Bilan économique 2014 de la Haute-Normandie

Comme au niveau national, l'année 2014 n'a pas vu d'amélioration économique significative. La plupart des indicateurs restent mal orientés : l'emploi marchand continue de baisser et le chômage augmente toujours. La progression de l'intérim et le dynamisme des créations d'entreprises pourraient cependant être des signes avancés d'une amélioration de la situation en 2015, dans un contexte international et national plus favorable.

Insee Conjoncture Haute-Normandie
Paru le : 29/05/2015
Consulter

La hausse du chômage s’atténue en Haute-Normandie en 2014 pour les jeunes

Laïla BENTOUDJA (Direccte Haute-Normandie - Service Etudes, Statistiques et Évaluation)

En 2014, dans un contexte économique difficile en Haute-Normandie, comme au niveau national, le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté mais à un rythme moins soutenu qu’en 2012 et 2013. La mobilisation des dispositifs de politique de l’emploi permet de ralentir la progression du chômage, en particulier pour les jeunes grâce aux emplois d’avenir. Le nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans sans activité (catégorie A) recule de 1,8 % en 2014. Le taux de chômage haut-normand se stabilise en fin d’année 2014 à 11,0 %.

Insee Conjoncture Haute-Normandie
No 5
Paru le : 29/05/2015

Fin 2014, la Haute-Normandie compte 164 100 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi et tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (catégories A, B ou C), soit une augmentation de 4,1 % sur un an (figure 1), ce qui constitue une progression moins forte (+ 5,0 % en 2013, + 7,4 % en 2012). La dégradation du marché du travail s’atténue en Haute-Normandie en 2014, alors qu’au niveau national le rythme de progression se maintient pour le moment (+ 6,4 % en 2014 après + 6,1 % en 2013 et + 8,6 % en 2012 pour les catégories A, B ou C).

Deux-tiers des demandeurs d’emploi n’ont déclaré aucune activité au cours du mois (catégorie A), soit 105 500 personnes à fin 2014. L’effectif de cette catégorie a augmenté de 2,1 % en 2014, après deux années de hausse (+ 4,7 % en 2013 et + 10,0 % en 2012). Un tiers des demandeurs d’emploi cumule situation d’emploi et chômage (catégories B ou C). Leur nombre connaît une évolution importante en 2014 : + 7,9 % sur un an. Cette augmentation de l’emploi précaire peut être rapprochée de la hausse du recours au travail temporaire enregistré dans les agences d’intérim haut-normandes. En moyenne mensuelle en 2014 le volume de postes équivalents temps plein (ETP) s’élève à 20 600, soit une augmentation de 9,2 % par rapport à 2013.

Le nombre de demandeurs d’emploi augmente de façon quasi-similaire dans les deux départements, avec respectivement + 4,2 % et + 4,0 % dans l’Eure et la Seine-Maritime en catégories A, B ou C, et + 2,4 % et + 1,9 % pour la seule catégorie A.

Le chômage des jeunes recule en Haute-Normandie

En Haute-Normandie, la demande d’emploi des jeunes de moins de 25 ans est stable pour les catégories A, B ou C (+ 0,1 %) et diminue de 1,8 % pour la catégorie A, alors qu’en France métropolitaine elle augmente de 2,9 % pour les catégories A, B ou C et 1,4% pour la catégorie A. Le repli est particulièrement sensible pour les jeunes seinomarins : - 0,5 % en catégories A, B ou C et - 2,8 % en catégorie A. Ce changement de tendance est imputable en partie à la forte mobilisation des politiques de l’emploi envers ce public (figure 3) et notamment les emplois d’avenir, dispositif destiné aux jeunes faiblement diplômés ou sortis du système scolaire sans diplôme, avec 3 130 nouvelles entrées en Haute-Normandie en 2014 (974 nouveaux bénéficiaires dans le secteur marchand et 2 156 dans le secteur non-marchand).

Dans la région, 12 000 personnes bénéficient des principaux dispositifs d’emplois aidés (contrats uniques d’insertion et emplois d’avenir). Les prescripteurs ciblent en priorité les publics sensibles pour lesquels les difficultés à trouver un emploi sont accrues lorsque la conjoncture économique est défavorable : les jeunes, les seniors, les travailleurs handicapés, les demandeurs d’emploi de longue durée et les bénéficiaires du revenu de solidarité active. Ces dispositifs permettent de freiner la progression de la demande d’emploi grâce à la reprise d’une activité durable ou non durable. Aussi, si la demande d’emploi des seniors a augmenté de 7,9 % à fin 2014 pour les catégories A, B ou C, le rythme de progression est cependant moins élevé qu’en 2013 (+ 10,4 %) ou en 2012 (+ 13,2 %). Par ailleurs, les demandeurs d’emploi de longue durée sont plus nombreux en 2014, bien que leur effectif progresse moins fortement que les années précédentes : 78 400 personnes sont concernées, soit près de 48 % de l’ensemble des demandeurs en catégories A, B ou C.

Le taux de chômage se stabilise en fin d’année

Le taux de chômage haut-normand (au sens du bureau international du travail) se stabilise au quatrième trimestre à 11,0 % de la population active après avoir atteint 10,7 % au deuxième trimestre (figure 4). Sur un an, le taux de chômage progresse de 0,1 point en Haute-Normandie contre 0,4 point en moyenne nationale, réduisant ainsi l’écart entre le taux de chômage régional et le taux de chômage national, passant de 1,3 point d’écart à 1,0 point d’écart. Le taux de chômage de l’Eure est traditionnellement moins élevé qu’en Seine-Maritime (respectivement 10,7 % et 11,2 % à fin 2014), mais il augmente plus sur un an (+ 0,3 point contre + 0,1 point en Seine-Maritime).

Pour en savoir plus

« Hausse du chômage plus marquée à Bernay et à Vernon-Gisors au quatrième trimestre 2014 » / Insee Haute-Normandie ; Julien Delamare - In : Insee Flash Haute-Normandie N° 18 (2015, avril), 2p

Note de conjoncture nationale, mars 2015 « Un peu de carburant pour la consommation et pour les marges »

Tableaux de bord de la conjoncture Normandie