Bilan économique 2016 - Hauts-de-France

En 2016, la croissance de l'économie française confirme sa reprise : le produit intérieur brut progresse de 1,2 %, après + 1,1 % en 2015. Dans ce contexte, l'économie de la région Hauts-de-France s'améliore.

La situation devient plus favorable sur le marché du travail. Les effectifs de l'emploi salarié principalement marchand poursuivent leur progression : + 1,0 % en 2016, après + 0,2 % en 2015.

Le nombre de créations d'entreprises progresse de 2,2 %.

Le secteur tertiaire marchand est le principal responsable du dynamisme de l'économie régionale. L'emploi progresse fortement dans ce secteur (+ 2,4 %).

L'année 2016 est également une bonne année pour le transport avec une hausse de l'emploi de 1,4 % et dans le tourisme, où les nuitées sont en augmentation, tant dans les hôtels que dans les campings.

Comme en 2015, la construction et l'industrie sont les deux secteurs économiques de la région où l'emploi continue de se réduire.

Dans l'agriculture, la situation est globalement dégradée même si quelques filières échappent aux difficultés.

Insee Conjoncture Hauts-de-France
No 8
Paru le : 19/06/2017
Consulter

Tourisme - La hausse de la fréquentation touristique se poursuit en 2016Bilan économique 2016

Julien Marache, Insee Hauts-de-France

L’année 2016 est un bon cru pour l’activité touristique de la région Hauts-de-France. Les nuitées sont en augmentation et progressent tant dans les hôtels que dans les campings de la région. Si la clientèle française est plus nombreuse dans ces deux types d’hébergements, les touristes étrangers ont, en revanche, moins fréquenté les campings.

Insee Conjoncture Hauts-de-France
No 8
Paru le : 19/06/2017

Un bon millésime pour l’activité hôtelière

En 2016, la région a accueilli 5,7 millions de touristes (dont 26 % d’étrangers) qui ont généré 9,1 millions de nuitées dans ses hôtels. L’activité hôtelière régionale croît de 2,2 % par rapport à 2015. L’année 2016 suit la tendance des trois années précédentes (figure 1 et 2). À l’inverse, en France métropolitaine, le nombre de nuitées dans les hôtels est en repli de 1 %.

Figure 1 – Fréquentation des hôtels et des campings

en milliers
Fréquentation des hôtels et des campings
Hauts-de-France France métropolitaine
Hôtels Campings Hôtels Campings
Arrivées 5 690 689 112 626 21 606
- Français 4 187 301 79 132 14 339
- Étrangers 1 503 388 33 493 7 267
Nuitées 9 116 1 994 200 089 112 166
- Français 6 718 1 108 130 546 76 229
- Étrangers 2 398 885 69 543 35 938
Durée moyenne du séjour (en jours) 1,6 2,9 1,8 5,2
- Français 1,6 3,7 1,6 5,3
- Étrangers 1,6 2,3 2,1 4,9
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

en indice base 100 en 2010
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings
Nombre de nuitées - Hauts-de-France Nombre d'arrivées - Hauts-de-France Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2010 100 100 100 100
2011 101,43 101,08 103,07 103,2
2012 101,26 102,86 102,96 103,62
2013 102,81 104,39 103,6 104,39
2014 103,93 105,26 102,73 103,66
2015 106,58 106,49 104,97 106,33
2016 108,93 106,03 104,07 106,21
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

La progression des nuitées régionales provient surtout de la clientèle étrangère (+ 5,4 %). Les séjours effectués par les visiteurs allemands et belges sont en hausse de 13 % et 8 %. La fréquentation des Britanniques, première clientèle de la région, est similaire à celle de 2015. En France métropolitaine, la fréquentation de la clientèle internationale est en net repli (– 5,7 %). Par ailleurs, la hausse du nombre de nuitées effectuées par la clientèle française est plus limitée (+ 1,2 %).

La durée moyenne de séjour, stable par rapport à 2015, demeure inférieure à celle observée au niveau national (1,6 contre 1,8). Dans la région, la clientèle française et la clientèle étrangère ont une durée de séjour identique dans les hôtels.

Le taux d’occupation des hôtels de la région progresse de 1,5 point pour atteindre 59,1 %. Il dépasse ainsi légèrement celui de la France métropolitaine (58,4 %), en retrait de 0,8 point (figure 3).

Figure 3 – Taux d'occupation dans les hôtels

en % du nombre de lits disponibles
Taux d'occupation dans les hôtels
Hauts-de-France - en 2016 France métropolitaine - en 2016
janvier 50,3 46,4
février 52,1 50,2
mars 58,8 56,0
avril 60,6 54,8
mai 65,3 61,0
juin 72,3 67,4
juillet 60,8 65,5
août 55,9 64,2
septembre 66,0 66,5
octobre 61,8 60,5
novembre 56,1 53,7
décembre 48,2 50,0
  • Note : données 2016 définitives.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – Taux d'occupation dans les hôtels

Une hausse de fréquentation quasi générale

Entre 2015 et 2016, les hôtels des catégories 3 étoiles et 1-2 étoiles continuent d’attirer des touristes (hausse respective de 5,9 % et 3,7 % de leurs nuitées). En revanche, la fréquentation des hébergements non classés est en recul de 9 %. Après trois années de hausse, celle des hôtels 4-5 étoiles marque le pas (– 0,1 %) (figure 4).

Figure 4 – Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2016 (milliers) Évolution 2016/2015 (%)
Hauts-de-France France métropolitaine Hauts-de-France France métropolitaine
1-2 étoiles 3 181 57 870 3,7 -0,2
3 étoiles 3 430 74 941 5,9 -1,1
4-5 étoiles 1 480 48 559 -0,1 0,7
Non classés 1 025 18 719 -9,1 -6,8
Total 9 116 200 089 2,2 -1,0
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Les nuitées progressent dans tous les départements, à l’exception de l’Oise (– 5,1 %) (figure 5). Elles augmentent le plus fortement dans le Pas-de-Calais (+ 4,4 %) et le Nord (+ 3,3 %), en raison notamment de l’Euro de football et de la présence de forces de l’ordre autour de Calais.

Les nuitées des hôtels de la Somme et de l’Aisne progressent plus modestement (+ 1,5 % et + 1,4 %). Elles sont soutenues par la clientèle étrangère, très présente lors des commémorations du Centenaire de la Première Guerre mondiale.

Figure 5 – Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2016 par une clientèle étrangère
2016 (en milliers) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Aisne 517 1,3 -1,0 25,4
Nord 3 851 3,3 2,0 23,6
Oise 1 108 -5,1 -1,4 18,7
Pas-de-Calais 2 738 4,4 3,4 33,3
Somme 902 1,5 -0,8 26,6
Hauts-de-France 9 116 2,2 1,4 26,3
France métropolitaine 200 089 -1,0 0,6 34,8
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Une saison dans le sillage de 2015 pour les campings

Au cours de la saison touristique 2016 (entre mai et septembre), l’hôtellerie de plein air des Hauts-de-France a enregistré près de 2 millions de nuitées (figure 6). L’année 2016 s’inscrit dans la lignée de l’année 2015 et permet aux campings de la région d’effleurer leur meilleure fréquentation atteinte en 2013.

Figure 6 – Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2016
2016 (en milliers) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1) par une clientèle étrangère sur emplacements équipés
Aisne 371 -4,2 3,3 84,8 71,0
Nord 237 -3,7 3,2 35,5 41,1
Oise 122 33,1 15,1 37,3 51,8
Pas-de-Calais 542 0,9 -2,0 39,5 31,4
Somme 722 4,4 -0,3 31,4 44,8
Hauts-de-France 1 994 2,1 0,8 44,4 46,0
France métropolitaine 112 166 -0,6 1,6 32,0 49,4
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Les nuitées sont en augmentation de 2,1 %, contre une baisse de 0,6 % en métropole. L’allongement de la durée de séjour permet de compenser la baisse des arrivées (– 1,8 %). Comme en 2015, la fréquentation de la clientèle française est en progression (+ 4,7 %) tandis que celle des touristes étrangers se replie (– 1 %). Au niveau national, la baisse des nuitées concerne les clients français (– 0,8 %) comme étrangers (– 0,3 %).

La fréquentation de l’hôtellerie de plein air diffère selon les départements de la région. Les nuitées sont en forte hausse dans l’Oise (+ 33,1 %), sous l’effet d’un accroissement des capacités d’accueil. Néanmoins, le nombre de nuitées des campings reste assez limité dans ce département. La fréquentation des hébergements de la Somme et du Pas-de-Calais est également plus élevée (+ 4,4 % et + 0,9 %). En revanche, dans le Nord et l’Aisne, les nuitées sont en repli de 3,7 % et 4,2 %.

Si les étrangers ont globalement moins séjourné dans les campings de la région, les Belges sont venus plus nombreux (+ 9,3 %), en particulier dans la Somme, le Pas-de-Calais et l’Oise. Le recul des nuitées britanniques (– 3,4 %) touche tous les départements sauf le Nord. La fréquentation des Néerlandais est également en repli dans la plupart des départements, seule la Somme fait exception. La baisse des nuitées allemandes (– 1,1 %) s’observe dans l’Aisne, le Nord et le Pas-de-Calais.

Le taux d’occupation est en baisse (– 1,7 point), en raison notamment d’une hausse du nombre d’emplacements offerts (+ 4,6 %). Le taux d’occupation des campings de la région reste nettement inférieur à celui des campings de France métropolitaine (28,2 % contre 36,6 %) (figure 7).

Figure 7 – Taux d'occupation dans les campings en 2016

en % du nombre d'emplacements disponibles
Taux d'occupation dans les campings en 2016
Hauts-de-France France métropolitaine
mai 18,5 15,9
juin 19,8 22,4
juillet 37,0 52,0
août 43,6 61,5
septembre 20,7 24,3
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 7 – Taux d'occupation dans les campings en 2016

L’hébergement de plein air poursuit sa mutation. Les campings non classés et les 1-2 étoiles continuent de perdre de la clientèle en 2016, au profit des 3-4 et 5 étoiles (figure 8). Les nuitées de ces derniers progressent de 4,5 % entre 2015 et 2016, et représentent désormais 73,6 % de l’ensemble des nuitées (contre 67,4 % en 2010). De même, les touristes privilégient les hébergements équipés. La part des nuitées de ces hébergements est en hausse de 5,4 points et le nombre d’emplacements offerts dans cette gamme progresse de 14 %.

Figure 8 – Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2016 (milliers) Évolution 2016/2015 (%)
Hauts-de-France France métropolitaine Hauts-de-France France métropolitaine
1-2 étoiles 459 15 744 -2,1 -2,3
3-4-5 étoiles 1 468 90 362 4,5 0,2
Non classés 67 6 061 -16,8 -7,6
Total 1 994 112 166 2,1 -0,6
  • Note : données 2016 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Sources

DGE