Bilan économique 2019 - Pays de la Loire

En 2019, la croissance française poursuit son ralentissement en volume : + 1,5 %, après + 1,8 % en 2018 et + 2,3 % en 2017. L’emploi salarié progresse dans les Pays de la Loire (+ 1,4 %), davantage qu’au niveau national (+ 1,1 %). Il continue ainsi sa progression sur un rythme plus soutenu qu’en 2018 mais moins qu’en 2017. Ainsi, la région crée 19 800 emplois salariés, contre 10 600 en 2018. L’industrie conforte son rôle moteur dans l’économie des Pays de la Loire en 2019. L’emploi salarié industriel progresse de 1,1 %, poursuivant son dynamisme des deux années précédentes. Pour la troisième année consécutive, l’emploi augmente dans la construction. En 2019, l’emploi dans le tertiaire marchand augmente, marqué par le rebond de l’emploi intérimaire. Le taux de chômage recule de nouveau dans les Pays de la Loire. Il s’établit à 6,9 %, niveau le plus bas depuis la crise de 2008. Pendant la période de confinement, la perte d’activité en France est estimée entre 33 % et 36 % par rapport à une situation « normale ». La perte d’activité dans les Pays de la Loire est du même ordre de grandeur.

Insee Conjoncture Pays de la Loire
No 29
Paru le : Paru le 18/06/2020
Christelle Manceau (Insee)
Insee Conjoncture Pays de la Loire  No 29 - juin 2020

Ce bilan économique fait partie des 17 bilans économiques régionaux 2019 publiés par l'Insee.
Retrouvez les bilans des autres régions ici.

Cette année, la situation exceptionnelle de la pandémie dans les premiers mois de 2020 introduit une rupture avec la dynamique de 2019 et remet en question les éventuelles prévisions réalisées précédemment. Ainsi, ces bilans rendent également compte de la crise, uniquement sur la période de confinement.

Consulter

Tourisme - Une fréquentation dynamique portée par les campingsBilan économique 2019

Christelle Manceau (Insee)

En 2019, les hébergements touristiques des Pays de la Loire totalisent 24,5 millions de nuitées. La fréquentation progresse plus fortement qu’en France. Si la croissance est dynamique dans les campings (+ 6,0 %), elle est plus modérée dans les hôtels (+ 1,0 %). Cette hausse est portée par la clientèle résidant en France, alors que la clientèle non résidente est moins présente qu’en 2018. À l’inverse, la fréquentation diminue dans les autres hébergements collectifs touristiques (– 3,6 %), qui incluent notamment les résidences de tourisme et les villages de vacances.

Insee Conjoncture Pays de la Loire

No 29

Paru le : 18/06/2020

En 2019, dans les Pays de la Loire, la fréquentation touristique progresse pour la 3e année consécutive (figure 1). Les hébergements touristiques totalisent 24,5 millions de nuitées, soit une hausse de 2,7 % par rapport à 2018, contre + 1,3 % en France. Spécificité régionale, 53 % des nuitées ont lieu dans les campings contre 29 % en moyenne dans les régions françaises.

Une hausse de fréquentation soutenue dans les campings

En 2019, les campings enregistrent 12,9 millions de nuitées entre avril et septembre dans la région. La hausse de fréquentation observée depuis 2017 s’accentue (+ 6,0 % après + 2,5 % en 2018). Elle est nettement supérieure à la France (+ 2,9 %).

À part en Mayenne où la fréquentation est stable, la hausse est perceptible dans tous les départements (figure 2). La fréquentation augmente notamment en Vendée (+ 5,2 %), département qui enregistre plus des deux tiers des nuitées. La hausse est particulièrement importante en Maine-et-Loire (+ 10,2 %) et en Loire-Atlantique (+ 8,1 %). La fréquentation repart dans la Sarthe (+ 5,8 %).

La progression de la fréquentation est portée par la clientèle résidant en France (+ 7,6 %), plus fortement qu’au niveau national (+ 3,7 %). A contrario, après deux années de hausse, la fréquentation de la clientèle non résidente diminue (– 1,1 %), alors qu’elle continue de progresser en France (+ 1,1 %). Après une fréquentation stable en 2018, les nuitées britanniques baissent de nouveau (– 7,6 %). La fréquentation des Néerlandais se stabilise mais les nuitées belges et allemandes continuent leur progression (respectivement + 13,4 % et + 4,1 %).

Les nuitées dans les campings de 3, 4 ou 5 étoiles sont en hausse de 5,9 %, une évolution supérieure au national (+ 3,3 %) (figure 3). La fréquentation progresse également dans les 1 ou 2 étoiles (+ 5,1 %), alors que celle-ci baisse en France (– 1,6 %).

La hausse de fréquentation est forte sur les emplacements équipés (+ 8,6 %) et plus modérée sur les emplacements nus (+ 1,5 %).

Les touristes restent en moyenne 5,4 jours dans les campings de la région. Les séjours sont plus longs en Vendée (6,2 jours).

Hôtels : une fréquentation des non-résidents en forte baisse

En 2019, les hôtels enregistrent 7,4 millions de nuitées, soit une hausse de fréquentation de 1,0 %, en ralentissement par rapport à l’année précédente (+ 4,5 % en 2018). La progression modérée en 2019 est dans la tendance nationale (+ 0,8 %).

La hausse est portée par les nuitées des résidents (+ 2,3 %). A contrario, après une augmentation de fréquentation continue depuis 2012, les nuitées des non-résidents diminuent (– 8,3 %), plus fortement qu’en France (– 2,4 %). Les Britanniques sont beaucoup moins présents (– 8,7 %), tout comme les Allemands (– 5,2 %) et dans une moindre mesure la clientèle belge (– 1,9 %). À l’inverse, les nuitées espagnoles augmentent fortement (+ 17,6 %).

La fréquentation de la clientèle d’affaires représente 56 % des nuitées. Elle est en léger recul par rapport à l’année précédente (– 1,4 %).

Près de la moitié des nuitées a lieu en Loire-Atlantique, département qui enregistre une hausse de fréquentation modérée (+ 0,7 %) (figure 4). Après une hausse importante en 2018 liée notamment au départ du Tour de France (+ 9,3 %), la fréquentation ralentit en Vendée (+ 0,4 %). Celle-ci se stabilise dans la Sarthe (– 0,1 %), mais augmente plus fortement en Maine-et-Loire (+ 3,1 %) et en Mayenne (+ 2,5 %).

Après une baisse importante depuis 2017, la fréquentation se stabilise dans les hôtels de catégorie 1-2 étoiles (– 0,2 %), alors qu’elle continue de diminuer en France (– 5,4 %) (figure 5). La progression se poursuit dans les hôtels 3 et 4-5 étoiles (respectivement + 5,0 % et + 3,1 %).

La fréquentation augmente particulièrement en juin et en avril (respectivement + 4,8 % et + 3,5 %), et diminue plus fortement en mai (– 2,2 %). La durée moyenne de séjour est stable à 1,6 jour.

Ralentissement de la fréquentation dans les AHCT

En 2019, les autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) enregistrent 4,2 millions de nuitées (figure 6).

Après une forte hausse de fréquentation en 2018, le nombre de nuitées diminue (– 3,6 %), alors qu’il est en légère hausse en France (+ 0,4 %). Cette baisse est liée à une présence moindre de la clientèle résidente (– 4,2 %). À l’inverse, la fréquentation de la clientèle non résidente augmente (+ 3,4 %).

Figure 1Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

indice base 100 en 2011
Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings (indice base 100 en 2011)
Nombre de nuitées - Pays de la Loire Nombre d'arrivées - Pays de la Loire Nombre de nuitées - France métropolitaine Nombre d'arrivées - France métropolitaine
2011 100 100 100 100
2012 97,2 100,4 99,9 100
2013 98,2 99,4 100,4 100,8
2014 100,2 100,4 100,4 101,3
2015 104,9 106,9 101,8 103,1
2016 105,1 110,9 100,9 103,2
2017 108,5 112,4 106,2 107,9
2018 112 116,4 108 109,7
2019 116,7 121,1 109,7 111,7
  • Notes : données définitives. La fréquentation des campings n'est observée que d'avril à septembre. De 2011 à 2016 le mois d'avril a été estimé pour toutes les régions (sauf en avril 2016 où les régions Hauts-de-France, Grand Est et Provence-Alpes-Côte d'Azur ont été enquêtées).
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 1Évolution des nuitées dans les hôtels et les campings

  • Notes : données définitives. La fréquentation des campings n'est observée que d'avril à septembre. De 2011 à 2016 le mois d'avril a été estimé pour toutes les régions (sauf en avril 2016 où les régions Hauts-de-France, Grand Est et Provence-Alpes-Côte d'Azur ont été enquêtées).
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 2Nombre de nuitées dans les campings par département

en %
Nombre de nuitées dans les campings par département (en %)
Nombre de nuitées dans les campings Part de nuitées effectuées en 2019
2019 (en milliers) Évolution 2019/2018 Évolution annuelle moyenne 2018/2013 ¹ par une clientèle non résidente sur emplacements équipés
Loire-Atlantique 2 722 8,1 1,7 13,2 57,8
Maine-et-Loire 711 10,2 4,4 37,5 48,1
Mayenne 93 0,0 1,0 12,0 34,1
Sarthe 322 5,8 1,8 32,1 29,5
Vendée 9 046 5,2 2,5 15,5 70,4
Pays de la Loire 12 895 6,0 2,4 16,6 65,2
France métropolitaine 128 602 2,9 1,8 31,2 55,4
  • Notes : données définitives. La fréquentation des campings n'est observée que d'avril à septembre.
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 3Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les campings selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2019 (milliers) Évolution 2019/2018 (%)
Pays de la Loire France métropolitaine Pays de la Loire France métropolitaine
1-2 étoiles 1 023 14 604 5,1 -1,6
3-4-5 étoiles 11 610 108 326 5,9 3,3
Non classés 263 5 671 16,6 6,9
Total 12 895 128 602 6,0 2,9
  • Notes : données définitives. La fréquentation des campings n'est observée que d'avril à septembre.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 4Nombre de nuitées dans les hôtels par département

en %
Nombre de nuitées dans les hôtels par département (en %)
Nombre de nuitées dans les hôtels Part de nuitées effectuées en 2019 par une clientèle non résidente
2019 (en milliers) Évolution 2019/2018 Évolution annuelle moyenne 2018/2013 ¹
Loire-Atlantique 3 307 0,7 2,7 11,6
Maine-et-Loire 1 348 3,1 2,5 10,5
Mayenne 296 2,5 0,9 10,9
Sarthe 894 -0,1 3,0 14,8
Vendée 1 546 0,4 5,5 5,8
Pays de la Loire 7 391 1,0 3,2 10,6
France entière 219 256 0,8 1,3 35,2
  • Note : données définitives.
  • ¹ : taux d'évolution annuel qu'aurait connu le nombre de nuitées si l'évolution avait été la même pour chaque année de la période considérée.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 5Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie

Nombre de nuitées dans les hôtels selon la catégorie
Nombre de nuitées en 2019 (milliers) Évolution 2019/2018 (%)
Pays de la Loire France entière Pays de la Loire France entière
1-2 étoiles 1 872 47 832 -0,2 -5,4
3 étoiles 3 236 82 814 5,0 1,5
4-5 étoiles 1 364 60 023 3,1 4,1
Non classés 919 28 587 -11,1 3,1
Total 7 391 219 256 1,0 0,8
  • Note : données définitives.
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).

Figure 6Nombre de nuitées dans les autres hébergements collectifs touristiques par département

Nombre de nuitées dans les autres hébergements collectifs touristiques par département
Nuitées (en milliers) Évolution 2019/2018 des nuitées totales (en %)
Clientèle résidente Clientèle non résidente Total
Loire-Atlantique 2 042 241 2 283 – 5,0
Maine-et-Loire 254 29 283 – 4,2
Mayenne 30 1 31 1,4
Sarthe 103 6 109 22,6
Vendée 1 372 111 1 483 – 2,8
Pays de la Loire 3 801 388 4 189 – 3,6
France entière 79 958 18 730 98 688 0,4
  • Source : Insee en partenariat avec la DGE et les comités régionaux du tourisme (CRT).
Avertissement

Révision des séries concernant les hôtels à compter du 1er janvier 2019

À partir du 1er janvier 2019, les données des hôtels non répondants sont imputées au moyen d’une nouvelle méthode, en fonction de leurs caractéristiques. Cette nouvelle méthode d’imputation de la non-réponse tend à revoir légèrement à la baisse le nombre total de nuitées mais n’a pas d’impact sur les évolutions (en savoir plus).

Note méthodologique

Changement de questionnaire à partir de janvier 2019 - Modification dans la manière d’observer le pays de résidence des touristes

Jusqu’en janvier 2019, lorsque le pays de résidence d’un touriste n’était pas connu, les nuitées et les arrivées de touristes étaient imputées aux non-résidents, c’est-à-dire résidant en dehors de France. À partir de janvier 2019, par souci de qualité, une nouvelle modalité de réponse « pays non-connu » a été introduite. Elle permet d’identifier les situations pour lesquelles l’hébergement ne sait pas si les touristes sont résidents ou non-résidents. Cette modification permet de mieux estimer la répartition des nuitées et des arrivées entre résidents et non-résidents. Elle peut aussi entraîner une baisse de la part des nuitées des non-résidents à partir de 2019. À titre d’exemple, les nuitées des non-résidents représentaient 38,7 % du total en mai-juin-juillet 2019 et 39,6 % aux mois de mai-juin-juillet 2018, soit 0,9 point d’écart pour la France métropolitaine.

Avertissement

Les données chiffrées sont parfois arrondies (selon les règles mathématiques). Le résultat arrondi d'une combinaison de données chiffrées (qui fait intervenir leurs valeurs réelles) peut se trouver légèrement différent de celui que donnerait la combinaison de leurs valeurs arrondies.

Pour comprendre

Les résultats s’appuient sur trois enquêtes mensuelles réalisées par l’Insee dans le cadre d’un partenariat avec la Direction générale des entreprises (DGE) et les organismes régionaux chargés du tourisme. Elles permettent d’observer la fréquentation et la structure de la clientèle, notamment son origine géographique.

- L’enquête de fréquentation dans l’hôtellerie couvre un échantillon de 12 000 hôtels homologués (1 à 5 étoiles dans le nouveau classement hôtelier) et non homologués de chaînes de la France métropolitaine et des départements d’Outre-mer. Elle couvre les douze mois de l’année.

- L’enquête de fréquentation dans l’hôtellerie de plein air couvre un échantillon d’environ 6 100 terrains de camping, offrant au moins un emplacement de passage, classés ou non et situés en France métropolitaine. Elle couvre la saison d’été d’avril à septembre. Le mois d’avril est enquêté dans les campings depuis 2017, les données d’avril 2010 à 2016 ont été estimées. Suite au changement de classification début 2014, les données de 2010 à 2013 ont été rétropolées pour les deux types d’hébergement.

- L’enquête de fréquentation dans les autres hébergements collectifs touristiques (AHCT) couvre un échantillon de 2 800 établissements, notamment les résidences de tourisme (dont appart’hôtel), villages de vacances, maisons familiales et auberges de jeunesse. Ils n’incluent pas les hébergements proposés par des particuliers.

Définitions

Résident (au sens du tourisme) : personne résidant en France et réalisant un séjour touristique en France.

Non-résident (au sens du tourisme) : personne résidant à l'étranger et réalisant un séjour touristique en France.


Hôtellerie de plein air (camping) / Campings :

les campings-caravanings classés le sont selon les nouvelles normes Atout France en vigueur depuis juillet 2012. Ils sont classés de 1 à 5 étoiles. Les conditions requises pour ce classement portent sur les équipements communs, les équipements sanitaires, l'accessibilité aux personnes handicapées.


Nuitée :

nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement ; deux personnes séjournant trois nuits dans un hôtel comptent ainsi pour six nuitées de même que six personnes ne séjournant qu'une nuit.


Arrivées :

les arrivées sont le nombre total de personnes arrivées dans un établissement durant la période considérée. Elles ne sont comptées qu'une fois, au 1er jour de leur séjour, quelque soit la durée du séjour. 


Séjour :

les voyages se décomposent en « séjours » définis par le fait d'avoir passé au moins une nuit en lieu fixe. La durée des séjours est comptabilisée en nuitées.


Durée moyenne de séjour (hôtellerie, hôtellerie de plein air) :

rapport du nombre de nuitées au nombre d'arrivées de clients hébergés.


Taux d'occupation (hôtellerie, hôtellerie de plein air, autres hébergements) :

le taux d'occupation est le rapport entre le nombre de chambres (emplacements) occupés et le nombre de chambres (emplacements)  offerts par les hôtels et campings ouverts. Il diffère du taux d'utilisation qui rapporte le nombre de chambres (emplacements)  occupés au nombre de chambres (emplacements) total des hôtels et campings, qu'ils soient ouverts ou fermés.

Pour en savoir plus

Manceau C., Saison d’été 2019 : un dynamisme porté par les campings et la clientèle résidant en France, Insee Flash Pays de la Loire, n° 97, novembre 2019.

Définitions


Hôtellerie de plein air (camping) / Campings :

les campings-caravanings classés le sont selon les nouvelles normes Atout France en vigueur depuis juillet 2012. Ils sont classés de 1 à 5 étoiles. Les conditions requises pour ce classement portent sur les équipements communs, les équipements sanitaires, l'accessibilité aux personnes handicapées.


Nuitée :

nombre total de nuits passées par les clients dans un établissement ; deux personnes séjournant trois nuits dans un hôtel comptent ainsi pour six nuitées de même que six personnes ne séjournant qu'une nuit.


Arrivées :

les arrivées sont le nombre total de personnes arrivées dans un établissement durant la période considérée. Elles ne sont comptées qu'une fois, au 1er jour de leur séjour, quelque soit la durée du séjour. 


Séjour :

les voyages se décomposent en « séjours » définis par le fait d'avoir passé au moins une nuit en lieu fixe. La durée des séjours est comptabilisée en nuitées.


Durée moyenne de séjour (hôtellerie, hôtellerie de plein air) :

rapport du nombre de nuitées au nombre d'arrivées de clients hébergés.


Taux d'occupation (hôtellerie, hôtellerie de plein air, autres hébergements) :

le taux d'occupation est le rapport entre le nombre de chambres (emplacements) occupés et le nombre de chambres (emplacements)  offerts par les hôtels et campings ouverts. Il diffère du taux d'utilisation qui rapporte le nombre de chambres (emplacements)  occupés au nombre de chambres (emplacements) total des hôtels et campings, qu'ils soient ouverts ou fermés.