Les entreprises de taille intermédiaire en France - Très orientées vers l'industrie

Vincent Hecquet, division Profilage et traitement des grandes unités, Insee

En 2011, dans le secteur marchand non agricole, la France abrite 3,14 millions d'entreprises, dont 5 000 entreprises de taille intermédiaire (ETI). Hors secteur financier, les ETI représentent 23 % des salariés et 23 % de la valeur ajoutée. En moyenne, elles emploient près de 700 salariés et regroupent 10 unités légales. Elles sont surreprésentées dans l'industrie manufacturière et parmi les entreprises sous contrôle étranger. Dans les ETI sous contrôle étranger, un salarié sur deux travaille dans l'industrie.

Publications grand public
Insee Focus – No 5
Paru le : 10/04/2014

Une catégorie d'entreprise surreprésentée dans l'industrie

En 2011, 3,14 millions d'entreprises marchandes non agricoles sont implantées en France (selon une approche assimilant chaque groupe à une seule entreprise), dont 5 000 relèvent de la catégorie des entreprises de taille intermédiaire (ETI). Sur le champ restreint aux activités non financières, on compte 3,09 millions d'entreprises et 4 800 ETI. Ces dernières emploient 3,3 millions de salariés, soit 23 % des effectifs du champ, et réalisent 23 % de la valeur ajoutée du champ (figure 1). L'ETI moyenne emploie près de 700 salariés et compte 10 unités légales. La structure de groupe domine nettement : seules 8 % des ETI sont formées d'une seule unité légale.

Les ETI se distinguent des autres catégories d'entreprise par leur orientation vers l'industrie manufacturière et par le poids des implantations étrangères. 33 % des salariés des ETI travaillent dans l'industrie manufacturière contre 19 % des salariés des autres catégories d'entreprise. Parmi les 3,2 millions de salariés de l'industrie manufacturière, 35 % sont employés par des ETI, contre 28 % dans de grandes entreprises, 27 % dans des petites et moyennes entreprises (PME) hors microentreprises et 10 % dans des microentreprises. Compte tenu de leur orientation industrielle, les ETI jouent un rôle essentiel dans le commerce extérieur, réalisant 33 % du chiffre d'affaires exporté (figure 2).

Figure 1 – Principales caractéristiques des entreprises de taille intermédiaire en 2011

Principales caractéristiques des entreprises de taille intermédiaire en 2011
Entreprises de taille intermédiaire Poids dans l'ensemble des entreprises (en %)
Nombre d'entreprises 4 794 0,2
Nombre d'unités légales situées en France 46 689 1,4
Effectif salarié au 31/12 (en milliers) 3 289 23,3
Effectif salarié en équivalent temps plein (en milliers) 2 981 23,7
Chiffre d'affaires (en millions d'euros) 1 038 717 27,6
Valeur ajoutée hors taxes (en millions d'euros) 237 224 22,9
  • Champ : France, entreprises marchandes non agricoles et non financières.
  • Source : Insee, Ésane, Clap, Lifi 2011.

Figure 2 – Poids des entreprises dans les exportations en 2011, selon la catégorie et le type de contrôle

en %
Poids des entreprises dans les exportations en 2011, selon la catégorie et le type de contrôle
Contrôle français Contrôle étranger
Grandes entreprises 41,6 10,0
ETI 14,8 18,1
PME, y compris microentreprises 12,2 3,3
  • Champ : France, entreprises marchandes non agricoles et non financières.
  • Source : Insee, Ésane, Clap, Lifi 2011.

Figure 2 – Poids des entreprises dans les exportations en 2011, selon la catégorie et le type de contrôle

Un quart des ETI sont sous contrôle étranger

Toujours sur le champ marchand non agricole et non financier, sur les 4 800 ETI présentes en France, 1 250 sont sous le contrôle de groupes étrangers. Elles emploient 950 000 salariés, soit 29 % des salariés des ETI, et représentent 56 % des effectifs des entreprises sous contrôle étranger. À titre de comparaison, les ETI sous contrôle français emploient 2,3 millions de salariés, soit seulement 20 % des effectifs des entreprises sous contrôle français. L'industrie emploie 51 % des salariés des ETI contrôlées par des groupes étrangers contre 28 % pour les ETI françaises (figure 3).

La focalisation des implantations étrangères sur les ETI s'explique à la fois par des logiques productives et par la taille économique du territoire national. En effet, dans de nombreux cas, l'implantation en France d'un grand groupe industriel étranger correspond sur le territoire français à cette catégorie de taille. Il en résulte des écarts sectoriels, y compris au sein des activités industrielles. Les ETI sous contrôle étranger sont surreprésentées dans la fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques, dans les industries chimiques, de production de caoutchouc et de plastique, et dans l'automobile. Les ETI sous contrôle français sont plus souvent représentées dans les secteurs traditionnels (agroalimentaire, métallurgie, textile et cuir), plus près de l'orientation sectorielle des PME.

Figure 3 – Répartition des salariés des ETI par secteur d'activité en 2011, selon le type de contrôle

En %
Répartition des salariés des ETI par secteur d'activité en 2011, selon le type de contrôle
Industrie Construction Commerce, transport, hébergement et restauration Information et communication Activités spécialisées, scientifiques & techn., services admin. & soutien Immobilier, admin. publique, enseignt, santé & action sociale, autres services
ETI sous contrôle français 27,7 4,8 33,9 6,3 14,8 12,5
ETI sous contrôle étranger 51,2 1,3 29,0 5,2 10,9 2,4
Ensemble 34,5 3,8 32,5 6,0 13,7 9,6
  • Champ : France, entreprises marchandes non agricoles et non financières.
  • Source : Insee, Ésane, Clap, Lifi 2011.

Figure 3 – Répartition des salariés des ETI par secteur d'activité en 2011, selon le type de contrôle

Les ETI sous contrôle étranger : plus grandes et plus capitalistiques

En liaison avec ces écarts, les ETI sous contrôle étranger sont plus grandes et plus capitalistiques. Elles emploient en moyenne 760 salariés contre 660 pour celles sous contrôle français (figure 4). Dans l'industrie, les ETI sous contrôle étranger ont des immobilisations corporelles par salarié qui dépassent de près de moitié celles de leurs homologues sous contrôle français. Les ETI sous contrôle étranger ont une plus forte productivité par salarié. Bien qu'elles versent des salaires plus élevés, de 25 % en moyenne, elles parviennent à un taux de marge assez proche de celui des ETI sous contrôle français.

Figure 4 – Ratios des ETI en 2011, selon le type de contrôle

Ratios des ETI en 2011, selon le type de contrôle
Ensemble des secteurs Industrie manufacturière
ETI sous contrôle français ETI sous contrôle étranger ETI sous contrôle français ETI sous contrôle étranger
Nombre d'entreprises 3 546 1 248 899 615
Effectif salarié moyen 659 764 685 789
Effectif salarié EQTP moyen 592 706 628 740
VA HT / salarié (en milliers d'euros) 73,8 93,3 74,1 92,6
Immobilisations corporelles / salarié (en milliers d'euros) 198,0 153,8 122,8 181,3
Salaire annuel moyen (en milliers d'euros) 35,2 43,9 36,7 42,7
Taux de marge EBE / VA HT (en %) 25,7 24,0 22,6 25,8
Taux d'exportation (en %) 13,7 28,8 25,9 38,0
  • Champ : France, entreprises marchandes non agricoles et non financières.
  • Source : Insee, Ésane, Clap, Lifi 2011.

Pour en savoir plus

Sources

Les résultats sont issus de trois sources : le dispositif d'Élaboration des statistiques annuelles d'entreprises (Ésane), qui produit des statistiques structurelles d'entreprise sur les entreprises marchandes à l'exception du secteur agricole, à partir de données administratives et d'enquêtes auprès d'un échantillon d'entreprises ; Connaissance locale de l'appareil productif (Clap) qui localise les effectifs salariés ; le système d'information Liaisons financières (Lifi) qui identifie les groupes de sociétés opérant en France et détermine leur contour.