Insee Conjoncture Bourgogne-Franche-ComtéBilan économique 2019 - Bourgogne-Franche-Comté

L’économie régionale globalement bien orientée en 2019 mais à l’épreuve de la crise sanitaire en 2020

Comme dans presque tous les pays avancés, l’économie française ralentit en 2019 mais de façon modérée. La croissance du PIB national est de 1,5 %, contre 1,8 % en 2018. Elle est freinée par la dégradation du commerce extérieur alors que la consommation des ménages accélère et que l’investissement est dynamique. Sur le marché du travail, le nombre d’emplois augmente et le taux de chômage continue sa décrue : il atteint 8,1 % fin 2019. En Bourgogne-Franche-Comté, les tendances sont similaires avec une très bonne fin d’année. Le taux de chômage y est au plus bas depuis 2008, à 7,2 % de la population active. Les gains d’emplois dans le tertiaire et la construction compensent les pertes de l’industrie. Les créations d’entreprises sont nombreuses, notamment pour les micro-entreprises. La fréquentation touristique progresse, portée par l’augmentation des nuitées dans les campings. En revanche, les demandes de permis de construire comme les mises en chantier sont en baisse.

Le contexte conjoncturel de l’année 2019 a été radicalement modifié début 2020 avec l’émergence de l’épidémie du Covid-19. Au mois de mars et au deuxième trimestre 2020, l’activité a fortement chuté. Pendant toute la période de confinement, elle se serait située à environ un tiers en deçà de son niveau en situation « normale » d’activité.

Insee Conjoncture Bourgogne-Franche-Comté
No 22
Paru le : Paru le 18/06/2020
Laurent Barralis (Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt), Bénédicte Piffaut (Insee)
Insee Conjoncture Bourgogne-Franche-Comté  No 22 - Juin 2020

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2019 publiés par l'Insee.
Retrouvez les bilans des autres régions ici.

Cette année, la situation exceptionnelle de la pandémie dans les premiers mois de 2020 introduit une rupture avec la dynamique de 2019 et remet en question les éventuelles prévisions réalisées précédemment. Ainsi, ces bilans rendent également compte de la crise, uniquement sur la période de confinement.

Consulter

Agriculture - Une année marquée par la caniculeBilan économique 2019

Laurent Barralis (Direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt), Bénédicte Piffaut (Insee)

En 2019, après une très bonne année 2018, les vendanges sont moins abondantes en Bourgogne-Franche-Comté. Les exportations de vins sont dynamiques en volume comme en valeur. Les rendements des grandes cultures sont inégaux face à la canicule ; le colza est en retrait alors que le blé continue sa progression. Les livraisons de lait sont stables mais celles de lait AOP progressent fortement. Le marché du porc se redresse.

Insee Conjoncture Bourgogne-Franche-Comté

No 22

Paru le : 18/06/2020

Avertissement

Cette publication présente le bilan économique annuel de l'année 2019 en Bourgogne-Franche-Comté. Suite à la crise sanitaire liée à la pandémie Covid-19, la situation économique s'est fortement détériorée à partir de mars 2020. Le premier article « Synthèse du Bilan économique 2019 et premiers éléments sur 2020 » fournit des éléments de mesure des impacts économiques de la crise et du confinement de la population.

Consulter

Le vignoble, victime de la canicule

En 2019, la canicule de l’été, associée au déficit en eau, a entraîné un recul de la production dans les vignobles de Bourgogne-Franche-Comté alors que 2018 fut partout une bonne année (figure 1).

Ce recul affecte diversement les vignobles de la région. Dans le Jura, ils ont d’abord souffert du gel au printemps puis de la canicule : leur production annuelle accuse ainsi un net recul de 49 % par rapport à 2018. Dans l’Yonne, la Côte-d'Or et en Saône-et-Loire, le repli est de l’ordre de 30 à 40 % comparé à 2018. La Nièvre, dont la production viticole représente 6 % de celle de la région, enregistre une baisse moins marquée (- 7 %). C’est le seul département de la région où la production, avec + 11 %, est en hausse comparée à la moyenne des cinq années précédentes.

Du fait de la faible récolte 2019, sur les cinq premiers mois de la campagne, le volume des transactions de vins en vrac se contracte de 13 % par rapport à la campagne viticole 2018 et passe en dessous des 600 000 hl. Tous les vins sont concernés et particulièrement le Crémant qui subit la plus forte baisse avec - 24 % en volume.

Si la production de vins est en repli dans la région, ce n’est pas le cas des exportations. À la date du 30 novembre, elles progressent en volume de 9 % et en valeur de 11 % cette année. Les exportations de crémants et de vins blancs sont les plus dynamiques avec des hausses respectives en volume de 16 et 11 %.

Les principaux pays de destination des vins de la région ont accru leur demande. Les États-Unis et le Royaume-Uni gardent ainsi leur position de premiers importateurs avec une progression de respectivement 8 % et 5 % en valeur.

L’importante production mondiale de blé fait chuter les prix

Comme dans les vignobles, la canicule a impacté les grandes cultures avec des conséquences différentes selon la période d’implantation et de culture.

La production de blé, qui représente 49 % de la production régionale, continue sa croissance. Elle est 15 % au-dessus de la moyenne des cinq dernières années et 10 % supérieure à celle de 2018. À l’inverse, le colza et la moutarde ont souffert et leur production est en repli respectivement de 51 et 45 % comparés à 2018.

L’importante production mondiale de blé, notamment une production record en Russie (+ 19 %), tire les prix vers le bas. La tonne de blé perd ainsi 10 % de sa valeur en un an (figure 2). L’orge observe la même tendance et perd 18 %. À l’inverse, le colza reste orienté à la hausse comme en 2018 et voit ainsi son prix augmenter de 9 % sur l’année.

Les livraisons de lait AOP à leur plus haut niveau

En 2019, les livraisons de lait sont stables comparées à 2018. Favorisées par une meilleure qualité des foins, les livraisons repartent à la hausse en fin d’année. Après une année 2018 morose, les livraisons de lait AOP gagnent 13 % et atteignent un niveau jamais rencontré, de 70 millions de litres (figure 3).

Le dynamisme du marché mondial des produits laitiers tire les prix du lait français, toutes qualités confondues, vers le haut. Au niveau régional, le lait conventionnel progresse de 4 % en 2019 avec un prix moyen de 376 € les mille litres contre 361 € en 2018. La tendance est identique pour le lait AOP, les mille litres se négocient en moyenne à 566 €, avec un pic à plus de 600 € en octobre, contre 544 € en 2018.

En 2019, la production de fromages est en forte hausse : + 4 % pour les pâtes pressées cuites et + 14 % pour les pâtes pressées non cuites.

Cette embellie ne concerne pas les fromages frais qui sont en recul de 4 % par rapport à l’année précédente.

Une demande en porc toujours soutenue

En 2019, les abattages de bovins poursuivent leur repli des années précédentes et accusent une baisse de 4,6 % par rapport à 2018 avec 304 000 têtes. Néanmoins, les abattages de veaux résistent et se stabilisent à 39 000 têtes.

Les abattages de porcins sont toujours nombreux, 351 000 têtes, mais stables également. À l’inverse, les abattages d’ovins sont toujours orientés à la hausse, + 6 % par rapport à 2018, avec 164 000 têtes.

Le prix moyen du jeune bovin U reste élevé et retrouve son niveau de 2017 soit 3.99 €/kg (figure 4). Après une bonne année 2018, le marché de la viande maigre décroche en 2019 : malgré un bon début d’année, les cours du mâle U 400 kg finissent l’année à 2,52 €/kg. Le marché du bovin gras se redresse légèrement en 2019. Le prix de la vache à viande R retrouve ainsi presque son niveau de 2017 (3,74 €/kg) avec un prix moyen de 3,72 €/kg en moyenne en 2019.

La forte demande de porc, soutenue notamment par la demande chinoise, entraîne une revalorisation de son prix : il s’établit à 1,66 €/kg contre 1,40 €/kg en 2018. Au contraire de l’année précédente, l’agneau résiste moins bien et voit son prix moyen au kilo diminuer : 6,82 €/kg contre 6,90 €/kg. Il a subi une forte volatilité avec un plancher en été à 6,30 € et son plus haut, en fin d’année, à 7,50 € (figure 5).

Figure 1Récolte de vin par département en Bourgogne-Franche-Comté

Récolte de vin par département en Bourgogne-Franche-Comté
2019 (en hl) Évolution 2018-2019 (en %) Évolution 2019 Moyenne 5 ans* (en %)
Côte-d'Or 350 000 - 32 % - 15 %
Jura 52 000 - 49 % - 35 %
Nièvre 89 000 - 7 % + 11 %
Saône-et-Loire 529 000 - 39 % - 30 %
Yonne 354 000 - 40 % - 11 %
  • * Récolte 2019 comparée à la moyenne 2014 – 2018.
  • Source : DRDDI

Figure 2Cotations des grandes cultures appliquées en Bourgogne-Franche-Comté en 2019 (€/t)

Cotations des grandes cultures appliquées en Bourgogne-Franche-Comté en 2019 (€/t)
Blé Orge Colza
janv 201,00 197,90 372,60
fev 194,30 177,00 368,40
mars 182,00 163,05 359,00
avril 171,00 176,48 365,00
mai 173,80 171,80 366,70
juin 173,78 173,78 369,25
juil 173,58 163,13 372,98
août 165,83 162,60 379,60
sept 169,09 155,11 390,59
oct 168,60 158,09 390,65
nov 175,21 161,12 396,22
déc 180,19 161,88 405,97
  • Note: Blé tendre (cotation Fob Rouen), Orge (cotation Fob Creil), Colza (cotation Fob Moselle).
  • Source : Dijon Céréales

Figure 2Cotations des grandes cultures appliquées en Bourgogne-Franche-Comté en 2019 (€/t)

  • Note: Blé tendre (cotation Fob Rouen), Orge (cotation Fob Creil), Colza (cotation Fob Moselle).
  • Source : Dijon Céréales

Figure 3Prix et livraisons de lait en Bourgogne-Franche-Comté en 2019

Prix du lait (€/1000 l)
Prix et livraisons de lait en Bourgogne-Franche-Comté en 2019 (Prix du lait (€/1000 l))
Livraisons de lait (milliers d'hl) Moyenne triennale Lait AOP Lait hors AOP Moyenne nationale (lait standard)
janv 1351,68 1367,67 550,10 379,40 332,99
fev 1259,10 1271,99 544,00 371,90 332,35
mars 1423,74 1429,83 537,90 366,60 326,25
avril 1427,36 1462,99 540,20 370,40 323,89
mai 1499,41 1519,77 570,40 363,30 324,69
juin 1349,41 1349,84 570,00 368,40 330,87
juil 1218,15 1243,53 558,20 369,80 342,47
août 1207,47 1200,55 572,20 380,50 347,88
sept 1191,55 1184,60 591,40 385,30 350,85
oct 1248,32 1246,75 604,80 391,00 347,74
nov 1232,78 1214,08 587,60 388,90 343,58
déc 1366,07 1339,19 385,90 342,79
  • Source : Agreste, Enquêtes mensuelles laitières

Figure 3Prix et livraisons de lait en Bourgogne-Franche-Comté en 2019

  • Source : Agreste, Enquêtes mensuelles laitières

Figure 4Cotations des bovins appliquées en Bourgogne-Franche-Comté

(en €/kg net)
Cotations des bovins appliquées en Bourgogne-Franche-Comté ((en €/kg net))
Jeune bovin viande U Vache viande R Vache mixte O
janvier 2019 semaine 1 3,96 3,66 3,11
janvier 2019 semaine 2 3,97 3,69 3,14
janvier 2019 semaine 3 4,00 3,70 3,16
janvier 2019 semaine 4 4,00 3,70 3,16
février 2019 semaine 5 4,03 3,71 3,19
février 2019 semaine 6 4,03 3,72 3,21
février 2019 semaine 7 4,04 3,72 3,23
février 2019 semaine 8 4,05 3,74 3,22
mars 2019 semaine 9 4,06 3,75 3,24
mars 2019 semaine 10 4,06 3,76 3,26
mars 2019 semaine 11 4,05 3,76 3,28
mars 2019 semaine 12 4,04 3,78 3,28
avril 2019 semaine 13 4,04 3,78 3,28
avril 2019 semaine 14 4,01 3,78 3,27
avril 2019 semaine 15 4,00 3,77 3,29
avril 2019 semaine 16 3,99 3,77 3,29
avril 2019 semaine 17 3,99 3,79 3,29
mai 2019 semaine 18 4,00 3,79 3,29
mai 2019 semaine 19 3,98 3,78 3,32
mai 2019 semaine 20 3,98 3,78 3,32
mai 2019 semaine 21 3,99 3,81 3,34
juin 2019 semaine 22 3,99 3,83 3,33
juin 2019 semaine 23 3,98 3,81 3,33
juin 2019 semaine 24 3,97 3,81 3,32
juin 2019 semaine 25 3,97 3,81 3,30
juillet 2019 semaine 26 3,96 3,83 3,32
juillet 2019 semaine 27 3,94 3,78 3,29
juillet 2019 semaine 28 3,94 3,80 3,31
juillet 2019 semaine 29 3,91 3,73 3,26
juillet 2019 semaine 30 3,92 3,73 3,21
août 2019 semaine 31 3,94 3,69 3,21
août 2019 semaine 32 3,94 3,69 3,20
août 2019 semaine 33 3,95 3,69 3,25
août 2019 semaine 34 3,95 3,71 3,25
septembre 2019 semaine 35 3,97 3,71 3,24
septembre 2019 semaine 36 3,98 3,71 3,24
septembre 2019 semaine 37 3,98 3,68 3,24
septembre 2019 semaine 38 3,95 3,68 3,22
octobre 2019 semaine 39 3,94 3,67 3,21
octobre 2019 semaine 40 3,93 3,65 3,17
octobre 2019 semaine 41 3,92 3,64 3,15
octobre 2019 semaine 42 3,92 3,64 3,12
octobre 2019 semaine 43 3,93 3,62 3,07
novembre 2019 semaine 44 3,93 3,61 3,04
novembre 2019 semaine 45 3,96 3,64 3,01
novembre 2019 semaine 46 3,99 3,64 3,00
novembre 2019 semaine 47 4,00 3,64 3,00
décembre 2019 semaine 48 4,03 3,63 2,99
décembre 2019 semaine 49 4,06 3,63 2,97
décembre 2019 semaine 50 4,06 3,63 2,98
décembre 2019 semaine 51 4,06 3,64 2,98
décembre 2019 semaine 52 4,06 3,65 3,01
  • Note : L’échelle E.U.R.O.P. définit le profil et le développement musculaire de la carcasse, elle comprend 5 échelons, E (Excellent), U (Très bonne), R (Bonne), O (Assez bonne) et P (Médiocre).
  • Source : Agreste, Commission Bassin Centre-est

Figure 4Cotations des bovins appliquées en Bourgogne-Franche-Comté

  • Note : L’échelle E.U.R.O.P. définit le profil et le développement musculaire de la carcasse, elle comprend 5 échelons, E (Excellent), U (Très bonne), R (Bonne), O (Assez bonne) et P (Médiocre).
  • Source : Agreste, Commission Bassin Centre-est

Figure 5Cotations porcs et agneaux appliquées en Bourgogne-Franche-Comté

(en €/kg)
Cotations porcs et agneaux appliquées en Bourgogne-Franche-Comté ((en €/kg))
Cours de l'Agneau U 16-19 kg Cours du Porc Charcutier
janvier 2019 semaine 1 7,07 1,42
janvier 2019 semaine 2 7,11 1,41
janvier 2019 semaine 3 6,96 1,41
janvier 2019 semaine 4 7,10 1,41
février 2019 semaine 5 7,14 1,42
février 2019 semaine 6 7,13 1,41
février 2019 semaine 7 7,18 1,43
février 2019 semaine 8 7,14 1,42
mars 2019 semaine 9 7,20 1,42
mars 2019 semaine 10 7,34 1,42
mars 2019 semaine 11 7,28 1,43
mars 2019 semaine 12 7,26 1,47
avril 2019 semaine 13 7,24 1,50
avril 2019 semaine 14 7,35 1,56
avril 2019 semaine 15 7,42 1,59
avril 2019 semaine 16 7,52 1,61
avril 2019 semaine 17 7,44 1,60
mai 2019 semaine 18 7,25 1,62
mai 2019 semaine 19 7,09 1,63
mai 2019 semaine 20 6,92 1,62
mai 2019 semaine 21 6,73 1,64
juin 2019 semaine 22 6,59 1,65
juin 2019 semaine 23 6,45 1,67
juin 2019 semaine 24 6,42 1,66
juin 2019 semaine 25 6,35 1,69
juillet 2019 semaine 26 6,34 1,69
juillet 2019 semaine 27 6,26 1,71
juillet 2019 semaine 28 6,27 1,70
juillet 2019 semaine 29 6,26 1,70
juillet 2019 semaine 30 6,28 1,72
août 2019 semaine 31 6,19 1,73
août 2019 semaine 32 6,13 1,73
août 2019 semaine 33 6,26 1,74
août 2019 semaine 34 6,30 1,74
septembre 2019 semaine 35 6,36 1,79
septembre 2019 semaine 36 6,38 1,78
septembre 2019 semaine 37 6,48 1,82
septembre 2019 semaine 38 6,46 1,83
octobre 2019 semaine 39 6,44 1,86
octobre 2019 semaine 40 6,39 1,86
octobre 2019 semaine 41 6,43 1,82
octobre 2019 semaine 42 6,53 1,86
octobre 2019 semaine 43 6,49 1,85
novembre 2019 semaine 44 6,55 1,84
novembre 2019 semaine 45 6,58 1,83
novembre 2019 semaine 46 6,74 1,82
novembre 2019 semaine 47 7,00 1,82
décembre 2019 semaine 48 7,15 1,86
décembre 2019 semaine 49 7,38 1,81
décembre 2019 semaine 50 7,43 1,79
décembre 2019 semaine 51 7,57 1,80
décembre 2019 semaine 52 7,48 1,78
Janvier 2020 semaine 1 7,59 1,77
Janvier 2020 semaine 2 7,55 1,77
Janvier 2020 semaine 3 7,49 1,72
Janvier 2020 semaine 4 7,53 1,73
Janvier 2020 semaine 5 7,56 1,69
  • Note : L’échelle E.U.R.O.P. définit le profil et le développement musculaire de la carcasse, elle comprend 5 échelons, E (Excellent), U (Très bonne), R (Bonne), O (Assez bonne) et P (Médiocre).
  • Source : France Agrimer, Cotation zone Nord et Cotation Sud-Est

Figure 5Cotations porcs et agneaux appliquées en Bourgogne-Franche-Comté

  • Note : L’échelle E.U.R.O.P. définit le profil et le développement musculaire de la carcasse, elle comprend 5 échelons, E (Excellent), U (Très bonne), R (Bonne), O (Assez bonne) et P (Médiocre).
  • Source : France Agrimer, Cotation zone Nord et Cotation Sud-Est

Pour en savoir plus

Barralis L., Dausse H., Desbiez-Piat J.-M., Seguin E., Froissart P., Malet L., Zeller Y., Conjoncture agricole n°1 & Conjoncture agricole n°2, Agreste, février et mars 2020.

Barralis L, Etudes n°1 « Campagne grandes cultures 2018/2019 », Agreste, janvier 2020.