Bilan économique du Languedoc-Roussillon

L'économie du Languedoc-Roussillon a tâtonné en 2014. L'emploi salarié marchand s'est stabilisé avec une baisse dans les secteurs présentiels et une hausse dans les secteurs productifs. La progression de l'emploi total n'a pas été suffisante pour endiguer la hausse du chômage qui a surtout touché les personnes de plus de 50 ans. Les conséquences sociales des tensions sur le marché du travail s'amplifient, le nombre de bénéficiaires de minima sociaux progressant encore plus vite que la croissance démographique.

Insee Conjoncture Languedoc-Roussillon
Paru le : 29/05/2015
Consulter

Année touristique 2014 : une fréquentation en baisse mais encore soutenue

Isabelle DIOUM (Insee)

Certes en retrait par rapport à 2013, année d’affluence record, l’année touristique 2014 reste d’un niveau de fréquentation soutenu en Languedoc-Roussillon, et ce en dépit des aléas climatiques des mois de juillet et septembre. Les bons résultats des campings sur les mois de juin et septembre maintiennent en effet l’activité touristique régionale. Les clientèles françaises comme étrangères participent à la baisse de fréquentation, ces dernières tout particulièrement puisque deux tiers du repli de fréquentation sont imputables à la contraction des nuitées étrangères.

Insee Conjoncture Languedoc-Roussillon
No 5
Paru le : 29/05/2015

Au cours de l’année 2014, les hébergements marchands du Languedoc-Roussillon (campings, hôtels et autres hébergements collectifs touristiques) ont accueilli 8,5 millions de touristes pour un total de 33,7 millions de nuitées, dont 80 % réalisés dans les hôtels et les campings (figure 1 et figure 2). La fréquentation touristique est en repli de - 2,1 % en nombre de nuitées par rapport à l’année 2013 et s’établit à un niveau équivalent à celui de l’année 2011, après deux années exceptionnelles (figure 3).

Figure 1 – Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2014 par une clientèle étrangère
2014 (en milliers) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2010 (1)
Aude 1 009 -5,8 -0,2 30,6
Gard 1 357 -1,8 0,2 24,9
Hérault 3 167 -0,7 1,3 18,5
Lozère 373 -5,3 -1,6 13,0
Pyrénées-Orientales 1 463 -4,0 -0,9 15,4
Languedoc-Roussillon 7 369 -2,5 0,3 20,5
France métropolitaine 198 509 -1,4 1,0 36,7
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2 – Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2014
2014 (en milliers) Évolution 2014/2013 Évolution moyenne annuelle 2013/2010 (1) par une clientèle étrangère sur emplacements équipés
Aude 1 519 1,6 4,2 25,3 43,6
Gard 3 279 0,7 2,4 37,5 54,2
Hérault 8 004 -2,7 4,0 31,0 58,7
Lozère 561 -1,2 2,7 24,6 29,0
Pyrénées-Orientales 5 904 -1,5 1,3 20,3 59,1
Languedoc-Roussillon 19 267 -1,4 2,9 28,2 56,0
France métropolitaine 109 743 0,3 1,6 33,4 47,3
  • Note : données 2014 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • (1) : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

en indice base 100 en 2010
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings
Nombre de nuitées - Languedoc-Roussillon Nombre d'arrivées - Languedoc-Roussillon Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2010 100 100 100 100
2011 104,06 102,64 103,07 103,2
2012 104,7 102,45 102,96 103,62
2013 106,53 101,73 103,6 104,39
2014 104,71 101,18 102,73 103,67
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3 – Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

Un coeur de saison moins prisé

C’est plus spécifiquement le coeur de la saison estivale qui affiche des résultats en baisse : la fréquentation régionale chute de - 4,5 % de nuitées sur juillet et août, en grande partie affectée par les mauvais résultats des campings sur le mois de juillet. Après des mois de mai et juin chauds et ensoleillés, la région, comme la France, connaît un été maussade avec un mois de juillet exceptionnellement pluvieux et une fraîcheur très marquée en août. Le nombre de nuitées est en progression sur les mois de mai et juin avec en cumul + 1,6 % de nuitées, ainsi qu’en septembre avec + 4,1 % de nuitées par rapport aux mêmes périodes de 2013, et ce en dépit des épisodes orageux qui ont touché la région en fin de saison.

Au niveau national, la baisse du nombre de nuitées est plus limitée, avec - 1,5 % entre les saisons 2013 et 2014. Les régions du quart Nord-Ouest (Bretagne, Basse-Normandie, Pays de la Loire, Poitou-Charentes) ont bénéficié d’une bonne fréquentation touristique en raison de conditions propices à la venue de touristes. Sur la période estivale, l’ensoleillement aura été aussi généreux sur le littoral breton et le Cotentin qu'en Languedoc-Roussillon. Des conditions météorologiques favorables couplées avec les commémorations début juin du 70ème anniversaire du Débarquement et de la Bataille de Normandie ont permis d’afficher des résultats positifs dont les campings sont les grands bénéficiaires. La fréquentation des régions limitrophes au Languedoc-Roussillon est quant à elle en recul : - 3,1 % en Midi-Pyrénées, - 3,4 % en PACA et - 4,0 % en Rhône-Alpes. Au terme de cette saison 2014, le Languedoc-Roussillon conserve sa 3ème place au rang des nuitées derrière PACA et l’Île-de-France, devant les régions Aquitaine et Rhône-Alpes.

Le littoral en baisse de fréquentation

À l’exception des zones du massif ski (figure 4), tous les espaces touristiques régionaux sont touchés par le repli de fréquentation entre les saisons 2013 et 2014. L’espace littoral est particulièrement affecté : ce sont 413 000 nuitées de moins tous types d’hébergements confondus dont 255 000 nuitées pour les campings (figure 5). Avec près de 18,3 millions de nuitées, les hébergements marchands du littoral comptabilisent toutefois davantage de nuitées qu’au cours de la saison 2011. Si les nuitées des espaces littoraux de l’Hérault et des Pyrénées-Orientales sont en baisse cette saison, à l’inverse la fréquentation touristique en bord de mer de l’Aude et du Gard progresse. L’espace urbain est moins affecté avec un retrait de - 0,6 % de nuitées au niveau régional soutenu par les résultats positifs des grandes unités urbaines du Gard et de l’Hérault. Les touristes accueillis dans les campings et autres hébergement collectifs des massifs ski pyrénéen et gardois permettent une hausse de + 1,2 % des nuitées sur cet espace entre les saisons 2013 et 2014.

Figure 4 – Espaces touristiques en Languedoc-Roussillon

  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les partenaires régionaux du tourisme - © IGN - Insee 2015

Figure 5 – Répartition des nuitées par zones touristiques en 2014

Répartition des nuitées par zones touristiques en 2014
Hôtels Campings AHCT*
Nombre (en milliers) Évolution 2014/2013 (en %) Nombre (en milliers) Évolution 2014/2013 (en %) Nombre (en milliers) Évolution 2014/2013 (en %)
Languedoc Roussillon 7 369 -2,5 19 267 -1,4 7 075 -3,4
Par zone
Espace rural 441 -5,5 1 538 -2,5 602 -6,9
Grandes UU hors littoral 4 124 -1,6 1 159 4,3 2 052 -0,9
Littoral 1 812 -1,3 14 377 -1,7 3 245 -5,1
Massif non ski 822 -7,3 2 005 -1,3 639 -8,7
Massif ski 170 -6,4 188 1,8 537 10,4
France métropolitaine 198 509 -1,4 109 743 0,3 90 399 -3,1
  • *AHCT : Autres Hébergements Collectifs Touristiques
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les partenaires régionaux du tourisme

Touristes français et étrangers, moins nombreux dans les hôtels

La fréquentation régionale dans les hôtels est en baisse de - 2,5 % par rapport à l’année 2013, après une relative stabilité depuis 2011. En France, la baisse est plus limitée avec - 1,4 % de nuitées. Les nuitées des touristes français comme étrangers se réduisent dans la région avec des baisses respectives de - 1,9 % et - 5,1 % par rapport à 2013. La clientèle anglaise fait particulièrement défaut cette année (- 36 000 nuitées). Un repli en partie compensé par l’arrivée en plus grand nombre de la clientèle allemande (+ 30 100 nuitées) (figure 6).

Figure 6 – Évolution des nuitées entre 2013 et 2014 par pays de provenance

unités : nombre
Évolution des nuitées entre 2013 et 2014 par pays de provenance
Hôtels Campings Ahct
Ensemble -192 732 -270 312 -250 875
nuitées |françaises -112 665 153 831 -219 509
nuitées |étrangères -80 067 -424 143 -31 367
Allemagne 30 132 36 768 6 510
Belgique -7 925 -7 081 -6 864
Espagne -5 537 9 614 19 201
Italie -12 815 -15 -4 184
Pays-Bas -2 371 -300 710 3 865
Royaume-Uni -35 933 -74 201 -5 421
Suisse -3 174 -200 -7 324
Reste de| l'Europe -35 138 -93 970 -20 523
Etats-Unis 11 680 274 -4 292
Reste du| monde -18 986 5 378 -12 334
  • Lecture : les nuitées ont reculé de - 714 000 entre 2014 et 2013, les nuitées de touristes provenant des pays-bas ont reculé de - 300 000.
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les partenaires régionaux du tourisme

Figure 6 – Évolution des nuitées entre 2013 et 2014 par pays de provenance

Une fréquentation estivale en baisse dans les hôtels

La fréquentation hôtelière diminue essentiellement au cours de la saison estivale. Entre mai et septembre 2014, le nombre de nuitées des hôtels de la région est en baisse de - 3,8 % par rapport à la saison 2013. Les nuitées françaises diminuent de - 3,5 %, les nuitées étrangères de - 5,0 %.

A l’inverse, la fréquentation hôtelière hivernale, de novembre 2013 à mars 2014, reste stable dans la région par rapport à celle de 2012-2013 : - 0,1 % de nuitées contre - 2,3 % au niveau national. L’hiver 2013-2014 est marqué par une succession de tempêtes et d’épisodes exceptionnellement pluvieux qui touchent la façade Atlantique et le sud-est de la France en décembre, janvier et février. Ces évènements météorologiques auront pénalisé la fréquentation, et ce malgré l’ensoleillement de la fin du mois mars. Les résultats hôteliers sur les massifs ski de la région sont en retrait de - 5,7 % nuitées par rapport à l'hiver passé, dont le bilan avait été très positif, lié en partie à un enneigement généreux.

La fréquentation hôtelière hivernale est soutenue par les résultats en légère progression des espaces rural et littoral de la région. Au sein des grandes unités urbaines, les nuitées françaises sont en hausse (+ 21 500), mais ces gains sont insuffisants pour contrebalancer les pertes en nuitées étrangères (- 27 300).

Plus de clients pour les hôtels de milieu de gamme

Parmi les hôtels de tourisme, seules les catégories 3* accueillent une clientèle plus nombreuse (figure 7). Si la fréquentation est en retrait pour les catégories haut de gamme et les non classés, la contraction des nuitées est particulièrement prononcée pour les hôtels d’entrée de gamme et rompt avec les hausses consécutives des trois dernières années (cf.méthodologie)

La clientèle d’affaires, davantage présente sur le premier trimestre 2014 (+ 3,4 % de nuitées d’affaires), entame sur les mois suivants un mouvement de baisse que seule la fréquentation de décembre contrecarre. Entre 2013 et 2014, les nuitées d’affaires se réduisent de - 2,2 % contre - 2,7 % pour les nuitées de loisirs. Un tiers de la baisse des nuitées est ainsi le fait du tourisme d’affaires. Ce dernier résiste mieux que le tourisme de loisirs : sur les 3 dernières années, l’évolution des nuitées d’affaires est de - 0,9 % par an contre - 1,7 % pour les nuitées de loisirs.

Figure 7 – Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2014 (milliers) Évolution 2014/2013 (%)
Languedoc-Roussillon France métropolitaine Languedoc-Roussillon France métropolitaine
1-2 étoiles 2 618 53 862 -7,1 0,8
3 étoiles 2 704 71 935 3,5 -0,7
4-5 étoiles 1 029 44 287 -3,7 -0,0
Non classés 1 019 28 426 -4,1 -9,0
Total 7 369 198 509 -2,5 -1,4
  • Note : données 2014 définitives. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

La clientèle française toujours présente dans les campings

La fréquentation dans les campings est elle aussi orientée à la baisse : le nombre de nuitées se réduit de - 1,4 % par rapport à 2013. Toutefois, les nuitées françaises dérogent à la tendance générale avec une hausse de + 1,1 %. La clientèle étrangère est en fort repli : - 7,2 %. En moyenne nationale, les orientations sont identiques, avec + 1,4 % de nuitées françaises, mais de moindre ampleur pour les nuitées étrangères (- 1,8 %) Les touristes français sont plus nombreux que la saison passée à avoir séjournédans les campings de la région, sauf au mois de juillet. La baisse de la fréquentation est, ainsi, imputable à une contraction marquée de la durée moyenne de séjour de 7,2 jours à 6,9 jours. Les nuitées françaises poursuivent leur progression sur les ailes de saison, en mai, juin et septembre.

Moins de campeurs hollandais et anglais

Les clientèles hollandaises et anglaises contribuent fortement à la baisse de la fréquentation étrangère (- 300 700 nuitées hollandaises et - 74 200 nuitées anglaises). La clientèle hollandaise, aussi en retrait dans ses principales régions d’accueil (Rhône-Alpes, PACA et Aquitaine), s’est en partie tournée vers les régions du quart Nord-Ouest : Haute-Normandie, Centre, Basse-Normandie, Pays de Loire et Bretagne. La clientèle allemande est quant à elle davantage présente en région, à l’instar des évolutions constatées en hôtellerie, avec + 36 800 nuitées.

L’ensemble des catégories sont affectées par le repli de fréquentation, à l’exception des campings d’entrée de gamme et de catégorie 5* sur lesquels se concentre la hausse des nuitées françaises (figure 8). Les campings 3* sont les plus impactés avec un déficit de 330 200 nuitées entre les saisons 2013 et 2014 dont 230 500 nuitées sur les seuls emplacements nus. Ainsi, la présence sur les emplacements d’une habitation légère (chalet, bungalow…) préserve du repli de fréquentation ou limite celui-ci. Toutes catégories confondues, les emplacements équipés maintiennent leur niveau de fréquentation (+ 0,3 % de nuitées entre les saisons 2013 et 2014).

Figure 8 – Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2014 (milliers) Évolution 2014/2013 (%)
Languedoc-Roussillon France métropolitaine Languedoc-Roussillon France métropolitaine
1-2 étoiles 2 230 16 115 5,0 0,4
3-4-5 étoiles 16 121 86 605 -2,2 0,6
Non classés 916 7 024 -1,4 -3,8
Total 19 267 109 743 -1,4 0,3
  • Note : données 2014 définitives. La fréquentation des campings n'est observée que de mai à septembre. Données 2010, 2011, 2012 et 2013 rétropolées suite au changement de classification début 2014.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Repli des nuitées dans les autres hébergements collectifs touristiques

Dans les autres hébergements collectifs, la fréquentation se réduit de - 3,4 % de nuitées entre 2013 et 2014. Les nuitées françaises et étrangères sont en repli avec respectivement - 3,5 % et - 2,9 % de nuitées par rapport à 2013. Les clientèles allemandes et espagnoles limitent la baisse de fréquentation alors que les clientèles belges et anglaises sont venues moins nombreuses. Ces évolutions restent toutefois marginales puisque 15 % des nuitées enregistrées dans les autres hébergements collectifs sont le fait d’une clientèle étrangère.

Le début d’année est nettement positif avec une hausse des nuitées de + 4,5 % par rapport au premier semestre 2013. La contraction du nombre de nuitées est spécifique à l’été (- 4,3 % de nuitées) sur lequel se concentre les 3/5ème de la fréquentation annuelle. En moyenne nationale, les tendances sont identiques avec - 3,1 % en évolution annuelle et - 4,1 % sur la saison estivale.

Les séjours continuent d’être de plus en plus courts, à rythme cependant plus modéré : de 5,8 jours en moyenne en 2011, les séjours sont de 5 jours en moyenne en 2013 et de 4,9 jours en 2014. L’écart avec le niveau national est notable sur la saison estivale : 5,5 jours en moyenne en Languedoc-Roussillon contre 4,6 jours pour la métropole.

Sources

Avertissement 

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

 

Méthodologie : la nouvelle classification des hôtels et des campings 

Depuis le 23 juillet 2012, les hôtels de tourisme et les campings sont classés à partir de nouvelles normes Atout France. Les campings-caravanings sont classés de 1 à 5 étoiles. Les conditions requises pour ce classement portent sur les équipements communs, les équipements sanitaires, l'accessibilité aux personnes handicapées.

Pour être qualifié d'« hôtel de tourisme », un établissement hôtelier doit comporter au moins 5 chambres et recevoir une clientèle de passage. Les hôtels sont classés en cinq catégories, de 1 à 5 étoiles, en fonction de leur confort, de leur équipement et de leurs services.

Les résultats publiés sont dorénavant exclusivement en nouvelle classification.

En janvier 2015, le parc régional hôtelier est composé de 977 hôtels. Trois ans après la clôture du dispositif de changement de classification, près d’1 hôtel sur 5 n’est pas classé. Ces établissements n’ont soit pas demandé une nouvelle classification ou ont été intégrés au champ en tant qu’hôtels historiquement non classés. Sur 827 hôtels présents dans le parc en 2009 et 2015, 612 établissements ont été reclassés à ce jour : 414 ont confirmé leur précédent classement et 195 ont changé pour un classement dans une catégorie supérieure.

Le parc régional des campings est constitué de 767 hébergements en 2014. Parmi les établissements déjà existants en 2009, 30 % ont été reclassés dans une catégorie supérieure et 50 % ont conservé leur catégorie initiale. Les 20 % restant, non-classés, n’ont pas fait de demande pour un nouveau classement.

Note : L'évolution des nuitées est encore impactée par les changements de la structure du parc du fait de la mise en oeuvre des nouveaux classements qui s'est poursivuie durant l'année 2014.

 

Source : extension du champ des enquêtes de fréquentation touristique 

L’enquête de fréquentation dans l'hôtellerie concerne les hôtels homologués (1 à 5 étoiles), et depuis janvier 2014 tous les hôtels de cinq chambres ou plus, qu’ils soient classés ou non.

L’enquête de fréquentation dans l'hôtellerie de plein air est une enquête mensuelle réalisée de mai à septembre auprès des campings classés (de 1 à 5 étoiles) et étendue aux campings non classés depuis avril 2014 possédant au moins un emplacement de passage. Les Parcs Résidentiels de Loisirs (PRL) et les aires naturelles sont désormais inclus dans le champ de l’enquête. Les campings possédant uniquement des emplacements loués à l’année ne sont pas enquêtés.

Définitions

- Hôtellerie de plein-air (camping)

- Nuitée

- DGCIS

- Taux d’occupation

- Les hébergements collectifs touristiques autres que les hôtels et campings comprennent les villages vacances, les résidences de tourisme, les auberges de jeunesse, les centres internationaux de séjour, les centres sportifs, Résidences Hôtelières, et les maisons familiales.