France, portrait social - Insee Références - Édition 2011

Publications grand public
France, portrait social
Paru le : 16/11/2011
Consulter
Sommaire

La redistribution : état des lieux en 2010 et évolution depuis vingt ans

Marie-Cécile Cazenave, Jonathan Duval, Alexis Eidelman, Fabrice Langumier, Augustin Vicard

Les prestations sociales et les prélèvements réduisent les inégalités de revenus dans la population. En 2010, les prestations sociales (prestations familiales, minima sociaux et allocations logement) contribuent pour les deux tiers à cette réduction et les prélèvements pour un tiers, imputable en très grande partie à l'impôt sur le revenu. En vingt ans, l'impact redistributif du système socio-fiscal, dans le champ des transferts de cette étude, est peu modifié : il s'est légèrement réduit, sous l'effet des différentes mesures qui ont été prises. L'impôt sur le revenu est en 2010 à la fois moins progressif et d'un montant relativement plus faible qu'en 1990 : il réduit donc moins les inégalités de revenus. De même, les prestations sociales apparaissent moins redistributives qu'elles ne l'étaient en 1990. Elles ont été le plus souvent revalorisées selon l'inflation, et ont donc évolué moins vite que les revenus moyens de la population. Cette érosion relative de leurs montants, qui affecte leur capacité à réduire les inégalités, l'a emporté sur certaines réformes ayant à l'inverse accentué leur progressivité. La création de la CSG a eu en revanche un impact de sens opposé, car ce prélèvement apparaît plus progressif que les cotisations auxquelles il s'est substitué. Au total, entre 1990 et 2010, le rôle du financement de la protection sociale dans la réduction des inégalités s'est accru, tandis que celui des deux canaux traditionnels de la redistribution (les prestations et l'impôt sur le revenu) s'est resserré.

Publications grand public
Paru le : 16/11/2011