Pays de la Loire : un fort dynamisme démographique

David Capelle, Amandine Rodrigues, Insee

Avec 3 690 659 habitants au 1er janvier 2014, les Pays de la Loire sont la 8e région la plus peuplée de France. Entre 2009 et 2014, la population de la région augmente de 30 320 personnes en moyenne chaque année, soit un rythme de croissance annuel de 0,8 %. Il s’agit du 3e taux de croissance le plus élevé de France métropolitaine. Son dynamisme repose sur deux moteurs équilibrés : le solde migratoire et le solde naturel. Si tous les départements de la région connaissent une croissance démographique, le gain de population est porté pour les trois quarts par les départements de Loire-Atlantique et de Vendée.

Au 1er janvier 2014, 3 690 659 personnes résident dans les Pays de la Loire, ce qui situe la région au 8e rang des régions de France métropolitaine, juste devant la Normandie et la Bretagne. Entre 2009 et 2014, la population ligérienne s'est accrue de 151 610 personnes, l'équivalent d'une commune comme Angers. Cela représente 30 320 habitants supplémentaires en moyenne chaque année. Au cours des cinq dernières années, la population a augmenté de 0,8 % en moyenne par an. Cette croissance est supérieure à celle enregistrée au niveau national (+ 0,5 %). Si les Pays de la Loire se classent en 5e position du classement national pour le gain de population, ils se situent au 3e rang pour leur rythme de croissance. En France métropolitaine, seules la Corse et l'Occitanie connaissent une croissance démographique plus soutenue que celle des Pays de la Loire.

Les soldes migratoire et naturel assurent chacun la moitié de la croissance démographique

Dans la région, l'augmentation de population repose sur deux moteurs équilibrés. L’excédent des arrivées dans la région sur les départs (solde migratoire) et l’excédent des naissances sur les décès (solde naturel) assurent chacun la moitié de la croissance démographique. Seule la région Auvergne-Rhône-Alpes connaît un équilibre similaire. Au niveau national, 84 % de la croissance démographique est due au solde naturel.

Entre 2009 et 2014, le solde naturel s’élève à 72 200 personnes dans les Pays de la Loire ; quatre régions ont un solde naturel plus important : l'Île-de-France, l'Auvergne-Rhône-Alpes, les Hauts-de-France et le Grand Est.

Des disparités entre les départements

Dans la région, tous les départements connaissent une croissance démographique (figure 1). La Loire-Atlantique génère plus de la moitié (54 %) du gain de population des Pays de la Loire. La Vendée y contribue pour un peu moins d'un quart (23 %). Ces deux départements sont particulièrement dynamiques avec respectivement une croissance de 1,3 % et 1,1 % en moyenne par an entre 2009 et 2014.

Figure 1 – Une croissance démographique plus forte dans l’ouest et le sud de la France

Une croissance démographique plus forte dans l’ouest et le sud de la France
Département Évolution annuelle moyenne entre 2009 et 2014
Ain 1,24
Aisne 0
Allier 0
Alpes-de-Haute-Provence 0,27
Hautes-Alpes 0,59
Alpes-Maritimes 0,08
Ardèche 0,56
Ardennes -0,25
Ariège 0,19
Aube 0,31
Aude 0,64
Aveyron 0,11
Bouches-du-Rhône 0,39
Calvados 0,31
Cantal -0,24
Charente 0,13
Charente-Maritime 0,66
Cher -0,05
Corrèze -0,17
Côte-d'Or 0,27
Côtes-d'Armor 0,33
Creuse -0,49
Dordogne 0,21
Doubs 0,36
Drôme 0,66
Eure 0,53
Eure-et-Loir 0,39
Finistère 0,27
Corse-du-Sud 1,42
Haute-Corse 0,98
Gard 0,95
Haute-Garonne 1,37
Gers 0,37
Gironde 1,24
Hérault 1,42
Ille-et-Vilaine 1,1
Indre -0,53
Indre-et-Loire 0,52
Isère 0,77
Jura -0,05
Landes 1,09
Loir-et-Cher 0,35
Loire 0,3
Haute-Loire 0,31
Loire-Atlantique 1,25
Loiret 0,49
Lot 0,01
Lot-et-Garonne 0,21
Lozère -0,21
Maine-et-Loire 0,63
Manche 0,09
Marne 0,16
Haute-Marne -0,5
Mayenne 0,14
Meurthe-et-Moselle 0,03
Meuse -0,26
Morbihan 0,69
Moselle 0
Nièvre -0,61
Nord 0,24
Oise 0,42
Orne -0,31
Pas-de-Calais 0,15
Puy-de-Dôme 0,47
Pyrénées-Atlantiques 0,51
Hautes-Pyrénées -0,06
Pyrénées-Orientales 0,9
Bas-Rhin 0,33
Haut-Rhin 0,31
Rhône 1,07
Haute-Saône -0,07
Saône-et-Loire 0,04
Sarthe 0,27
Savoie 0,76
Haute-Savoie 1,53
Paris -0,12
Seine-Maritime 0,12
Seine-et-Marne 0,96
Yvelines 0,2
Deux-Sèvres 0,39
Somme 0,07
Tarn 0,55
Tarn-et-Garonne 1,09
Var 0,61
Vaucluse 0,52
Vendée 1,12
Vienne 0,33
Haute-Vienne 0,07
Vosges -0,35
Yonne -0,09
Territoire de Belfort 0,26
Essonne 0,98
Hauts-de-Seine 0,46
Seine-Saint-Denis 0,72
Val-de-Marne 0,7
Val-d'Oise 0,62
  • Source : Insee, Recensements de la population (RP) 2009 et 2014.

Figure 1 – Une croissance démographique plus forte dans l’ouest et le sud de la FranceÉvolution en moyenne annuelle de la population entre 2009 et 2014 selon les départements (en %)

Seuls quatre départements de France métropolitaine connaissent une croissance supérieure à celle de la Loire-Atlantique au cours des cinq dernières années : la Haute-Savoie, la Corse-du-Sud, l'Hérault et la Haute-Garonne. La croissance de la population est plus modérée en Maine-et-Loire (+ 0,6 % en moyenne par an) (figure 2), bien que supérieure à la moyenne nationale (+ 0,5 %). La Sarthe connaît quant à elle, une croissance faible, inférieure à la moyenne nationale et la Mayenne voit sa population se stabiliser (+ 0,3 % en moyenne par an pour la Sarthe et + 0,1 % en moyenne par an pour la Mayenne). En France métropolitaine, la population diminue dans 20 départements : la Nièvre (– 0,6 % en moyenne par an) présente la baisse la plus marquée.

Figure 2 – Une croissance de la population particulièrement dynamique en Loire-Atlantique et en VendéePopulation municipale en 2014 et évolution en moyenne annuelle entre 2009 et 2014 dans les départements des Pays de la Loire

Une croissance de la population particulièrement dynamique en Loire-Atlantique et en Vendée
Population 2014 Évolution annuelle moyenne en %
en nombre d'habitants
Loire-Atlantique 1 346 592 16 242 1,3
Maine-et-Loire 805 835 4 955 0,6
Mayenne 307 350 441 0,1
Sarthe 568 760 1 542 0,3
Vendée 662 122 7 142 1,1
Pays de la Loire 3 690 659 30 322 0,8
  • Source : Insee, RP 2009 et 2014.

Des dynamiques démographiques différentes selon les communes

La dynamique démographique est positive dans 70 % des communes des Pays de la Loire. La population continue de progresser très fortement dans les grandes villes et leur périphérie (figure 3). Avec 60 530 habitants supplémentaires entre 2009 et 2014, Nantes et son aire urbaine (définitions) enregistrent 40 % de la croissance régionale. Les aires urbaines d’Angers (+ 16 200 habitants), de Saint-Nazaire, de La Roche-sur-Yon et du Mans contribuent pour 27 % à cette hausse.

Les villes-centres sont aussi dynamiques. Nantes gagne 15 980 habitants en cinq ans, Angers 3 750, Saint-Nazaire 3 000. Quelques communes de grandes aires urbaines perdent des habitants, notamment Laval, Saumur, Fontenay-le-Comte et La Baule-Escoublac. Au-delà des zones sous influence des grandes villes, seuls les rétro-littoraux de Vendée et de Loire-Atlantique ont une forte croissance de population.

A contrario, aux frontières de la région, le nord de la Loire-Atlantique, le sud-est de la Vendée, le sud-est du Maine-et-Loire, le nord de la Mayenne et l’est de la Sarthe sont des territoires où davantage de communes perdent de la population.

Figure 3 – Forte croissance démographique dans l’ouest et à la périphérie des villesÉvolution annuelle moyenne de population par commune entre 2009 et 2014

  • Lecture : Laval perd en moyenne 222 habitants par an entre 2009 et 2014.
  • Source : Insee, RP 2009 et 2014, État-civil.

Sources

Pourquoi l’Insee publie en 2017 les chiffres de 2014 ?

Les populations publiées début 2017 sont millésimées 2014 car elles sont calculées à partir des informations collectées lors des enquêtes de recensement de 2012 à 2016 et ramenées à une même date : celle du milieu de la période. L'égalité de traitement entre les communes est ainsi assurée.

Dans quelle géographie administrative les chiffres sont-ils publiés ?

Les chiffres de population sont authentifiés par décret pour entrer en vigueur au 1er janvier 2017. Ils sont publiés dans les périmètres géographiques existant au 1er janvier 2016.

Définitions

Une aire urbaine ou « grande aire urbaine » est un ensemble de communes, d'un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain (unité urbaine) de plus de 10 000 emplois, et par des communes rurales ou unités urbaines (couronne périurbaine) dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci.

Pour en savoir plus

Capelle D. et Rodrigues A., Loire-Atlantique : une croissance démographique forte, Insee Flash Pays de la Loire, n° 56, janvier 2017.

Capelle D. et Rodrigues A., Maine-et-Loire : une croissance démographique assez marquée, Insee Flash Pays de la Loire, n° 57, janvier 2017.

Capelle D. et Rodrigues A., Mayenne : la population se stabilise, Insee Flash Pays de la Loire, n° 58, janvier 2017.

Capelle D. et Rodrigues A., Sarthe : une croissance démographique faible, Insee Flash Pays de la Loire, n° 59, janvier 2017.

Capelle D. et Rodrigues A., Vendée : une croissance démographique soutenue, Insee Flash Pays de la Loire, n° 60, janvier 2017.