Le bilan économique 2014 en Auvergne

En France, en 2014, l'emploi salarié marchand non agricole recule légèrement (- 0,2 %), en raison du faible rythme de croissance de l'activité. En Auvergne, l'année est encore marquée par la crise. L'emploi salarié se stabilise mais le taux de chômage progresse pour atteindre 8,9 % en fin d'année. Les demandeurs d'emploi séniors sont les plus touchés. Le secteur de la construction est particulièrement affecté tant par les destructions nettes d'emploi que les défaillances d'entreprises ou le nombre, en berne, de mises en chantier. Globalement, le revenu des exploitations agricoles se maintient mais les situations divergent selon les activités. Le tourisme auvergnat est lui aussi en difficulté, le nombre de séjours dans les hôtels de la région est à son plus bas niveau depuis 2010.

Insee Conjoncture Auvergne
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Moins de créations et de défaillances d’entreprises en 2014

Alain Batifoulier, Insee

Au cours de l’année 2014, 8 137 entreprises sont créées en Auvergne, soit 1,5 % de moins que l’année précédente. En revanche, le nombre d’immatriculations est en hausse au niveau national (+ 2,6 %). En Auvergne, les créations par auto-entreprise sont les seules à progresser. Les autres formes de création subissent un recul, notamment celles basées sur une société.

En Auvergne, les créations d’entreprises diminuent dans tous les départements sauf dans le Cantal. Par ailleurs, la plupart des secteurs d’activité sont touchés par le phénomène, en particulier la construction. Seul le secteur des services aux particuliers connaît une hausse des créations.

En Auvergne, les défaillances d’entreprises prononcées en 2014 reculent de 5,4 % sur un an contre – 0,7 % en moyenne nationale.

Insee Conjoncture Auvergne
No 5
Paru le : 29/05/2015

L’auto-entreprise prend le pas sur les formes traditionnelles de création

En Auvergne, en 2014, 8 137 entreprises marchandes non agricoles (données brutes) sont créées, soit une baisse de 1,5 % par rapport à 2013. L’évolution est inverse au niveau national (+ 2,6 %). L’Auvergne se classe ainsi parmi les régions dont les créations diminuent le plus.

Comme à l’échelon national, plus d’une entreprise immatriculée sur deux est une auto-entreprise. Les créations sous ce régime augmentent de 2,1 % sur un an contre + 3,5 % en moyenne métropolitaine. En revanche, les autres formes de création régressent. Les immatriculations d’entreprises individuelles reculent de 4,0 % (– 2,9 % pour l’ensemble des régions métropolitaines). Les créations de sociétés perdent également du terrain (– 5,7 %), alors qu’elles augmentent à l’échelon France métropolitaine (+ 4,4 %).

Les créations d’entreprises diminuent dans tous les départements auvergnats, excepté dans le Cantal. La Haute Loire est le département le plus touché avec une baisse de 6,2 %, malgré une stabilisation du nombre de créations d’auto-entreprises. Dans l’Allier, le recul de l’ensemble des créations atteint 2,2 % par rapport à 2013. Les différentes formes de création subissent une perte du même ordre. Dans ces deux départements, le volume de créations est à son plus bas niveau depuis l’instauration du statut d’auto-entrepreneur. Dans le Puy-de-Dôme, les créations demeurent relativement stables dans leur ensemble (– 0,7 %). Seules les auto-entreprises progressent (+ 4,4 %). Les autres créations (entreprises individuelles et sociétés) perdent plus de 5 % par rapport à 2013. A l’inverse, dans le Cantal, le nombre de créations d’entreprises progresse de 5,3 %. En effet, la diminution des créations de sociétés est largement compensée par la hausse d'entreprises individuelles.

Les services aux particuliers, terrain favorable aux créations

En Auvergne, les créations d’entreprises diminuent dans tous les secteurs d’activité, hormis les services aux particuliers. Au niveau national, le secteur de la construction est le seul à ne pas bénéficier d’une hausse des créations.

Au niveau régional, le recul accentué des créations dans la construction résonne comme un signal supplémentaire aux difficultés que traverse le secteur. Il atteint 12,9 % par rapport à 2013 (– 2,7 % en moyenne nationale). De plus, le total de 2014 se situe très en retrait de la moyenne des cinq années précédentes (– 15,3 %). Il constitue le point le plus bas depuis 2009. Dans ce secteur, toutes les formes de création sont plus faibles qu'en 2013. Dans l’industrie, les créations sont nettement en retrait par rapport à l’année précédente (– 6,1 %) alors qu’elles progressent au niveau national (+ 5,5 %). Cette diminution résulte d’un fort recul des créations de sociétés et d’entreprises individuelles (hors auto-entreprises), supérieur à 14 % dans les deux cas. La hausse des créations d’auto-entreprises permet d’atténuer cette évolution.

Dans le secteur du commerce, des transports et de l’hébergement-restauration, le nombre de créations se réduit de 1,3 % par rapport à 2013 (+ 3,3 % au niveau national). Les créations d’entreprises individuelles (hors auto-entreprise) chutent de près de 16 %. La compensation émane principalement des créations d’auto-entreprises.

Dans les services aux entreprises, l’ensemble des créations de 2014 est inférieur de 1,8 % à celui de l’année précédente. Celles en auto-entreprise reculent de 1,3 %. La progression des créations d’entreprises individuelles hors auto-entreprises ne compense qu’en partie cette baisse. Dans les services aux particuliers, les créations augmentent globalement de 8,8 %. Si les créations de sociétés sont stables, celles des entreprises individuelles de tout type augmentent notablement.

Baisse significative des défaillances d’entreprises 

En Auvergne, 980 défaillances d’entreprises sont prononcées au cours de l’année 2014 (données brutes), soit une baisse de 5,4 % par rapport à 2013. Le recul est nettement plus marqué qu’au niveau national (– 0,7 %). Cette diminution profite à tous les départements auvergnats. Elle est particulièrement forte en Haute-Loire (– 9,4 %). Toutefois le niveau des défaillances reste supérieur à la moyenne des cinq années précédentes

En Auvergne, la baisse des défaillances d’entreprises entre 2013 et 2014 repose principalement sur l’industrie (– 28,1 %) et le commerce, transports, hébergement-restauration (– 5,1 %). Ces diminutions sont plus fortes qu'en moyenne nationale. En revanche, les secteurs de la construction et des services subissent une hausse. Dans ce dernier, le nombre de défaillances progresse de 6,4 % alors qu’il est en recul de 2,1 % pour l’ensemble de la métropole. Les services aux particuliers enregistrent la plus forte hausse (+ 16,2 %).

Figure 1 – Créations d'entreprises par département

en %
Créations d'entreprises par département
Sociétés Entreprises individuelles hors auto-entreprises Régime d'auto-entrepreneur Ensemble
Évolution 2014/2013 Évolution 2014/2013 Évolution 2014/2013 Créations en 2014 (nombre) Évolution 2014/2013
Allier – 1,8 – 2,0 – 2,4 1 930 – 2,2
Cantal – 11,9 + 16,0 + 8,4 690 + 5,3
Haute-Loire – 9,2 – 13,5 – 0,3 1 261 – 6,2
Puy-de-Dôme – 5,3 – 5,8 + 4,4 4 256 – 0,7
Auvergne – 5,7 – 4,0 + 2,1 8 137 – 1,5
France métropolitaine + 4,4 – 2,9 + 3,5 534 454 + 2,6
  • Note : données brutes.
  • Champ : ensemble des activités marchandes non agricoles.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 2 – Créations d'entreprises dans la région Auvergne

Créations d'entreprises dans la région Auvergne
Sociétés Entreprises individuelles hors auto-entreprises Auto-entreprises
2009 1929 2041 5163
2010 1976 1913 5449
2011 2085 1693 4286
2012 1961 1472 4629
2013 2084 2181 3993
2014 1966 2093 4078
  • Note : nombre de créations brutes.
  • Champ : ensemble des activités marchandes non agricoles.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 2 – Créations d'entreprises dans la région Auvergne

Figure 3 – Évolution annuelle du nombre de créations d'entreprises entre 2013 et 2014 dans la région Auvergne

en %
Évolution annuelle du nombre de créations d'entreprises entre 2013 et 2014 dans la région Auvergne
Sociétés Entreprises individuelles hors auto-entreprises Auto-entreprises Ensemble
Ensemble -5,662188099808062 -4,034846400733608 2,128725269221137 -1,4652458222329863
Industrie -14,204545454545455 -14,673913043478262 6,808510638297872 -6,050420168067227
Construction -6,25 -16,738197424892704 -13,545150501672241 -12,857142857142858
Commerce, |Transport, |Hébergement, |Restauration -1,2228260869565217 -15,495207667731629 6,734317343173432 -1,3491414554374488
Services |aux entreprises -9,603658536585366 15,83011583011583 -1,3461538461538463 -1,8414322250639386
Services |aux particuliers 0 11,30030959752322 8,783783783783784 8,807733619763695
  • Note : données brutes.
  • Champ : ensemble des activités marchandes non agricoles.
  • Source : Insee, REE (Répertoire des Entreprises et des Établissements - Sirene).

Figure 3 – Évolution annuelle du nombre de créations d'entreprises entre 2013 et 2014 dans la région Auvergne

Figure 4 – Évolution annuelle des défaillances d'entreprises selon le secteur d'activité entre 2013 et 2014 dans la région Auvergne

en %
Évolution annuelle des défaillances d'entreprises selon le secteur d'activité entre 2013 et 2014 dans la région Auvergne
Auvergne France Métropolitaine
Ensemble (1) -5,405405405405405 -0,7084289931124959
Industrie -28,09917355371901 -2,59768609473914
Construction 1,932367149758454 1,3261039979095897
Commerce, |Transport, |Hébergement, |Restauration -5,066079295154185 -1,0277226012609033
Services |aux entreprises 0,7692307692307693 -1,8606284009127612
Services |aux particuliers (2) 16,216216216216218 -2,4956471271038887
  • (1) : y compris agriculture.
  • (2) : hors administration publique, activités des ménages en tant qu'employeurs et activités extra-territoriales.
  • Note : données brutes, en date de jugement.
  • Source : Banque de France, Fiben (extraction du 9/2/15).

Figure 4 – Évolution annuelle des défaillances d'entreprises selon le secteur d'activité entre 2013 et 2014 dans la région Auvergne

Sources

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.