Insee Conjoncture Ile-de-FranceBilan économique 2017 - Île-de-France

Une année faste pour l'économie francilienne
Après une décennie difficile, 2017 est une année favorable pour l'économie francilienne. Dans un contexte national marqué par la reprise de la croissance économique, la quasi-totalité des indicateurs économiques est au vert au quatrième trimestre. En effet, avec 80 000 créations nettes d'emplois en 2017, le taux de chômage s'établit à 7,7 % au quatrième trimestre 2017, soit une baisse de 1 point en un an. Dans la construction, les mises en chantier sont en hausse de 23,5 % par rapport à 2016. Enfin, la fréquentation touristique retrouve le niveau antérieur aux attentats.

Insee Conjoncture Ile-de-France
No 20
Paru le : Paru le 31/05/2018
Danie Chemineau et Delphine Guérin, CTRAD pour les Caf d’Île-de-France ; Stéphane Runfola, Fonds CMU
Insee Conjoncture Ile-de-France  No 20 - Mai 2018
Consulter

Bilan social - Le nombre d'allocataires du RSA socle et de bénéficiaires de la CMU-C se stabilise en 2017Bilan économique 2017

Danie Chemineau et Delphine Guérin, CTRAD pour les Caf d’Île-de-France ; Stéphane Runfola, Fonds CMU

Fin 2017, la nouvelle prime d’activité poursuit sa montée en charge (+ 9,0 %) avec désormais 389 100 foyers allocataires. Le revenu de solidarité active (RSA) socle est versé à 320 700 foyers, un effectif qui se stabilise par rapport à 2016 (- 0,2 %). Il en va de même pour la CMU-C (+ 0,7 % par rapport à l’année précédente).

Insee Conjoncture Ile-de-France

No 20

Paru le : 31/05/2018

À la fin de l’année 2017, environ 465 000 foyers allocataires franciliens bénéficient de minima sociaux versés par les Caisses d’allocations familiales (Caf), soit une augmentation de 1,1 % par rapport à 2016. Cette hausse résulte essentiellement de la progression des bénéficiaires de l’Allocation aux adultes handicapés (AAH). Le RSA socle, versé à 320 700 foyers allocataires (figure 1), reste quasiment stable par rapport à 2016 (- 0,2 %). Il baisse sensiblement à Paris (- 2,9 %) mais progresse dans le Val-de-Marne (+ 2,7 %) (figure 2). Dans les autres départements franciliens, la situation est plutôt stable par rapport à 2016.

Baisse du nombre de foyers allocataires du RSA socle

En 2017, en prenant en compte les conjoints et enfants à charge de moins de 25 ans, 611 500 personnes sont concernées par le RSA socle, soit 5,1 % de la population francilienne. Cet effectif diminue de 1,1 % par rapport à 2016 (figure 3). Cette diminution est plus accentuée (- 2,4 %) chez les parents qui bénéficient d’une majoration de leur allocation liée à leur situation d’isolement. En fonction de leurs ressources, les foyers peuvent cumuler le RSA socle avec la prime d’activité. Cette dernière remplace le volet « activité » et la Prime pour l’emploi depuis le 1er janvier 2016. Près de 49 100 foyers allocataires franciliens sont concernés par ce cumul des deux prestations, soit 15,3 % de l’ensemble des bénéficiaires du RSA socle.

En décembre 2017, la prime d’activité est versée par les Caisses d’allocations familiales (Caf) à 389 100 foyers résidant en Île-de-France (figure 4), soit une hausse de 9 % en un an correspondant à 32 000 bénéficiaires supplémentaires. Pour 15,0 % des foyers, l’allocataire est un jeune âgé de moins de 25 ans (58 500). Ce jeune public progresse de façon plus modérée (+ 3,1 %). Près de 24 700 foyers avec enfant(s) à charge ou à naître perçoivent une majoration de leur allocation liée à leur situation d’isolement parental, et 359 600 comptent au moins une personne percevant une bonification individuelle, ce qui signifie que leurs revenus mensuels d’activité sont supérieurs à 0,5 fois le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic). Parmi l’ensemble des titulaires de la prime d’activité, près de quatre sur dix (37,1 %) ne bénéficiaient ni de la prime d’activité, ni du RSA fin 2016 : 13,8 % étaient titulaires d’une autre prestation et 23,8 % étaient inconnus des Caisses d’allocations familiales.

Le nombre de bénéficiaires de la CMU-C augmente de 0,7 % en un an

Fin 2017, 911 000 Franciliens sont bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) (figure 5). Ils représentent 7,5 % de la population, soit une proportion similaire à celle de la France métropolitaine. Toutefois, des différences significatives existent entre départements franciliens. Paris (6,6 %), les Hauts-de-Seine (4,9 %) et les Yvelines (4,4 %) se situent en deçà de la moyenne, alors que la Seine-Saint-Denis atteint presque le double, avec 14,5 %. Les bénéficiaires franciliens de la CMU-C représentent un cinquième de l’ensemble des bénéficiaires de la France métropolitaine et les seuls bénéficiaires du département de la Seine-Saint-Denis rassemblent un quart des effectifs des huit départements de la région.

Près de sept allocataires du RSA socle sur dix sont couverts par la protection universelle maladie (PUMA) et bénéficient d’un accès simplifié à la CMU-C. Cette propotion est inférieure à la moyenne métropolitaine (77,3 %) et elle est en baisse de 2,5 points par rapport à 2016.

Les personnes dont les ressources se situent jusqu’à 35 % au-delà du plafond de ressources à ne pas dépasser pour accéder à la CMU-C peuvent prétendre à une aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS). Le nombre de bénéficiaires de l’ACS est évalué à 238 600 fin 2017. Il est en hausse de 5,8 % par rapport à 2016, en léger retrait par rapport à la progression de 7,9 % en France métropolitaine.

Au total, 1,15 million de personnes en Île-de-France bénéficient, avec la CMU-C et l’ACS, d’un financement total ou partiel de leur complémentaire santé fin 2017, soit 9,4 % de la population.

Figure 1Allocataires de minima sociaux versés par les Caf en 2017

Allocataires de minima sociaux versés par les Caf en 2017
Revenu de solidarité active (RSA socle) Allocation aux adultes handicapés (AAH)
Foyers allocataires au 31/12/2017 Évolution 2017/2016 (en %) Allocataires au 31/12/2017 Évolution 2017/2016 (en %)
Paris 61 415 -2,9 28 316 3,5
Seine-et-Marne 28 013 -0,9 16 314 5,5
Yvelines 21 342 -0,3 13 199 4,7
Essonne 25 413 -0,7 14 310 4,5
Hauts-de-Seine 29 975 0,8 17 587 1,7
Seine-Saint-Denis 81 702 0,5 24 958 4,0
Val-de-Marne 40 604 2,7 16 623 3,7
Val-d'Oise 32 265 0,4 12 943 7,5
Île-de-France 320 729 -0,2 144 250 4,1
France métropolitaine 1 626 199 -0,6 1 054 632 3,5
  • Source : Caf d'Île-de-France ; Cnaf.

Figure 2Évolution du nombre d’allocataires du RMI/RSA socle non majoré

Indice base 100 en 2005
Évolution du nombre d’allocataires du RMI/RSA socle non majoré (Indice base 100 en 2005)
Paris Hauts-de-Seine Seine-Saint-Denis Val-de-Marne Seine-et-Marne Yvelines Essonne Val-d'Oise
2005 100 100 100 100 100 100 100 100
2006 97 97 102 103 101 100 98 101
2007 87 89 96 97 97 92 88 94
2008 82 85 93 96 96 92 85 90
2009 90 96 99 105 117 110 96 102
2010 90 97 104 109 129 120 103 113
2011 91 98 110 113 138 120 108 118
2012 93 103 118 118 151 128 117 126
2013 97 109 128 127 170 139 131 137
2014 101 114 134 133 183 152 142 147
2015 101 115 138 137 191 159 148 154
2016 95 109 136 131 180 146 142 150
2017 93 110 137 135 179 145 141 152
  • Données au 31 décembre.
  • Le RMI est remplacé par l'addition des RSA socle seul non majoré et socle+activité non majoré. Le RSA socle non majoré tient compte des bénéficiaires du RSA jeunes. De 2005 à 2008 : nombre d'allocataire du RMI ; de 2009 à 2017 : nombre d'allocataires du RSA socle non majoré.
  • Source : Caf d'Île-de-France.

Figure 2Évolution du nombre d’allocataires du RMI/RSA socle non majoré

  • Données au 31 décembre.
  • Le RMI est remplacé par l'addition des RSA socle seul non majoré et socle+activité non majoré. Le RSA socle non majoré tient compte des bénéficiaires du RSA jeunes. De 2005 à 2008 : nombre d'allocataire du RMI ; de 2009 à 2017 : nombre d'allocataires du RSA socle non majoré.
  • Source : Caf d'Île-de-France.

Figure 3Foyers allocataies franciliens du RSA selon les différentes composantes

Foyers allocataies franciliens du RSA selon les différentes composantes
Allocataires au 31 décembre 2017 Évolution 2017/2016 (en %)
RSA socle seul 271 585 -0,6
RSA socle + Prime d'activité 49 144 2,4
Total RSA socle 320 729 -0,2
Dont RSA majoré 31 373 -2,4
Personnes couvertes par le RSA 611 545 -1,1
  • Source : Caf d'Île-de-France.

Figure 4Foyers allocataires de la prime d’activité en Île-de-France

Foyers allocataires de la prime d’activité en Île-de-France
Allocataires au 31/12/2017
Bénéficiaires de la prime d'activité 389 054
Avec au moins une bonification individuelle 359 590
Avec majoration pour isolement 24 726
Selon l’âge
Moins de 25 ans 58 522
25 ans ou plus 330 532
  • Source : Caf d'Île-de-France.

Figure 5Nombre et évolution des bénéficiaires de la CMU-C et de l'ACS en Île-de-France

En milliers
Nombre et évolution des bénéficiaires de la CMU-C et de l'ACS en Île-de-France (En milliers)
Paris Seine-et-Marne Yvelines Essonne Hauts-de-Seine Seine-Saint-Denis Val-de-Marne Val-d'Oise Île-de-France France métropolitaine
Bénéficiaires de la CMU-C au 31/12/2017 147 86 64 85 80 229 112 107 911 4 853
Évolution CMU-C 2017/2016 (en %) -1,0 1,5 -0,9 0,0 2,2 0,1 3,5 1,2 0,7 0,9
CMU-C/Population (en %) 6,6 6,2 4,4 6,6 4,9 14,5 8,1 8,7 7,5 7,4
Part des bénéficiaires de la PUMA au titre du RSA socle au 30/06/2017 (en %) 62,6 72,7 64,4 71,9 64,2 71,8 71,7 73,4 69,1 77,3
Bénéficiaires de l'ACS (cumul 2017) 45 22 20 24 26 45 32 26 239 1 579
Total des bénéficiaires d'une aide à l'acquisition d'une complémentaire santé 192 109 84 109 106 274 144 132 1 149 6 432
  • Source : Fonds CMU.