Economie et Statistique n°381-382 - Logement : aspects économiques et sociaux

Economie et Statistique
Paru le : 01/10/2005
Consulter

Les facteurs structurels et conjoncturels de la mobilité résidentielle depuis 20 ans

Thierry Debrand et Claude Taffin

Les cinq dernières enquêtes Logement (1984-2002) confirment le rôle des facteurs qui expliquent habituellement la mobilité résidentielle (âge, revenu, niveau de formation, structure familiale et caractéristiques du logement). Elles permettent également de préciser certaines analyses ou de corriger certaines idées reçues. Parmi les caractéristiques du ménage et du logement, l'importance de l'âge et du statut d'occupation se confirment. Les événements familiaux s'avèrent des facteurs de mobilité résidentielle plus déterminants que ceux liés à l'emploi. Ces derniers ne jouent le rôle principal que dans le cas de la mobilité de longue distance, aux côtés du diplôme, de l'âge, du revenu et de la taille du ménage. La mobilité de courte distance, bien qu'en recul relatif, reste majoritaire. Les facteurs explicatifs de la mobilité ont pour la plupart peu changé en vingt ans. Cependant, toutes choses égales par ailleurs, en 1984, les locataires HLM étaient plus mobiles que ceux du secteur privé, alors qu'en 2002, c'est la situation inverse. Enfin, la conjoncture économique d'ensemble et l'état du marché de l'emploi, en particulier, influencent fortement la mobilité résidentielle, plus particulièrement celle des locataires. En 2002, enfin, les modifications de la composition du ménage et des conditions d'emploi qui influent le plus sur la mobilité sont également les moins fréquentes : formation et séparation des couples, changement d'établissement et, en dernier lieu, naissance.

Economie et Statistique
No 381-382
Paru le : 01/10/2005