Insee Conjoncture Pays de la LoireBilan économique 2019 - Pays de la Loire

En 2019, la croissance française poursuit son ralentissement en volume : + 1,5 %, après + 1,8 % en 2018 et + 2,3 % en 2017. L’emploi salarié progresse dans les Pays de la Loire (+ 1,4 %), davantage qu’au niveau national (+ 1,1 %). Il continue ainsi sa progression sur un rythme plus soutenu qu’en 2018 mais moins qu’en 2017. Ainsi, la région crée 19 800 emplois salariés, contre 10 600 en 2018. L’industrie conforte son rôle moteur dans l’économie des Pays de la Loire en 2019. L’emploi salarié industriel progresse de 1,1 %, poursuivant son dynamisme des deux années précédentes. Pour la troisième année consécutive, l’emploi augmente dans la construction. En 2019, l’emploi dans le tertiaire marchand augmente, marqué par le rebond de l’emploi intérimaire. Le taux de chômage recule de nouveau dans les Pays de la Loire. Il s’établit à 6,9 %, niveau le plus bas depuis la crise de 2008. Pendant la période de confinement, la perte d’activité en France est estimée entre 33 % et 36 % par rapport à une situation « normale ». La perte d’activité dans les Pays de la Loire est du même ordre de grandeur.

Insee Conjoncture Pays de la Loire
No 29
Paru le : Paru le 18/06/2020
Denis Douillard (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement des Pays de la Loire)
Insee Conjoncture Pays de la Loire  No 29 - Juin 2020

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2019 publiés par l'Insee.
Retrouvez les bilans des autres régions ici.

Cette année, la situation exceptionnelle de la pandémie dans les premiers mois de 2020 introduit une rupture avec la dynamique de 2019 et remet en question les éventuelles prévisions réalisées précédemment. Ainsi, ces bilans rendent également compte de la crise, uniquement sur la période de confinement.

Consulter

Transports - Les flux de marchandises et de voyageurs s’essoufflent légèrementBilan économique 2019

Denis Douillard (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement des Pays de la Loire)

En 2019, l’activité des transports est un peu moins dynamique que les années précédentes. Le ralentissement de la demande en services de mobilité et les mouvements sociaux liés à la réforme des retraites en sont les principales raisons. Néanmoins, soutenues par les moteurs économique et démographique des Pays de la Loire, les deux composantes du secteur, marchandise et voyageur, sont bien orientées. Après deux exercices exceptionnels, les flux du port de Nantes Saint-Nazaire reculent, pénalisés en fin d’année par le blocage des terminaux. La croissance des ventes de véhicules neufs est la plus faible des quatre dernières années. Les immatriculations de voitures diesel baissent pour la huitième année consécutive, au bénéfice des modèles essence, hybrides et électriques. Comme en 2017 et en 2018, l’aéroport de Nantes est le plus dynamique de France.

Insee Conjoncture Pays de la Loire

No 29

Paru le : 18/06/2020

Ralentissement du fret routier, fléchissement du commerce maritime

En 2019, le transport routier de marchandises, qui représente 80 % du volume de fret échangé dans la région, décélère. Tous pavillons confondus, le nombre de poids lourds comptabilisés aux péages autoroutiers de la région progresse de 1,6 % en 2019. Il s’agit de la plus faible croissance des cinq dernières années. Cette décélération s’explique par la hausse modérée de l’activité des secteurs de l’agriculture, de l’industrie, du BTP et du commerce qui sont les principaux clients des transporteurs routiers.
Après deux années de croissance, l’activité du port de Nantes Saint-Nazaire recule de 5,5 % en 2019. Cette baisse est deux fois plus élevée que celle de l’ensemble des trafics maritimes hexagonaux (– 2,9 %). Les flux du 5e port français s’élèvent à 30,7 millions de tonnes (Mt). L’essentiel des pertes de trafic porte sur les produits pétroliers en raison de l’arrêt technique programmé de la raffinerie de Donges. En revanche, le gaz naturel poursuit sa croissance (+ 17,6 % à 8,6 Mt). Il représente 28 % de l’activité du port en 2019 contre 3 % en 2015. En décembre 2019, le trafic du port chute de 23 % par rapport à 2018, sous l’effet des opérations « ports morts » menées dans le cadre des mouvements sociaux contre la réforme des retraites.

Ralentissement des ventes de véhicules neufs

En 2019, 97 980 voitures particulières neuves sont immatriculées dans les Pays de la Loire. La croissance des ventes (+ 3,2 % par rapport à 2018) est deux fois plus faible que celles des années précédentes. Cependant, elle est pour la quatrième année consécutive plus importante qu’en France (figure 1). Les immatriculations progressent dans quatre départements de la région, en revanche, elles reculent de 4,5 % en Mayenne (figure 2).
Contrairement à 2018, le marché est soutenu par les personnes morales (collectivités territoriales, sociétés, etc.) dont les achats de voitures neuves augmentent de 17,9 %. Les acquisitions d’automobiles par les personnes physiques (ménages et entreprises individuelles) se replient de 7,2 %. Le succès des formules de location, la hausse des ventes de véhicules de démonstration et l’essor du marché de l’occasion y participent.
Avec la refonte de la prime à la conversion qui favorise l’achat d’automobiles à faibles émissions de CO2, les immatriculations de voitures diesel diminuent pour la 8e année d’affilée (– 2,9 % en 2019). Leur part s’établit à 35 % des immatriculations, en baisse de deux points par rapport à 2018. Le développement des modèles essence se poursuit (+ 4,8 %), ils sont majoritaires dans la région (56 %). Les achats de voitures hybrides augmentent de 13,7 %, ces modèles représentent 6,6 % des immatriculations de voitures neuves. Les modèles électriques rassemblent 2,2 % du marché, leurs ventes sont en hausse de 40,8 %.
Les achats de véhicules utilitaires légers augmentent de 7,4 %. Au sein des véhicules industriels, les immatriculations progressent de 11,8 %, contrastant avec la stabilisation de 2018 (+ 0,3 %). Les ventes de poids lourds neufs sont très élevées au cours du premier semestre, les transporteurs routiers avançant leurs achats pour échapper à l’obligation, à partir du 15  juin, d’équiper leurs nouveaux véhicules de chronotachygraphes dits « intelligents ». Les ventes de camions (+ 11,6 %) et de semi-remorques (+ 4,0 %) atteignent un plus haut niveau historique.
Sur les autoroutes de la région, les flux de véhicules légers augmentent de 2,6 %, soit à un rythme deux fois plus rapide que celui des années précédentes.

Ralentissement du transport urbain, forte hausse du transport aérien

Les huit principaux réseaux de transport public urbain enregistrent 250 millions de voyages en 2019 (+ 2,4 %). Cette croissance est deux fois moins élevée qu’en 2018 (+ 4,8 %). Elle s’inscrit dans un contexte où la stagnation du prix de l’essence renforce l’attractivité de la voiture particulière et où les manifestations ont perturbé la circulation des bus et des tramways (gilets jaunes et réforme des retraites). Sept réseaux sur les huit réseaux des plus grandes agglomérations de la région battent néanmoins leurs records de fréquentation. Au Mans, le nombre de voyages se replie de 2,5 %.
En 2019, 7,3 millions de passagers sont recensés dans les aéroports de la région (+ 16,4 % par rapport à 2018) (figure 3). La quasi-totalité d’entre eux transite par Nantes Atlantique, neuvième aéroport français, dont la fréquentation a été multiplié par 2,7 en 10 ans. Les mouvements d’appareils augmentent moins rapidement (+ 7,8 %) en raison de l’amélioration du remplissage des avions et du recours à des aéronefs de plus grande capacité.
Ininterrompue depuis 2009, l’augmentation du trafic aérien ligérien est en 2019 presque cinq fois plus élevée que celles observées en France (+ 3,7 %) et dans l’Union européenne (+ 3,3 %). Elle est portée, comme les années précédentes, par les lignes à bas coût (figure 4). Leur fréquentation progresse de 30,6 % par rapport à 2018. Elles représentent désormais 63 % du trafic de l’aéroport de Nantes, soit 29 points de plus que dans les autres plates-formes françaises.

Figure 1Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

indice base 100 en 2013
Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs (indice base 100 en 2013)
Pays de la Loire France entière
2013 100 100
2014 95,4 100,6
2015 99,1 107,5
2016 104,9 113,1
2017 113 118,6
2018 120,2 122,1
2019 124,1 124,2
  • Note : données brutes.
  • Source : SDES, Fichier central des automobiles, SIDIV (extraction du 17/02/2020).

Figure 1Évolution du nombre d'immatriculations de véhicules particuliers neufs

  • Note : données brutes.
  • Source : SDES, Fichier central des automobiles, SIDIV (extraction du 17/02/2020).

Figure 2Immatriculations de véhicules neufs

Immatriculations de véhicules neufs
Véhicules particuliers Véhicules utilitaires légers ¹ Véhicules industriels à moteur ² Ensemble immatriculations ³
2019 (nombre) Évolution 2019/2018 (%) 2019 (nombre) Évolution 2019/2018 (%) 2019 (nombre) Évolution 2019/2018 (%) 2019 (nombre) Évolution 2019/2018 (%)
Loire-Atlantique 38 137 5,0 13 896 8,2 1 503 5,7 53 646 5,9
Maine-et-Loire 19 374 4,3 5 749 3,9 959 19,3 26 124 4,6
Mayenne 6 284 -4,5 1 924 8,3 541 10,9 8 753 -1,1
Sarthe 15 048 2,9 2 970 5,2 565 14,1 18 605 3,7
Vendée 19 137 1,7 5 464 10,3 1 051 14,0 25 726 3,9
Pays de la Loire 97 980 3,2 30 003 7,4 4 619 11,8 132 854 4,5
France entière 2 241 834 1,7 487 949 3,9 57 291 0,8 2 794 078 2,1
  • Note : données brutes.
  • ¹ : camionnettes et véhicules automoteurs spécialisés <= 3,5 t de PTAC.
  • ² : camions, véhicules automoteurs spécialisés > 3,5 t de PTAC et tracteurs routiers.
  • ³ : y compris immatriculations de transports en commun.
  • Source : SDES, SIDIV (extraction du 17/02/2020).

Figure 3Passagers des aéroports

en %
Passagers des aéroports (en %)
Pays de la Loire France entière
Passagers 2019 (nombre) Évolution 2019/2018 Évolution annuelle moyenne 2018/2013 ¹ Évolution 2019/2018 Évolution annuelle moyenne 2018/2013 ¹
Lignes nationales 2 881 544 6,9 6,2 2,1 1,6
Lignes internationales 4 341 034 24,6 13,1 4,6 4,7
Transit 36 553 -33,7 -10,6 -25,9 0,7
Total 7 259 131 16,4 9,4 3,7 3,8
dont lignes à bas coût (low cost) 4 602 471 30,6 18,4 8,4 11,2
Part des lignes à bas coût (low cost) (%) 63,4 /// /// /// ///
  • Note : données brutes.
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le trafic passager si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • /// : absence de donnée due à la nature des choses.
  • Source : Union des aéroports français.

Figure 4Évolution du nombre de passagers des aéroports - Pays de la Loire

indice base 100 en 2010
Évolution du nombre de passagers des aéroports - Pays de la Loire (indice base 100 en 2010)
National International À bas coût (low cost)
2010 100 100 100
2011 107,7 105,9 108,3
2012 120 120,3 168,1
2013 132,4 127,3 232,3
2014 135,8 140,5 276,1
2015 139,4 152,2 318,5
2016 151,7 167,5 361,7
2017 164,8 202,2 451,5
2018 179,2 235,5 539,7
2019 191,7 293,4 705,1
  • Source : Union des aéroports français.

Figure 4Évolution du nombre de passagers des aéroports - Pays de la Loire

  • Source : Union des aéroports français.

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Définitions


Immatriculations de voitures particulières neuves :

l'Insee publie mensuellement le nombre des immatriculations des voitures particulières neuves (hors utilitaires et transit temporaire) permettant ainsi de suivre l'évolution du marché automobile français. Le chiffre brut, communiqué par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) est corrigé des jours ouvrables et des variations saisonnières (CJO-CVS).


Tonne-kilomètre :

une tonne-kilomètre est une unité de mesure correspondant au transport d'une tonne sur une distance d'un kilomètre.

Remarque :

Ce terme est défini par analogie avec la notion de « travail » en physique. Par rapport aux tonnes, les tonnes-kilomètres ont l'avantage d'être « additives » : un déplacement de 10 tonnes sur 100 kilomètres suivi d'un déplacement de 10 tonnes sur 50 kilomètres donnent au total 1500 tonnes-kilomètres, alors que l'addition des poids transportés n'a pas de sens.


Transport de marchandises :

le transport de marchandises comprend tout mouvement de marchandises à bord d'un mode de transport quel qu'il soit : ferroviaire, routier, fluvial, maritime, aérien, etc. Il se mesure en tonnes-kilomètres ou, sur un trajet donné, en tonnes.


Transport de voyageurs :

le transport de voyageurs comprend tout mouvement de voyageurs à bord d'un mode de transport quel qu'il soit : ferroviaire, routier, maritime, aérien, etc. Il se mesure en voyageurs-kilomètres ou, sur un trajet donné, en nombre de voyageurs.


Les véhicules de démonstration sont des voitures immatriculées par les constructeurs dans le but de remplir des objectifs de vente. Ces véhicules sont exposés dans les concessions avant d’être vendus sous la dénomination « occasions zéro kilomètre ».

Définitions


Immatriculations de voitures particulières neuves :

l'Insee publie mensuellement le nombre des immatriculations des voitures particulières neuves (hors utilitaires et transit temporaire) permettant ainsi de suivre l'évolution du marché automobile français. Le chiffre brut, communiqué par le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) est corrigé des jours ouvrables et des variations saisonnières (CJO-CVS).


Tonne-kilomètre :

une tonne-kilomètre est une unité de mesure correspondant au transport d'une tonne sur une distance d'un kilomètre.

Remarque :

Ce terme est défini par analogie avec la notion de « travail » en physique. Par rapport aux tonnes, les tonnes-kilomètres ont l'avantage d'être « additives » : un déplacement de 10 tonnes sur 100 kilomètres suivi d'un déplacement de 10 tonnes sur 50 kilomètres donnent au total 1500 tonnes-kilomètres, alors que l'addition des poids transportés n'a pas de sens.


Transport de marchandises :

le transport de marchandises comprend tout mouvement de marchandises à bord d'un mode de transport quel qu'il soit : ferroviaire, routier, fluvial, maritime, aérien, etc. Il se mesure en tonnes-kilomètres ou, sur un trajet donné, en tonnes.


Transport de voyageurs :

le transport de voyageurs comprend tout mouvement de voyageurs à bord d'un mode de transport quel qu'il soit : ferroviaire, routier, maritime, aérien, etc. Il se mesure en voyageurs-kilomètres ou, sur un trajet donné, en nombre de voyageurs.