Bilan économique 2014 : Une timide reprise

En 2014, la croissance de l'économie française est faible : le produit intérieur brut progresse de 0,2 %. Dans ce contexte, la convalescence de l'économie du Nord-Pas-de-Calais s'est poursuivie et la reprise est timide. Les effectifs de l'emploi salarié principalement marchand ont continué de baisser, mais moins fortement qu'en 2013. Conséquence de la nouvelle dégradation de l'état du marché du travail, le chômage progresse et concerne 13,0 % de la population active régionale fin 2014. La construction, l'industrie et le commerce sont les secteurs économiques de la région qui ont le plus souffert de ces pertes d'emplois. Plusieurs indicateurs laissent toutefois entrevoir une reprise de l'économie nordiste. Les difficultés des entreprises ont été moindres en 2014 avec un recul des défaillances d'entreprises. Les créations d'entreprises ont été plus dynamiques. Les signes d'embellie proviennent principalement du secteur tertiaire : le rebond de l'emploi intérimaire se confirme tandis que l'emploi dans ce secteur se maintient bien. Le transport de marchandises à l'intérieur de la région connaît un regain d'activité et la croissance britannique très vive a stimulé l'activité portuaire et le trafic transmanche.

Insee Conjoncture Nord-Pas-de-Calais
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Transport : Une année de reprise pour le transport dans la région

Frédéric LEJEUNE, Insee Nord-Pas-de-Calais - François PINCHEMEL, Dreal Nord-Pas-de-Calais

Cette année encore, la région n'échappe pas à la dégradation du marché automobile français. Néanmoins, la baisse du nombre d'immatriculations ralentit. L’activité de l’aéroport de Lille-Lesquin a été en retrait après une année 2013 exceptionnelle tandis que celle des ports de la région a été particulièrement soutenue. Le transport de marchandises à l’intérieur de la région connaît un regain d'activité, tant pour le trafic routier que pour le trafic fluvial.

Insee Conjoncture Nord-Pas-de-Calais
No 5
Paru le : 29/05/2015

La baisse des immatriculations se poursuit à un rythme atténué

En 2014, les immatriculations de véhicules neufs ont baissé dans les deux départements du Nord-Pas-de-Calais pour la cinquième année consécutive. À l’inverse, les immatriculations ont légèrement progressé en France métropolitaine. Dans les deux départements de la région, les immatriculations de véhicules particuliers n’ont jamais été aussi peu nombreuses depuis 2006. Toutefois, la baisse enregistrée dans la région en 2014 (– 3,6 %) est de moindre ampleur que celle de 2013 (– 5,1 %). Les immatriculations de véhicules industriels motorisés chutent dans la région, encore plus fortement qu’au niveau national. Dans le Pas-de-Calais (– 20 %), ces immatriculations sont les plus faibles depuis 2006.

En revanche, les immatriculations de véhicules utilitaires légers rebondissent dans les deux départements, particulièrement dans le Nord (figure 1, figure 2).

Figure 1 – Immatriculations de véhicules neufs

Immatriculations de véhicules neufs
Véhicules particuliers Véhicules utilitaires légers (1) Véhicules industriels à moteur (2) Ensemble immatriculations (3)
2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %) 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 (en %)
Nord 63 099 -3,7 11 853 2,9 1 320 -15,9 76 402 -3,0
Pas-de-Calais 35 239 -3,2 5 566 0,9 886 -21,5 41 758 -3,3
Nord-Pas-de-Calais 98 338 -3,6 17 419 2,2 2 206 -18,2 118 160 -3,1
France métropolitaine 1 765 855 0,5 370 130 1,5 38 895 -13,6 2 180 776 0,3
  • Note : données brutes.
  • (1) : camionnettes et véhicules automoteurs spécialisés <= 3,5 t de PTAC.
  • (2) : camions, véhicules automoteurs spécialisés > 3,5 t de PTAC et tracteurs routiers.
  • (3) : y compris immatriculations de transports en commun.
  • Source : SOeS, SIDIV.

Figure 2 – Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

en indice base 100 en 2006
Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs
Nord-Pas-de-Calais France métropolitaine
2006 100 100
2007 104,19 103,21
2008 109,62 102,49
2009 124,22 113,39
2010 119,62 110,44
2011 112 108
2012 94,72 92,81
2013 89,92 87,81
2014 86,71 88,26
  • Note : données brutes.
  • Source : SOeS, Fichier central des automobiles, SIDIV.

Figure 2 – Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

Reprise du trafic routier intérieur de marchandises

Les transports de marchandises par routes entrants et sortants de la région sont restés quasiment stables par rapport à 2013. En revanche, le trafic interne à la région reprend quelques couleurs avec une hausse de 5 % même s’il n’atteint pas le niveau moyen des six années précédentes. Durant cette période, les transports de marchandises intérieurs à la France n’ont jamais été aussi faibles (figure 3, figure 4).

Figure 3 – Transport de marchandises par la route

en %
Transport de marchandises par la route
Nord-Pas-de-Calais 2014 (p) (millions de Tonnes-Kilomètres transportés) Évolution annuelle moyenne 2014/2009 (1)
Entrées dans la région 5 845 -0,3
Sorties de la région 6 248 -2,6
Intérieur de la région 3 530 2
  • p : données provisoires.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le transport de marchandises si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Champ : France métropolitaine hors Corse. Données hors transport international.
  • Source : SOeS, Enquête Transport routier de marchandises.

Figure 4 – Évolution du transport routier de marchandises dans la région Nord-Pas-de-Calais

en indice base 100 en 2009
Évolution du transport routier de marchandises dans la région Nord-Pas-de-Calais
Entrées dans la région Sorties de la région Intérieur de la région
2009 100 100 100
2010 108,15 108,1 112,23
2011 99,63 100,43 122,49
2012 88,49 80,34 115,23
2013 99,21 88,06 104,72
2014 98,37 87,67 110,42
  • p : données provisoires.
  • Champ : hors transport international.
  • Source : SOeS, Enquête Transport routier de marchandises.

Figure 4 – Évolution du transport routier de marchandises dans la région Nord-Pas-de-Calais

Une année en demi-teinte pour l’aéroport de Lille-Lesquin

En 2014, le trafic passager de l’aéroport de Lille-Lesquin est en repli de près de 4 % mais demeure à un très bon niveau après l’année record de 2013. Cette baisse s’explique en très grande partie par celle du trafic à bas-coût, représentant 35 % du trafic de l’aéroport. L’arrêt des vols de la compagnie Transavia, filiale d’Air-France KLM, explique une partie de ce recul de la fréquentation. Les passagers des lignes nationales ont plus diminué que ceux des lignes internationales.

En France métropolitaine, le trafic passager a augmenté en 2014. La performance de l’aéroport de Lille-Lesquin est toutefois relativement similaire à celle d’autres aéroports métropolitains (hors Paris) de plus de 1,5 million de passagers qui ont connu une année plutôt difficile. (figure 5, figure 6).

Figure 5 – Passagers des aéroports

en %
Passagers des aéroports
Nord-Pas-de-Calais France métropolitaine
Passagers 2014 (nombre) Évolution 2014/2013 Évolution annuelle moyenne 2013/2008 (1) Évolution 2014/2013 Évolution annuelle moyenne 2013/2008 (1)
Lignes nationales 981 984 -5,4 10,6 -2,6 1,3
Lignes internationales 600 348 -3,1 9,8 4,2 2,1
Transit 19 295 158,9 0,8 -12,5 -9,9
Total 1 601 627 -3,8 10,2 2,1 1,8
dont lignes à bas coût (low cost) 553 243 -9,5 68,2 12,6 8,4
Part des lignes à bas coût (low cost)(en %) 34,5 /// /// /// ///
  • Note : données brutes.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le trafic passager si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • /// : absence de donnée due à la nature des choses.
  • Source : Union des aéroports français.

Figure 6 – Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Nord-Pas-de-Calais

en indice base 100 en 2009
Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Nord-Pas-de-Calais
National International Low cost
2009 100 100 100
2010 114,03 76,67 105,3
2011 91,32 119,9 64,94
2012 117,59 128,42 149,94
2013 138,58 158,3 278,89
2014 131,04 153,39 252,34
  • Source : Union des aéroports français.

Figure 6 – Évolution du nombre de passagers des aéroports dans la région Nord-Pas-de-Calais

Trafic fluvial : un peu moins de marchandises sur des parcours plus longs

Le trafic fluvial demeure en bonne santé avec une hausse des tonnes-kilomètres de marchandises transportées malgré une très légère baisse du volume. C’est particulièrement le cas pour le trafic interne à la région où les tonnes-kilomètres de marchandises ont bondi de 22 %. Les échanges avec le reste de la France et l’international, représentant respectivement 25 % et 55 % du total des tonnes-kilomètres, ont également augmenté. La quasi-totalité des secteurs bénéficient de cette embellie, notamment ceux de l’énergie (+ 15 % en tonnes-kilomètres) et de la métallurgie (+ 9 % en tonnes-kilomètres). Seul le transport fluvial de produits chimiques a baissé assez fortement (– 25 % en tonnes-kilomètres) mais il ne représente que 3 % des marchandises transportées.

Hausses et records dans le transport maritime

Le trafic global du port de Dunkerque a augmenté de 8 % en 2014. Les composantes de ce trafic (marchandises, conteneurs, camions, touristes) sont presque toutes en croissance. Pour le port, l’année a été exceptionnelle pour le trafic roulier ( + 13 %), le transport de marchandises diverses ( + 12 %) et de céréales (2,3 MT, + 48 %). Seuls le charbon et les vracs liquides, incluant notamment les produits pétroliers, sont en repli de 7 %, en raison notamment de la demande de pétrole plus faible en 2014. Le trafic du port de Boulogne, beaucoup plus petit, croît de 1 %. La croissance de l’économie britannique dope le trafic transmanche du port de Calais qui constitue l’essentiel de l’activité du port. Le trafic de marchandises a augmenté de 5 % tandis que le trafic passager a progressé de 4 %.

Le tunnel fête ses vingt ans en beauté

Dans le même sillage, le trafic du tunnel sous la Manche a une nouvelle fois battu des records. Le nombre de passagers de l'Eurostar et des navettes transportant voitures et autocars a progressé de 3 % pour atteindre 21 millions de passagers. Le trafic total de marchandises a lui progressé de presque 7 %. Les marchandises transportées par le train ont même bondi de 20 % mais demeurent encore très minoritaires (8 %) face aux camions.