France, portrait socialÉdition 2011

Insee Références
Paru le : 16/11/2011
Consulter
Sommaire

Les écarts de revenu salarial entre personnes s'expliquent au premier chef par des différences de durée d'emploi sur l'année

Bertrand Marc, Nathalie Missègue, Laurence Rioux

L'ensemble des salaires perçus par une personne au cours d'une année constitue son revenu salarial. Les écarts de revenu salarial d'un salarié à l'autre sont élevés : en 2009, le quart des personnes aux revenus salariaux les plus hauts perçoivent dix fois plus que le quart de celles qui ont les revenus salariaux les plus faibles. Les différences de durée d'emploi sur l'année expliquent 84 % de ces écarts. Le reste provient des différences de salaire horaire. Les inégalités de revenu salarial ont diminué entre 1995 et 2009, en raison d'une augmentation des durées d'emploi pour les « bas revenus salariaux » : les 25 % de personnes aux revenus salariaux les plus faibles ont travaillé en moyenne 95 jours (en équivalent-temps plein) en 2009, contre 81 jours en 1995. Les inégalités de salaire horaire ont fluctué avec la conjoncture mais restent tendanciellement stables sur la période 1995-2009. La faiblesse de certains revenus salariaux tient à des raisons diverses : entrée ou sortie en cours d'année du marché du travail (fin d'études, départ en retraite), cumul d'une activité salariée et d'une activité d'indépendant, perte d'emploi, etc. Pour 20 % des « salariés », c'est-à-dire des personnes ayant touché au moins un salaire dans l'année, les revenus salariaux sont « complétés » par d'autres revenus liés à une activité présente ou passée, comme des allocations chômage, des pensions de retraite ou des revenus d'indépendant. Les prendre en compte peut alors modifier considérablement la mesure du revenu individuel. Ainsi, une fois que l'on intègre leurs pensions de retraite, les salariés âgés de 55 ans ou plus ont en moyenne un revenu proche de celui des salariés âgés de 45 à 54 ans. Dans l'ensemble, ces autres revenus « complètent » davantage les faibles revenus salariaux que les plus élevés, sans pour autant modifier la hiérarchie globale ; parmi les faibles revenus « complétés », les femmes, les jeunes ou les employés demeurent surreprésentés.

Insee Références
Paru le : 16/11/2011