Bilan économique 2016 - La Réunion

La croissance s’installe

En 2016, à La Réunion, la croissance économique s’établit à 3,1 %. Le pouvoir d’achat augmente de 3,2 %, soit sa plus forte progression depuis 2007. La consommation des ménages et l’investissement sont particulièrement dynamiques. En contrepartie, les importations augmentent fortement et le solde du commerce extérieur se dégrade, malgré un rebond des exportations.

Le marché du travail poursuit sa rémission : la demande d’emploi est quasiment stable (+ 0,2 %), tandis que l’emploi augmente (+ 1,6 %). Au final, le taux de chômage recule et s’établit à son plus bas niveau historique (22,4 %), même s’il reste deux fois plus élevé qu’en métropole.

Les créations d’entreprises repartent à la hausse en 2016. La production et les revenus agricoles augmentent de concert. L’hôtellerie profite de nouveau d’une belle embellie. En parallèle, l’activité bancaire s’avère solide : progression du nombre de transactions, d’actifs et de crédits. Seul le secteur de la construction peine : l’emploi salarié marchand recule et la construction de logements reste en berne.

Au sein d’une zone euro qui confirme sa reprise, l’économie française accélère légèrement : + 1,2 % après + 1,1 % en 2015, soit sa plus forte croissance depuis 2011. Dans l’océan Indien, la croissance ralentit, mais elle reste soutenue à Maurice.

Insee Conjoncture Réunion
No 3
Paru le : 29/06/2017
Consulter

Consommation-revenus - Une croissance sans inflation qui profite au pouvoir d’achatBilan économique 2016

Antonin Creignou, Bérangère Duplouy, Insee

En 2016, le revenu disponible brut des ménages s’accroît de 3,3 % en valeur sous l’effet d’une hausse conjuguée des salaires et des prestations sociales. En raison de la très faible inflation, cette augmentation se traduit par un gain de pouvoir d’achat : + 3,2 %. Dans un contexte de hausse de l’emploi, le chômage baisse et le montant des salaires versés progresse (+ 3,0 %). Pourtant, les prestations sociales continuent d’augmenter (+ 4,5 %). En effet, la prime d’activité instaurée en 2016 et les nouvelles dispositions de la convention d’assurance chômage 2014-2016 dynamisent le pouvoir d’achat.

Insee Conjoncture Réunion
No 03
Paru le : 29/06/2017

En 2016, le revenu disponible brut des ménages (RDBM) progresse en valeur de 3,3 % à La Réunion (définitions, figure 1). Les prix repartent très légèrement à la hausse, après un léger recul en 2015. Ainsi, le RDBM s’accroît de 3,2 % en volume, ce qui correspond à l’augmentation du pouvoir d’achat total à La Réunion.

Figure 1 – Le pouvoir d’achat des Réunionnais augmentent plus vite qu’en FranceÉvolution du revenu disponible des ménages entre 2016 et 2015

Le pouvoir d’achat des Réunionnais augmentent plus vite qu’en France
Total Par habitant
en valeur en volume en valeur en volume
(en %) (en %)
La Réunion (e) 3,3 3,2 2,8 2,7
France 1,7 1,8 1,3 1,4
  • (e) : estimation
  • Sources : Insee, Comptes Nationaux (base 2010) ; Cerom - Comptes rapides

Le pouvoir d’achat individuel des Réunionnais s’accroît également à un rythme soutenu, deux fois supérieur à celui observé au niveau national (+ 2,7 % contre + 1,4 %) (figure 2). En 2016, il s’élève à 17 300 euros par habitant sur l’île, soit 84 % du niveau national. Si le rattrapage se poursuit, le pouvoir d’achat des Réunionnais accuse toujours un retard d’une dizaine d’années.

Figure 2 – La croissance s’accompagne d’une hausse pouvoir d’achat individuel Évolution du revenu disponible brut en volume par habitant

en %
La croissance s’accompagne d’une hausse pouvoir d’achat individuel
La Réunion France
2004 1,6 1,6
2005 3,2 0,3
2006 3,0 1,7
2007 4,8 2,4
2008 1,2 -0,3
2009(e) 0,0 1,1
2010(e) 0,4 0,7
2011(e) -0,3 -0,3
2012(e) 1,2 -1,4
2013(e) 0,3 -0,9
2014(e) 1,8 0,6
2015(e) 2,6 0,4
2016(e) 2,7 1,4
  • (e) : estimation
  • Sources : Insee, Comptes Nationaux (base 2010) ; Cerom - Comptes rapides.

Figure 2 – La croissance s’accompagne d’une hausse pouvoir d’achat individuel Évolution du revenu disponible brut en volume par habitant

Une masse salariale dynamique

La masse salariale représente plus des deux tiers des revenus des Réunionnais, soit 9,9 milliards d’euros en 2016. Elle augmente de 3,0 %, au même rythme que l’an passé, grâce à une hausse conjointe de l’emploi et des salaires versés. La hausse est plus forte dans le secteur marchand (+ 3,6 %). Dans le secteur public, la masse salariale versée progresse de façon plus modérée (+ 1,9 %).

La masse salariale progresse dans quasiment tous les secteurs d’activité marchands. C’est dans le secteur de l’hébergement et de la restauration que la hausse est la plus marquée (+ 8,8 %). En effet, l’ouverture de nouveaux hôtels a induit une forte croissance du nombre de chambres, générant des besoins supplémentaires en main-d’œuvre.

Un impact conséquent de la prime d’activité

Deuxième source de revenu des Réunionnais, les prestations sociales en nature (allocations logement et remboursements de sécurité sociale) progressent très modérément en 2016 (+ 0,6 %).

En revanche, malgré la hausse de l’emploi marchand (+ 1,6 %) et la baisse du chômage (- 1,7 point), les prestations sociales en espèces augmentent fortement : + 4,5 % en 2016. Ainsi, 147 millions d’euros de prestations supplémentaires sont versées en 2016, ce qui contribue pour un tiers à l’augmentation du pouvoir d’achat des ménages. Cette forte progression a deux causes principales : la mise en place de la prime d’activité et l’évolution du dispositif d’indemnisation des chômeurs.

Ainsi, sous l’effet des 130 millions d’euros versés au titre de la prime pour l’activité, les montants versés par la CAF (hors logement) augmentent de 5,2 %. Cette prime d’activité est une aide financière complétant les revenus d’activité professionnelle. Elle vise à encourager l’activité et à soutenir le pouvoir d’achat des travailleurs aux ressources modestes. Elle remplace au 1er janvier 2016 le RSA « Activité » et la Prime pour l’emploi.

Par ailleurs, les versements au titre de l’assurance chômage augmentent de 10 % en 2016 pour s’établir à 532 millions d’euros, en lien avec la progression du nombre de bénéficiaires de l’assurance chômage (+ 11 %). Cette hausse s’explique par les nouveaux droits ouverts par la convention d’assurance chômage 2014-2016 aux demandeurs d’emploi ayant déjà travaillé.

Enfin, le montant des retraites versées progresse légèrement (+ 2,0 %).

La consommation des ménages porte la croissance réunionnaise

Les dépenses de consommation constituent le moteur principal de la croissance réunionnaise. La hausse du pouvoir d’achat des ménages se traduit par une augmentation des importations (+ 6,4 % en volume). En 2016, les ménages ont acheté davantage de biens d’équipement importés (véhicules automobiles, équipements de communication, etc.), de biens de consommation durable (meubles, appareils ménagers, etc.) et de biens de consommation non durable (denrées alimentaires, textile, etc.).