Le bilan économique 2014 en Auvergne

En France, en 2014, l'emploi salarié marchand non agricole recule légèrement (- 0,2 %), en raison du faible rythme de croissance de l'activité. En Auvergne, l'année est encore marquée par la crise. L'emploi salarié se stabilise mais le taux de chômage progresse pour atteindre 8,9 % en fin d'année. Les demandeurs d'emploi séniors sont les plus touchés. Le secteur de la construction est particulièrement affecté tant par les destructions nettes d'emploi que les défaillances d'entreprises ou le nombre, en berne, de mises en chantier. Globalement, le revenu des exploitations agricoles se maintient mais les situations divergent selon les activités. Le tourisme auvergnat est lui aussi en difficulté, le nombre de séjours dans les hôtels de la région est à son plus bas niveau depuis 2010.

Insee Conjoncture Auvergne
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Pas d’amélioration pour le secteur routier

Dominique Montagne, Thierry Pascal, Dreal

L’Auvergne n'échappe pas à la spirale de la dégradation du marché automobile français. Néanmoins, la baisse du nombre d’immatriculations y est moins soutenue que les années précédentes. Le trafic routier de marchandises interne à l’Auvergne bénéficie d’une dynamique élévée en 2014 qui s’oppose aux évolutions nationales. Enfin, le trafic aérien régional progresse très légèrement, soutenu cette année par la fréquentation des aéroports de Clermont-Ferrand, d’Aurillac et du Puy-en-Velay.

Insee Conjoncture Auvergne
No 5
Paru le : 29/05/2015

Nouvelle baisse des achats de véhicules en Auvergne

En Auvergne, les immatriculations de véhicules neufs régressent pour la cinquième année consécutive. En 2014, cette baisse (– 1,5 %) est toutefois plus modérée que celle des années antérieures. En France métropolitaine, le volume des immatriculations est quasiment stable (+ 0,3 %). L’évolution régionale masque des situations départementales contrastées. Le nombre d’immatriculations recule fortement en Haute-Loire (– 6,3 %). En revanche, le Cantal est le seul département auvergnat où les immatriculations de véhicules augmentent en 2014 (+ 4,4 %).

En 2014, environ 31 100 voitures particulières neuves sont immatriculées en Auvergne soit près de huit véhicules neufs sur dix. Ces immatriculations diminuent de façon continue depuis cinq ans (– 27 % par rapport à 2009). Toutefois, le rythme de baisse s’affaiblit en 2014. Entre 2009 et 2013, le nombre d’immatriculations annuelles de voitures particulières auvergnates diminue de 7,4 % en moyenne. Le recul est de seulement 0,7 % entre 2013 et 2014. En métropole, ces immatriculations augmentent légèrement (+ 0,5 %). Cette situation régionale cache des évolutions départementales contrastées. La Haute-Loire et l’Allier sont les plus touchés : le nombre de véhicules particuliers immatriculés y recule respectivement de – 5,7 % et – 3,7 %. A contrario il augmente dans le Puy-de-Dôme et le Cantal (respectivement : + 1,4 % et + 3,6 %).

En 2014, les immatriculations de véhicules utilitaires légers neufs (poids inférieur à 3,5 tonnes) déclinent en Auvergne (– 3,6 %). En revanche, une légère reprise semble se dessiner au plan national (+ 1,5 %). En retrait régulier depuis maintenant quatre ans, le marché régional se replie au même rythme en 2014. La chute importante de ces immatriculations en Haute-Loire contrecarre la dynamique positive enregistrée dans le Cantal.

Le marché régional des véhicules utilitaires de plus de 3,5 tonnes se contracte sensiblement moins cette année (– 1,5 %), alors qu’une forte déprise est observée en France métropolitaine (– 13,6%).

Par ailleurs, les acquisitions nombreuses de véhicules de transport en commun réalisées dans la région l’année passée subissent un coup d’arrêt important en 2014 (– 62,3 %). Seulement 58 unités sont immatriculées en Auvergne, nombre le plus faible enregistré depuis 2006. Cette tendance à la baisse s’observe également au plan national mais à un degré moindre (– 15,2%).

Situation contrastée du transport routier de marchandises

En France métropolitaine, l’activité globale du transport routier de marchandises se contracte de 3,1 % en 2014. Toutefois, le trafic interne résiste mieux (– 0.4 %). L’activité auvergnate se démarque des évolutions nationales. Le trafic interne progresse de 5,3 %, plaçant l’activité 2014 parmi les meilleures depuis 2008.

Pour la 1ère fois, les flux sortants (2 661 Mtonnes-km transportés) sont supérieurs aux entrants. Ils se stabilisent par rapport au volume enregistré l’année dernière. Quant aux entrées sur le territoire, elles se tassent à nouveau. Elles représentent ainsi 2 587 Mtonnes-km, plus faible volume enregistré depuis 2008.

Stabilisation de l'activité aéroportuaire en Auvergne

Pour la deuxième année consécutive, le trafic aérien régional progresse (+ 0,5 %). Près de 459 000 passagers ont ainsi fréquenté les aéroports auvergnats en 2014.

Cette situation repose sur l’activité des lignes nationales qui progresse de 2 % et concerne 81,5% des passagers. A contrario, après une croissance exceptionnelle en 2013 de plus de 75 %, la fréquentation des lignes internationales régresse légèrement de 3,4 %. L’activité régionale s’oppose à la situation métropolitaine. La fréquentation des lignes nationales y diminue de 2,6 %. Les lignes internationales, quant à elles, attirent 4,2 % de voyageurs supplémentaires. Enfin, le trafic des voyageurs en transit, qui concerne un nombre de passagers plus restreint, chute de 27 % en Auvergne. En métropole, ce repli est plus limité (– 12,5 %).

En 2014, l’aéroport de Clermont-Ferrand accueille plus de neufs vols auvergnats sur dix. Après une nette progression en 2013, la fréquentation se tasse très légèrement cette année (– 0,3 %). En revanche, le nombre de passagers des aéroports d’Aurillac et du Puy-en-Velay-Loudes augmente à nouveau en 2014 après le recul enregistré l’année dernière. Ces deux sites retrouvent des niveaux de fréquentation similaires à ceux enregistrés en 2011-2012.

Figure 1 – Immatriculations de véhicules neufs

Immatriculations de véhicules neufs
Véhicules particuliers Véhicules utilitaires légers (1) Véhicules industriels à moteur (2) Ensemble immatriculations (3)
2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %)
Allier 7 357 – 3,7 1 468 + 0,4 221 – 16,3 9 052 – 3,4
Cantal 3 581 + 3,6 833 + 15,2 206 + 2,5 4 626 + 4,4
Haute-Loire 4 448 – 5,7 1 016 – 12,6 274 + 23,4 5 756 – 6,3
Puy-de-Dôme 15 716 + 1,4 3 406 – 6,1 428 – 6,8 19 578 – 0,3
Auvergne 31 102 – 0,7 6 723 – 3,6 1 129 – 1,5 39 012 – 1,5
France métropolitaine 1 765 855 + 0,5 370 130 + 1,5 38 895 – 13,6 2 180 776 + 0,3
  • Note : données brutes.
  • (1) : camionnettes et véhicules automoteurs spécialisés <= 3,5 t de PTAC.
  • (2) : camions, véhicules automoteurs spécialisés > 3,5 t de PTAC et tracteurs routiers.
  • (3) : y compris immatriculations de transports en commun.
  • Source : SOeS, SIDIV.

Figure 2 – Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

en indice base 100 en 2006
Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs
Auvergne France métropolitaine
2006 100 100
2007 104,67 103,21
2008 106,57 102,49
2009 126,15 113,39
2010 120,05 110,44
2011 116,22 108
2012 95,8 92,81
2013 92,71 87,81
2014 92,08 88,26
  • Note : données brutes.
  • Source : SOeS, Fichier central des automobiles, SIDIV.

Figure 2 – Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

Figure 3 – Transport de marchandises par la route

en %
Transport de marchandises par la route
Auvergne 2014 (p) (millions de Tonnes- Kilomètres transportés) Évolution annuelle moyenne 2014/2009 (1)
Entrées dans la région 2 587 – 0,1
Sorties de la région 2 661 + 1,9
Intérieur de la région 1 223 + 4,7
  • p : données provisoires.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le transport de marchandises si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Champ : France métropolitaine hors Corse. Données hors transport international.
  • Source : SOeS, Enquête Transport routier de marchandises.

Figure 4 – Passagers des aéroports

en %
Passagers des aéroports
Auvergne France métropolitaine
Passagers 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 Évolution annuelle moyenne 2013/2008 (1) Évolution 2014/2013 Évolution annuelle moyenne 2013/2008 (1)
Lignes nationales 373 928 + 2,0 – 5,2 – 2,6 + 1,3
Lignes internationales 78 347 – 3,4 + 6,4 + 4,2 + 2,1
Transit 6 634 – 27,0 – 4,0 – 12,5 – 9,9
Total 458 909 + 0,5 – 3,7 + 2,1 + 1,8
dont lignes à bas coût (low cost) 0 + 12,6 + 8,4
Part des lignes à bas coût (low cost)(en %) 0,0 /// /// /// ///
  • Note : données brutes.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le trafic passager si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • /// : absence de donnée due à la nature des choses.
  • Source : Union des aéroports français.

Sources

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.