Bilan économique 2015 - Ile de France

En 2015, dans le mouvement européen, l'économie française continue d'accélérer. La croissance du produit intérieur brut (PIB) en volume est estimée à + 1,3 % contre + 0,6 % en 2014. La consommation et le pouvoir d'achat des ménages sont en augmentation, l'emploi progresse et le taux de chômage baisse de 0,1 point en 2015 en France métropolitaine. En Ile-de-France, l'activité économique s'améliore en 2015. En un an l'emploi a crû de 0,8 % et le taux de chômage a diminué au quatrième trimestre de 0,2 point pour s'établir à 8,8 % de la population active. Les créations d'entreprises ont augmenté de 1,3 % par rapport à l'année précédente. Les autorisations de construction de logements sont en hausse de 12,4 % et le nombre de logements dont la construction a commencé a augmenté de 20,5 % par rapport à 2014. En termes de nuitées, l'activité hôtelière en Ile-de-France a légèrement diminué en 2015 (- 0,6 %) en raison des attentats de novembre.

Insee Conjoncture Ile-de-France
Paru le : 31/05/2016

Transport - Rebond des immatriculations et progression du trafic aérien en Ile-de-France

Martine Mounoury, Insee Ile-de-France, Service études et diffusion

L’année 2015 est marquée par une forte reprise du marché des voitures neuves. Le trafic aérien continue de progresser du fait du dynamisme des lignes à bas coût. L’activité des transports collectifs urbains ralentit, probablement en lien avec les attentats du 13 novembre. Le marché du fret routier continue de se dégrader.

Insee Conjoncture Ile-de-France
No 10
Paru le : 31/05/2016

En France métropolitaine, le trafic aérien atteint un nouveau record en 2015. Les aéroports ont accueilli 181 millions de passagers, soit 3,1 % de plus qu’en 2014. Cette croissance est stimulée par le développement des lignes à bas coût. Celles-ci représentent désormais plus de 40 % du trafic aérien hexagonal.

Progression du trafic aérien

En 2015, le trafic aérien francilien a souffert des attentats du 13 novembre et des mouvements de grèves. Cependant, le trafic de passagers dans les aéroports de Paris croît de 3,0 % et dépasse désormais la barre des 95 millions (figure 1). Il représente plus de la moitié du trafic national.

Figure 1 – Passagers des aéroports

en %
Passagers des aéroports
Ile-de-France France métropolitaine
Passagers 2015 (nombre) Évolution 2015/2014 Évolution annuelle moyenne 2014/2009 (1) Évolution 2015/2014 Évolution annuelle moyenne 2014/2009 (1)
Lignes nationales 16 185 445 0,8 0,2 0,9 1,4
Lignes internationales 79 185 596 3,4 2,7 4,0 3,9
Transit 60 938 -8,3 -7,3 2,5 -11,2
Total 95 431 979 3,0 2,2 3,1 3,1
dont lignes à bas coût (low cost) 16 976 341 9,0 9,1 9,4 10,3
Part des lignes à bas coût (low cost)(en %) 17,8 /// /// /// ///
  • Note : données brutes.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le trafic passager si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • /// : absence de donnée due à la nature des choses.
  • Source : Union des aéroports français.

Ce résultat est dû pour l’essentiel au succès des lignes à bas coût, dont le trafic continue de progresser en 2015 (figure 2). La hausse atteint 9,0 % dans la région, soit presque autant qu’en France métropolitaine (+ 9,4 %).

Figure 2 – Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Ile-de-France

en indice base 100 en 2009
Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Ile-de-France
National International Low cost
2009 100 100 100
2010 97,87 101,04 105,75
2011 104,91 106,49 117,96
2012 102,8 107,91 121,24
2013 103,26 110,18 125,31
2014 101,12 114,19 154,73
2015 101,95 118,11 168,63
  • Source : Union des aéroports français.

Figure 2 – Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Ile-de-France

Sur l’ensemble des lignes, la conjoncture est toujours plus favorable au trafic international (+ 4,0 %) qu’au trafic national (+ 0,9 %), plus concurrencé par d’autres moyens de transport. La clientèle étrangère la plus importante arrivant en Ile-de-France par avion provient d’Amérique du nord, devant le Moyen-Orient et les pays d’Europe.

Ralentissement des transports collectifs

En 2015, 3,2 milliards de voyages ont été effectués sur l’ensemble du réseau de la RATP (figure 3). En dépit de la mise en œuvre d'un tarif unique pour le Pass Navigo sur l'ensemble du réseau francilien, le trafic a très peu progressé en 2015 (+ 0,8 % contre + 3,1 % en 2014). La fréquentation des métros et des RER a diminué tandis que celle des bus et des tramways est en hausse, portée par le réseau de banlieue. Les attentats de novembre ont certainement dissuadé une partie des voyageurs d’emprunter les transports en commun, notamment sur des trajets intra-muros à Paris. Dans ce contexte, les Franciliens ont préféré utiliser leur voiture pour se déplacer. De plus, les touristes ont été moins nombreux en 2015 à visiter Paris et la région.

Figure 3 – Nombre de voyages assurés par la RATP en Ile-de-France

(en millions)
Nombre de voyages assurés par la RATP en Ile-de-France
2014    2015   Évolution 2015/2014 (en %)
RATP, dont : 3206 3 233 0.8
Métro 1 526 1 520 -0,4
RER 474 469 -1,1
Bus Paris 331 326 -1.5
Bus banlieue 652 662 1.5
Tramways 223 256 12.9
  • Source : Stif d'après RATP

Forte reprise des immatriculations

En France métropolitaine, plus de 1,8 million de voitures neuves ont été vendues, soit une hausse de 6,8 % par rapport à 2014 (figure 4). Ce rebond, après plusieurs années de faible niveau des ventes, est à relier à une reprise de la consommation des ménages en 2015 après une année 2014 atone. La part des marques françaises est en progression : elle est de 56,1 % contre 43,9 % pour les marques étrangères.

En hausse de 9,1 %, les immatriculations neuves sont très dynamiques en Ile-de-France, en particulier en Seine-Saint-Denis et à Paris.

Figure 4 – Immatriculations de véhicules neufs

Immatriculations de véhicules neufs
Véhicules particuliers Véhicules utilitaires légers (1) Véhicules industriels à moteur (2) Ensemble immatriculations (3)
2015 (nombre) Évolution 2015/2014 (en %) 2015 (nombre) Évolution 2015/2014 (en %) 2015 (nombre) Évolution 2015/2014 (en %) 2015 (nombre) Évolution 2015/2014 (en %)
Paris 53 488 11,1 10 576 -2,3 270 5,9 65 158 9,4
Seine-et-Marne 39 784 10,6 7 047 -3,2 478 -13,6 47 512 7,9
Yvelines 68 551 8,2 8 864 8,4 517 27,0 78 116 8,3
Essonne 35 954 8,7 6 193 -7,4 558 -3,8 42 854 5,8
Hauts-de-Seine 73 611 6,4 12 586 7,7 580 -12,7 87 413 6,4
Seine-Saint-Denis 33 858 11,9 9 485 5,0 1 151 2,9 44 549 10,1
Val-de-Marne 28 369 9,7 6 610 -6,3 328 -2,7 35 385 6,3
Val-d'Oise 28 267 9,2 5 502 1,5 407 1,0 34 459 7,7
Ile-de-France 361 882 9,1 66 863 1,1 4 289 -0,7 435 446 7,8
France métropolitaine 1 886 233 6,8 377 326 1,9 42 981 10,5 2 313 885 6,1
  • Note : données brutes.
  • (1) : camionnettes et véhicules automoteurs spécialisés <= 3,5 t de PTAC.
  • (2) : camions, véhicules automoteurs spécialisés > 3,5 t de PTAC et tracteurs routiers.
  • (3) : y compris immatriculations de transports en commun.
  • Source : SOeS, SIDIV.

Chute du fret routier

En 2015, l’activité du transport routier de marchandises se contracte de 6,9 % au niveau national par rapport à 2014. Cette diminution s’inscrit dans une tendance à la baisse depuis deux ans.

En Ile-de-France, les flux entrants et sortants de marchandises avec les autres régions sont en repli par rapport à la moyenne des cinq dernières années (figure 5). Le trafic de marchandises au sein de la région connaît à l’inverse une embellie, mais il ne représente que 20 % du total des marchandises transportées.

Plus de deux millions de tonnes de marchandises sont transportées par les aéroports parisiens, dont l’essentiel est assuré par Paris-Charles-de-Gaulle. Ces aéroports assurent 90 % du fret aérien métropolitain.

Figure 5 – Transport de marchandises par la route

en %
Transport de marchandises par la route
Ile-de-France 2015 (p) (millions de tonnes - kilomètres) Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Entrées dans la région 8 494 -4,9
Sorties de la région 7 077 -5,5
Intérieur de la région 3 971 3,6
  • p : données provisoires.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le transport de marchandises si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Champ : France métropolitaine hors Corse. Données hors transport international.
  • Source : SOeS, Enquête Transport routier de marchandises.

Encadré

De nouveaux contrats pour améliorer les transports en commun d’Ile-de-France

Le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) signe de nouveaux contrats pluri-annuels (période 2016 à 2020) avec la RATP et la SNCF pour un engagement de près de 20 milliards d’euros pour l’amélioration des transports.

Ces contrats portent principalement sur un renforcement de la présence humaine sur le réseau avec 490 agents supplémentaires qui seront déployés pour renforcer l’accueil et la sécurité des voyageurs et sur une offre de service au plus près des besoins des voyageurs (ponctualité, information, sécurité, propreté…). Ils permettront également aux entreprises de réaliser 12,3 milliards d’euros d’investissements pour renouveler le matériel roulant et investir dans les gares et les stations.

Contrat Stif - RATP

Ce sont plus de 11 milliards d’euros que le Stif versera à la RATP sur la période du contrat pour réaliser des services de transports pendant les cinq prochaines années. Ils permettront également de poursuivre le programme d’investissement massif engagé dans le matériel roulant (trains, tramways, métros et bus), les gares et les stations.

Contrat Stif - SNCF

Le Stif versera plus de neuf milliards d’euros à la SNCF sur la période du contrat pour réaliser les services de transports pendant les quatre prochaines années et mettre en œuvre les investissements (renouvellement et modernisation du matériel roulant, les gares, présence humaine et qualité de service).

Documentation

Définitions (pdf, 45 Ko)