Le bilan économique 2014 en Auvergne

En France, en 2014, l'emploi salarié marchand non agricole recule légèrement (- 0,2 %), en raison du faible rythme de croissance de l'activité. En Auvergne, l'année est encore marquée par la crise. L'emploi salarié se stabilise mais le taux de chômage progresse pour atteindre 8,9 % en fin d'année. Les demandeurs d'emploi séniors sont les plus touchés. Le secteur de la construction est particulièrement affecté tant par les destructions nettes d'emploi que les défaillances d'entreprises ou le nombre, en berne, de mises en chantier. Globalement, le revenu des exploitations agricoles se maintient mais les situations divergent selon les activités. Le tourisme auvergnat est lui aussi en difficulté, le nombre de séjours dans les hôtels de la région est à son plus bas niveau depuis 2010.

Insee Conjoncture Auvergne
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Synthèse des faits marquants

Anthony Faugère, Insee

La crise économique n'est pas terminée. De nombreuses entreprises auvergnates pâtissent d'une conjoncture toujours incertaine. Oberthur et Cheynet et Fils subissent les suppressions d'emplois les plus fortes. Heureusement, quelques secteurs comme l'aéronautique résistent mieux. A contrario, d'autres sociétés continuent de se développer et rayonnent à l'international. C'est le cas de Valmont qui décroche un contrat lucratif avec le Qatar. Le commerce tire son épingle du jeu avec l'ouverture du magasin IKEA à Clermont-Ferrand, créant plus de 200 emplois. Coté activité touristique, le Pal confirme sa place dans le TOP 5 des parcs d'attractions les plus visités de France.

Insee Conjoncture Auvergne
No 5
Paru le : 29/05/2015

En 2014, la crise économique met à mal plusieurs entreprises ou établissements auvergnats, et détruit ou fragilise toujours des emplois.

Oberthur, Mory Ducros, Cheynet et fils… de nombreux emplois menacés

En Haute-Loire, l'usine Cheynet et Fils, principale unité de production du premier fabricant européen de ruban élastique pour la lingerie, fait les frais de la forte concurrence internationale. Le plan de sauvegarde de l’emploi prévoit la suppression de plus d'une centaine de postes sur le site altiligérien. L'un des poids lourds de l'industrie puydômoise Aubert et Duval est en difficulté en 2014. Alors qu'elle a recours au chômage partiel pour faire face à une baisse d'activité, l'entreprise annonce la suppression prochaine d'environ 80 postes aux Ancizes et 20 à Issoire afin de réduire les frais généraux du groupe. Les 90 employés du site Oberthur de Puy-Guillaume (Puy-de-Dôme), spécialisé dans la fabrication de cartes téléphoniques à gratter, ont longtemps espéré sauver leur emploi. Cependant, l’éventuel repreneur se désiste au dernier moment. Depuis lors, les salariés sont en attente d'un plan de sauvegarde de l’emploi. Dans le Puy-de-dôme, la belle histoire de la société Prizee.com, spécialisée dans les jeux en ligne, est en passe de se terminer. En effet, le groupe détenteur de la société auvergnate annonce la fermeture des sites de Clermont-Ferrand et Romagnat (38 emplois concernés). Les salariés de l'entreprise de transport routier Mory Ducros sont fixés. L'offre de reprise engendre la fermeture du site de Varennes-sur-Allier et la réduction des postes sur celui de Clermont-Ferrand. Au total, 27 emplois sont supprimés. À Yzeure (Allier), les dirigeants de l'entreprise Pet Food Plus (alimentation pour animaux) ont présenté un plan de continuation au tribunal de commerce de Cusset. Mais celui-ci lui préfère un plan de cession à une entreprise belge avec 24 licenciements à la clé. Enfin, les risques de suppressions d'emplois touchent également les entreprises My Team (Montluçon), Peintamélec (Romagnat et Vichy), Oxxa (Yssingeaux), Bordet-Maîtres feux (Neussargues), Kéolis Nord Allier (Yzeure), Les agriculteurs sont également en difficulté et le font savoir. Plusieurs manifestations ont lieu cette année afin de protester notamment contre la baisse des cours et les nouvelles contraintes environnementales. Pour ne rien arranger, la météo n'a pas été favorable aux cultures, en particulier pour les céréaliers.

Épilogue heureux pour la librairie des Volcans

L'économie auvergnate connaît aussi son lot de bonnes nouvelles en cette année. L'industrie du luxe est dynamique en Auvergne. Plusieurs entreprises ont des projets de développement, notamment la Maroquinerie du Puy dont la nouvelle unité de production devrait, à terme, employer 200 personnes. L'aéronautique est un des secteurs non affectés par la crise. Ainsi, le géant américain Constellium continue d'investir massivement dans son usine d'Issoire (Puy-de-Dôme). Les créations de deux nouvelles fonderies Airware et d'une unité de recyclage devraient employer 150 personnes supplémentaires. Après avoir évité la fermeture en 2013, Auvergne Aéronautique investit, elle aussi, pour moderniser sa production. En outre, l'entreprise basée à Aulnat peut se targuer d'avoir signé un double contrat avec Airbus. L'Aérocampus, pôle de formation aéronautique est inauguré et accueille ses premiers élèves en septembre. À Montluçon, l'entreprise Landys+Gyr est bien retenue par ERDF pour fabriquer les nouveaux compteurs électriques Linky. Moins qu'espéré, un million d'unités sera assemblé en Auvergne et nécessitera la création d'une dizaine d'emplois. Toujours à Montluçon, l'usine Dunlop profite de la fermeture d'un site de production à Birmingham. Elle récupère ainsi la fabrication des pneus moto de compétition avec près de 20 emplois à la clé. Par ailleurs, le groupe canadien IKO, spécialisé dans l'isolation et l'étanchéité, investit en France. C'est à Combronde (Puy-de-Dôme) qu'il installe son premier site. Une vingtaine à l'ouverture, le nombre de salariés devrait tripler d'ici trois ans. Le groupe auvergnat Eurotranspharma s'agrandit en rachetant Ciblex. Il devient l'un des principaux acteurs du transport de médicament en Europe. Le riche Qatar se tourne aussi vers le savoir-faire auvergnat. En effet, l'entreprise Valmont de Charmeil (Allier) va produire 272 colonnes lumineuses destinées au nouvel aéroport international du pays. Dans le commerce, l’événement majeur de 2014 est l'inauguration du magasin IKEA au nord de Clermont-Ferrand (210 emplois créés). Le premier jour d'ouverture attire 14 000 visiteurs. Enfin, l'activité reprend mi-août à la librairie des Volcans à Clermont-Ferrand avec une trentaine de salariés après six mois de fermeture et un projet de reprise en SCOP accepté par le tribunal de commerce. Encore mieux, la clientèle est largement au rendez-vous après les premiers mois d'ouverture.

Le premier contrat CDI intérim Auvergnat signé

Depuis février 2014, un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) peut désormais être conclu entre un salarié temporaire et son employeur, l’entreprise de travail temporaire, pour la réalisation de missions successives. Le premier contrat CDI intérim auvergnat est signé à Issoire le 21 mars 2014. Par ailleurs, le tout premier contrat pour la mixité des emplois et l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est signé cette année à Brioude dans l'entreprise Aubrilam (conception et fabrication de mobiliers urbains) de Haute-Loire. Côté politique d'entreprises, la région Auvergne figure parmi les régions françaises leaders en matière d'innovation en Europe. Par conséquent, le programme européen Horizon 2020, lancé le 1er janvier 2014, devrait accroître ses aides aux entreprises innovantes de la région.

Vinci Airports, de nouveau choisi pour la gestion de l'aéroport

Pour accompagner la fusion de l'Auvergne et de Rhône-Alpes, les présidents des régions Auvergne et Rhône-Alpes souhaitent rapprocher les deux actuelles capitales régionales. La SNCF devrait ainsi proposer un service quotidien de trains directs entre Clermont-Ferrand et Lyon. Le temps de trajet entre les deux villes serait limité à deux heures. Dans les airs, l'arrivée de la compagnie aérienne Hop en 2013, filiale d'Air France, booste la fréquentation de l’aéroport de Clermont-Aulnat. Ce coup de fouet est momentané, la compagnie décide en effet de supprimer temporairement les vols directs vers la ville de Nice à partir de septembre. Par ailleurs, la gestion de l'aéroport est de nouveau confiée à Vinci Airports pour les douze prochaines années. Côté route, les travaux d'élargissement à deux fois trois voies d'une portion de l'A71 à proximité de Clermont-Ferrand sont terminés, fluidifiant ainsi le trafic. Par ailleurs, dans la perspective de nouveaux travaux, un tronçon de l'A75 au sud de la capitale auvergnate pourrait être cédé à un partenaire privé. Enfin, l'année 2014 est aussi celle de la mise en circulation d'une nouvelle portion à deux fois deux voies sur la RN7 dans l'Allier.

Le Pal, parc de loisirs au succès grandissant

Candidate pour être inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO, la chaîne des Puys et faille de la Limagne devra patienter. En effet, le comité renvoie le dossier à une session ultérieure, mais reconnaît néanmoins la valeur universelle exceptionnelle du site. Par ailleurs, s'il est un lieu dont la renommée n'est plus à faire, c'est bien le parc de loisirs du Pal. Il enregistre un record d'entrées en 2014 (566 000 visiteurs), étant une nouvelle fois le site payant le plus visité d'Auvergne. Il est aussi le 5parc français derrière les quatre géants que sont Disneyland, le parc Astérix, le Puy du Fou et le Futuroscope. De plus, son offre d'hébergement va s'étoffer grâce à la construction de sept nouveaux lodges. Le bilan pour Vulcania est un peu plus mitigé. La météo délicate de la saison estivale et la crise économique réduisent la fréquentation du parc, attirant 12 000 visiteurs de moins qu'en 2013. Il reste tout de même un véritable levier pour l'économie touristique auvergnate puisque 80 % de ses visiteurs ne résident pas dans la région. Les stations de ski auvergnates, quant à elles, vivent une très bonne saison 2013/2014. Celle du Lioran, dans le Cantal, enregistre même un chiffre d'affaires record (6,2 millions d'euros) dû à des chutes de neige tardives fin février. Le 6 mars, c'est un autre record qui tombe: 105 000 passages aux remontées mécaniques en une seule journée. Enfin, les communes de Saint-Flour (Cantal) et Saint-Éloy-les-Mines (Allier) vont être soutenues financièrement pendant cinq ans par l'État, dans le cadre du programme de revitalisation des centres-bourgs. Il vise notamment à organiser l'urbain, à créer des équipements et des services et rénover des logements.