienne. Le nombre de bénéficiaires du RSA augmente de manière moins soutenue entre décembre 2014 et décembre 2015 : + 4,3 % contre + 6,1 % un an plus tôt. En grande couronne, la hausse annuelle du nombre de bénéficiaires du RSA est supérieure à celle du niveau régional, en particulier en Essonne (+ 6,9 %) et dans les Yvelines (+ 6,7 %).

Figure 1 – Bénéficiaires de minima sociaux versés par les Caf

Bénéficiaires de minima sociaux versés par les Caf
Revenu de solidarité active (RSA) Allocation adulte handicapé (AAH)
Au 31/12/2015 Évolution 2015/2014 (en %) Au 31/12/2015 Évolution 2015/2014 (en %)
Paris 83 252 1,1 26 974 1,6
Seine-et-Marne 40 039 6,1 14 876 3,2
Yvelines 31 622 6,7 12 377 2,9
Essonne 35 589 6,9 13 690 2,8
Hauts-de-Seine 41 397 1,4 16 664 1,2
Seine-Saint-Denis 103 298 5,0 23 633 10,9
Val-de-Marne 51 750 4,6 15 536 -0,6
Val-d'Oise 42 880 6,4 11 272 0,0
Ile-de-France 429 827 4,3 135 022 3,1
France métropolitaine 2 285 203 4,5 993 677 2,1
  • Source : données Systat, Caf d'Ile-de-France, Cnaf

Le nombre de bénéficiaires du RSA continue de progresser mais les évolutions diffèrent selon ses composantes

En 2015, la croissance des effectifs du RSA est particulièrement dynamique pour la composante « complément de revenu d’activité » du dispositif (+ 12,0 % contre 9,9 % un an auparavant) (figure 2). En revanche, cette composante du RSA est plutôt minoritaire dans ce dispositif : elle concerne un allocataire du RSA sur cinq, soit 93 900 foyers allocataires. Pour l’autre composante « socle », volet « revenu social minimum », les effectifs croissent à un rythme deux fois plus modéré que l’année précédente (+ 2,4 % contre + 5,1 %) : ils s’élèvent à 335 900 foyers allocataires en Ile-de-France fin décembre 2015.

Parmi ces foyers, 285 700 sont allocataires du RSA socle seul. En un an, la hausse de ces foyers a ralenti sensiblement (+ 1,1 % contre + 4,4 % l’an dernier). Le nombre d’allocataires concernés par la composante « socle et activité » est plus restreint : il atteint 50 200, mais il progresse à un rythme soutenu (+ 9,8 % fin 2015 comme fin 2014).

En Ile-de-France, 648 100 personnes sont couvertes fin décembre 2015 par le RSA socle, soit 5,4 % de la population (figure 3). En un an, le nombre de ces bénéficiaires est en augmentation de 3,3 % dans la région. C’est en Seine-et-Marne, dans le Val-d’Oise et dans les Yvelines que les hausses sont les plus élevées (figure 4).

Parmi les bénéficiaires du RSA socle, 34 800 perçoivent le RSA socle majoré correspondant au prolongement de l’Allocation parent isolé (API), qui ont la charge d’au moins un enfant né ou à naître et qui se retrouvent en situation d’isolement (figure 5).

Figure 2 – Bénéficiaires franciliens du RSA selon ses différentes composantes

Bénéficiaires franciliens du RSA selon ses différentes composantes
Allocataires au 31 décembre 2015 Évolution 2015/2014 (en %)
Socle 335 918 2,4
Dont Socle seul 285 705 1,1
Dont Socle + activité 50 213 9,8
Activité seul 93 909 12,0
Ensemble RSA 472 166 4,3
  • Source : Caf d'Ile-de-France

Figure 3 – Personnes couvertes* par le RSA socle selon le département dans la région Ile-de-France

Personnes couvertes* par le RSA socle selon le département dans la région Ile-de-France
2010 2011 2012 2013 2014 2015
Paris 95 890 96 193 97 961 101 661 104 514 104 365
Seine-et-Marne 44 757 47 111 51 188 56 252 60 312 63 620
Yvelines 33 572 34 335 36 618 39 561 43 010 45 060
Essonne 39 249 41 231 44 549 49 072 53 278 55 257
Hauts-de-Seine 48 156 48 642 50 674 53 628 55 770 56 561
Seine-Saint-Denis 131 987 139 118 148 547 160 290 167 718 173 677
Val-de-Marne 63 190 65 552 68 338 73 322 76 397 79 256
Val-d'Oise 51 790 54 232 57 789 62 618 66 666 70 346
  • * Allocataires, conjoints et personnes à charge.
  • Données au 31 décembre.
  • Source : données Elisa, Caf d'Ile-de-France

Figure 3 – Personnes couvertes* par le RSA socle selon le département dans la région Ile-de-France

Figure 4 – Évolution du nombre d'allocataires du RMI/RSA socle non majoré

Évolution du nombre d'allocataires du RMI/RSA socle non majoré
Paris Hauts-de-Seine Seine-Saint-Denis Val-de-Marne Seine-et-Marne Yvelines Essonne Val-d'Oise
2005 100 100 100 100 100 100 100 100
2006 97 97 102 103 102 100 98 101
2007 87 89 96 97 98 92 88 94
2008 82 85 93 96 97 92 85 90
2009 90 96 99 105 118 110 96 102
2010 90 97 104 109 129 120 103 113
2011 91 98 110 113 138 120 108 118
2012 93 103 118 118 151 128 117 126
2013 97 109 128 127 170 139 131 137
2014 101 114 134 133 184 152 142 147
2015 101 115 138 137 192 159 148 154
  • Données au 31 décembre.
  • Le RMI est remplacé par l'addition des RSA socle seul non majoré et socle+activité non majoré.
  • Le RSA socle non majoré tient compte des bénéficiaires du RSA jeunes. De 2005 à 2008 : nombr
  • Source : Caf d'Ile-de-France

Figure 4 – Évolution du nombre d'allocataires du RMI/RSA socle non majoré

Figure 5 – Allocataires de l'Allocation parent isolé (API) puis du revenu de solidarité active (RSA) socle majoré

Allocataires de l'Allocation parent isolé (API) puis du revenu de solidarité active (RSA) socle majoré
API RSA socle majoré
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Paris 4 970 4 479 4 038 4 809 4 563 4 324 4 228 4 161 4 358 4 037
Seine-et-Marne 3 577 3 402 3 257 3 715 3 805 3 739 3 943 4 087 4 279 4 442
Yvelines 2 364 2 124 2 069 2 259 2 172 2 159 2 365 2 421 2 578 2 562
Essonne 3 319 2 958 2 786 2 942 2 930 2 963 3 216 3 362 3 590 3 676
Hauts-de-Seine 3 245 3 009 2 919 3 133 2 923 2 891 2 790 2 842 2 915 2 789
Seine-Saint-Denis 7 683 7 482 7 120 7 947 7 946 8 036 8 447 8 822 8 950 9 029
Val-de-Marne 3 425 3 249 3 254 3 788 3 854 3 850 3 928 4 049 4 066 4 007
Val-d'Oise 3 709 3 290 3 122 3 479 3 568 3 558 3 833 4 110 4 152 4 251
Ile-de-France 32 292 29 993 28 565 32 072 31 761 31 520 32 750 33 854 34 888 34 793
France métropolitaine 191 050 177 108 171 938 193 715 190 557 186 962 194 058 201 109 205 378 206 000
  • Données au 31 décembre
  • L'API est remplacée par l'addition des RSA socle seul majoré et socle+activité majoré. Le volet "activité seule" n'est pas pris en compte dans ce tableau pour éviter la rupture de série.
  • Source : Caf d'Ile-de-France, Cnaf

Ralentissement de l’évolution du nombre de bénéficiaires de la CMU-C en 2015

Fin 2015, 889 100 Franciliens sont bénéficiaires de la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) (figure 6). Leur nombre a augmenté de 4,8 % en un an, à un rythme moins soutenu qu’en 2014 (+ 7,4 %). En revanche, cette progression est supérieure de presque un point par rapport à la France métropolitaine. La décélération fait suite à la fin de la montée en charge due à l’augmentation exceptionnelle du plafond de ressources de la CMU-C de 7,0 % au 1er juillet 2013.

La hausse des effectifs est élevée dans les Yvelines et en Essonne, avec + 11,1 %, ainsi qu’en Seine-et-Marne (+ 10,4 %). À l’inverse, l’évolution est nettement plus modérée dans les Hauts-de-Seine (+ 2,5 %) et en Seine-Saint-Denis (+ 1,9 %), voire en léger repli à Paris (- 0,5 %).

En Ile-de-France, 7,4 % de la population bénéficie de la CMU-C, soit une proportion similaire à celle de la métropole. Cette part fluctue dans une fourchette allant de 4,7 % dans les Yvelines et les Hauts-de-Seine à 14,7 % en Seine-Saint-Denis. Cette dernière est le deuxième département de métropole en termes d’effectifs et le premier pour la densité de bénéficiaires.

La part de Franciliens bénéficiaires de la CMU de base en tant qu’allocataires du RSA socle qui ont fait valoir leurs droits à la CMU-C est de 71,7 %. Ce taux de recours s’est légèrement amélioré en 2015, mais il reste inférieur à la moyenne métropolitaine (79,4 %).

En Ile-de-France, le nombre de bénéficiaires de l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS) est évalué à 196 300 à fin 2015, soit une progression de 13,7 % en un an, qui suit la tendance nationale en raison notamment de la revalorisation du plafond de ressources dont les effets se mesurent en décalé par rapport à la CMU-C. En cinq ans, le nombre de bénéficiaires de la CMU-C a progressé de 26 % en Ile-de- France et le nombre d'attestations ACS délivrées a plus que doublé (+ 132 %).

Au total, presque 1,1 million de Franciliens bénéficient d’une aide totale ou partielle à l’acquisition d’une complémentaire santé, soit 9,0 % de la population.

Figure 6 – Nombre et évolution des bénéficiaires de la CMU-C et de l'ACS en Ile-de-France

Nombre et évolution des bénéficiaires de la CMU-C et de l'ACS en Ile-de-France
Paris Seine-et-Marne Yvelines Essonne Hauts-de-Seine Seine-Saint-Denis Val-de-Marne Val-d'Oise Ile-de-France
Bénéficiaires de la CMU-C au 31/12/2015 145 980 83 808 67 508 81 970 76 158 227 790 103 654 102 210 889 078
Évolution 2015/2014 (en %) -0,5 10,4 11,1 11,1 2,5 1,9 5,5 7,1 4,8
CMU-C /Population (en %) 6,4 6,1 4,7 6,5 4,7 14,7 7,7 8,5 7,4
Part des bénéficiaires de la CMU de base au titre du RSA socle au 30/06/2015 (en %) 64,3 74,2 69,1 74,2 68,2 74,5 75,2 75,4 71,7
Bénéficiaires de l'ACS 32 994 18 555 12 129 21 886 21 960 42 361 24 449 21 983 196 316
  • Source : Fonds CMU-C

Définitions

Aide Complémentaire Santé (ACS) :

L’Aide Complémentaire Santé (ACS) est une aide financière au paiement d’un contrat de complémentaire santé. Elle s’adresse aux personnes dont les ressources dépassent de 35 % au plus le plafond d’attribution de la CMU-C.

Couverture Maladie Universelle de base (CMU de base) :

La Couverture Maladie Universelle de base (CMU de base) ouvre les droits à l’assurance maladie aux personnes qui ne peuvent être couvertes par aucun autre régime. L’affiliation est gratuite et sans versement de cotisations sauf si le revenu fiscal de référence du foyer dépasse 9 601 euros. Les bénéficiaires de la CMU de base au titre du RSA socle peuvent bénéficier de la CMU-C sans étude des ressources.

Couverture Maladie Universelle complémentaire (CMU-C) :

La Couverture Maladie Universelle complémentaire (CMU-C) est une complémentaire santé qui permet la prise en charge gratuite, avec dispense d’avance des frais, du ticket modérateur, du forfait journalier hospitalier et de certains dépassements, notamment pour les prothèses dentaires et l’optique. La CMU-C est attribuée sous condition de ressources. Depuis le 1er juillet 2014, le plafond est fixé à 720 € par mois pour une personne seule, en métropole. Les bénéficiaires du RSA socle qui en font la demande se voient attribuer la CMU-C sans étude de leurs ressources.

Documentation

Définitions (pdf, 45 Ko)