Bilan économique 2017 - Grand Est

En 2017, l’emploi salarié des secteurs principalement marchands du Grand Est progresse pour la deuxième année consécutive : + 1,0 % après + 0,7 %. La région se situe à la dixième place en métropole, avec une tendance proche de la Bourgogne-Franche-Comté et des Hauts-de-France. L’emploi dans la construction renoue avec la croissance pour la première fois depuis 2009. L’érosion se poursuit pour l’industrie hors intérim, mais la situation s’améliore en cours d’année et se stabilise au quatrième trimestre. L’emploi intérimaire se maintient à haut niveau pour la troisième année. Le tertiaire hors intérim continue de se développer, timidement dans le commerce, mais avec une embellie dans l’hébergement-restauration et les services aux entreprises.

Insee Conjoncture Grand Est
No 13
Paru le : Paru le 31/05/2018
Brigitte Ziegler, Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal)
Insee Conjoncture Grand Est  No 13 - mai 2018
Consulter

Transport - Tous les secteurs en augmentationBilan économique 2017

Brigitte Ziegler, Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal)

En 2017, le fret fluvial progresse légèrement dans le Grand Est pendant que la fréquentation des aéroports augmente nettement. La hausse du nombre d’immatriculations de voitures neuves se poursuit pour la troisième année consécutive. Le transport routier de marchandises interne à la région ainsi que les flux entrants et sortants croissent.

Insee Conjoncture Grand Est

No 13

Paru le : 31/05/2018

En 2017, l’activité de chargement et de déchargement de marchandises dans les ports fluviaux de la région Grand Est s’améliore légèrement avec + 2 % par rapport à 2016, mais ne compense pas l’évolution négative sur la période précédente (- 3 %) : près de 21 millions de tonnes de marchandise transitent par leurs plates-formes en 2017. L’accroissement est en grande partie lié à l’augmentation des volumes de minéraux bruts et matériaux de construction, qui est toutefois moindre que sur la période précédente (+ 3 % après + 15 %), du trafic de produits agricoles, de minerais déchets pour la métallurgie et d’engrais (+ 5 %, + 12 % et + 15 %). Les volumes de denrées alimentaires, de fourrages et de produits chimiques transportés sont en baisse avec respectivement - 8 % et - 6 %. Avec 13 millions de tonnes de marchandises, le trafic fluvial des ports français rhénans s’élève de 3 % par rapport à 2016, alors que le deuxième trimestre a été marqué par un épisode prolongé de basses eaux. Les volumes de produits agricoles, de minerais et déchets pour la métallurgie et d’engrais progressent, alors que ceux de produits chimiques et métallurgiques reculent.

Le Port Autonome de Strasbourg est le deuxième port intérieur français. Son trafic se renforce de 6 % par rapport à 2016, avec 7,9 millions de tonnes de marchandises transportées. Après avoir diminué depuis plusieurs années, le trafic fluvial des autres ports de la région, principalement ceux situés sur la Moselle, retrouve de l’élan avec + 1 % par rapport à l’année dernière et dépasse les 7,5 millions de tonnes. Les volumes de combustibles minéraux, de minerais et déchets pour la métallurgie et de produits agricoles sont en hausse après un fort repli. Le port de Thionville-Illange est le septième port fluvial français et le premier pour les produits métallurgiques. Le nouveau port de Metz est le premier port fluvial céréalier de France.

Le transport de conteneurs se revalorise de 2 % entre 2016 et 2017 pour le port de Strasbourg. Il atteint 107 000 EVP (Équivalent vingt pieds, unité de mesure des conteneurs). Il diminue au port de Colmar et passe de 7 000 à 4 000 EVP. L’activité de conteneurs croît pour les ports de Mulhouse-Rhin avec + 14 % et 33 000 EVP et pour le nouveau port de Metz, avec + 2 % et 1 940 EVP.

Une croissance marquée du trafic aérien

Le trafic passager dans les aéroports de la région progresse fortement avec près de 8 % de passagers supplémentaires par rapport à 2016, année durant laquelle les attentats avaient eu des effets négatifs sur le trafic aérien. En 2017, 6 passagers transportés sur 10 empruntent des lignes à bas coût (low cost). La progression de ces lignes continue de décélérer à + 6 % entre 2016 et 2017 après + 8 % l’année précédente. Les lignes internationales sont en hausse de 9 % sur un an, de 54 % sur les cinq dernières années et représentent 84 % du trafic régional. La fréquentation des lignes nationales s’élève de 4,7 % par rapport à 2016.

L’EuroAirport de Bâle-Mulhouse-Fribourg poursuit son renforcement avec 7,9 millions de passagers enregistrés. Comparé à l’année précédente, ce chiffre augmente de près de 8 %. L’EuroAirport reçoit plus de 83 % des passagers des aéroports de la région et plus de 87 % de l’activité low cost. En 2017, cinq nouvelles destinations s’ajoutent à ses vols réguliers et la compagnie aérienne espagnole Liberia s’y installe. L’EuroAirport a également investi une somme de 24 millions d’euros, avec en particulier la construction d’un nouveau parking.

À l’aéroport de Strasbourg-Entzheim, deuxième aéroport régional, la fréquentation dépasse 1,2 million de passagers en 2017 avec une forte croissance (+ 13 %). Il accueille quatre nouvelles lignes régulières. Les vols des compagnies à bas coût évoluent favorablement, à + 39 % par rapport à 2016.

Le nombre de passagers accueillis par l’Airport Lorraine en 2017 est également en hausse par rapport à 2016 avec + 7 % et dépasse les 244 000 passagers.

L’aéroport de Paris-Vatry comptabilise presque 110 000 passagers en 2017, en retrait de 18 % par rapport à 2016, mais reste à un niveau plus élevé qu’en 2015 (84 000 passagers), en raison de l’arrêt de cinq lignes de la compagnie Atlas Atlantique Airlines et de trois autres de JetAirFly. Le nombre de passagers low cost est en baisse de 39 %, mais ils représentent encore la moitié de la fréquentation.

Les activités de fret augmentent également dans les aéroports de la région. Avec une progression de 11 %, l’EuroAirport de Bâle-Mulhouse-Fribourg atteint 112 000 tonnes. Celui de Strasbourg-Entzheim progresse de 5 % pour dépasser 20 000 tonnes et l’activité de fret de l’aéroport de Paris-Vatry a plus que doublé entre 2016 et 2017 pour approcher 18 000 tonnes.

Hausse des immatriculations de véhicules neufs

En 2017, 202 400 immatriculations de véhicules neufs ont été enregistrées dans la région, soit une augmentation de 5,5 % par rapport à 2016 (+ 5,2 % en France métropolitaine). L’enregistrement des véhicules particuliers est en hausse de 5,7 %, avec des évolutions très contrastées entre les automobiles motorisées au gazole, dont les immatriculations se contractent de 5 %, et celles motorisées à l’essence qui se consolident à + 15 %. Les automobiles motorisées au gazole représentent désormais moins de la moitié des immatriculations de véhicules particuliers neufs dans la région, alors qu’elles en représentaient quasiment les trois quarts en 2012. À l’inverse, la part des véhicules particuliers neufs motorisés à l’essence est en forte hausse ; elle est passée de 26 % en 2012 à 49 % en 2017. Le Grand Est ne se distingue pas de la France métropolitaine. L’enregistrement des poids lourds est meilleur qu’en 2016 avec + 0,8 %, mais moins qu’au niveau national (+ 6,9 %). Les émissions moyennes de CO2 figurant sur les certificats d’immatriculation des véhicules particuliers neufs augmentent de 0,5 g/km à 112,2 g/km, comme en France métropolitaine.

Le transport de marchandises par la route se renforce

D’après des données provisoires, les flux internes à la région de marchandises transportées atteignent 8 277 millions de tonnes kilomètres en 2017. Entre 2016 et 2017, ils s’accroissent de 16 % et de 13 % en France métropolitaine. Sur la même période, le tonnage de marchandises entrantes et sortantes augmente de la même manière, après avoir diminué sur la période précédente (+ 5 % après - 3 %). Les flux entrants progressent plus fortement que pour la France métropolitaine (+ 4 %).

Figure 1Immatriculations de véhicules neufs

Immatriculations de véhicules neufs
Véhicules particuliers Véhicules utilitaires légers (1) Véhicules industriels à moteur (2) Ensemble immatriculations (3)
2017 (nombre) Évolution 2017/2016 (en %) 2017 (nombre) Évolution 2017/2016 (en %) 2017 (nombre) Évolution 2017/2016 (en %) 2017 (nombre) Évolution 2017/2016 (en %)
Ardennes 7 092 3,0 1 339 8,6 306 37,2 8 761 4,6
Aube 7 490 8,2 1 696 3,7 227 11,3 9 422 7,3
Marne 18 094 4,1 4 427 3,4 1 278 -31,1 23 825 1,2
Haute-Marne 4 331 4,8 802 2,7 198 -17,2 5 340 3,0
Meurthe-et-Moselle 21 354 5,5 4 580 8,1 377 -2,8 26 363 5,8
Meuse 4 420 3,6 838 -1,5 119 17,8 5 403 3,6
Moselle 30 607 3,8 4 810 8,8 830 38,8 36 306 5,0
Bas-Rhin 35 645 8,5 6 410 3,8 688 18,0 42 852 8,0
Haut-Rhin 25 355 7,1 4 858 7,9 707 11,2 30 955 7,3
Vosges 10 319 3,2 2 311 0,5 459 43,9 13 164 3,9
Grand Est 164 707 5,7 32 071 5,5 5 189 0,8 202 391 5,5
France métropolitaine 2 079 511 4,8 436 929 7,1 51 756 6,9 2 574 534 5,2
  • Note : données brutes.
  • (1) : camionnettes et véhicules automoteurs spécialisés <= 3,5 t de PTAC.
  • (2) : camions, véhicules automoteurs spécialisés > 3,5 t de PTAC et tracteurs routiers.
  • (3) : y compris immatriculations de transports en commun.
  • Source : SDES, SIDIV.

Figure 2Transport de marchandises par la route

en %
Transport de marchandises par la route (en %)
Grand Est 2017 (p) (millions de tonnes - kilomètres) Évolution annuelle moyenne 2017/2014 (1)
Entrées dans la région 6 562 -3,6
Sorties de la région 7 423 -4,2
Intérieur de la région 8 278 3,0
  • p : données provisoires.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le transport de marchandises si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Champ : France métropolitaine hors Corse. Données hors transport international.
  • Source : SDES, Enquête Transport routier de marchandises.

Figure 3Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Grand Est

en indice base 100 en 2009
Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Grand Est (en indice base 100 en 2009)
National International Low cost
2009 100 100 100
2010 96,73 108,09 109,73
2011 104,52 132,71 147,49
2012 108,6 143,05 168,3
2013 108,32 158,06 203,24
2014 109,15 175,18 234,94
2015 108,52 190,65 278,85
2016 90,31 202,99 301,75
2017 94,59 220,39 321,26
  • Source : Union des aéroports français.

Figure 3Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Grand Est

  • Source : Union des aéroports français.

Figure 4Chargement et déchargement de marchandises dans les ports fluviaux du Grand Est

Chargement et déchargement de marchandises dans les ports fluviaux du Grand Est
Produits 2016 (en tonnes) 2017 (en tonnes) Évolution 2016/2015 (en %) Évolution 2017/2016 (en %)
Produits agricoles 4 068 888 4 281 894 -24 5
Denrées alimentaires, fourrages 1 781 314 1 637 872 -4 -8
Combustibles minéraux 533 693 561 529 -29 5
Produits pétroliers 2 578 551 2 613 600 -4 1
Minerais, déchets pour la métallurgie 772 931 869 105 -14 12
Produits métallurgiques 1 042 814 1 083 424 6 4
Minéraux bruts , matériel de construction 6 726 218 6 907 525 15 3
Engrais 551 669 637 173 3 15
Produits chimiques 1 098 765 1 031 090 12 -6
Machines, véhicules, transactions 1 330 967 1 334 227 6 0
Total 20 485 810 20 957 439 -3 2
  • Source : Voies Navigables de France.

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.