Bilan économique 2016 - Hauts-de-France

En 2016, la croissance de l'économie française confirme sa reprise : le produit intérieur brut progresse de 1,2 %, après + 1,1 % en 2015. Dans ce contexte, l'économie de la région Hauts-de-France s'améliore.

La situation devient plus favorable sur le marché du travail. Les effectifs de l'emploi salarié principalement marchand poursuivent leur progression : + 1,0 % en 2016, après + 0,2 % en 2015.

Le nombre de créations d'entreprises progresse de 2,2 %.

Le secteur tertiaire marchand est le principal responsable du dynamisme de l'économie régionale. L'emploi progresse fortement dans ce secteur (+ 2,4 %).

L'année 2016 est également une bonne année pour le transport avec une hausse de l'emploi de 1,4 % et dans le tourisme, où les nuitées sont en augmentation, tant dans les hôtels que dans les campings.

Comme en 2015, la construction et l'industrie sont les deux secteurs économiques de la région où l'emploi continue de se réduire.

Dans l'agriculture, la situation est globalement dégradée même si quelques filières échappent aux difficultés.

Insee Conjoncture Hauts-de-France
No 8
Paru le : 19/06/2017
Consulter

Transport - Une bonne année 2016 pour le transport routier et les immatriculationsBilan économique 2016

Auteur : Amélie Fiévet, Insee Hauts-de-France

Le nombre d’immatriculations dans la région progresse de nouveau en 2016. Le transport routier de marchandises repart à la hausse. Le fret fluvial enregistre une nouvelle baisse en raison du recul de la filière agroalimentaire et du trafic pétrolier. Le trafic des deux principaux aéroports régionaux est contrasté : celui de Beauvais-Tillé est en baisse tandis que celui de Lille-Lesquin est en hausse porté par les vols à bas coût et le délestage d’une partie du trafic de Bruxelles-Zaventem. Le trafic Eurotunnel des poids lourds connaît son plus haut niveau en 2016. En revanche, le nombre de passagers Eurostar et le trafic des navettes autocars restent très impactés par les attentats.

Insee Conjoncture Hauts-de-France
No 8
Paru le : 19/06/2017

La reprise des immatriculations de véhicules se confirme

Le nombre d’immatriculations de véhicules neufs progresse de 7,0 % dans les Hauts-de-France entre 2015 et 2016 : 333 615 véhicules ont été immatriculés en 2016. La croissance des immatriculations observée depuis 2013 se poursuit. En 2016, elle est supérieure à celle observée en France métropolitaine (+ 5,8 %). La progression est perceptible dans tous les départements de la région. Le département de l’Aisne se démarque cependant avec une croissance supérieure à 14 %.

Cette hausse touche tous les types de véhicules. Elle concerne davantage les véhicules industriels à moteurs (+ 23,2 %) que les véhicules utilitaires légers (+ 8,4 %) et les véhicules particuliers (+ 6,4 %) (figure 1 et figure 2).

Figure 1 – Immatriculations de véhicules neufs

Immatriculations de véhicules neufs
Véhicules particuliers Véhicules utilitaires légers (1) Véhicules industriels à moteur (2) Ensemble immatriculations (3)
2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %) 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 (en %)
Aisne 21 270 12,2 3 916 24,2 452 34,9 25 673 14,2
Nord 68 916 3,0 13 144 9,6 1 428 9,8 83 627 4,1
Oise 131 108 6,9 14 814 2,3 3 671 31,7 149 681 6,9
Pas-de-Calais 38 488 6,1 5 839 8,7 1 304 20,6 45 705 6,7
Somme 23 368 9,2 5 187 13,3 335 0,0 28 929 9,8
Hauts-de-France 283 150 6,4 42 900 8,4 7 190 23,2 333 615 7,0
France métropolitaine 1 984 472 5,2 408 042 8,1 48 418 12,6 2 447 528 5,8
  • Note : données brutes.
  • (1) : camionnettes et véhicules automoteurs spécialisés <= 3,5 t de PTAC.
  • (2) : camions, véhicules automoteurs spécialisés > 3,5 t de PTAC et tracteurs routiers.
  • (3) : y compris immatriculations de transports en commun.
  • Source : SOeS, SIDIV.

Figure 2 – Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

en indice base 100 en 2006
Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs
Hauts-de-France France métropolitaine
2006 100 100
2007 105,08 103,21
2008 106,08 102,49
2009 100,53 113,39
2010 106,78 110,44
2011 104,09 108
2012 90,53 92,81
2013 81,54 87,81
2014 84,27 88,26
2015 92,25 94,28
2016 98,15 99,19
  • Note : données brutes.
  • Source : SOeS, Fichier central des automobiles, SIDIV.

Figure 2 – Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

Reprise du trafic routier de marchandises

Après un repli en 2015, l’activité de transport routier de marchandises (par camion de plus de 3,5 tonnes) repart à la hausse dans la région des Hauts-de-France. Cette progression s’observe sur les marchandises exportées et les flux internes à la région. Mesurés en tonnes-kilomètres, les flux sortants progressent de 1,3 % et les flux internes de 14,7 %.

En revanche, le fret entrant, qui représente 7 162 millions de tonnes-kilomètres, régresse de 1,4 % par rapport à 2015, une baisse légèrement plus importante qu’en France métropolitaine (– 1,2 %). Ce recul peut s’expliquer, d’une part par le recours croissant au transport effectué par des camions immatriculés à l’étranger et, d’autre part par l’utilisation accrue de véhicules de moins de 3,5 tonnes afin d’échapper aux législations s’imposant aux chauffeurs de poids lourds comme le respect des temps de repos (figure 3).

Figure 3 – Évolution du transport routier de marchandises dans la région Hauts-de-France

en indice base 100 en 2014
Évolution du transport routier de marchandises dans la région Hauts-de-France
Entrées dans la région Sorties de la région Intérieur de la région
2014 100 100 100
2015 93,68 90,24 95,57
2016 92,4 91,37 109,6
  • p : données provisoires.
  • Champ : hors transport international.
  • Source : SOeS, Enquête Transport routier de marchandises.

Figure 3 – Évolution du transport routier de marchandises dans la région Hauts-de-France

Encore une année de repli du trafic fluvial

Le trafic fluvial dans la région Hauts–de-France est en baisse de 3,6 % par rapport à 2015 et atteint 11,5 millions de tonnes transportées. Dans les régions voisines, seule la Normandie tire son épingle du jeu (+ 1,6 %), les régions Grand Est et Île-de-France enregistrent quant à elles des baisses de 2,7 % et 1,0 %. L’évolution à la baisse du trafic fluvial est marquée par le recul du fret issu de la filière agroalimentaire et de l’activité pétrolière notamment à destination de Dunkerque. En revanche, la tendance est à la hausse pour les matériaux de construction et les charbons.

Un trafic aérien croissant pour l’aéroport de Lille-Lesquin et en demi-teinte pour Beauvais-Tillé

Si au niveau national, la fréquentation progresse de 3,0 %, le trafic aérien baisse de 1,7 % en 2016 dans la région Hauts-de-France, mais la tendance reste orientée à la hausse sur ces cinq dernières années (+ 7,4 %).

L’aéroport de Beauvais-Tillé concentre près de 70 % de la fréquentation régionale, soit un peu moins de 4 millions de voyageurs en 2016. Cet aéroport spécialisé dans les vols low cost enregistre une diminution de 7,7 % entre 2015 et 2016, après avoir atteint une année record en 2015. La fréquentation des lignes nationales et internationales recule dans les mêmes proportions (respectivement – 7,0 % et – 7,7 %).

À l’inverse, le trafic des passagers de l’aéroport de Lille-Lesquin progresse de 15,2 % et atteint plus de 1,7 million de passagers en 2016. Cette forte hausse s’explique en partie par le délestage d’une partie du trafic de Bruxelles-Zaventem suite aux attentats de mars 2016. De ce fait, le nombre de passagers en transit est près de 100 fois supérieur à celui de l’année précédente, passant de 1 000 en 2015 à 94 000 en 2016. De plus, le trafic low cost poursuit sa progression avec plus de 650 000 voyageurs en 2016 (+ 15,4 %), représentant désormais plus d’un passager sur trois (figure 4).

Figure 4 – Passagers des aéroports

en %
Passagers des aéroports
Hauts-de-France France métropolitaine
Passagers 2016 (nombre) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1) Évolution 2016/2015 Évolution annuelle moyenne 2015/2010 (1)
Lignes nationales 1 128 620 4,4 2,0 2,9 1,7
Lignes internationales 4 555 647 -5,0 9,1 3,0 4,3
Transit 94 273 4 340,6 -38,3 11,1 -12,2
Total 5 778 540 -1,7 7,4 3,0 3,5
dont lignes à bas coût (low cost) 4 606 438 -5,1 9,0 10,7 11,1
Part des lignes à bas coût (low cost)(en %) 79,7 /// /// /// ///
  • Note : données brutes.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le trafic passager si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • /// : absence de donnée due à la nature des choses.
  • Source : Union des aéroports français.

Le trafic Eurotunnel des poids lourds au plus haut niveau

Le trafic Eurotunnel des navettes transportant des camions a connu en 2016 un niveau jamais atteint avec plus de 1,6 million de poids lourds transportés. Il a progressé de 11 % par rapport à 2015, une année fortement impactée par les perturbations liées aux tentatives d’intrusion des migrants sur le terminal. Le trafic des voitures a augmenté de 2 % en 2016 et celui des autocars reste très touché par les attentats (– 8 %).

Le nombre de voyageurs Eurostar empruntant le Tunnel est en baisse de 4 % avec un peu plus de 10 millions de voyageurs. Le trafic a été fortement impacté par les attaques terroristes survenues en France et en Belgique, mais il repart à la hausse au quatrième trimestre 2016.

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.