Bilan économique 2015 - Ile de France

En 2015, dans le mouvement européen, l'économie française continue d'accélérer. La croissance du produit intérieur brut (PIB) en volume est estimée à + 1,3 % contre + 0,6 % en 2014. La consommation et le pouvoir d'achat des ménages sont en augmentation, l'emploi progresse et le taux de chômage baisse de 0,1 point en 2015 en France métropolitaine. En Ile-de-France, l'activité économique s'améliore en 2015. En un an l'emploi a crû de 0,8 % et le taux de chômage a diminué au quatrième trimestre de 0,2 point pour s'établir à 8,8 % de la population active. Les créations d'entreprises ont augmenté de 1,3 % par rapport à l'année précédente. Les autorisations de construction de logements sont en hausse de 12,4 % et le nombre de logements dont la construction a commencé a augmenté de 20,5 % par rapport à 2014. En termes de nuitées, l'activité hôtelière en Ile-de-France a légèrement diminué en 2015 (- 0,6 %) en raison des attentats de novembre.

Insee Conjoncture Ile-de-France
Paru le : 31/05/2016

Construction - Reprise de la construction et de la commercialisation de logements neufs en Ile-de-France

Philippe Monier, DRIEA

En 2015, l’activité sur le marché de la construction est plus dynamique qu’en 2014. Les autorisations de construction de logements dépassent l’objectif annuel de 70 000, tandis que les mises en chantiers de logements s’en rapprochent fortement. Les autorisations de locaux se redressent en raison d’une reprise des autorisations de bureaux. L’embellie se manifeste également sur la commercialisation de logements neufs.

Insee Conjoncture Ile-de-France
No 10
Paru le : 31/05/2016

Avec un volume de 72 200 logements autorisés, soit près de 20 % des permis de construire délivrés en France métropolitaine, la production francilienne de logements augmente de 12,4 % contre 3,8 % en France métropolitaine (figure 1). Elle renoue ainsi avec la croissance après deux années en demi- teinte. Cette reprise permet de retrouver un niveau proche de 2012, supérieur à l’objectif annuel de 70 000 logements, fixé par l’État dans la loi de 2010 du Grand Paris.

La situation est contrastée dans la région : l’évolution annuelle des permis de construire est particulièrement élevée dans les Yvelines et dans l’Essonne (+ 34,6 % et + 22,5 %), tandis qu’elle est négative dans le Val-d’Oise (- 11,3 %) (figure 2). La crise paraît résorbée : le volume d’autorisations régionales est supérieur de 62 % à celui de 2009, le plus bas de la décennie. Le différentiel est plus favorable en petite couronne (+ 77 %) qu’à Paris (+ 57 %) ou qu’en grande couronne (+ 50 %).

Figure 1 – Évolution de la construction de logements

en indice base 100 en 2005
Évolution de la construction de logements
Logements autorisés - Ile-de-France Logements commencés - Ile-de-France Logements autorisés - France métropolitaine Logements commencés - France métropolitaine
2005 100 100 100 100
2006 116,23 100,66 109,33 105,8
2007 110,62 106,83 103,75 105
2008 105,61 98,46 85,65 85,5
2009 89,38 93,17 68,36 74,48
2010 123,05 109,69 85,63 89
2011 150,7 124,23 94,29 92,57
2012 150,5 132,6 86,97 83,38
2013 128,06 127,75 76,17 80,86
2014 128,66 118,28 67,61 73,61
2015 144,69 142,51 70,17 74,82
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle.
  • Champ : logements individuels et collectifs.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations au 13 avril 2016.

Figure 1 – Évolution de la construction de logements

Redressement de la surface autorisée de locaux d’activité

Après deux années consécutives de baisse (de près de 20 % par an), la superficie autorisée des locaux d’activité se redresse de 16,9 % pour avoisiner 3,9 millions de m² de surface de plancher en 2015 (figure 3). Ce résultat s’explique en grande partie par la reprise des autorisations de bureaux (+ 50,7 %) après la forte baisse de 2014 (- 66 %). Ce poste représente, en 2015, le quart des surfaces de locaux autorisées comme les locaux de service public ou d’intérêt collectif dont les taux d’évolution sont toutefois nettement plus mesurés (+ 0,5 % en 2015). La conjoncture est également favorable pour les locaux commerciaux et les entrepôts, dont les surfaces autorisées augmentent respectivement de 10,9 % et 2,3 %.

Figure 2 – Logements autorisés par département

en %
Logements autorisés par département
Logements en 2015 (nombre) Évolution 2015/2014 Évolution annuelle moyenne 2014/2009 (1)
Paris 5 800 11,2 7,2
Seine-et-Marne 10 000 14,4 5,5
Yvelines 9 700 34,6 16,5
Essonne 8 000 22,5 -3,1
Hauts-de-Seine 9 000 7,3 5,2
Seine-Saint-Denis 13 300 11,4 13,7
Val-de-Marne 10 000 11,4 10,7
Val-d'Oise 6 400 -11,3 7,5
Ile-de-France 72 200 12,4 7,6
France métropolitaine 372 200 3,8 -0,2
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de logements, pour le département ou la région, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires arrondies à la centaine en date réelle. Les évolutions sont calculées sur données non arrondies.
  • Champ : France métropolitaine.
  • Source : SOeS, Sit@del2, estimations au 13 avril 2016.

Niveau record du nombre de logements mis en chantier depuis 2000

Le volume des ouvertures de chantier estimées s’élève à 64 700 logements, soit un niveau record depuis 2000. Ce chiffre demeure néanmoins légèrement inférieur aux objectifs annuels de production. Le volume de logements mis en chantier dans la région dépasse de 53 % son niveau de 2009, année où il avait atteint le minimum de la décen- nie. Cet écart est encore plus élevé en petite couronne (+ 71 %). À Paris, il est proche de la moyenne régionale (+ 54 %) et plus modéré en grande couronne (+ 38 %). En France métropolitaine, le volume de mises en chantier en 2015 est identique à celui de 2009.

Transactions en hausse dans l’immobilier neuf francilien

De l’ordre de 25 000, les réservations de logements neufs atteignent, en 2015, un niveau record. Elles représentent près du quart des transactions enregistrées en France métropolitaine. La hausse annuelle constatée en Ile-de-France est cependant plus atténuée que celles des autres régions métropolitaines (+ 10,6 % contre + 20,5 %) (figure 4). Bien que les volumes de logements neufs mis en vente dans la région connaissent une progression plus faible que les réservations (+ 7,1 %), le stock de biens disponibles continue à progresser de 5 % ; il représente, en fin d’année 2015, un volume légèrement inférieur à celui des ventes réalisées au cours de l’année (24 250).

En 2015, les ventes de maisons individuelles augmentent au même rythme que celles d’appartements. Elles représentent moins de 6 % des transactions en Ile-de-France contre près de 9 % dans le reste de la France métropolitaine. Leur prix moyen, en baisse pour la quatrième année consécutive, s’établit à 322 000 € (figure 5). Le prix moyen au m² des appartements neufs en Ile-de- France augmente de 1 % en 2015 et s’élève à 4 754 €/m², soit un niveau supérieur de 22 % au prix moyen constaté en France métropolitaine.

Figure 3 – Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type

en %
Construction autorisée de locaux non résidentiels, selon le type
Ile-de-France France métropolitaine
Surfaces autorisées en 2015 (en milliers de m² ) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2009 (1) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2009 (1)
Artisanat 91 -13,3 13,6 -6,3 3,1
Bureaux 916 50,7 -8,6 4,7 -0,3
Commerce 601 10,9 7,2 1,9 -3,4
Entrepôt 604 2,3 4,6 8,2 1,4
Exploitation agricole ou forestière 103 33,1 6,9 15,4 -7,2
Hébergement hôtelier 310 64,4 8,8 32,8 -2,7
Industrie 249 20,0 -2,1 3,2 -3,6
Service public ou d'intérêt collectif 996 0,5 -0,9 -11,7 -5,5
Ensemble 3 871 16,9 0,0 5,2 -3,9
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu la construction de locaux, si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Note : données brutes provisoires en date réelle.
  • Source : SOeS, Sit@del2, résultats au 13 avril 2016.

Figure 4 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Ile-de-France

en indice base 100 en 2005
Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Ile-de-France
Logements neufs disponibles en fin d'année Logements neufs mis en vente Logements neufs vendus (réservés)
2005 100 100 100
2006 157,4 118,33 94,34
2007 181,34 109,14 97,67
2008 191,35 72,04 66,53
2009 118,77 69,15 88,05
2010 91,67 97,46 102,33
2011 142,59 118,02 94,9
2012 261,35 149,7 100,45
2013 280,58 127,36 110,1
2014 314,61 114,32 105,69
2015 330,49 122,47 116,85
  • Note : données brutes.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SOeS, enquête ECLN.

Figure 4 – Évolution de la commercialisation de logements neufs dans la région Ile-de-France

Figure 5 – Ventes des maisons et des appartements neufs

en %
Ventes des maisons et des appartements neufs
Ile-de-France France métropolitaine
En 2015 (nombre ou prix en euro) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2009 (2) En 2015 (nombre ou prix en euro) Évolution 2015/2014 Évolution moyenne annuelle 2014/2009 (2)
Maisons neuves
Nombre de ventes (1) 1 398 10,6 -7,9 8 237 11,0 -10,3
Prix moyen par maison 322 303 -0,1 -0,5 249 315 -1,5 0,8
Appartements neufs
Nombre de ventes (1) 23 556 10,6 4,8 94 301 18,6 -3,1
Prix moyen au m² 4 754 1,0 2,4 3 892 0,6 2,8
  • (1) : réservations avec dépôt d'arrhes.
  • (2) : taux d'évolution annuel qu'auraient connu le nombre de ventes ou le prix moyen si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • nd : données non disponibles.
  • Champ : permis de 5 logements et plus destinés à la vente aux particuliers ; France métropolitaine.
  • Source : SOeS, enquête ECLN.

Sources

La base de données Sit@del2 rassemble les informations relatives aux autorisations de construire (permis accordés) et aux mises en chantier transmises par les services instructeurs (État, collectivités territoriales) au service statistique du Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (MEDDE). Les mouvements relatifs à la vie du permis (dépôts, autorisations, annulations, modificatifs, déclarations d'ouverture de chantier, déclarations d'achèvement des travaux) sont exploités à des fins statistiques.

Les séries de la construction utilisées pour la conjoncture et le bilan économique sont élaborées à partir de cette base.

En matière de logement, les séries d'estimations en date réelle sont produites mensuellement pour évaluer le nombre d'autorisations et de mises en chantier. Elles visent à retracer dès le mois suivant, l'ensemble des évènements à leur date réelle. Sur la base des données collectées, les séries intègrent une estimation de l'information non encore remontée. Ces séries sont actualisées chaque mois pour prendre en compte les informations les plus récentes. Les estimations en date réelle corrigent des éventuels défauts de collecte des déclarations d'ouverture de chantier.

Pour les locaux non résidentiels, les séries de surface de plancher en date de prise en compte permettent le suivi conjoncturel de ce secteur. Elles agrègent les informations issues des permis (autorisés, commencés, etc.) selon la date d'enregistrement de la donnée dans l'application Sit@del2.

Les séries de surface de plancher en date réelle sont utilisées pour les études structurelles. L'information est restituée selon la date effective de l'autorisation ou de la date de la mise en chantier. Ces séries sont présentées nettes des annulations et ne comportent pas d'estimations : elles minorent donc la réalité, spécialement pour les mois de collecte les plus récents.

Pour en savoir plus

Documentation

Définitions (pdf, 45 Ko)