Les naissances en 2018État civil - Insee Résultats

Chiffres détaillés
Insee Résultats
Paru le : Paru le 12/09/2019
Insee Résultats - Septembre 2019

Les naissances en 2018 - Graphiques de séries longuesÉtat civil - Insee Résultats

Chiffres détaillés

Insee Résultats

Paru le : 12/09/2019

Consulter

Évolution de l'ensemble des naissances vivantes et des naissances hors mariage

G15 - Évolution de l'ensemble des naissances vivantes et des naissances hors mariage

G15 - Évolution de l'ensemble des naissances vivantes et des naissances hors mariage () - Lecture : En 2018, 719 737 naissances vivantes ont eu lieu, dont 425 260 hors mariage, soit 59,1 %. En 1968, 50 ans plus tôt, les effectifs étaient de 835 796 et 53 365 et la proportion de 6,4 %.
Année Total des naissances vivantes Naissances hors mariage Pourcentage de naissances hors mariage
1968 835 796 53 365 6,4
1969 842 245 54 865 6,5
1970 850 381 58 154 6,8
1971 881 284 62 060 7,0
1972 877 506 66 161 7,5
1973 857 186 70 214 8,2
1974 801 218 67 758 8,5
1975 745 065 63 429 8,5
1976 720 395 61 469 8,5
1977 744 744 65 398 8,8
1978 737 062 69 221 9,4
1979 757 354 77 833 10,3
1980 800 376 91 115 11,4
1981 805 483 102 146 12,7
1982 797 223 113 398 14,2
1983 748 525 118 851 15,9
1984 759 939 135 265 17,8
1985 768 431 150 492 19,6
1986 778 468 170 682 21,9
1987 767 828 184 926 24,1
1988 771 268 203 066 26,3
1989 765 473 216 063 28,2
1990 762 407 229 107 30,1
1991 759 056 241 628 31,8
1992 743 658 246 867 33,2
1993 711 610 248 331 34,9
1994 710 993 256 653 36,1
1995 729 609 274 210 37,6
1996 734 338 285 514 38,9
1997 726 768 290 848 40,0
1998 738 080 300 546 40,7
1999 744 791 310 886 41,7
2000 774 782 330 115 42,6
2001 770 945 337 007 43,7
2002 761 630 337 122 44,3
2003 761 464 344 218 45,2
2004 767 816 356 326 46,4
2005 774 355 366 794 47,4
2006 796 896 394 548 49,5
2007 785 985 398 778 50,7
2008 796 044 411 050 51,6
2009 793 420 419 402 52,9
2010 802 224 434 161 54,1
2011 792 996 436 090 55,0
2012 790 290 441 187 55,8
2013 781 621 440 616 56,4
2014 781 167 448 526 57,4
2015 760 421 440 274 57,9
2016 744 697 435 469 58,5
2017 730 242 428 254 58,6
2018 719 737 425 260 59,1
  • Lecture : En 2018, 719 737 naissances vivantes ont eu lieu, dont 425 260 hors mariage, soit 59,1 %. En 1968, 50 ans plus tôt, les effectifs étaient de 835 796 et 53 365 et la proportion de 6,4 %.
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil

G15 - Évolution de l'ensemble des naissances vivantes et des naissances hors mariage

  • Lecture : En 2018, 719 737 naissances vivantes ont eu lieu, dont 425 260 hors mariage, soit 59,1 %. En 1968, 50 ans plus tôt, les effectifs étaient de 835 796 et 53 365 et la proportion de 6,4 %.
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil

Évolution des naissances vivantes selon la nationalité combinée des parents

G17A - Évolution des naissances vivantes selon la nationalité combinée des parents

G17A - Évolution des naissances vivantes selon la nationalité combinée des parents () - Lecture : En 2018, 719 737 naissances vivantes ont été comptabilisées. 544 565 sont issues de deux parents français, 104 535 d'un parent français et un parent étranger et 70 637 de deux parents étrangers. En 1988, 30 ans plus tôt, sur les 771 268 naissances vivantes, les effectifs étaient respectivement de 600 258, 30 558 et 63 859.
Année Total des naissances vivantes Deux parents français Couples mixtes Deux parents étrangers
1988 771 268 600 258 30 558 63 859
1989 765 473 596 071 31 177 62 755
1990 762 407 590 989 32 413 63 477
1991 759 056 587 579 34 439 62 227
1992 743 658 573 231 35 968 60 587
1993 711 610 571 911 39 223 59 220
1994 710 993 576 851 40 720 55 637
1995 729 609 602 648 42 771 52 972
1996 734 338 609 050 44 175 49 800
1997 726 768 596 483 44 849 47 553
1998 738 080 630 995 57 897 49 188
1999 744 791 633 788 61 577 49 426
2000 774 782 657 576 66 636 50 570
2001 770 945 648 506 69 954 52 485
2002 761 630 633 294 74 590 53 746
2003 761 464 629 014 78 318 54 132
2004 767 816 628 062 84 013 55 741
2005 774 355 630 481 88 965 54 909
2006 796 896 645 879 94 888 56 129
2007 785 985 635 082 96 314 54 589
2008 796 044 640 596 100 464 54 984
2009 793 420 634 153 103 704 55 563
2010 802 224 642 816 106 622 52 786
2011 792 996 634 893 102 420 55 683
2012 790 290 626 428 105 569 58 293
2013 781 621 614 031 106 658 60 932
2014 781 167 607 423 109 172 64 572
2015 760 421 587 417 107 642 65 362
2016 744 697 570 785 106 281 67 631
2017 730 242 555 864 105 547 68 831
2018 719 737 544 565 104 535 70 637
  • N.B.1. Avant 1998, la nationalité du père n'étant pas toujours disponible, l'égalité « ensemble des mères étrangères » = « père français, mère étrangère » + « deux parents étrangers » n'est pas vérifiée. Idem pour « ensemble des mères françaises ». Cet écart n'existe plus à partir de 1998 car les informations manquantes sur la nationalité ont été redressées.
  • N.B.2. À la suite des évolutions de la méthode de traitement des données, les séries présentent de légères ruptures en 2010 puis en 2011.
  • Lecture : En 2018, 719 737 naissances vivantes ont été comptabilisées. 544 565 sont issues de deux parents français, 104 535 d'un parent français et un parent étranger et 70 637 de deux parents étrangers. En 1988, 30 ans plus tôt, sur les 771 268 naissances vivantes, les effectifs étaient respectivement de 600 258, 30 558 et 63 859.
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil

G17A - Évolution des naissances vivantes selon la nationalité combinée des parents

  • N.B.1. Avant 1998, la nationalité du père n'étant pas toujours disponible, l'égalité « ensemble des mères étrangères » = « père français, mère étrangère » + « deux parents étrangers » n'est pas vérifiée. Idem pour « ensemble des mères françaises ». Cet écart n'existe plus à partir de 1998 car les informations manquantes sur la nationalité ont été redressées.
  • N.B.2. À la suite des évolutions de la méthode de traitement des données, les séries présentent de légères ruptures en 2010 puis en 2011.
  • Lecture : En 2018, 719 737 naissances vivantes ont été comptabilisées. 544 565 sont issues de deux parents français, 104 535 d'un parent français et un parent étranger et 70 637 de deux parents étrangers. En 1988, 30 ans plus tôt, sur les 771 268 naissances vivantes, les effectifs étaient respectivement de 600 258, 30 558 et 63 859.
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil

Évolution des naissances vivantes selon le lieu de naissance combiné des parents

G17B - Évolution des naissances vivantes selon le lieu de naissance combiné des parents

G17B - Évolution des naissances vivantes selon le lieu de naissance combiné des parents () - Lecture : En 2018, 719 737 naissances vivantes ont été comptabilisées. 493 912 sont issues de deux parents nés en France, 109 397 d'un parent né en France et un parent né à l'étranger et 116 428 de deux parents nés à l'étranger. En 1988, 30 ans plus tôt, sur les 771 268 naissances vivantes, les effectifs étaient respectivement de 528 281, 86 383 et 79 962.
Année Total des naissances vivantes Deux parents nés en France Un parent né en France, l'autre à l'étranger Deux parents nés à l'étranger
1988 771 268 528 281 86 383 79 962
1989 765 473 525 879 84 735 79 349
1990 762 407 522 788 84 676 79 399
1991 759 056 522 242 83 619 78 261
1992 743 658 510 866 81 443 77 340
1993 711 610 510 244 80 997 76 029
1994 710 993 515 032 81 446 73 505
1995 729 609 541 230 83 651 71 077
1996 734 338 548 027 82 825 68 229
1997 726 768 539 238 80 911 66 035
1998 738 080 566 447 101 511 70 122
1999 744 791 576 537 98 687 69 567
2000 774 782 601 268 101 498 72 016
2001 770 945 595 286 102 013 73 646
2002 761 630 580 999 103 930 76 701
2003 761 464 575 985 106 677 78 802
2004 767 816 574 687 110 258 82 871
2005 774 355 575 659 114 090 84 606
2006 796 896 590 163 119 159 87 574
2007 785 985 579 515 119 587 86 883
2008 796 044 585 427 121 845 88 772
2009 793 420 578 052 125 058 90 310
2010 802 224 583 600 129 025 89 599
2011 792 996 580 756 115 018 97 222
2012 790 290 575 041 115 801 99 448
2013 781 621 560 903 115 766 104 952
2014 781 167 554 419 117 547 109 201
2015 760 421 535 302 114 367 110 752
2016 744 697 518 515 113 317 112 865
2017 730 242 504 177 111 405 114 660
2018 719 737 493 912 109 397 116 428
  • N.B.1. Avant 1998, le lieu de naissance du père n'étant pas toujours disponible, l'égalité « ensemble des mères nées à l'étranger » = « père né en France, mère née à l'étranger » + « deux parents nés à l'étranger » n'est pas vérifiée. Idem pour « ensemble des mères nées en France ». Cet écart n'existe plus à partir de 1998 car les informations manquantes sur le lieu de naissance ont été redressées.
  • N.B.2. À la suite de l'évolution de la méthode de traitement des données, les séries présentent une légère rupture en 2011.
  • N.B.3. Les parents nés en France comprennent les parents nés dans les collectivités d'outre-mer (COM).
  • Lecture : En 2018, 719 737 naissances vivantes ont été comptabilisées. 493 912 sont issues de deux parents nés en France, 109 397 d'un parent né en France et un parent né à l'étranger et 116 428 de deux parents nés à l'étranger. En 1988, 30 ans plus tôt, sur les 771 268 naissances vivantes, les effectifs étaient respectivement de 528 281, 86 383 et 79 962.
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil

G17B - Évolution des naissances vivantes selon le lieu de naissance combiné des parents

  • N.B.1. Avant 1998, le lieu de naissance du père n'étant pas toujours disponible, l'égalité « ensemble des mères nées à l'étranger » = « père né en France, mère née à l'étranger » + « deux parents nés à l'étranger » n'est pas vérifiée. Idem pour « ensemble des mères nées en France ». Cet écart n'existe plus à partir de 1998 car les informations manquantes sur le lieu de naissance ont été redressées.
  • N.B.2. À la suite de l'évolution de la méthode de traitement des données, les séries présentent une légère rupture en 2011.
  • N.B.3. Les parents nés en France comprennent les parents nés dans les collectivités d'outre-mer (COM).
  • Lecture : En 2018, 719 737 naissances vivantes ont été comptabilisées. 493 912 sont issues de deux parents nés en France, 109 397 d'un parent né en France et un parent né à l'étranger et 116 428 de deux parents nés à l'étranger. En 1988, 30 ans plus tôt, sur les 771 268 naissances vivantes, les effectifs étaient respectivement de 528 281, 86 383 et 79 962.
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil

Naissances de mères étrangères par nationalité de la mère, pour 100 naissances

G18A - Naissances de mères étrangères par nationalité de la mère, pour 100 naissances

G18A - Naissances de mères étrangères par nationalité de la mère, pour 100 naissances () - Lecture : En 2018, 6,0 % des nouveau-nés avaient une mère algérienne, marocaine ou tunisienne ; en 1998, 20 ans plus tôt, la proportion de naissances dont la mère était originaire d'un pays du Maghreb était de 3,6 %.
Année Mères européennes (hors ex-URSS) Mères maghrébines Autres mères africaines Mères d'autres nationalités
1988 2,4 4,7 1,5 1,8
1989 2,4 4,7 1,5 1,8
1990 2,4 4,7 1,6 2,0
1991 2,4 4,5 1,7 2,0
1992 2,4 4,5 1,7 2,1
1993 2,4 4,5 1,8 2,2
1994 2,4 4,2 1,8 2,2
1995 2,3 3,9 1,7 2,1
1996 2,2 3,6 1,6 2,1
1997 2,2 3,5 1,6 2,1
1998 2,2 3,6 1,7 2,3
1999 2,1 3,6 1,9 2,3
2000 2,0 3,6 2,0 2,3
2001 2,0 3,7 2,2 2,5
2002 2,0 4,1 2,4 2,7
2003 2,0 4,1 2,5 2,7
2004 2,0 4,3 2,7 2,8
2005 2,1 4,4 2,7 2,8
2006 2,1 4,5 2,8 2,9
2007 2,1 4,6 2,7 3,0
2008 2,2 4,6 2,8 3,0
2009 2,3 4,8 2,8 3,0
2010 2,3 4,8 2,8 3,0
2011 2,4 4,9 2,8 3,1
2012 2,5 5,1 2,9 3,2
2013 2,8 5,4 3,1 3,2
2014 3,0 5,6 3,3 3,3
2015 3,1 5,8 3,4 3,3
2016 3,3 5,9 3,5 3,4
2017 3,4 6,0 3,7 3,4
2018 3,5 6,0 4,1 3,4
  • N.B. À la suite des évolutions de la méthode de traitement des données, les séries présentent de légères ruptures en 2010 puis en 2011.
  • Lecture : En 2018, 6,0 % des nouveau-nés avaient une mère algérienne, marocaine ou tunisienne ; en 1998, 20 ans plus tôt, la proportion de naissances dont la mère était originaire d'un pays du Maghreb était de 3,6 %.
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil

G18A - Naissances de mères étrangères par nationalité de la mère, pour 100 naissances

  • N.B. À la suite des évolutions de la méthode de traitement des données, les séries présentent de légères ruptures en 2010 puis en 2011.
  • Lecture : En 2018, 6,0 % des nouveau-nés avaient une mère algérienne, marocaine ou tunisienne ; en 1998, 20 ans plus tôt, la proportion de naissances dont la mère était originaire d'un pays du Maghreb était de 3,6 %.
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil

Naissances de mères nées à l'étranger par pays de naissance de la mère, pour 100 naissances

G18B - Naissances de mères nées à l'étranger par pays de naissance de la mère, pour 100 naissances

G18B - Naissances de mères nées à l'étranger par pays de naissance de la mère, pour 100 naissances () - Lecture : En 2018, 8,7 % des nouveau-nés avaient une mère née en Algérie, au Maroc ou en Tunisie ; en 1998, 20 ans plus tôt, la proportion de naissances dont la mère était née dans un pays du Maghreb était de 3,2 %.
Année Mères nées en Europe (hors ex-URSS) Mères nées au Maghreb Mères nées dans un autre pays d'Afrique Mères nées dans un autre pays
1988 4,0 7,4 2,2 2,5
1989 4,0 7,2 2,3 2,5
1990 3,9 7,1 2,4 2,7
1991 3,8 6,8 2,5 2,8
1992 3,8 6,7 2,5 3,0
1993 3,7 6,6 2,7 3,1
1994 3,7 6,3 2,6 3,1
1995 3,6 5,9 2,6 3,1
1996 3,4 5,5 2,5 3,1
1997 3,3 5,3 2,5 3,1
1998 3,2 5,3 2,5 4,3
1999 3,0 5,2 2,6 3,9
2000 2,9 5,2 2,7 3,8
2001 2,8 5,4 2,9 3,9
2002 2,7 5,8 3,1 4,1
2003 2,7 6,0 3,2 4,2
2004 2,7 6,3 3,4 4,3
2005 2,7 6,5 3,5 4,3
2006 2,7 6,7 3,5 4,4
2007 2,7 6,9 3,5 4,5
2008 2,7 6,9 3,5 4,5
2009 2,8 7,1 3,6 4,5
2010 2,8 7,2 3,5 4,5
2011 2,9 7,4 3,9 4,3
2012 3,0 7,5 4,0 4,4
2013 3,2 7,9 4,3 4,5
2014 3,3 8,1 4,5 4,6
2015 3,4 8,4 4,7 4,7
2016 3,6 8,5 4,9 4,8
2017 3,7 8,7 5,2 4,8
2018 3,7 8,7 5,6 4,8
  • N.B.1. À la suite des évolutions de la méthode de traitement des données, les séries présentent de légères ruptures en 1998 (affectant principalement le nombre des naissances de mères nées dans un autre pays) et en 2011.
  • N.B.2. Les mères nées en France comprennent les mères nées dans les collectivités d'outre-mer (COM).
  • Lecture : En 2018, 8,7 % des nouveau-nés avaient une mère née en Algérie, au Maroc ou en Tunisie ; en 1998, 20 ans plus tôt, la proportion de naissances dont la mère était née dans un pays du Maghreb était de 3,2 %.
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil

G18B - Naissances de mères nées à l'étranger par pays de naissance de la mère, pour 100 naissances

  • N.B.1. À la suite des évolutions de la méthode de traitement des données, les séries présentent de légères ruptures en 1998 (affectant principalement le nombre des naissances de mères nées dans un autre pays) et en 2011.
  • N.B.2. Les mères nées en France comprennent les mères nées dans les collectivités d'outre-mer (COM).
  • Lecture : En 2018, 8,7 % des nouveau-nés avaient une mère née en Algérie, au Maroc ou en Tunisie ; en 1998, 20 ans plus tôt, la proportion de naissances dont la mère était née dans un pays du Maghreb était de 3,2 %.
  • Champ : France métropolitaine
  • Source : Insee, statistiques de l'état civil

Avertissement

Une chaîne de traitement des données d'état civil refondue et modernisée a commencé à être utilisée à partir de juin 2010, ce qui peut entraîner de très légères ruptures de série sur certaines variables, particulièrement les nationalités et les pays de naissance des parents.

Les comptages des naissances présentés dans la collection Insee Résultats incluent à partir de l'année 2011 les jugements déclaratifs de naissance.

En 2008, la notion d'enfant sans vie a été redéfinie par le décret n° 2008-800 du 20 août 2008. Désormais, l'acte d'enfant sans vie est établi sur la base d'un certificat médical d'accouchement. Les critères de durée de gestation, 22 semaines d'aménorrhée, ou de poids, 500 grammes, ne sont plus pris en compte. Les déclarations d'enfants sans vie à l'état civil reposent sur une démarche volontaire des parents.

Ce changement législatif entraîne une augmentation du nombre d'enfants sans vie en 2008 puis en 2009. Les données françaises récentes sur les enfants sans vie ne peuvent pas être comparées à celles des autres pays.

Sources

Ce numéro présente des données définitives tirées de l'exploitation des fichiers d'état civil sur les naissances. Les données définitives 2018, publiées ici pour la première fois, sont légèrement révisées par rapport aux données provisoires publiées dans le bilan démographique 2018.

Les indicateurs démographiques qui utilisent la population ne sont pas fournis ici puisque cette dernière est encore provisoire pour les années les plus récentes. Les dernières estimations disponibles pour ces indicateurs sont celles du bilan démographique 2018.

Les données France comprennent les naissances enregistrées sur l'île de Mayotte.

Une présentation générale de la source État civil est accessible dans la rubrique « Définitions, Méthodes et qualité » du site insee.fr.

Le traitement des jugements déclaratifs de naissance

Toute naissance survenue sur le territoire français doit faire l'objet dans les trois jours suivant l'accouchement d'une déclaration à l'état civil donnant lieu à un acte. Si cette déclaration n'a pas été faite dans ce délai légal, elle fait l'objet d'un jugement déclaratif de naissance donnant lieu à une transcription sur les registres de l'état civil.

Jusqu'en juin 2010, avant la refonte de l'état civil, les jugements déclaratifs de naissance n'étaient pas pris en compte en tant que tels dans les chaînes statistiques. Depuis la refonte, ils sont traités de manière spécifique, séparément des déclarations de naissance.

Les jugements déclaratifs de naissance traités de juin à décembre 2010 n'ont pas été pris en compte dans les tableaux de cet Insee Résultats. De ce fait, les comptages publiés ici sont légèrement différents de ceux proposés dans la rubrique des données détaillées localisées. Entre ces deux dates, il y a eu 390 jugements déclaratifs de naissance enregistrés en France métropolitaine et 2 dans les DOM.

À partir de 2011, les jugements déclaratifs de naissance sont comptabilisés dans les statistiques de naissances vivantes de l'Insee Résultats et les données des deux sources sont cohérentes.

Définitions


Enfant sans vie ou mort-né :

en règle générale, un enfant doit être déclaré à l'état civil dès lors que la gestation a duré au moins 180 jours. Depuis mars 1993, un acte « d'enfant sans vie » est dressé uniquement s'il n'est pas établi que l'enfant est né vivant et viable. Il en est ainsi :

  • lorsque l'enfant, sans vie au moment de la déclaration à l'état civil, est né vivant, mais non viable. L'officier de l'état civil dresse l'acte sur production d'un certificat médical quelle que soit la durée de gestation ;
  • lorsque l'enfant est décédé avant la déclaration de naissance à la mairie, sans certificat médical précisant qu'il est né vivant et viable ;
  • lorsque l'enfant est mort-né. Depuis la circulaire du 30 novembre 2001, un bulletin d'enfant sans vie peut être établi dès 22 semaines d'aménorrhée ou si l'enfant a atteint un poids de 500 grammes (critère de viabilité de l'Organisation mondiale de la santé, l'OMS).

En 2008, un nouveau changement législatif a eu lieu. En effet, le décret n°2008-800 du 20 août 2008 a redéfini la notion d'enfant sans vie. Désormais, l'acte d'enfant sans vie est établi sur la base d'un certificat médical d'accouchement. Les critères de durée de gestation, 22 semaines d'aménorrhée, ou de poids, 500 grammes, ne sont plus pris en compte.

Ce changement législatif a entraîné en 2008 puis en 2009 une augmentation du nombre d'enfants sans vie. Les données françaises sur les enfants sans vie ne peuvent ainsi plus être comparées à celles des autres pays (pour qui les critères de poids et de durée de gestation subsistent encore).

L'enregistrement s'effectue dans la commune de naissance ou dans la commune où l'enfant se trouvait au moment où l'on a constaté qu'il était sans vie.

Remarque :

Jusqu'en février 1993, si l'enfant était vivant au moment de la déclaration, l'officier d'état civil enregistrait un acte de naissance. Dans le cas contraire il enregistrait un acte « d'enfant sans vie », que l'enfant ait vécu ou non. Cet acte pouvait encore être dressé lorsque la déclaration était faite plus de trois jours après l'accouchement.


Naissance légitime et naissance hors mariage / Enfant légitime et enfant hors mariage / Enfant naturel et enfant illégitime / Naissance naturelle et naissance illégitime :

la qualité juridique d'un enfant à la naissance désigne le statut matrimonial de sa mère. Les enfants « légitimes » sont ceux dont les parents sont mariés. La naissance est qualifiée de « hors mariage » (anciennement qualifiée de « naturelle » ou encore « illégitime ») dans le cas contraire. Un enfant né hors mariage dont la mère se marie est dit légitimé par le mariage.

Mais, la distinction entre enfants « légitimes » et enfants « naturels » n'existe plus en France. L'ordonnance du 5 juillet 2005, entrée en vigueur en juillet 2006, a en effet fait disparaître du code civil ces deux notions devenues caduques dans la mesure où les droits des enfants nés hors mariage sont les mêmes que ceux des enfants nés de couples mariés.


Évènement (d'état civil) enregistré / Lieu d'enregistrement :

le lieu d'enregistrement est le lieu où s'est produit l'évènement : lieu du mariage, de la naissance ou du décès.


Évènement (d'état civil) domicilié / Lieu de domicile :

le lieu du domicile est celui du domicile conjugal pour les mariages, du domicile de la mère pour les naissances et du domicile du défunt pour les décès.


Légitimation :

jusqu'en 2006, un enfant né hors mariage pouvait être légitimé par le mariage de ses parents biologiques.

Un enfant né hors mariage, non reconnu par son père biologique, pouvait également être légitimé par le mariage de sa mère avec un homme qui n'était pas son père biologique, si ce dernier l'avait reconnu avant le mariage. De même, un enfant pouvait être légitimé par le mariage de son père avec une femme qui n'était pas sa mère, si cette dernière l'avait adopté avant le mariage et si l'enfant a moins de 15 ans.

Mais, la distinction entre enfants « légitimes » et enfants « naturels » n'existe plus en France. L'ordonnance du 5 juillet 2005, entrée en vigueur en juillet 2006, a en effet fait disparaître du code civil ces deux notions devenues caduques dans la mesure où les droits des enfants nés hors mariage sont les mêmes que ceux des enfants nés de couples mariés.


Rang de naissance :

on distingue le rang biologique (ou rang total) et le rang dans le mariage. Le rang biologique ou total est l'ordre de naissance des enfants pour une femme au cours de sa vie, quelle que soit sa situation matrimoniale. L'aîné est donc l'enfant de rang un.

Le rang dans le mariage ne concerne quant à lui que les enfants de femmes mariés : il s'agit de l'ordre de naissance des enfants nés pendant le mariage actuel de la femme. Il est toujours inférieur ou égal au rang total.

Par exemple, une femme a eu trois enfants. Barnabé est né alors qu'elle était célibataire. Elle s'est ensuite mariée. Émile est né. Elle a ensuite divorcé et s'est remariée. Jeanne est née au cours du second mariage. Barnabé est de rang total un, Émile est de rang total deux et Jeanne de rang total trois. Barnabé n'a pas de rang dans le mariage, Émile est de rang un dans le mariage (le premier) et Jeanne est également de rang un dans le mariage (le second).

Remarque :

A partir de 1998, les fichiers de l'état civil fournissent pour tous les enfants leur rang de naissance parmi les enfants nés vivants de la mère.


Âge :

l'âge est la durée écoulée depuis la naissance. Il peut être calculé selon deux définitions :

  • l'âge par génération ou âge atteint dans l'année,
  • l'âge en années révolues.

L'âge généralement utilisé est l'âge atteint dans l'année. Il correspond à la différence entre l'année de l'événement et l'année de naissance de l'individu.

L'âge en années révolues est l'âge au dernier anniversaire. Aussi, à la date de l'événement, dans une même génération, l'âge en années révolues n'est pas le même pour toutes les personnes.

Par exemple, un individu né le 10 octobre 1925 décède le 18 avril 1999. Il a 74 ans en âge atteint dans l'année : 1999 moins 1925 égale 74. Mais il a 73 ans en années révolues : 18 avril 1999 moins 10 octobre 1925 égale 73 ans 6 mois et 8 jours.

Ainsi, pour un individu ayant x ans en âge atteint dans l'année, si l'événement a eu lieu à la date d :

  • l'individu ayant son anniversaire après la date d aura comme âge en années révolues (x-1) ;
  • l'individu ayant son anniversaire à la date d ou avant aura comme âge en années révolues (x).

Seule exception : l'événement a lieu le 31 décembre. A cette date, le classement par âge atteint dans l'année et par âge en années révolues sont identiques. Et au 1er janvier, l'âge atteint dans l'année est égal à l'âge en années révolues plus un.


État civil :

depuis la Révolution, un cadre législatif régit l'enregistrement des naissances, mariages, décès, de même que les autres faits relatifs à l'état des personnes (divorces, reconnaissances, légitimations, adoptions). C'est sur cette base que s'est élaboré le recueil de données pour l'établissement des statistiques de l'état civil.

Tout événement relatif à l'état civil doit faire l'objet d'un acte dressé sur un registre spécial, selon des normes précises, par une personne chargée des fonctions d'officier de l'état civil. Chaque commune a un service de l'état civil. Le maire est officier de l'état civil de droit, mais peut déléguer ses fonctions à un adjoint, un conseiller municipal ou un agent communal. Tous les événements qui ont lieu dans la commune doivent être enregistrés. En outre, certains événements ayant eu lieu ailleurs ou ayant fait l'objet par ailleurs d'actes authentiques (ou de jugements) doivent aussi être transcrits (transcription de tout acte de décès ayant eu lieu ailleurs d'une personne domiciliée dans la commune, transcription d'un jugement d'adoption) ou mentionnés en marge d'actes dressés dans la commune (mention en marge des actes de naissance et de mariage des intéressés d'un jugement de divorce par exemple).

Les règles applicables (mode d'établissement des registres, de leur conservation, etc.) sont précisées dans des textes législatifs ou réglementaires.

L'organisation d'une mairie en termes de registres est laissée à son initiative. Les communes importantes ont en général plusieurs types de registres (selon les actes à inscrire, voire plusieurs registres de même type) et les communes plus petites ont un registre unique.

Remarque :

L'officier de l'état civil doit remplir un questionnaire dit « Bulletin statistique de l'état civil » chaque fois qu'il dresse un acte sur ses registres et, dans certains cas, lorsqu'il porte une mention en marge d'un acte déjà dressé. Le numéro attribué à chaque acte (en séquence du 1er janvier au 31 décembre de chaque année) est reporté sur le bulletin statistique, afin de s'assurer de la présence de tous les bulletins. Ces derniers portent le visa prévu par la loi du 7 juin 1951 entraînant l'obligation de répondre à toutes les questions, les réponses étant couvertes par le secret statistique. Les bulletins sont établis en un seul exemplaire et transmis ensuite à l'Insee.

Pour en savoir plus

« Bilan démographique 2018 », Insee Première, n° 1730 - janvier 2019

Les naissances en 2017 - Précédent millésime de l'Insee Résultats - septembre 2018