Bilan économique 2019 - Bretagne

Une situation économique solide en 2019

En 2019, la solidité de la situation économique de la Bretagne se confirme, dans un contexte national en léger ralentissement. Avec près de 19 000 emplois créés dans la région en 2019, la progression des effectifs salariés (+ 1,5 %) est de nouveau plus forte que dans l’ensemble du pays (+ 1,1 %). Le taux de chômage diminue et les demandeurs d’emploi sont moins nombreux. Les créations d’entreprises atteignent un nouveau record et les chefs d’entreprise font état d’une situation globalement favorable. Le bilan par domaine d’activité est plus contrasté. L’essor de la fréquentation touristique et du transport aérien se poursuit tandis que la construction de logements s’oriente à la baisse. Dans l’agriculture, le bilan est de nouveau en demi-teinte.

Cependant, début 2020, la crise sanitaire affecte considérablement l’activité économique du pays, qui recule d’environ un tiers pendant le confinement par rapport à une situation normale. En avril 2020, on observe une hausse inédite du nombre de demandeurs d’emploi et une forte chute des créations d’entreprises.

Insee Conjoncture Bretagne
No 29
Paru le : Paru le 18/06/2020
Lucile Cros (Insee)
Insee Conjoncture Bretagne  No 29 - juin 2020

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2019 publiés par l'Insee.
Retrouvez les bilans des autres régions ici.

Cette année, la situation exceptionnelle de la pandémie dans les premiers mois de 2020 introduit une rupture avec la dynamique de 2019 et remet en question les éventuelles prévisions réalisées précédemment. Ainsi, ces bilans rendent également compte de la crise, uniquement sur la période de confinement.

Consulter

Tourisme – La fréquentation poursuit son essor en 2019Bilan économique 2019

Lucile Cros (Insee)

En 2019, la fréquentation touristique continue de progresser en Bretagne, surpassant les bons résultats de 2018. Tous les types d’hébergement de la région profitent d’une venue plus nombreuse des touristes résidant en France, alors que la fréquentation de la clientèle en provenance de l’étranger diminue. Les emplacements équipés dans les campings bénéficient nettement de cette hausse de fréquentation.

Insee Conjoncture Bretagne

No 29

Paru le : 18/06/2020

En 2019, les hôtels et campings bretons comptabilisent 20,4 millions de nuitées, une progression de 3,2 % par rapport à 2018. La fréquentation des hébergements bretons représente 6 % des nuitées observées en France. Elle est au plus haut des dix dernières années (figure 1). La hausse est deux fois plus élevée dans la région qu’au niveau national (+ 1,6 %). Les touristes résidant en France sont en effet venus plus nombreux.

Figure 1Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

indice base 100 en 2011
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings (indice base 100 en 2011)
Nombre de nuitées - Bretagne Nombre d'arrivées - Bretagne Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2011 100 100 100 100
2012 96,8 99,9 99,9 100
2013 101,9 103,6 100,4 100,8
2014 104,8 105,4 100,4 101,3
2015 111,3 111,3 101,8 103,1
2016 108,4 111,2 100,9 103,2
2017 115,7 115,5 106,2 107,9
2018 119,2 118,6 108 109,7
2019 123 122,7 109,7 111,7
  • Notes : données définitives. La fréquentation des campings n'est observée que d'avril à septembre. De 2011 à 2016 le mois d'avril a été estimé pour toutes les régions (sauf en avril 2016 où les régions Hauts-de-France, Grand Est et Provence-Alpes-Côte d'Azur ont été enquêtées).
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 1Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

  • Notes : données définitives. La fréquentation des campings n'est observée que d'avril à septembre. De 2011 à 2016 le mois d'avril a été estimé pour toutes les régions (sauf en avril 2016 où les régions Hauts-de-France, Grand Est et Provence-Alpes-Côte d'Azur ont été enquêtées).
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Dans les campings, les emplacements équipés ont du succès

Les campings bretons enregistrent 12,4 millions de nuitées entre avril et septembre 2019, une progression de 4,3 % par rapport à 2018, contre une hausse de 2,9 % au niveau national (figure 2).

L’avant-saison est chahutée avec une nette hausse de fréquentation en avril, un repli en mai et une remontée en juin, pour une hausse globale des nuitées de 4,1 % par rapport à la même période en 2018. La fréquentation de pleine saison progresse de 4,4 % en 2019, avec juillet en forte hausse et août stable. Le mois de septembre enregistre également de bons résultats (+ 3,3 %).

Figure 2Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département (en %)
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2019
2019 (en milliers) Évolution 2019/2018 Évolution annuelle moyenne 2018/2013 ¹ par une clientèle non résidente sur emplacements équipés
Côtes-d'Armor 2 057 4,3 1,9 24,6 42,1
Finistère 4 445 4,5 4,4 26,8 55,3
Ille-et-Vilaine 1 269 9,4 3,1 41,6 50,8
Morbihan 4 604 2,6 4,7 11,4 54,2
Bretagne 12 374 4,3 3,9 22,2 52,2
France métropolitaine 128 602 2,9 1,8 31,2 55,4
  • Notes : données définitives. La fréquentation des campings n'est observée que d'avril à septembre.
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

En 2019, la fréquentation des campings bondit en Ille-et-Vilaine (+ 9,4 %) et reste soutenue dans le Finistère et les Côtes-d’Armor (+ 4,5 % et + 4,3 %). Elle augmente plus modérément dans le Morbihan (+ 2,6 %).

Les emplacements locatifs équipés de mobile-homes, chalets ou bungalows sont plébiscités en 2019 : leur fréquentation augmente de 9,1 % (figure 3). A contrario, les emplacements nus sont un peu moins fréquentés qu’en 2018 (– 0,6 %). Les nuitées des campeurs en Bretagne se répartissent quasi également entre emplacements nus (48 %) et équipés (52 %), alors que ces derniers représentent un tiers de l’offre.

Figure 3Fréquentation des hébergements collectifs en Bretagne

Fréquentation des hébergements collectifs en Bretagne
Nuitées 2019 (en milliers) Évolution 2019 / 2018 (en %)
Total dont résidents dont non-résidents
Hôtels 8 043 1,6 3,0 -5,6
Campings 12 374 4,3 6,6 -3,3
Emplacements nus 5 910 -0,6 2,0 -6,9
Emplacements équipés 6 464 9,1 10,7 2,2
Autres hébergements collectifs touristiques 4 201 6,5 7,9 -4,3
  • Notes : données 2019 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que d'avril à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Moins nombreuse en 2018, la clientèle résidente est de retour en 2019 dans l’hôtellerie de plein air bretonne. Les bons résultats dans les campings sont portés par la fréquentation de cette clientèle (+ 6,6 %), notamment sur les emplacements équipés où elle augmente de 10,7 %. La venue des touristes en provenance de l’étranger diminue entre 2018 et 2019 (– 3,3 %), et particulièrement sur les emplacements nus (– 6,9 %). Les emplacements équipés attirent néanmoins davantage cette clientèle qu’en 2018 (+ 2,2 %).

La clientèle résidant au Royaume-Uni vient moins nombreuse dans les campings bretons (– 13,3 %), demeurant néanmoins la plus importante (30 %) parmi celles en provenance de l’étranger. En seconde place ex æquo, celles venant des Pays-Bas et d’Allemagne représentent chacune 24 % de la clientèle résidant à l’étranger. Les Néerlandais sont moins présents qu’en 2018 (– 3,6 %), alors que les Allemands le sont légèrement plus (+ 0,7 %). Les touristes belges (11 % des non-résidents) fréquentent davantage les campings bretons (+ 13,8 %).

La fréquentation des campings classés 3, 4 et 5 étoiles progresse de 3,6 %, tandis que celle des 1 à 2 étoiles augmente plus modérément (+ 1,2 %) (figure 4). Les campings non classés sont plus fréquentés qu’en 2018 (+ 39,3 %) en lien avec une hausse du nombre de ces établissements (+ 17,8 %) après le repli de 2018.

Figure 4Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2019 (milliers) Évolution 2019/2018 (%)
Bretagne France métropolitaine Bretagne France métropolitaine
1-2 étoiles 2 500 14 604 1,2 -1,6
3-4-5 étoiles 9 336 108 326 3,6 3,3
Non classés 539 5 671 39,3 6,9
Total 12 374 128 602 4,3 2,9
  • Notes : données définitives. La fréquentation des campings n'est observée que d'avril à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

La clientèle résidant en France plus nombreuse dans les hôtels bretons

En 2019, les hôtels bretons enregistrent un peu plus de 8 millions de nuitées soit une progression de 1,6 %, plus élevée qu’en 2018 (+ 0,6 %) et qu’au niveau national (+ 0,8 %). La hausse est portée par la venue plus nombreuse des touristes résidant en France (+ 3,0 % en Bretagne, + 2,6 % au niveau national) tandis que la clientèle non-résidente est moins présente (– 5,6 %, contre – 2,4 % en France).

Ex æquo en 1ère position des clientèles en provenance de l’étranger avec 17 % des nuitées, Britanniques et Allemands viennent moins nombreux dans les hôtels en 2019 (respectivement – 16,0 % et – 5,1 %). En 3e position (11 %), les touristes belges sont plus présents qu’en 2018 (+ 2,4 %).

Parmi les départements bretons, le Finistère et l’Ille-et-Vilaine tirent leur épingle du jeu avec une fréquentation des hôtels qui progresse respectivement de 2,6 % et 2,5 %, tandis qu’elle reste stable dans le Morbihan et les Côtes-d’Armor (figure 5). En effet, les hôtels de ces deux derniers départements sont davantage touchés par la baisse de la fréquentation des non-résidents et une hausse de la clientèle résidente moindre qu’au niveau régional.

Figure 5Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département (en %)
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2019 par une clientèle non résidente
2019 (en milliers) Évolution 2019/2018 Évolution annuelle moyenne 2018/2013 ¹
Côtes-d'Armor 1 168 0,0 1,5 12,6
Finistère 1 946 2,6 2,4 15,4
Ille-et-Vilaine 3 053 2,5 2,6 18,1
Morbihan 1 876 0,1 1,4 11,7
Bretagne 8 043 1,6 2,1 15,1
France entière 219 256 0,8 1,3 35,2
  • Note : données définitives.
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

La hausse de fréquentation dans les hôtels de 4 et 5 étoiles continue (+ 5,7 %), plus fortement qu’au niveau national (+ 4,1 %) (figure 6). Elle se poursuit aussi dans les hôtels 1 et 2 étoiles mais plus modérément (+ 3,9 %), alors qu’en France les nuitées des hôtels de cette gamme diminuent de 5,4 %. Dans ces hôtels aux deux extrémités de la gamme, les nuitées représentent respectivement 22 % et 26 % des nuitées hôtelières bretonnes. Représentant 40 % des nuitées, les hôtels 3 étoiles de la région enregistrent une légère progression de leur fréquentation (+ 1,0 %), un peu plus faible qu’au niveau national (+ 1,5 %). La baisse de fréquentation des hôtels non classés en Bretagne (– 9,2 %) est notamment liée à la diminution du nombre de ces hébergements en 2019 (– 6,8 %), en lien avec la réinsertion dans le classement Atout France d’établissements hôteliers n’ayant pas renouvelé leur adhésion en 2018.

Figure 6Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2019 (milliers) Évolution 2019/2018 (%)
Bretagne France entière Bretagne France entière
1-2 étoiles 2 104 47 832 3,9 -5,4
3 étoiles 3 354 82 814 1,0 1,5
4-5 étoiles 1 768 60 023 5,7 4,1
Non classés 818 28 587 -9,2 3,1
Total 8 043 219 256 1,6 0,8
  • Note : données définitives.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Les autres hébergements collectifs plébiscités

Dans les autres hébergements collectifs de tourisme bretons, 4,2 millions de nuitées sont comptabilisées en 2019. La clientèle y est plus nombreuse qu’en 2018 (+ 6,5 %). Près de 90 % des nuitées sont effectuées par des touristes résidant en France. Privilégiés par ces derniers par rapport à l’an passé (+ 7,9 %), ces hébergements sont en revanche moins fréquentés par les touristes en provenance de l’étranger (– 4,3 %).

Avertissement

Fréquentation touristique - Révision des séries concernant les hôtels à compter du 1er janvier 2019

À partir du 1er janvier 2019, les données des hôtels non répondants sont imputées au moyen d’une nouvelle méthode, en fonction de leurs caractéristiques. Cette nouvelle méthode d’imputation de la non-réponse tend à revoir légèrement à la baisse le nombre total de nuitées mais n’a pas d’impact sur les évolutions (en savoir plus).

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour comprendre

Les résultats s’appuient sur trois enquêtes mensuelles réalisées par l’Insee dans le cadre d’un partenariat avec la Direction générale des entreprises (DGE) et les organismes régionaux chargés du tourisme. Elles permettent d’observer la fréquentation et la structure de la clientèle, notamment son origine géographique.

- L’enquête de fréquentation dans l’hôtellerie couvre un échantillon de 12 000 hôtels homologués (1 à 5 étoiles dans le nouveau classement hôtelier) et non homologués de chaînes de la France métropolitaine et des départements d’Outre-mer. Elle couvre les douze mois de l’année.

- L’enquête de fréquentation dans l’hôtellerie de plein air couvre un échantillon d’environ 6 100 terrains de camping, offrant au moins un emplacement de passage, classés ou non et situés en France métropolitaine. Elle couvre la saison d’été d’avril à septembre. Le mois d’avril est enquêté dans les campings depuis 2017, les données d’avril 2010 à 2016 ont été estimées. Suite au changement de classification début 2014, les données de 2010 à 2013 ont été rétropolées pour les deux types d’hébergement.

- L’enquête de fréquentation dans les autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) couvre un échantillon de 2 800 établissements, notamment les résidences de tourisme (dont appart’hôtel), villages de vacances, maisons familiales et auberges de jeunesse. Ils n’incluent pas les hébergements proposés par des particuliers.

Définitions

Résident (au sens du tourisme) : personne résidant en France et réalisant un séjour touristique en France.

Non-résident (au sens du tourisme) : personne résidant à l'étranger et réalisant un séjour touristique en France.


Nuitée :

nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement ; deux personnes séjournant trois nuits dans un hôtel comptent ainsi pour six nuitées de même que six personnes ne séjournant qu'une nuit.


Hôtellerie de plein air (camping) / Campings :

les campings-caravanings classés le sont selon les nouvelles normes Atout France en vigueur depuis juillet 2012. Ils sont classés de 1 à 5 étoiles. Les conditions requises pour ce classement portent sur les équipements communs, les équipements sanitaires, l'accessibilité aux personnes handicapées.


Arrivées :

les arrivées sont le nombre total de personnes arrivées dans un établissement durant la période considérée. Elles ne sont comptées qu'une fois, au 1er jour de leur séjour, quelque soit la durée du séjour. 


Séjour :

les voyages se décomposent en « séjours » définis par le fait d'avoir passé au moins une nuit en lieu fixe. La durée des séjours est comptabilisée en nuitées.


Durée moyenne de séjour (hôtellerie, hôtellerie de plein air) :

rapport du nombre de nuitées au nombre d'arrivées de clients hébergés.


Taux d'occupation (hôtellerie, hôtellerie de plein air, autres hébergements) :

le taux d'occupation est le rapport entre le nombre de chambres (emplacements) occupés et le nombre de chambres (emplacements)  offerts par les hôtels et campings ouverts. Il diffère du taux d'utilisation qui rapporte le nombre de chambres (emplacements)  occupés au nombre de chambres (emplacements) total des hôtels et campings, qu'ils soient ouverts ou fermés.

Le classement réalisé par Atout France est valable 5 ans.

Principalement des résidences de tourisme, auberges de jeunesse et villages vacances.

Pour en savoir plus

« Les hébergements collectifs touristiques en 2019 : la fréquentation progresse malgré un recul de la clientèle non résidente », Jean-Claude Gidrol (Insee) – Dans : Insee Première, n° 1799 (mai 2020)

« Saison touristique 2019 : hausse de la fréquentation en Bretagne, portée par les touristes résidant en France », Lucile Cros, Valérie Mariette (Insee), Julie Leveau (Comité régional du tourisme de Bretagne) – Dans : Insee Analyses Bretagne, n° 91 (nov. 2019)

« Saison touristique d’été 2019 : troisième année de hausse pour la fréquentation, grâce à la clientèle résidente », Jean-Claude Gidrol (Insee) – Dans : Insee Focus, n° 171 (nov. 2019)

Définitions


Nuitée :

nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement ; deux personnes séjournant trois nuits dans un hôtel comptent ainsi pour six nuitées de même que six personnes ne séjournant qu'une nuit.


Hôtellerie de plein air (camping) / Campings :

les campings-caravanings classés le sont selon les nouvelles normes Atout France en vigueur depuis juillet 2012. Ils sont classés de 1 à 5 étoiles. Les conditions requises pour ce classement portent sur les équipements communs, les équipements sanitaires, l'accessibilité aux personnes handicapées.


Arrivées :

les arrivées sont le nombre total de personnes arrivées dans un établissement durant la période considérée. Elles ne sont comptées qu'une fois, au 1er jour de leur séjour, quelque soit la durée du séjour. 


Séjour :

les voyages se décomposent en « séjours » définis par le fait d'avoir passé au moins une nuit en lieu fixe. La durée des séjours est comptabilisée en nuitées.


Durée moyenne de séjour (hôtellerie, hôtellerie de plein air) :

rapport du nombre de nuitées au nombre d'arrivées de clients hébergés.


Taux d'occupation (hôtellerie, hôtellerie de plein air, autres hébergements) :

le taux d'occupation est le rapport entre le nombre de chambres (emplacements) occupés et le nombre de chambres (emplacements)  offerts par les hôtels et campings ouverts. Il diffère du taux d'utilisation qui rapporte le nombre de chambres (emplacements)  occupés au nombre de chambres (emplacements) total des hôtels et campings, qu'ils soient ouverts ou fermés.

Le classement réalisé par Atout France est valable 5 ans.

Principalement des résidences de tourisme, auberges de jeunesse et villages vacances.