Le bilan économique 2014 en Auvergne

En France, en 2014, l'emploi salarié marchand non agricole recule légèrement (- 0,2 %), en raison du faible rythme de croissance de l'activité. En Auvergne, l'année est encore marquée par la crise. L'emploi salarié se stabilise mais le taux de chômage progresse pour atteindre 8,9 % en fin d'année. Les demandeurs d'emploi séniors sont les plus touchés. Le secteur de la construction est particulièrement affecté tant par les destructions nettes d'emploi que les défaillances d'entreprises ou le nombre, en berne, de mises en chantier. Globalement, le revenu des exploitations agricoles se maintient mais les situations divergent selon les activités. Le tourisme auvergnat est lui aussi en difficulté, le nombre de séjours dans les hôtels de la région est à son plus bas niveau depuis 2010.

Insee Conjoncture Auvergne
Paru le : 29/05/2015
Consulter

En 2014, l’activité touristique progresse dans les campings mais recule dans les hôtels

Daniel Gras, Insee

En 2014, la fréquentation touristique se réduit davantage en Auvergne qu’en France métropolitaine (– 1,8 % contre – 0,8 %). En effet, les nuitées dans les hôtels de la région se replient de 3,4 % par rapport à 2013. Cette diminution induit une forte réduction de nuitées de la clientèle française. En revanche, les nuitées sont en légère hausse dans les campings, une progression plus marquée en Auvergne qu’en métropole. Cette augmentation de fréquentation est tirée par les touristes français alors que la clientèle étrangère se replie. En Auvergne, seule la Haute-Loire totalise moins de nuitées de campeurs qu’en 2013.

Insee Conjoncture Auvergne
No 5
Paru le : 29/05/2015

En Auvergne, en 2014, la fréquentation touristique est en retrait par rapport à l’année précédente. Ainsi, le nombre de nuitées passées dans les hôtels et campings de la région est en retrait de 1,8 %.

Hôtels : une activité encore en recul

En 2014, l’activité touristique dans l’hôtellerie auvergnate se replie de manière plus marquée que l’année précédente Les touristes effectuent 2 085 790 séjours en 2014, soit 3,9 % de moins que l’année précédente. C’est le plus bas niveau observé depuis 2010. Au niveau national, ce repli est plus faible (– 1,1 %). La durée moyenne des séjours reste stable aux deux niveaux géographiques. Ainsi, la fréquentation des hôtels diminue plus fortement en Auvergne. Le nombre de nuitées y est en repli de 3,4 %, contre – 1,4 % en France métropolitaine. Avec 3 359 150 nuitées, l’Auvergne se place au 16e rang des régions métropolitaines.

Contrairement à l’année précédente, les étrangers soutiennent l’activité hôtelière auvergnate. Sur un an, leurs nuitées progressent de 7,4 % alors qu’elles diminuent de 0,3 % en métropole. Cependant, cette éclaircie ne compense pas la réduction des nuitées de la clientèle française (– 4,6 %). Les touristes étrangers demeurent en effet nettement minoritaires parmi la clientèle hôtelière en Auvergne : ils réalisent seulement 11 % des nuitées contre 37 % en France métropolitaine. L'Auvergne est, avec les Pays-de-la-Loire, la région où cette part est la plus faible. Les hôtels auvergnats attirent surtout des touristes originaires d'Europe (84 % des nuitées étrangères), principalement du Royaume-Uni (15 %), de Belgique (14 %) et d'Allemagne (12 %). En 2014, les nuitées des Belges sont en recul alors que celles des Anglais et des Allemands progressent.

Sur l'ensemble de l'année, les hôteliers ne louent que 46,5 % des chambres disponibles. Le recul du taux d’occupation par rapport à 2013 (– 1,6 point) s’explique par une baisse du nombre de chambres occupées (– 2,7 %) et par une légère progression de la capacité d’accueil (+ 0,7 %). L'Auvergne présente ainsi le plus faible taux d'occupation après celui du Limousin. Les hôtels de chaîne ont un taux de remplissage plus élevé (58 %) que les hôtels indépendants (41 %).

En 2014, les nuitées diminuent dans les quatre départements auvergnats. La baisse la moins importante (– 2 %) est enregistrée dans le Cantal, la plus conséquente dans la Haute-Loire (– 6 %). L’année dernière, ce département était le seul de la région où la fréquentation hôtelière progressait.

Campings : une légère progression de fréquentation grâce à la clientèle française

Malgré les pluies de juillet et le manque de chaleur en août, la fréquentation augmente légèrement dans les campings auvergnats. Ainsi, en 2014, 1 759 020 nuitées s’effectuent en Auvergne. Elles sont en hausse de 1,3 % par rapport à 2013, soit un point de plus qu’au niveau métropolitain. Cette progression est due à un allongement de la durée moyenne de séjour par rapport à 2013 (+ 0,2 jour). En revanche, elle est amoindrie par la diminution du nombre d’arrivées (– 2,5 %) alors qu’elles progressent au niveau national (+ 1,7 %). L'Auvergne occupe la 12e place des régions avec 1,6 % de l'ensemble des nuitées réalisées dans l'Hexagone.

La fréquentation en hausse est portée par les touristes français. En Auvergne, elle progresse de 2,9 %, soit 1,5 point de plus qu’en France. À l’inverse, la clientèle étrangère se replie plus fortement qu’en métropole : – 3,5 % contre – 1,8 %. En particulier, les Néerlandais et les Allemands fréquentent nettement moins les campings de la région cette année. Par ailleurs, les touristes étrangers restent, en moyenne, moins longtemps que les Français (3,5 contre 4,3 jours). Ils réalisent 24 % des nuitées régionales contre 33 % en France métropolitaine. La part des nuitées étrangères situe l'Auvergne en fin de classement juste devant les Pays-de-la-Loire et le Poitou-Charentes. Les Néerlandais assurent toujours près des deux tiers de la fréquentation étrangère en Auvergne, suivis par les Britanniques, les Allemands et les Belges.

En 2014, les touristes de passage dans la région délaissent les emplacements nus dont la fréquentation diminue de 3,6 % par rapport à l'été précédent. À l'inverse, ils privilégient les emplacements équipés d'un hébergement de type mobile-home, chalet ou autre habitation de loisir (+ 8,0 %). Ces derniers permettent une occupation plus régulière sur la saison. Entre mai et septembre, le taux d'occupation des emplacements locatifs atteint 43 %, soit deux fois celui des emplacements traditionnels. Il place l'Auvergne au 17e rang des régions métropolitaines. Toutefois, dans les campings auvergnats, 37 % des nuitées s'effectuent sur des emplacements locatifs, soit 10 points de moins qu'au plan national. Contrairement aux autres départements auvergnats, la Haute-Loire subit une désaffection des campeurs : le nombre de nuitées recule de 5,0 %.

Figure 1 – Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2014 par une clientèle étrangère
2014 (en milliers) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2010 (1)
Allier 767 – 3,7 – 1,0 10,4
Cantal 465 – 2,0 – 1,4 10,1
Haute-Loire 311 – 5,9 + 2,7 12,7
Puy-de-Dôme 1 816 – 3,2 + 1,6 11,3
Auvergne 3 359 – 3,4 + 0,6 11,1
France métropolitaine 198 509 – 1,4 + 1,0 36,7
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2 – Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2014 (milliers) Évolution 2014/2013 (%)
Auvergne France métropolitaine Auvergne France métropolitaine
1-2 étoiles 1 399 53 862 – 4,0 + 0,8
3 étoiles 1 276 71 935 + 1,6 – 0,7
4-5 étoiles 266 44 287 + 3,1 – 0,0
Non classés 419 28 426 – 17,3 – 9,0
Total 3 359 198 509 – 3,4 – 1,4
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2014
2014 (en milliers) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2010 (1) par une clientèle étrangère sur emplacements équipés
Allier 257 + 3,6 – 2,4 24,0 30,6
Cantal 346 + 0,4 – 1,0 19,8 35,1
Haute-Loire 218 – 5,0 + 5,6 41,6 35,1
Puy-de-Dôme 937 + 2,5 – 1,0 21,1 40,7
Auvergne 1 759 + 1,3 – 0,4 23,8 37,4
France métropolitaine 109 743 + 0,3 + 1,6 33,4 47,3
  • Note : données 2014 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4 – Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2014 (milliers) Évolution 2014/2013 (%)
Auvergne France métropolitaine Auvergne France métropolitaine
1-2 étoiles 250 16 115 – 4,1 + 0,4
3-4-5 étoiles 1 303 86 605 + 4,9 + 0,6
Non classés 206 7 024 – 11,8 – 3,8
Total 1 759 109 743 + 1,3 + 0,3
  • Note : données 2014 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

en indice base 100 en 2010
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings
Nombre de nuitées - Auvergne Nombre d'arrivées - Auvergne Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2010 100 100 100 100
2011 101 103,5 103,07 103,2
2012 101,94 105,07 102,96 103,62
2013 100,82 102,31 103,6 104,39
2014 98,96 98,56 102,73 103,67
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

Sources

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.