Insee
Insee Conjoncture Pays de la Loire · Juillet 2021 · n° 34
Insee Conjoncture Pays de la LoireBilan économique 2020 - Pays de la Loire Les Pays de la Loire résistent mieux face à la crise

En 2020, le produit intérieur brut français chute de 8,0 %, particulièrement impacté par la chute de la consommation privée. Dans les Pays de la Loire, l’activité se contracte moins qu’en France. La baisse de la consommation, approchée par le volume des transactions par carte bancaire, est moindre qu’au niveau national. L’emploi salarié recule moins dans la région (– 0,6 %) qu’en France (– 1,1 %). Il fléchit pour la première fois depuis 2009. Ainsi, la région perd 9 100 emplois salariés en un an. La crise sanitaire affecte les comportements de recherche active d’emploi et entraîne une baisse en « trompe-l’œil » du taux de chômage (au sens du BIT). Avec un taux de 6,7 %, les Pays de la Loire se situent au troisième rang des régions ayant le plus faible taux de chômage. Pour faire face à la crise, le recours au chômage partiel explose. En 2020, les créations d’entreprises sont plus dynamiques qu’au niveau national. Le nombre de bénéficiaires de minima sociaux augmente de 5 %. Les ventes de logements neufs diminuent de 20,7 %. Les mises en chantier de logements restent stables, en revanche la surface de locaux non résidentiels autorisée s’effondre. Dans les transports, la mobilité des voyageurs est plus touchée par la crise sanitaire que les trafics de marchandises. La crise désorganise les marchés agricoles, la filière viticole et les volailles festives sont mises à mal, faute de débouchés. La fréquentation hôtelière chute de 40 % dans la région.

Insee Conjoncture Pays de la Loire
No 34
Paru le :Paru le08/07/2021

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2020 publiés par l'Insee.
Retrouvez les bilans des autres régions ici.

Consulter

Tourisme - Le tourisme lourdement impacté par la crise sanitaire Bilan économique 2020

Christelle Manceau (Insee)

En 2020, le tourisme est particulièrement affecté par la crise sanitaire liée à la Covid-19. Dans les Pays de la Loire, les nuitées hôtelières baissent de 40 % durant l’année. Même si les hébergements touristiques connaissent un léger regain de fréquentation durant la période estivale, la clientèle résidente ne permet pas de compenser l’absence de la clientèle étrangère. La reprise dans les campings de la région est plus tardive qu’au niveau national et seul le mois de septembre voit une réelle embellie. L’évolution des chiffres d’affaires dans les hébergements et la restauration confirme la chute de l’activité. La baisse est moins brutale dans les campings que dans l’hôtellerie et la restauration. L’activité étant saisonnière, les deux confinements ont eu moins d’impact sur les établissements de plein air.

Insee Conjoncture Pays de la Loire

No 34

Paru le :08/07/2021

Avertissement

L'enquête mensuelle de fréquentation touristique habituellement conduite par l'Insee a été suspendue en mars compte tenu de la crise sanitaire liée à la Covid-19. En avril, mai et juin 2020, du fait du premier confinement, les enquêtes de fréquentation touristique ont été réalisées en mode allégé. Ce mode d’enquête a été reconduit en novembre et décembre à la suite du deuxième confinement intervenu fin octobre.

Dans ce cadre, seules les informations portant sur la capacité d'accueil et sur le nombre total de nuitées dans les hôtels ont été collectées. Les questions sur le pays de provenance de la clientèle (résidente versus non-résidente) et le motif de séjour (de loisir versus professionnel) ne sont plus posées.

En 2020, la crise sanitaire touche particulièrement le secteur du tourisme. Dès la mi-mars, le premier confinement entraîne une fermeture massive des hébergements touristiques et une chute de la fréquentation. La saison touristique débute plus tardivement et ne compense que très partiellement les pertes du premier semestre. Bien que moins brutal, le deuxième confinement de novembre affecte néanmoins l’activité touristique en fin d’année.

Nuitées dans les campings : baisse atténuée par le mois de septembre

De juillet à septembre, la fréquentation dans les campings, hôtels, et autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) se redresse légèrement. Le nombre total de nuitées diminue de 16 % par rapport à l’été 2019 (contre – 23 % en France métropolitaine), surtout grâce à la clientèle résidant en France. En raison des restrictions des voyages internationaux, la part de la clientèle venant de l’étranger chute fortement à l’été, passant de 15 % en 2019 à 8 % en 2020 dans les hébergements touristiques ligériens.

Dans les Pays de la Loire, les campings représentent une part importante de la fréquentation régionale (70 % des nuitées pendant les 3 mois d’été). Le nombre de nuitées passées dans les campings ligériens se réduit de 17 % par rapport à l’été 2019 (contre – 16 % en moyenne nationale). La baisse de fréquentation est plus élevée qu’au niveau national en juillet et en août. Cependant, l’afflux de clientèle résidente dans les campings de la région en septembre permet de sauver l’arrière-saison et de retrouver un niveau de fréquentation proche de septembre 2019 (– 5 % contre – 16 % en moyenne nationale). La baisse de fréquentation n’est pas homogène selon les départements : les campings en Maine-et-Loire perdent un quart de leur fréquentation durant les 3 mois d’été, alors que les campings en Loire-Atlantique ont une saison estivale un peu plus favorable (– 14 %) (figure 1).

Une baisse de fréquentation dans les hôtels, plus modérée durant l’été

La fermeture des hôtels est massive lors du premier confinement et moindre lors du deuxième. Dès le mois de mars, les taux d’occupation des quelques hôtels ouverts sont nettement inférieurs à 2019. En 2020, les hôtels ligériens enregistrent 4,4 millions de nuitées, soit une chute de fréquentation de 40 % par rapport à 2019. Néanmoins, la chute est moins élevée qu’en moyenne nationale, grâce à une saison estivale plus favorable pour les hôtels (figure 2).

Ainsi, durant l’été 2020, le nombre de nuitées dans les hôtels ligériens recule de 15 % par rapport à 2019 (contre – 34 % en France métropolitaine). Le mois d’août est plus favorable (– 8,8 % de fréquentation, contre – 24,8 % en France métropolitaine). Cependant, le regain de fréquentation diffère selon les départements : si les hôtels vendéens retrouvent un niveau comparable à l’été 2019, la baisse de fréquentation est notoire en Mayenne, liée notamment à l’augmentation de la circulation du virus dans le département (figure 3).

La fréquentation dans les AHCT de la région diminue de 16 % par rapport à l’été 2019 (contre – 21 % en France métropolitaine).

Une perte d’activité annuelle moins brutale pour les campings

Dès la mi-mars, les mesures sanitaires entraînent une chute brutale du chiffre d’affaires dans les secteurs de l’hébergement et de la restauration (figure 4).

En 2020, le chiffre d’affaires des campings ligériens baisse de 17 % par rapport à 2019. Cette baisse est moins brutale que pour l’hôtellerie et la restauration, en raison d’une activité plus saisonnière, moins affectée par les deux confinements, et de l’absence de clientèle d’affaires. Elle est néanmoins légèrement supérieure à la baisse nationale (– 16 %), du fait d’une reprise de fréquentation moins marquée durant la saison estivale.

Dans l’hôtellerie, la chute du chiffre d’affaires est marquée (– 39 % en un an), mais dans une moindre mesure qu’au niveau national, compte tenu d’une fréquentation estivale plus favorable aux hôtels ligériens.

Les restaurants ligériens, comme en France, perdent un tiers de leur chiffre d’affaires en 2020 comparé à 2019.

Figure 1Nombre de nuitées dans les campings par département en juillet, août et septembre (3ᵉ trimestre - T3)

Nombre de nuitées dans les campings par département en juillet, août et septembre (3ᵉ trimestre - T3)
Nombre de nuitées dans les campings en juillet, août et septembre (T3) Part de nuitées effectuées en juillet, août et septembre (T3) par une clientèle non résidente (en %)
2020 T3 (en milliers) Évolution 2020 T3 / 2019 T3 (en %)
Loire-Atlantique 1 657 – 13,7 7,0
Maine-et-Loire 402 – 25,3 19,3
Mayenne 53 – 20,0 5,3
Sarthe 191 – 19,9 19,5
Vendée 5 683 – 17,1 8,3
Pays de la Loire 7 986 – 17,0 8,8
France métropolitaine 81 189 – 15,7 20,5
  • Note : les données campings sont provisoires.
  • Source : Insee en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2Évolution du nombre de nuitées totales dans les hôtels par rapport au même mois de 2019

en %
Évolution du nombre de nuitées totales dans les hôtels par rapport au même mois de 2019 (en %)
Pays de la Loire France métropolitaine
janvier 2020 2,9 5
février 2020 4,4 6,2
mars 2020 -51,5 -55,4
avril 2020 -96,4 -96,2
mai 2020 -90,5 -92
juin 2020 -60,1 -73
juillet 2020 -15,7 -36,5
août 2020 -8,8 -24,8
septembre 2020 -20,8 -42,8
octobre 2020 -22,1 -49,5
novembre 2020 -67,8 -76,3
décembre 2020 -50,7 -69,5
  • Source : Insee en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2Évolution du nombre de nuitées totales dans les hôtels par rapport au même mois de 2019

  • Source : Insee en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3Nombre de nuitées dans les hôtels par département en juillet, août et septembre (3ᵉ trimestre - T3)

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département en juillet, août et septembre (3ᵉ trimestre - T3) (en %)
Nombre de nuitées dans les hôtels en juillet, août et septembre (T3) Part de nuitées effectuées en juillet, août et septembre (T3) par une clientèle non résidente
2020 T3 (milliers) Évolution 2020 T3/2019 T3 Évolution annuelle moyenne 2019 T3/2014 T3 ¹
Loire-Atlantique 860 -15,8 2,9 6,8
Maine-et-Loire 355 -19,2 2,7 7,0
Mayenne 56 -29,5 0,6 6,6
Sarthe 202 -23,0 2,0 14,4
Vendée 611 -4,4 3,8 3,7
Pays de la Loire 2 084 -14,6 2,9 6,6
France entière 45 960 -34,1 1,1 16,4
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même lors des troisièmes trimestres de chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4Évolution du chiffre d'affaires des 12 derniers mois

indice base 100 en janvier 2019
Évolution du chiffre d'affaires des 12 derniers mois (indice base 100 en janvier 2019)
Hôtellerie - Pays de la Loire Hôtellerie de plein air - Pays de la Loire Restauration - Pays de la Loire Hôtellerie - France entière Hôtellerie de plein air - France entière Restauration - France entière
janv. 2019 100 100 100 100 100 100
févr. 2019 100 100,1 100,5 100,3 100,2 100,8
mars 2019 100,2 100,3 101 100,4 100,3 101,4
avril 2019 100,3 101,3 101,2 100,6 101 102
mai 2019 100,5 101,3 101,5 100,4 100,4 102,4
juin 2019 101,3 103,5 101,9 101,5 104,3 103,2
juil. 2019 101,1 104,7 101,9 101,7 104,7 103,5
août 2019 101,9 103,8 102,5 102,3 104,2 104,7
sept. 2019 102,1 103,6 102,4 102,6 104 105,1
oct. 2019 103,4 104,3 102,6 102,9 105,1 105,6
nov. 2019 103,6 104,4 102,9 103,1 105,7 106,3
déc. 2019 103,7 104,3 103,1 103,5 106,3 106,7
janv. 2020 104,2 105,6 103,3 104,1 107 107,3
févr. 2020 104,5 105,7 103,4 104,4 107,7 107,6
mars 2020 99,8 104,3 98,7 99,9 105,8 102,9
avril 2020 92,3 98,3 90,9 92,4 100,6 95,1
mai 2020 84,6 92,5 84,2 85,5 94,4 88,5
juin 2020 77,9 90,2 82 78,8 90 85,8
juil. 2020 77,1 90 81,8 75,4 91,3 85,3
août 2020 75,3 88,8 81 72,6 92,5 84,4
sept. 2020 73,7 88,3 80,7 68,6 91,6 83,6
oct. 2020 71,1 87,7 79,6 64,5 91 81,9
nov. 2020 66 87,2 74,2 59,5 90,3 76,7
déc. 2020 62,8 86,7 69,2 53,9 89,8 71,8
  • Avertissement : au niveau régional, les évolutions pour les campings ne sont disponibles que pour le cumul sur 12 mois. Elles ne sont pas disponibles au niveau départemental. Ceci pour des raisons de fragilité des données lorsque l'on descend à un niveau géographique plus fin.
  • Champ : au niveau régional, unités légales monorégionales pérennes de 2017 à 2020, dont l'activité principale n'a pas bougé durant cette période ; au niveau national le champ est celui des unités légales déclarant leur TVA mensuellement et la couverture géographique porte sur la France entière, à l'exception de la Guyane et de Mayotte où les unités légales ne sont pas assujetties à la TVA.
  • Source : DGFiP, Insee.

Figure 4Évolution du chiffre d'affaires des 12 derniers mois

  • Avertissement : au niveau régional, les évolutions pour les campings ne sont disponibles que pour le cumul sur 12 mois. Elles ne sont pas disponibles au niveau départemental. Ceci pour des raisons de fragilité des données lorsque l'on descend à un niveau géographique plus fin.
  • Champ : au niveau régional, unités légales monorégionales pérennes de 2017 à 2020, dont l'activité principale n'a pas bougé durant cette période ; au niveau national le champ est celui des unités légales déclarant leur TVA mensuellement et la couverture géographique porte sur la France entière, à l'exception de la Guyane et de Mayotte où les unités légales ne sont pas assujetties à la TVA.
  • Source : DGFiP, Insee.
Publication rédigée par :Christelle Manceau (Insee)

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Définitions

Résident (au sens du tourisme) :

personne résidant en France et réalisant un séjour touristique en France.

Non-résident (au sens du tourisme) :

personne résidant à l'étranger et réalisant un séjour touristique en France.

Taux d'ouverture :

rapport entre le nombre d'hôtels ouverts au moins un jour le mois de l'enquête et le nombre d'hôtels du parc.

Pour en savoir plus