Bilan économique régional 2014 - Corse

Pas de signes d'amélioration en 2014

Insee Conjoncture Corse
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Une campagne agricole contrastée et affectée par la sécheresse et des problèmes sanitaires

Florence Hamann, Draaf de Corse - Srise
Insee Conjoncture Corse
No 5
Paru le : 29/05/2015

En 2014, l’hiver et surtout l’automne ont été particulièrement doux.

Comme en 2013, l’année a été marquée par des précipitations supérieures à la normale, avec de fortes disparités selon les saisons : précipitations très abondantes au premier trimestre et en novembre, sécheresse en fin d’été et début d’automne (figures 1 et 2).

Figure 1 – Précipitations moyennes 2013-2014

Précipitations moyennes 2013-2014
2013 2014 Précipitations normales saisonnières
janv 80 95 47
fev 89 84 38
mars 107 90 45
avril 61 42 53
mai 46 13 37
juin 12 29 25
juil 7 22 7
août 24 1 14
sept 33 31 53
oct 35 13 77
nov 166 151 90
déc 38 59 65
  • Source : Météo France.

Figure 1 – Précipitations moyennes 2013-2014

Figure 2 – Températures moyennes 2013-2014

Températures moyennes 2013-2014
2013 2014 Températures normales saisonnières
janv 10 11.6 9.8
fev 8.3 11.8 9.8
mars 12.2 12.1 11.4
avril 15.1 15 13.5
mai 16.5 17.5 17.3
juin 20.5 22.4 20.8
juil 25 23.1 23.8
août 25.4 23.7 24.2
sept 21.9 22.8 21.3
oct 20.2 20.8 18.1
nov 13.9 16.9 13.8
déc 12.1 12.5 11
  • Source : Météo France.

Figure 2 – Températures moyennes 2013-2014

Le rendement des prairies fortement affecté par la météo

La production fourragère déjà contrariée par les fortes pluies de début d’année, a été gravement affectée par le déficit hydrique estival. Ce sont les prairies naturelles qui ont le plus souffert avec des baisses de rendement de plus d’un tiers. Dès le printemps, les éleveurs ont du recourir à des achats de fourrage produit localement ou en provenance de la France continentale.

De bonnes vendanges

La production totale de vin est estimée à 363 000 hectolitres, en régression de 5 % par rapport à 2013 qui avait été une très bonne année pour la viticulture. Cette production est satisfaisante, elle reste supérieure à la moyenne des cinq dernières années. La plus grande partie des volumes produits sont des vins typés et de qualité : en 2014, 62 % sont des vins IGP (Identification géographique protégée) et 31 % des vins AOP (Appellation d’origine protégée) (figure 3).

Figure 3 – Evolution de la production de vin

*données semi-définitives
Evolution de la production de vin
Vins AOP Vins IGP Vins sans IG Total Vins
2009 118877 201107 2308 322292
2010 112250 234450 24050 370750
2011 115963 203475 25934 345372
2012 112633 203492 26829 342954
2013 110601 239900 31745 382246
2014 * 112936 225836 24575 363347
  • Source : Agreste - Statistique Agricole Annuelle (SAA)

Figure 3 – Evolution de la production de vin

Situation contrastée pour les fruits

Dans la région, la production fruitière dominante est la clémentine de Corse (IGP) (figure 4). Avec près de 33 700 tonnes récoltées, la campagne clémentine 2014 est une bonne récolte avec un rendement en hausse de 12 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

Figure 4 – Rendement et production des vergers purs et associés

*données semi-définitives
Rendement et production des vergers purs et associés
Rendement (100 kg/ha) Production récoltée des vergers purs et associés (100 kg)
Produit 2011 2012 2013 2014* 2011 2012 2013 2014*
Clémentines 204 255 151 217 285 400 340 140 254 380 336 825
Pamplemousses 176 207 271 208 32 860 31 400 38 540 29 540
Actinidia (Kiwi) 116 73 115 87 46 400 25 915 38 000 26 000
Pêches, nectarines et brugnons 200 200 169 182 62 836 58 800 44 636 48 177
Prunes à pruneaux 27 21 2 2 9 531 6 993 320 90
Olives 10 2 12 2 21 010 4 471 26 250 4 770
Amandes 2 8 3 8 1 310 3 523 975 2 675
Châtaignes 2 5 4 1 2 400 6 371 4 320 1 400
  • Source : Agreste - Statistique Agricole Annuelle (SAA)

La production de kiwis, estimée à 2 600 tonnes, est sur le déclin depuis plusieurs années : les surfaces diminuent et le verger vieillit.

Il en est de même pour les prunes à pruneaux ; le pruneau de Corse résiste mal à la notoriéte de l’IGP pruneau d’Agen et à la concurrence internationale.

La production de la châtaigneraie a souffert de la sécheresse mais surtout de la présence du cynips qui a entraîné jusqu’à 80% de pertes dans certaines régions de Haute-Corse. Les 140 tonnes récoltées en 2014 pour la Corse représentent moins d’un tiers de la production de l’année précédente pour des surfaces en production équivalentes.

Une production d’olives marquée par l’alternance

La campagne 2013-2014 est une mauvaise année pour l’olive en lien avec le phénomène de l’alternance (succession d’années à forte et faible quantité produite). La récolte de la campagne est inférieure à 500 tonnes contre 2625 tonnes pour la campagne précédente (2012-2013).

Difficile campagne pour les productions animales

Le cheptel bovin se maintient alors que les cheptels de petits ruminants (ovins et caprins) ont tendance à diminuer.

Les tonnages d’animaux de boucherie abattus en abattoir ont régressé de 306 tonnes (- 12 %). Seuls les abattages de bovins sont quasiment stables (- 2 %). Au cours de l’année 2014, le classement des carcasses selon leur conformation et état d’engraissement s’est mis en place progressivement dans les abattoirs.

Les collectes de lait par les laiteries sont également en baisse. En 2014, 60 000 hectolitres de lait de brebis et 9 100 hl de lait de chèvre ont été collectés contre respectivement 62 500 hl et 9 800 hl en 2013 (figure 5).

Figure 5 – Évolution des livraisons de lait aux laiteries

hlhl
Évolution des livraisons de lait aux laiteries
Brebis Chèvres
2009 69295 6696
2010 74344 7654
2011 63783 8316
2012 65388 9003
2013 62559 9804
2014 59747 9070
  • Source : Agreste - Enquête annuelle laitière.

Figure 5 – Évolution des livraisons de lait aux laiteries

Grâce aux campagnes de vaccination obligatoire des ruminants domestiques, la FCO (fièvre catarrhale ovine) a marqué le pas avec seulement 31 foyers confirmés en 2014 sur les 177 foyers déclarés depuis le début de l’épizootie en septembre 2013.

Les signes officiels de la qualité et de l’origine : les nouveaux espoirs de l’agriculture corse

Cette année, cinq nouvelles reconnaissances sont venues enrichir la gamme des produits bénéficiant d’une garantie officielle : AOP pour la Coppa de Corse-Coppa di Corsica, le Jambon sec de Corse – Prisuttu et le Lonzo de Corse – Lonzu en mai 2014, IGP pour la Noisette de Cervione – Nuciola di Cervioni (avril 2014) et le Pomelo de Corse (octobre 2014) et label rouge pour la Clémentine (septembre 2014).