Économie et Statistique n°417-418 - Patrimoine : développements récents

Economie et Statistique
Paru le : 01/06/2009
Consulter

Offre de travail et accession à la propriété : l'impact des contraintes d'emprunt sur l'activité des femmes en France

Cédric Houdré

Depuis près de trente ans, la politique du logement menée en France s’efforce d’encourager l’accession à la propriété. La progression de l’accession qui avait été assez prononcée jusqu’au début des années 1990 a cependant marqué le pas pendant une dizaine d’années. L’accession s’effectue dans 85 % des cas par recours à l’emprunt, mais pour obtenir un crédit les ménages doivent satisfaire deux contraintes : disposer d’un apport personnel et ne pas s’endetter au-delà de 30 % de leurs revenus. En utilisant les fluctuations des prix de l’immobilier et des taux d’intérêt comme sources de variation exogènes de l’endettement, il est possible d’évaluer si un ménage augmente son offre de travail lorsque son taux d’effort (le rapport entre les charges de remboursement et ses revenus) s’approche du seuil imposé par les organismes de crédit. Les données d’un échantillon de couples de l’enquête Patrimoine 2004 montrent qu’en deçà de 25 % des revenus, le taux d’effort du ménage n’influence pas les comportements d’activité des femmes. Dès qu’il dépasse ce seuil en revanche, la femme a 14 % de chances supplémentaires d’être active. Cette relation causale non linéaire entre le taux d’effort et l’activité des femmes peut s’expliquer par l’existence de contraintes de crédit. La combinaison d’un marché du travail dégradé et de l’existence de contraintes d’emprunt peut donc constituer un frein à l’accession à la propriété des ménages. En France, ces contraintes ont un rôle d’ampleur comparable à ce que l’on constate dans d’autres pays comme le Canada ou le Royaume-Uni.

Economie et Statistique
No 417-418
Paru le : 01/06/2009